M le président

M le président

Monsieur Le Président Après l’émotion voici le temps de la reflexion et peut-être celui de la réconciliation, mais pour cela il faudra du courage et se poser les vraies questions. Je n’ai pas la prétention d’avoir la solution, je voudrais juste exposer ma vision et aussi mon expérience vis à vis des enfants de la République qui le temps d’un instant basculent du coté de l’obscurantisme et deviennent des terroristes.

Monsieur Le Président, je suis sincèrement navrée et consternée de constater qu’il ait fallut que nos acteurs de la liberté, que os défenseurs des droits de l’homme prennent une rafale de kalachnikovs pour que d’un coup la France entière se rende S to n ext compte que ça dysfo il est facile de fermer OF4 son confort et ses pr ga,. • p g le faire. Depuis les a philosophes, journali . En même temps, ainsi on consente m’est arrivé de s intellectuels, iques se poser la même question : on fait quoi pour ces jeunes de banlieues issus de l’immigration qui basculent ? u alors, qu’est ce qu’on a pas fait ? y a t’il un lien entre ce qui se passe en Syrie, en Irak ou en Palestine ? En

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
gros le coupable c’est qui ?. Seulement tous ces gens, ils ny vive vivent pas en banlieue difficile et lorsque je les entends, j’ai pas l’impression qu’ils vont trouver les réponses. Alors je vous fait part de mon expérience, pour peut être vous éclairer ou apporter un peu de lumière sur mes 47 ans de vie en Banlieue difficile.

Mon père Algérien et musulman est arrivé en France dans les années 60, il était communiste, adhérent à la CGT et profondément laîc, ma mère est Normande et catholique. Moi enfant issu de l’immigration, auprès de lui j’ai appris à avoir mon ibre arbitre, à défendre l’opprimé, à m’indigner devant l’injustice, à défifler dans les rues. A l’époque on ne parlait pas d’intégration, ce n’était pas un sujet j »étais Française (point).

Je vis en banlieue difficile et aujourd’hui j’ai un fils de 17 ans et c’est là que j’ai pris conscience des dysfonctionnement de notre République. J’ai toujours cru en nos institutions et je les ai toujours défendus. Pour autant, force est de constater monsieur Le Président que ça dysfonctionne dans notre pays. Qui est coupable ? tous le monde, on est tous responsable de ce qui nous arrive. Mon combat, je le mène auprès de mon fils et ce au quotidien pour pouvoir parer à toutes nos failles.

Je ne suis plus carriériste pour ne m’occuper que de lui, je reste célibataire pour ne me consacrer qu’à lui. Mon combat c’est de lui donner de l’espoir, de le convaincre que 2 ne me consacrer qu’à lui. Mon combat c’est de lui donner de l’espoir, de le convaincre que l’état est présent, de le marquer à la culotte pour qu’il reste scolarisé, de lui faire prendre conscience que seule l’éducation lui permettra de s’épanouir, de lui inculquer la tolérance, la différence etc.. tc…..

Mals j’avoue que cela est bien difficile actuellement, il a des difficultés à entendre mes messages. L’éducation Nationale l’ a trahi à 14 ans en l’expulsant du collège car trop populaire au sein de son école, sa directrice m’avait même dit en aparté que ce conseil n’avait pour objectif que de lui faire peur et qu’il ne serait pas exclu. Alors si l’éducation Nationale ne tient pas parole, comment voulez vous que nos jeunes aient du respect pour elle ?. Vient ensuite le temps des sorties avec ses copains, et oui ils ont 16 ans, Momo, Sophiane, Kader etc etc.

Là les gardes à vues s’enchainent, suspicion de dégradation d’immeubles, suspicion de dégradation d’un local, arrestation car reconnu formellement dans un cambriolage d’immeuble dans la nuit du 24 au 25 décembre (oui sauf qu’on est au Sénégal depuis le 22 décembre et qu’on rentre le 29) toutes ses gardes à vues non justifiées avec en prime des insultes racistes vont elles vraiment permettrent à nos jeunes de se sentir Français ? non je ne crois pas et c’est à ce moment l? qu’ils se marginalisen 3 jeunes de se sentir Français ? non je ne crois pas et c’est à ce oment là qu’ils se marginalisent.

Ensuite viendra le temps ou ils chercheront du boulot avec l’envoi de milliers de CV qui resteront sans réponse, car il y a un autre Dysfonctionnement, leurs noms trop maghrébins, trop musulmans. Autre exemple d’un gamin brillant issu de l’immigration, qui a fait des études et qui fait l’objet de discrimination, Monsieur Le Président, comment expliquez vous qu’en 2015 le film d’Abdelmalik ‘Qu’allah bénisse la France » et qui promeut le vivre ensemble ne passe pas dans toutes les salles sous prétexte que certains ne veulent pas « Qu’allah » rentre dans les salles ? Alors je lui dis quoi à mon fils ? out va bien ? qui est coupable ? et bien nous tous, politiciens, institutions, patronat. Qu’est ce qu’ils veulent ces mômes ? peut être simplement que le regard de chaque personne change, que la bienveillance s’installe à l’égard de tous et c’est à ce moment là que la question ne se posera plus. Monsieur Le Président, chaque gouvernement met en avant le souhait de voir s’intégrer les personnes issues de l’immigration et bien moi je vous le dis, le plus dur c’est lorsqu’ils sont intégrés et qu’on leur fait barrage et c’est bien ce Mal qu’il faut soigner !!! 4