Liju

Resume [modifier] La piece est constituee de sept tableaux. Le premier et le septieme se deroulent en 1945 tandis que les cinq autres ont lieu deux ans plus tot, en mars 1943. Premier tableau [modifier] Hugo est un jeune intellectuel bourgeois qui a integre en 1942 le parti revolutionnaire d’Illyrie (ici represente comme un etat de l’Est germano-slave). En 1945, apres deux ans passes en prison pour le meurtre de Hoederer (un des chefs communistes) qui lui avait ete ordonne par le parti, il retrouve sa protectrice de toujours, Olga.

Celle-ci a obtenu de la part de Louis (un autre chef du parti) la permission de sonder l’etat psychologique d’Hugo et d’evaluer s’il est recuperable ou pas, c’est-a-dire s’il est dispose a se voir octroyer de nouvelles missions. Elle a jusqu’a minuit, apres quoi Louis tuera Hugo si celui-ci n’est pas sauve par Olga. En effet, Louis estime qu’Hugo doit etre elimine car il est selon lui non recuperable. Hugo accepte de raconter a Olga le deroulement de la mission que lui avait confie le parti deux ans plus tot et le lecteur est alors plonge en 1943.

Tableaux 2 a 6 [modifier] A cette epoque, Hugo souhaite prendre de l’importance dans la

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
structure du parti; pour cela il cherche et trouve une mission de haute importance : assassiner l’un des chefs charismatiques du parti proletarien communiste : Hoederer. Devenant son secretaire particulier, il va peu a peu se lier d’amitie avec lui et prendre conscience de l’humanite de sa proie meme s’il ne partagera jamais son point de vue en matiere de politique.

Il tentera d’ailleurs de convaincre Hoederer que sa theorie est la bonne, sans succes. Son attachement a ce dernier va l’empecher d’accomplir sa mission jusqu’a ce qu’il ne surprenne Hoederer enlace avec sa propre femme, Jessica. Hugo va alors franchir le pas et tuer Hoederer. Septieme tableau [modifier] Dans le septieme et ultime tableau, le lecteur est a nouveau transporte en 1945, juste apres la fin du premier tableau. Il va etre minuit; Louis va arriver et tuera Hugo si celui-ci est effectivement non recuperable de l’avis d’Olga.

C’est alors que celle-ci dresse la situation du moment a Hugo: le jeune homme se rend compte que c’est la politique promue par Hoederer deux ans plus tot qui s’est imposee et qu’elle a amene une serie de consequences qu’Hugo avait prevues. C’est alors qu’il s’exclame: « C’est une farce. », tandis qu’Olga lui avoue qu’Hoederer a ete propulse au rang d’icone et de personnage historique en qualite de visionnaire. Olga lui propose d’ oublier son crime, son identite et de repartir a zero, desormais considere comme un vrai membre du parti qui a fait ses preuves par les armes et le sang; en bref, il est recuperable.

Mais Hugo refuse; il a honte: honte d’avoir tue Hoederer sans savoir pourquoi, ou plutot sans l’avoir reellement decide; honte de se voir proposer un marche par Olga sa protectrice de toujours. Non, Hugo n’accepte pas de ternir la memoire d’Hoederer: ce n’est qu’en revendiquant son meurtre qu’il sera responsable et libre et qu’il aura enfin tue Hoederer, dignement. Refusant la voie de la lachete et du silence (s’ecriant finalement: « Non recuperable! »), Hugo a aussi choisi la mort. Analyse [modifier] Une ? vre autobiographique [modifier] Les Mains sales est en effet un drame autobiographique. Sartre y decrit ses propres luttes intellectuelles en relation avec son entree dans un parti « revolutionnaire » en 1948. Il met en scene un jeune intellectuel bourgeois, Hugo, dont beaucoup de traits ressemblent a Sartre lui-meme tel qu’il se decrira plus tard dans son autobiographie Les Mots. Dans certaines repliques d’Hugo, on ressent d’ailleurs toute la haine que ressent Sartre a l’egard de sa classe d’origine et de sa propre condition.

Sartre s’interroge en fait sur son propre engagement politique, comme il l’avait deja fait a travers le personnage de Garcin dans Huis clos. Une ? uvre a portee politique et philosophique [modifier] Sartre met en contraste sa version du marxisme ideal a lui, un marxisme qui d’apres son avis n’a pas d’avenir sans qu’il n’y soit pas incorpore l’existentialisme. Sans existentialisme le marxisme ne pourra pas fonctionner et Hugo en est le representant dans le drame.

Hoederer represente le pragmatisme materialiste qui a infiltre le marxisme pur et qui est en train de le deformer. Cependant, Hoederer mene une politique qui est applicable en collectivite, tandis que la phenomenologie d’un Hugo mene a un solipsisme qui isolera l’individu de la possibilite d’agir en responsabilite envers le monde autour de lui. Sartre rejette les deux caracteres, ce qu’il souhaite est une solution intermediaire : une philosophie politique qui unira l’humanisme et le sens de la responsabilite ’un Hoederer avec l’attitude non-comprometteuse, la capacite de dire « non » d’un Hugo. La fin tragique, qui est caracterisee par une sorte d’unisson metaphysique entre Hugo et Hoederer (Hugo offre sa vie en honneur de la personne de Hoederer et en meme temps proteste contre la politique de ce dernier) ou ces deux personnages se fondent ensemble, marque le desir de Sartre d’arriver a cette synthese entre le materialisme et l’idealisme sur le plan philosophique qui pourrait etre mise en action sur le plan politique.

Auteur classique de la litterature engagee, Sartre s’interroge sur l’usage de la violence dans l’action revolutionnaire et pose la question suivante: un revolutionnaire doit-il, au nom de l’efficacite, risquer de compromettre un ideal ? La piece illustre la desillusion face aux espoirs du communisme ternis par la Guerre Froide.

Cette ? uvre n’a pas ete bien acceptee par les partis communistes lors de sa parution. En effet, elle montre les clivages des partis communistes. Cette ? uvre peut egalement etre mise en relation avec Les Justes d’Albert Camus qui se pose sensiblement la meme question, a la meme epoque, dans un contexte historique qui s’y prete bien.