M Moire Analyse Financi Re De La Rentabilit D Une Institution Bancaire Cas De La BOA

M Moire Analyse Financi Re De La Rentabilit D Une Institution Bancaire Cas De La BOA

REPUBLIQUE DU BENIN MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITÉ D’ABOMEY-CALAVI a a ana a auna FAC UL TE D ES S CIEN ces CO NO MIQ UESET DE GES TION (F ASE G) MEMOIRE DE MAITRI Sni* to View ES-SCIENCES ECONOMIQUES Option : SCIENCES DE GESTION Filière : MANAGEMENT DES ORGANISATIONS THEME ANALYSE FINANCIERE DE LA RENTABILITE D’UNE INSTITUTION BANCAIRE : CAS DE LA BOA-BENIN Présenté et Soutenu par Edouard SOSSA soutien inébranlable et indéfectible ; A mes sœurs pour votre attachement fraternel ; A tous mes ams et tous ceux qui m’ont connu, aimé et aidé.

Réalisé par Edouard SOSSA & François BOCOVO Analyse financière de la rentabilité d’une institution bancaire: Cas de la BOA-Bénin DEDICACES Je dédie ce travail à : Ma mère Rosalie AZONWAKIN pour m’avoir mis les pieds à l’étrier vie et pour m’avoir enseigné que la compassion et le courage comptent autant que la compétence et la réussite ; Mon père Claude BOCOVO pour son soutien Tous mes frères et sœurs en particulier M.

Géoffroy BOCOVO, M. Romain BOCOVO et M. Fiacre GIJENDEHOIJ dont le soutien ne m’a jamais été marchandé tout au long de ces années d’études supérieures ; Vous, Mesdames Sébastienne AVOHA

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
et Irène DOSSA pour vos soutiens et affections ; François BOCOVO OF ag fondamentales dans l’amélioration de ce mémoire ; A Monsieur le Directeur Général de la BOA-Bénin ; A tout le personnel de la BOA-Bénin ; A Monsieur Filibert G.

AMOUSSOUGA, Doyen de la FASEG pour ses multiples efforts ; A tous les professeurs de la FASEG pour avoir contribué à notre formation universitaire ; A nos amis Armel, Bertille, Christian, Élie, Juliette, Loukouman, Marc, Marius, Moutiatou, Nouhma, Narcisse et Saliou ; Enfin, que tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à la éalisation de ce mémoire, trouvent ici nos sentiments de très profonde gratitude. 3 OF ag Propres DBB .

Diamond Bank Bénin : Ecobank Bénin EBE : Excédent Brut d’Exploitation FAGACE : Fonds Africain de Garantie et de Coopération Économique FBB : Financial Bank Bénin FSA . Fonds de Solidarité Africaine GARI : Fonds de Garantie des Investissements p GE : Produit Global d’Exploitation PN : Evolution des crédits à la clientèle Tableau 13 : Evolution des engagements par signature : Poids des crédits à la clientèle Tableau 14 Tableau 15 • Evolution de la position nette de la clientèle Tableau 16. ?? Importance des encours clients Tableau 17 • Evolution du taux de couverture du risque Tableau 18 .

Evolution du coefficient de rendement Tableau 1 g : Évolution du coefficient de rentabilité Tableau 20 : Evolution du coefficient brut d’exploitation (CBE) Tableau 21 • Evolution du coefficient net d’exploitation (CNE) Tableau 22 : Solde intermédiaires de gestion Tableau 23 : Hors bilan de la BOA-Bénin Tableau 24 Bilan de la BOA-Bénin Hors bilan de la BOA-Bénin Tableau 25 Tableau 26 Bilan de la BOA-Bénin LISTE DES GRAPHIQUES Graphique 1 : Evolution du total bilan de la BOA-Bénin de 2004 ? 2008 Graphique 2 ?? Évolution des masses bilancielles actifs Evolution des masses bilancielles pass’fs Graphique 3 Graphique 4 .

Evolution des charges, produits et résultat de la BOA-Bénin Graphique 5 : Évolution du raduit net bancaire sur la période d’étude PAGF s OF ag CHAPITRE 1 : CADRE THEORIQUE DE L’ETUDE…. Section 1 : Problématique, objectifs, hypothèses de recherche et intérêt Section 2 : Revue de littérature et méthodologie de recherche CHAPITRE2 : PRESENTATION DE LA BOA- BENIN.. 27 Section 1 : Généralités sur la BOA- Bénin Section 2 : ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA BOA- 40 CHAPITRE 3 : CADRE EMPIRIQUE DE 45

Sectlon 1 : Analyse du bilan et du compte de résultat Section 2 : Evaluation et gestion du risque de crédit 54 Section 3 : Analyse de la rentabilité…… — 57 Section 4 : Vérification des hypothèses et suggestions…. . . . 59 CONCLUSION 63 64 PAGF OF ag . 68 Introduction générale Le Bénin à l’instar des autres pays de l’Afrique, a connu dans les années 80, les répercussions de la crise économque qui ont mis en difficulté un nombre important d’institutions financières en général et plus spécifiquement bancaires à savoir la CNCA, la BBD, la BCB etc.

C’est alors qu’avec le renouveau démocratique, le Bénin a opté our le libéralisme économique en mettant en place les conditions de pérennisation du système bancaire grâce à la loi no 90-018 du 27 Juillet 1990 dont l’article trois (03) stipule que sont considérées comme banques « les entreprises qui font profession habituelle de recevoir du public des fonds dont il peut être disposé par chèque ou virement et de crédits ou de placements Ce qui a engendré un nouveau souffle pour la profession bancaire. De par leur mission, les banques se trouvent au carrefour de collecte de l’épargne et d’octroi de crédits.

Ainsi, l’évolution de l’environnement politique, économique ou sociale rée de ce fait un context confronte les banques ? PAGF 7 OF ag déséquilibres et de les corriger en vue de leur assurer une bonne santé financière et ainsi que leur pérennité. Ceci est d’autant plus important que l’état de santé de toute une économie, est le reflet de celui de son système bancaire et vice versa comme le souligne Charles Kona Banny (2003) : « Un système bancaire sain suppose une économie saine et réciproquement une économie saine présuppose un système bancaire adéquat P.

L’état de santé financière de ces institutions particulières permettrait de prendre le pouls de l’économie considérée. C’est pourquoi, tout système bancaire, efficace est doté d’une institution de suivi et de contrôle qui a pour rôle de définir le cadre Réalisé par Edouard SOSSA & François aocovo d’exercice de l’activité bancaire, d’établir les normes et de veiller ? leur application effective en vue de prémunir le système contre le risque de faillite.

Parallèlement à ce suivi, chaque institution doit pouvoir s’évaluer individuellement, identifier ses facteurs clés de succès en vue de faire efficacement face à la concurrence et choisir les créneaux porteurs. Elle s’intéressera de même à son profil de risque afin de se doter des onds propres adéquats et inspirer ainsi tiers. PAGF BOF ag secteurs les plus difficiles et les plus risqués comme le prêt accordé aux ménages démunis d’une garantie conséquente.

En dépit de son essor économique et de son expansion, la BOA-Bénin se trouve confronter à des difficultés. Au nombre de ces difficultés, nous pouvons citer : – le faible taux du ratio de structure du portefeuille ; – l’absence d’une mise à jour régulier de la situation comptable des engagements hors bilan – et le retard dans rélaboration du livre journal et du livre de l’employeur.

Pour répondre à ces difficultés, nous nous proposons de tructurer notre étude en trois chapitres. Le premier présentera le cadre théorique et méthodologique de Fétude. Ensuite, le deuxième chapitre portera sur le cadre institutionnel et enfin le troisième chapitre s’appesantira sur le cadre empirique pour déboucher finalement sur les recommandations et suggestions susceptibles dintéresser tous les acteurs concernés.

Réalisé par Edouard SOSSA François BOCOVO 2 CHAPITRE 1 : CADRE THEORIQUE DE L’ETUDE Le présent chapitre s’articulera autour PAGF ag institutions n’ont pas empêché l’avènement d’autres crises économiques. Au nombre de ces crises, nous ouvons citer celles des années 80 caractérisées par la mauvaise gestion administrative et financière des banques due à l’ingérence poussée de l’Etat dans les activités de ces dernières d’une part et l’accumulation des créances irrécouvrables ainsi que l’insuffisance du contrôle prudentiel d’autre part.

De même, pour soglo (1 996), cette crise est due au seuil critique qu’avait atteint l’endettement public à l’égard de ces banques au sein de la plupart des pays de VAfrique. C’est pour éviter que de pareilles situations se reproduisent que la commission bancaire monétaire Ouest africaine avait instauré un ispositif prudentiel qui vise essentiellement à assurer une protection accrue des déposants et à favoriser une mobilisation efficiente des ressources.

Ce dispositif tient compte des risques induits par les innovations financières et prend en considération l’évolution des normes internationales en matière de la supervision bancaire ainsi que les spécificités de la zone UEMOA (Charles C’est un plan instauré par l’américan Georges MARSHALL et qui vise la reconstruction de l’Europe suite à la seconde guère mondiale. Réalisé par Edouard SOSSA Fran ois BOCOVO 10 rif Bq