Marbeuf

Marbeuf

Pierre de Ronsard « Comme on voit sur la branche … » P81 second livre les amours • Sonnet ( a l’exemple de Petrarque « Il Ganzoniere » -> amour,mort…) • 2 quatrains • 2 tercets • alexandrins ou decasyllabes • rime masculine, rime feminine (tous les autres sons doivent etre respectes) (se terminent pas un « e » muet) • Le dernier vers donne le theme du sonnet, et la conclusion de celui-ci (De Bellay : latin ou italien avant, puis ave Ronsard la langue de francais apparait (recherche de la finesse, beau texte…) Structure du sonnet Q-> 1 partie (registre) S-> 1 partie (ligne de partage, separation) • chaque strophe doit etre musicalement differente Les ‘ uvres de Ronsard : – Poesie lyrique ODES 1552/les amours 1552, continuation des amours 1555/nouvelle continuation des amours 1556/sur la mort de Marie 1578, sonnets pour Helene. – Poesie epique la Henriade – Poesie epopee Hymnes. Les discours (sur la misere de ce temps) -; contes les calvinistes • poeme appartient au second livre des amours-; partie « la mort de Marie »

Un poeme a double interpretation Si on lit ce poeme en imaginant qu’il soit dedie a l’une ou l’autre personne : Marie de Cleves ou Marin du pin (jeune paysanne de Bourgueil-;

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
morte lorsque Ronsard a ecrit ce poeme (fille qu’il a aime)). Marie du pin-; naturelle, gracieuse. Marie de Cleves etait la femme aimee d’Henri III (1553/1574) morte a 21 ans apres la naissance de son enfant. Donc Henri III demande qui Ronsard ecrive en hommage a cette femme. Donc ce poeme est a double entree.

Marie de Cleves (joli nom) non pretentieuse, fraiche, naturelle, simple, douce. Que ce poeme soit dedie a l’une ou a l’autre, on peut cependant apprecier la composition suivante digne de plaire a un roi. La structure est habile, avec sa construction, ses echos, le lien entre la rose et la femme aimee et perdue dont il fait discretement le portrait. Marie de Cleves etait une merveilleuse et tres jolie jeune fille enjouee. Marie de Pin etait une paysanne a la beaute rustique naturelle mais gracieuse. La composition Le remier et deuxieme quatrains decrivent la vie et la mort de Rose. Le premier tercet decrit la vie et la mort de la jeune femme. Le deuxieme tercet decrit la deploration sous forme d’offrande funebre. -;La composition est en accord avec la poesie de la Renaissance (2 parties rose/jeune fille), jeux de miroir ( comme (-;comparant), ainsi (-;compare) -; jeu analogique) -; comparaison. -;comparant, compare -; tete de vers-; structure du texte. (Ronsard a passe sa vie a travailler en latin comme Homere -; beaucoup de comparaison)

Il y a d’autres elements de correspondance entre les deux personnages (vers 2,9) « en sa belle jeunesse »  «  en sa premiere fleur » -; parallelisme (vers9) relie deux adjectifs -; meme redondance De plus les termes employes sont polysemiques, donc interchangeables. (vers2) fleur et aussi a une jeune fille (polyvalent) Attention : personnification pour la rose « grace de sa feuille » ; « amour » ; « embaumant » ; « ardeur » -; peuvent servir pour une jeune femme. Et la jeune fille comparee a une fleur. (rime couleur et fleur, pleurs Q1=T2 « pleurs,fleurs »)