L’italie fasciste

L’italie fasciste

L’Italie Fasciste LA CRISE ITALIENNE Bien que sortie victorieuse de la guerre, l’Italie connait en 1918 une crise profonde. Elle est confrontee a des difficultes economiques. Son appareil economique, fragile et desequilibre, marque par l’opposition Nord-Sud et des problemes agraires importants, a ete profondement desorganise par l’effort de guerre. Il a du mal a faire face au cout de la guerre. Cela debouche en 1919 sur des troubles sociaux et une poussee revolutionnaire. Des greves avec occupation d’usines et experiences de gestion directe des entreprises ont lieu dans le triangle industriel Milan, Genes, Turin.

Des mouvements agraires avec occupations des terres incultes et revendication du partage des grands domaines se developpent du Sud au nord du pays. On assiste a une poussee de la gauche revolutionnaire avec une scission du parti socialiste et la naissance du parti communiste. Autour du theme de la « victoire mutilee », une agitation nationaliste se developpe. Elle prend appui sur le fait que toutes les revendications italiennes n’ont pas ete satisfaites a la conference de Paris : l’Italie ne recoit que 10 % des reparations ; elle doit evacuer Fiume occupee par D’Annunzio et ses arditi.

Cette agitation trouve echo chez les anciens combattants demobilises et qui

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
eprouvent des difficultes a retrouver la vie civile. La crise est aussi politique. Le regime, une monarchie parlementaire, est fragile. Le suffrage universel n’a ete instaure qu’en 1912. Les catholiques ne participent a la vie politique que depuis la fin du conflit avec le partie populaire de don Sturzo. Les traditions parlementaires et democratiques sont faibles. Les gouvernements modere (Giolitti) sont instables (cinq se succedent entre 1919 et 1922) et se revelent incapables de faire face a la situation.

Ils refusent tout changement, tout en etant incapable de maintenir l’ordre. Un mecontentement profond se developpe dans tout le pays. LA MISE EN PLACE DU FASCISME Un ancien socialiste qui a anime la campagne en faveur de l’entree en guerre de l’Italie en 1914-1915, Benito Mussolini, cree en 1919 le mouvement des « Faisceaux italiens de combat » pour exploiter ce mecontentement et s’opposer aux socialistes et aux communistes. Il recrute parmi les ouvriers desorientes par le reflux de la vague revolutionnaire, les nationalistes d’extreme droite, les anciens combattants, les couches moyennes inquietes.

Le terme de fasci reflete l’ambiguite du mouvement, a la foi reference aux paysans revoltes du XIX siecle et au faisceau des licteurs de la Rome antique, symbole d’autorite. Les elections de 1919 sont un echec pour Mussolini. Il a alors recours a la violence pour s’imposer. Il cree les Chemises noires, une formation paramilitaire qui s’attaque aux organisations de gauche. Il developpe un climat de terreur dans le pays : les locaux des organisations syndicales et politiques sont detruits ; leurs militants sont intimides, blesses ou tues.

Socialistes et communistes ne parviennent pas a s’opposer a cette violence. Les autorites laissent faire. Le mouvement fasciste devient le point de ralliement de tous les mecontents et son audience s’accroit. Mussolini est elu a la Chambre en 1921 et poursuit son action violente contre le regime. Le soutien des industriels et des grands proprietaires, la neutralite des conservateurs, l’aide des autorites locales et d’une partie de l’armee lui permettent d’acceder au pouvoir en octobre 1922 a l’occasion de la « marche sur Rome ».

Mettant d’abord en place un gouvernement de coalition avec la droite nationaliste, il installe ensuite progressivement sa dictature. Apres avoir obtenu les pleins pouvoirs en 1922, il modifie la loi electorale et exerce diverse pressions qui lui permettent d’obtenir les trois quarts des sieges aux elections de 1924. En juin 1924, il fait enlever et assassiner de dirigeant socialiste Matteotti qui le critiquait. Cela suscite une profonde emotion dans le pays et le regime est alors ebranle.

Mussolini fait front ; il poursuit ses actions violentes et l’opposition ne parvient pas a le renverser. Mussolini peut alors etablir definitivement sa dictature avec les lois « fascistissimes » de 1926 qui suppriment les libertes et les partis politiques et lui donnent la totalite du pouvoir. Mussolini peut legiferer par ordonnance, le Parlement perd tout pouvoir reel. Les opposants sont arretes ou doivent s’exiler. LE FASCISME ITALIEN Mussolini s’oppose aux principes democratiques et met en place un regime totalitaire. Il est le Duce, a la fois chef de l’Etat et chef du parti.

Il a tous les pouvoirs (« le Duce a toujours raison ») et il instaure un Etat fort avec identite absolue entre l’Etat et le parti national fasciste qui domine le pays L’Etat, present partout, est fortement hierarchise. La jeunesse, qui doit appartenir a l’Etat plus qu’a la famille, est embrigadee des l’age de six ans : les garcons d’abord enfants de la louve, puis balilas et avant-gardistes, et recoivent un entrainement militaire. Les filles sont integrees aux « jeunes Italiennes ». L’enseignement et les enseignants sont tous sous controles.

S’opposant a l’idee de lutte des classes, Mussolini supprime les syndicats, interdit la greve et met en place des corporations (loi de 1926 sur les corporations), organismes uniques qui regroupent patrons et ouvriers d’un meme metier et assurent la preponderance du patronat. Une propagande s’exerce sur l’ensemble du pays avec un controle par le parti fasciste de la presse et de l’edition, une utilisation systematique de la radio, l’organisation de grands rassemblements ou Mussolini se met scene et utilise ses talents oratoires.

Un culte du Duce se developpe. Les libertes sont supprimees. Les opposants sont pourchasses et arretes par une police politique omnipresente. Voulant une Italie prospere et puissante, Mussolini met en place une politique economique dirigiste. Il multiplie les grands travaux pour lutter contre le chomage (autoroutes, aqueducs, amenagement de Rome). Il lance la bataille du ble des 1925 qui s’accompagne d’un effort de bonification des terres (amenagement des marais Pontins) et developpe une politique nataliste.

Il normalise ainsi les rapports avec la papaute (accords du Latran). Cette politique se traduit par quelques succes : retablissement de l’equilibre budgetaire, redressement monetaire, relance economique. Cependant, l’Italie est durement touchee par la crise mondial de 1929 et le regime a du mal a faire face. Il developpe une politique autarcique qui renforce la place de l’Etat (creation de l’IRI). Il s’engage dans une politique d’expansion avec la guerre d’Ethiopie. Il intervient dans la guerre en Espagne et se rapproche de l’Allemagne hitlerienne.

Cette orientation conduit a la mise en place d’une veritable economie de guerre qui accroit les difficultes economique et conduit a un durcissement politique. Malgre la repression, une opposition subsiste neanmoins, les catholiques se detachent du regime et celui-ci devient de plus en plus isole. Il ne resiste pas a la guerre. En 1943, Mussolini est destitue par le parti fasciste. Reinstalle au pouvoir en Italie du Nord par les nazis, il est arrete et execute par la Resistance lors de la liberation du pays. Antonio Gramsci (1892-1937).

Socialiste italien. En 1921, il fonde le parti communiste. Il s’oppose au regime de Mussolini. Arrete en 1926, il meurt en prison en 1937. Benito Mussolini (1883-1945). Socialiste et pacifiste a l’origine, il devient belliciste en 1915. En 1919, il fonde le mouvement fasciste et parvient au pouvoir en 1922 en s’imposant par la violence. Il met en place le premier regime totalitaire de l’apres -guerre qui servira de modele a Hitler. Luigi Don Sturzo -1871-1959). Pretre sicilien qui s’efforce de reintegrer les catholiques dans la vie politique italienne.

Il cree le parti populaire dans ce but mais il s’oppose au fascisme et s’exile de 1924 a 1926. Se situer dans le temps : 1912 : instauration du suffrage universel. 1914 : fondation d’Il Popolo d’Italia par Mussolini. Mars 1919 : Mussolini cree les Faisceaux italiens de combat a Milan. Septembre 1919 : occupation de Fiume par D’Annunzio. 1920 : poussee revolutionnaire ; terreur blanche fasciste. 1921 : creation du Parti national fasciste ; scission socialistes-communistes. Aout 1922 : echec de le greve generale antifasciste.

Octobre 1922 : marche sur Rome ; Mussolini chef du gouvernement. Novembre 1922 : pleins pouvoirs a Mussolini. Avril 1924 : succes fasciste aux elections truquees. Juin 1924 : assassinat de Matteotti. 1925 : lois fascistissimes. 1926 : etablissement definitif de la dictature ; loi Rocco sur les corporations. 1927 : charte du travail. 1928 : loi de bonification integrale. 1929 : accords de Latran. 1935 : invasion de l’Ethiopie. 1936 : proclamation de l’empire ; axe Rome-Berlin. 1938 : mesures antisemites ; Chambre des faisceaux et des corporations.