L’islam a-t-il besoin de la democratie? resume

L’islam a-t-il besoin de la democratie? resume

Dans son texte «L’islam a-t-il besoin de la democratie? » Noomane Raboudi defait la conception que tous les musulmans sont unanimes aux niveaux de leurs opinions politiques ou islamiques. Il tente de decoder les notions politiques islamiques qui affectent les musulmans en Occident. Entre autre celle qui pose le plus grand probleme qui est la politique islamiste a l’egard de la democratie. L’auteur demontre comment les islamistes fondamentalistes ont concu l’integration de la democratie ou dans un deuxieme lieu, ont rejete cette idee.

Ensuite, il rappelle les notions fondatrices de la politique islamiste contemporaine et arabo-musulman. Finalement, prouve qu’a l’interieur de ses theories politiques, l’islam est veritablement compatible avec la democratie. D’abord, l’auteur souligne l’ambivalence dans les opinions (discours) islamistes a l’egard de l’adaptation de la democratie occidentale, et les croyances qui viennent avec celle-ci. Soit ils contestent que l’islam possede depuis deja quatorze siecles un systeme democratique, et ce bien avant l’elaboration du systeme democratique occidentale.

Ou au contraire, les islamistes fondamentalistes cherchent a se reapproprier une democratie ideale et le modele selon les fondements de l’islam originel. D’ou l’importance de noter que l’islam n’a pas besoin de la democratie occidental puisqu’elle conforme les concepts sociaux et economique de la democratie occidentale

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
a la tradition et pensee islamique originel sunnite. De plus, l’auteur explique les differences que comportent une societe politique et une societe religieuse.

Dans une societe politique, la population adhere selon leur rationalite, c’est-a-dire le consentement preetablit entre les membres d’une societe a obeir. Mais dans une societe religieuse c’est a travers l’acceptation de sa foi qu’une puissance divine peut legitimement posseder un pouvoir absolu. Que ses ordres soit juste ou injuste, le politique s’occupe strictement a communiquer la logique religieuse a travers les liens sociaux. L’institution califale, est justement l’institution politico-religieuse qui est designe pour faciliter le rapport entre les individus et ses preceptes.

Par ailleurs, l’auteur accentue le probleme que les islamistes politique contemporain posent, lorsqu’ils tentent de traduire les textes sacres et tirer des conclusions de nature politique pour supporter que l’islam et la democratie sont compatibles. En consequence, le contenu du Coran est surinterpreter et subi des traductions errone, d’ou le probleme. Le Coran ne vehicule pas un message politique, il est plutot indifferent a ce sujet. Le concept de la dunia met en evidence l’insignifiance du politique dans la foi musulmane qui tente d’encourager a l’Oumma de se desassocier au pouvoir qui porte des connotations negatives dans le Coran.

Les textes ajoutent que celui qui detient le pouvoir doit assurer la justice sur terre. La justice est un concept inherent a la foi et demontre a un certain degre la comptabilite entre l’islam et la democratie. Le verset 59 demontre ceci davantage, en incitant la communaute musulman a regler leurs problemes avec des methodes pacifiques sous un procede juste et equitable. Le Coran fournit alors des solutions specifiques a l’egard de certaines choses. D’ailleurs, c’est a ce regard que les theologiens musulmans ont commis une grave erreur.

Afin de deduire un sens politique des textes, ils ont transforme la signification sacree du Coran en une constitution politique. En consequence, l’evolution sociale des societes musulmanes a subi un arret. Puisque contrairement au caractere evoluant d’une constitution, le Coran est immuable et absolu. Donc l’expression de cette erreur ce traduit par l’imposition des valeurs par force. L’auteur explique que, les islamistes contemporains se basent sur deux versets en particulier pour demontrer la presence de la democratie dans la pensee islamique mais c’est entre autre le concept de la shura qui appuie leur argument.

Le verset « La deliberation», revele que la consultation est le systeme en place dans les societes islamiques et se base sur le principe de se conseiller aupres d’un individu plus informe (oulemas) et competent pour eclairer certaines nuances. Pour certain cette consultation s’agit d’un ordre formel, d’autre pretendent que chaque musulman est libre de respecter les conseils des oulemas. Neanmoins, la shura n’est pas en elle-meme un systeme democratique mais cette initiative demontre un niveau de comptabilite avec la democratie. Selon l’auteur, pour que les societes musulmanes se modernisent il faut que l’islam se modernise.

L’interpretation des textes sacres doivent etre fidelement traduits pour institutionnaliser les valeurs qu’ils degagent et cree une jurisprudence musulmane. L’auteur exprime ses doutes a propos de ce travail et suscite un changement a l’interieur des ideologies islamiques et a l’intolerance agressif envers eux, qui selon lui pose le plus grand defi a cette evolution. Il affirme que la democratie est le climat necessaire pour liberer cette situation. Enfin, Noomane demontre a travers ses explications les diverses opinions islamistes qui entoure le concept de la democratie occidental.

Les fondamentalistes islamistes veulent structurer une democratie ideale a partir de la pensee islamique originelle sunnite mais d’autre refute completement la notion de la democratie occidentale. Il denonce les erreurs que les islamistes et theologiens ont produit a travers la manipulation des textes sacres et ses effets sur les societes musulmans. Il souleve egalement des rapports qui demontrent la comptabilite entre l’islam et la democratie. Mais il affirme avant tout que la democratie est une necessite dans les societes musulmanes pour pouvoir evoluer.