Marketing

Marketing

Comment va-t-on produire ? A- Ensemble de la stratégie marketing. Moyens cohérents bus ou service : cet objectif. Ces e (les administrés). Mise en moyen : mise en application des instruments pour atteindre cet objectif. Adapter : s’adapter vis-à-vis de la situation à laquelle on doit faire face. Corriger les moyens pour atteindre l’objectif. Adapter et corriger sont des termes très importants qui se positionnent au niveau des moyens. Cas limite : il faudra repenser l’objectif si cela se produit, il s’agit d’une mauvaise gestion.

L’objectif : c’est la stratégie de pénétrerais ou de la collectivité, on ‘appelle également la féminisation générale. C’est la féminisation au niveau des systèmes : -système commercial (étude de marché) -système productif approvisionnements -système administratif et financier 1) Le système commercial Les collectivités (ou les entreprises) qui veulent rester sur le marché doivent s’occuper du domaine commercial et donc définir un produit qui corresponde à la demande du consommateur. Et non pas produire avant.

Il faut que le produit ou le service soit demandé sur le marché, d’où l’importance de retenue de marché. 2) Le système productif Il s’agit d’utiliser les facteurs de production dans les bonnes proportions. 3) Le système d’approvisionnement Il s’agit de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
bien utiliser et de calculer le stock des coûts de matières premières pour obtenir la meilleure rentabilité. 4) Le système administratif et financier I s’agit de définir les fonds propres de l’entreprise ou de la collectivité pour envisager l’investissement et la rentabilité du produit ou du service à finalités.

Stratégie de l’entreprise : objectif et moyens La stratégie n’est pas uniquement l’objectif. Ces un moyen qui rend cohérents tous les systèmes. Après avoir définit la stratégie il faut piloter l’entreprise pour atteindre publicité. Autrement dit la stratégie est l’ensemble des moyens que l’on se donne pour atteindre publicité. 1) L’administratif dans une collectivité territoriale. Comme pour une entreprise il sa ait de se positionner sur l’organigramme sur lequel s cadres de haut niveau FA SI décideras sont à tous les niveaux.

Pour que l’entreprise fonctionne, il est indispensable que s’installe la transmission de l’information à partir de la voie hiérarchique : montante et descendante. Le rendement s’accroît d’autant plus que chaque individu se sente décider à son niveau. Cas pratique : Le mur d’eau d’aux en province Photo : attire le regard, 2 produits sur la même image, voulue. Pourquoi ? Autre chose à voir dans le même quartier (mur d’eau/ nouveau conservatoire) aux réputée comme étant une ville d’eau et d’art. Ère accroche : La ville d’aux en province mise sur sa prouesse technologique en construisant un mur d’eau capable de rivaliser avec les plus grands d’européen. Sa renommée internationale en matière de culture et d’art est ainsi accrue. La démarche marketing ère lecture : rapide, sans crayon, va-nous apprendre le travail laisser par la suite (type, quel marché, créneau, clientèle, but). La ville d’aux mise sur un produit sophistiqué : le mur d’eau. Elle mise sur un marché qui n’est pas standard. Elle cible une clientèle de touristes.

Marché qui se présente sur un créneau limité que a nécessité un lourd investissement. Face à la concurrence, telles les grandes villes touristiques que sont Paris, Strasbourg, souhaitons, aux se positionne parmi les premières villes les plus touristiques de façon internationale. Emme lecture : moins rapide, annotations, souligner les idées importantes. Le mur d’eau est une véritable prouesse technologique face la concurrence qui a pour objectif de satisfaire grâce à sa haute spécificité une clientèle à fort pouvoir d’achat. Elle définit ainsi la star SI haute spécificité une clientèle à fort pouvoir d’achat.

Elle définit ainsi la stratégie adoptée (en matière de marketing). Cette stratégie doit affirmer la composante première qui doit être soit la stratégie de survie soit la stratégie de croissance. La stratégie de survie est généralement adoptée sur un marché stagnant c’est-à-dire qu’il n’ pas de décoché, a très grosse incohérence ou généralement se positionnent des produits standards. Le mur d’eau d’aux en province, quant à lui, se positionne sur une stratégie dont la composante première est la stratégie de croissance.

Il s’agit d’un marché porteur en plein expansion celui de la place de la nature en ville : comment paraître respectueux de son environnement moderne et en adéquation avec ce qui définit la ville. Emme lecture : mettre en exergue les idées et commentaires. Christiania chien : « meilleur designer français de son siècle », d’exception. Il est important pour la ville d’aux de respecter l’environnement et e préconiser l’état du maintien d’un mur d’eau « non polluant » dont l’écoulement se fait de façon renouvelé, en circuit fermé et qui n’est renouvelé qu’une fois par an grâce à la centrale d’épuration.

Mise en situation aux en province, ville d’art, ville d’eau, ville touristique, veut s’attacher les prouesses techniques dans l’innovation et l’écologie pour accroître sa notoriété et l’attraction touristique sur une clientèle haut de gamme. A- La stratégie 1) La composante première de la stratégie (croissance ou survie) La composante première de la stratégie adoptée par la ville d’aux n province est la croissance. Car il s’agit pou 4 FO première de la stratégie adoptée par la vie d’aux en province est la croissance.

Car il s’agit pour la commune de développer un plan d’innovation dans l’architecture urbaine qui est la continuité des prouesses techniques architecturales comme le conservatoire dirais Millau, le Grand Théâtre de province, le Pavillon Noir, l’hôtel de luxe Renaissance. 2) Marché (porteur ou peu porteur) Le marché est porteur car vinification dans les nouvelles prouesses technologiques prouve que la vie a un souci de développement non seulement artistique mais aussi écologique. La clientèle cible : fort ou faible pouvoir d’achat (haut de gamme ou bas de gamme) La clientèle cible est une clientèle à fort pouvoir d’achat car aux en province veut attirer les touristes étrangers non seulement pour leur culture artistique mais aussi touristique autour d’un pôle élaboré à cet effet qui est le quartier rénové de sexistes- amarrerai. Les caractéristiques de la stratégie 1) Le système de gestion du produit Pour développer le système de gestion du produit, il nous faut : Marché monopolistique Se référer au cycle de Vernon : il s’agit de l’étude des différentes phases du produit.

Il en existe 5 . La phase de lancement : la production se réalise en petites séries. La clientèle cible a un fort pouvoir d’achat. Du fait, le prix est élevé, 10% de la clientèle en est touchée. A ce stade-là, le produit bénéficie de la protection d’un brevet, et les dépenses en communication (publicités, promotions des ventes) sont très La phase d’expansion : s FO SI grande série donc baisse La phase d’expansion : production en grande série donc baisse des prix considérable. La clientèle touchée est à faible pouvoir d’achat.

Le produit n’est plus protégé par un brevet, dès lors la incohérence peut s’installer car ce n’est plus un produit haut de gamme. Il s’agira de rationaliser la production (faire des petites parts) c’est-à-dire faire des économies sur les coûts salariaux, diminuer l’investissement et donc diminuer le coût de revient (il s’agit des cinq coûts à partir du coût d’achat des matières premières, coûts du stock des matières premières, de production, stock des produits finis et de distribution. ) = dans le but de faire des économies d’échelle.

La phase de consommation de masse (de maturité) : production en très grande série, la clientèle est à faible pouvoir ‘achat car les prix sont faibles. La marge pour en tirer le taux de profit est également faible. Lors des trois premières phases, la production se fait toujours dans les pays industrialisés, et on s’adresse à une clientèle de pays industrialisés. La phase de régression : la production augmente toujours mais à ce moment-là il y a idéalisation de celle-ci (n’est plus un produit haut de gamme) et l’on produit en très grande série.

La clientèle potentielle à de très faibles revenus, un très faible pourvoir d’achat. Des lors, les entreprises vont également toucher ne clientèle extérieure c’est-à-dire une clientèle qui vit dans les pays en voie de développement. Ainsi se créer un certain équilibre mondial car le produit est toujours commercialisé. Il faut pour toute entreprise renouveler des produits qui 6 FO SI toujours commercialisé. Il faut pour toute entreprise renouveler des produits qui ont déjà ans d’âge en relançant une politique d’investissement dans les pays industrialisés pour la production de nouveaux produits.

Et maintenir une certaine rentabilité des produits obsolètes dans les pays en voie de développement pour jours envisager le maintien de cette même rentabilité. La phase d’extinction : production en plus petite série, la clientèle se rétracte, mais l’on estime qu’elle ne tombera jamais O car il existe dans le monde des pays toujours « retardataires Graphique du cycle de Vernon Reprise du cas pratique I s’agit pour la collectivité territoriale de mener à bien un produit qui est en pleine phase de lancement.

Dès lors, la clientèle cible est à fort pouvoir d’achat c’est-à-dire la commune qui a investi d’importants capitaux pour la réalisation du mur d’eau. Celui- ci est le plus grand d’européen, ce type de produit est très rare ‘échelle mondiale. AI reste encore dans le domaine de l’innovation technique et architecturale. Rapidement une économie d’échelle, car peu de matières premières sont proposées, leurs coûts d’achat est moindre, de même que leurs coûts du stock, de production et de distribution. On diffuse en grande surface en passant uniquement par quelques distributeurs.

L’on peut changer rapidement de produit car il s’agit d’une gestion souple en gamme courte. Inconvénients : dépendance extrême par rapport à un secteur (risque important si le secteur chute) il faut alors miser sur une très bonne rentabilité du produit. La gamme longue Répartition sur un nombre de constructions « élitistes » (en matière artistique et de nouvelles technologies), système de gestion rigide car capitaux très importants investis. Avantages : meilleure répartition des risques sur un nombre de produits plus important, une clientèle plus diversifiée, et fond cible tous les publics.

On parle d’un effet de synergie (actions coordonnées associées, de divers organes au sein d’une gamme longue). Inconvénients : capitaux extrêmement importants, gestion très rigide. Cas Pratique I s’agit d’une gamme longue de produit issu d’un effet de synergie emmenée par la construction du Pavillon Noir, suivi du Grand Théâtre de province, puis du Conservatoire dirais Millau constructions qui ont affirmé la volonté d’aux en province d’assoira sa réputation de ville culturelle et artistique ainsi que touristique avec la construction de l’hôtel Renaissance 5 étoiles.

Autant d’investissements pour augmenter le budget de la commune grâce à l’évolution touristique. Touristique. La politique du produit Les produits tactiques : produits de soutien, de complément, il s’agit de démontrer grâce à un « trou » (une place) qu’ils amplement une gamme dans le but d’éviter que la concurrence ne s’ place. Les produits d’appel : produits ordinaires dont le prix est extrêmement bas, on parle également de prix d’appel. En vendant ce produit, la clientèle achètera d’autres produits de la gamme.

Les produits sur ligne de départ : produits qui ont une durée de vie très courte. Dès lors, on stock en grande quantité et l’on déverse le produit sur le marché (les pokers, les rainure allons… ). Les produits en perte de vitesse : *Les regonflées on peut les relancer sur le marché par un effort commercial (exemple : la crème niveau) Les remboursables on modifie légèrement le produit c’est-à- dire le remédier à la production, touche surtout l’agro-alimentaire (exemple : les yaourts avec le changement d’arômes ; les bonbons ; les jus de fruits/les sodas avec les déclinaisons de parfum… *Les suiveurs ou les essoufflés produits sur lesquels on gagne de moins n moins d’argent car ils ne sont pas remodelés et donc ils se démodent (exemples : les magnétoscopes, les alcalins, les tourne-disques, le minette, la TAS… ) *Les condamnés sont complètement inadaptés à la demande. Mais on continue tout de même la production qui ne pourra pas esclandre plus bas qu’elle ne l’est déjà (exemple : les vinyle, les automobiles en pièces détachées par les nostalgiques).

Le produit ici est un promu de complément, de produit tactique car de complément, de soutien à la gamme déjà longue des constructions spécifiques en matière de technicité que sont le Conservatoire, le GÎT, le Pavillon Noir. 2) Le système de gestion commerciale Il existe cinq types de stratégie pour mettre en ??uvre le système de production. La stratégie offensive : par exemple celle de PIC qui consiste prendre une position dominante sur le marché et à pratiquer n prix très bas. La stratégie offensive ne concerne pas du tout le haut de gamme.

En règle générale, on applique une société offensive pour le lancement d’un produit nouveau et à faible coût de revient. De fait, on vise la consommation de masse ? Le but de cette stratégie offensive est d’acquérir le monopole du marché (collant, stylo bille, stylo encre, briquets, rasoirs, téléphones prépayer… Évolue dans le sens des nouvelles technologies). Le but de ce type de stratégie est de produire des produits très bon marché, usuels, pour toucher une clientèle à faible pouvoir d’achat.

La stratégie d’adaptation : consiste à se positionner par rapport aux concurrents qui sont déjà sur le marché ou il existe déjà une firme dominante qui s’est accaparée le concept du produit et la marque du produit est devenue synonyme d’un nom commun. (scotcher, colonel, poubelle, frigidité, soprani). La stratégie d’implantation : sous stratégie offensive. Elle s’applique uniquement à un créneau du marché et non sur le marché global. Ces une stratégie offensive sur un créneau limité.