Licence

Licence

Aucun sujet ne soulève plus de controverses que celui de l’aide au développement vue parfois comme un sacrilège pour les dirigeants politiques occidentaux. Les différents partenaires de l’aide, les gouvernements, les institutions financières internationales, les agences d’aide bilatérale et les Organisations Non Gouvernementales (ONG) mettent en cause le bien fondé de cette manne déversée chaque année aux pays dits du Tiers Monde. Les résultats obtenus durant les cinquante dernières années se sont révélés en effet fort en deçà des esp la planète.

L’aide internationale éthodes, ses condi les plus pauvres de 0 p g te par ses s conséquences à terme. Si, à ses débuts, elle semblait être la réponse aux nombreux problèmes du pays, aujou d’hui se pose plus que jamais la question de sa réelle efficacité. Plusieurs pensent que la cause du sous-développement d’Hâlti est liée à raide et à sa dépendance. Un tel palmarès fait ressortir un étrange paradoxe qui pose le problème du contrôle et de la gestion de l’aide internationale à Haiti. 2. Problématique Ce paradoxe conduit à de multiples interrogations à savoir : Les problèmes de contrôle et de gestion liés à l’Aide

Internationale ne sont-ils pas susceptibles d’entraîner des conséquences néfastes telles une

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
aggravation du sous- développement ? Le gouvernement s’efforce-t-il de doter les ONG d’un cadre légal une reponse. 3. Hypothèse Hypothèse principale : Les activités financées par l’aide accordée aux ONG par les bailleurs Internationaux s’avèrent inadaptées aux besoins de développement du pays Hypothèse secondaire : La planification, l’intégration et la coordination, des programmes du gouvernement et ceux des ONC sont nécessaires à l’utilisation optimale des ressources disponibles et au développement du pays à long terme. Objectifs Ce travail de recherche revient à faire une évaluation critique du contrôle et de la gestion de [‘Aide Internationale octroyée Haïti et à montrer également que l’Aide Publique Internationale, pour contribuer au développement du pays, doit être concertée, planifiée, coordonnée et inscrite dans le cadre d’une politique conçue par l’Etat. En d’autres termes l’étude cherche à : Déterminer la répartition de l’Aide dans des secteurs bien définis qui permettra d’éviter une trop grande dispersion de l’Aide.

Faire une « évaluation au niveau de la performance, de ‘efficacité et de la transparence » des bailleurs de fonds et les Organisations Non Gouvernementales (ONG) Indispensables pour une bonne Gestion de l’Aide. 5. Justification du Choix du Sujet De nombreux observateurs pensent qu’Halti est un état fragile, un pays en déroute. Ce pays, qui a célébré le bicentenaire de son indépendance en 2004, a pourtant subi de multiples intrusions étrangères et souffert des décennies de dictatures brutales, de mauvaise gouvernance et de violence politique.

A une époque où plusieurs pays de l’Amérique Latine s’engagent dans la voie du progrès et s’attachent à moderniser leur structure, es élites haltiennes se ret des débats à savoir s’il 2 OF SC haitiennes se retrouvent dans des débats à savoir s’il faut opter pour la modernisation ou conserver les anciennes structures vu le contexte international et tout ce que le système haitien comportait d’oppression, d’exploitation, de féroce, de misère et de pauvreté absolue.

Des le début du XXe siècle, on pouvait constater les premiers signes de dégradation du pays. Cette dégradation entraine une déperdition des cadres intellectuels, l’émigration vers la République Dominicaine et Cuba, ce qui allait convertir Halti en un éritable laboratoire du Sous-développement. Estimé à 1 078,31 dollars américains le revenu per capita annuel pour l’ensemble de la période 1980-2008, et qui diminue encore, Haïti a perdu son statut du Tiers Monde pour devenir le seul PMA de l’hémisphère américain.

Cet échec traduit l’incapacité du système à concevoir et à exécuter un quelconque projet de modernisation et de développement national. Ce qui affectera en profondeur la crédibilité des autorités haltiennes auprès des bailleurs de fonds étrangers. Il portera certains professionnels haitiens à s’organiser pour voler au secours des populations des lus défavorisées, ce qui conduira à une prolifération rapide des Organisations Non Gouvernementales (ONG).

Avec une grande capacité de développement et d’intervention dans des secteurs tels que: la santé, l’éducation, l’agriculture, l’artisanat, le crédit, la défense des droits de l’homme… les bailleurs de fonds vont faire passer la grande majorité de raide Internationale par ce canal. par cette constatation il se révèle impossible de parler des ONG, du développement d’Haiti sans faire mention de l’aide internationale. Elle a certainement un rôle important à jouer dans le développement du pays : mais co OF SC internationale.

Elle a certainement un rôle Important à jouer dans le développement du pays : mais comment, à quelle condition et à quel prix? 6. Méthodologie pour vérifier les hypothèses, de nombreux ouvrages ont été consultés afin de trouver les informations nécessaires pour aborder le sujet dans sa complexité. Des rencontres ont été organisées avec de hauts fonctionnaires de FAdmnistration Publique, des diplomates en poste, des représentants des Agences Internationales pourvoyeuses d’aides, des hommes politiques et des personnalités de la société civile.

De hauts adres de l’Administration Publique et des responsables de diverses ONG ont accordé une entrevue dans le cadre de ce travail. Ce qui m’a permis d’obtenir d’eux soit une autoévaluation de leurs activités sur le terrain, soit leur point de vue sur l’impact de l’aide internationale sur le développement d’Haiti. En dehors de cette démarch e, une approche pratique a été utilisée pour expliquer le fonctionnement de l’unité de Gestion de Projet / Bureau de Développement Institutionnel (UPG/BDI), le mode de gestion des projets et le contrôle et évaluation de ces projets.

En d’autres termes, on a couplé l’approche documentaire avec es impressions, les perceptions et les points de vue des acteurs évoluant dans le secteur des organismes non gouvernementaux Le développement du sujet s’est structuré autour des points l, Il, Ill, IV et VI. Le point I fait une recension des écrits sur l’aide internationale tout en établissant le cadre théorique du travail. Le point Il analyse le rapport entre l’Aide Internationale et l’évolution de quelques indicateurs économiques en Haiti.

Le troisième point étudie les Organisation Non Gouvernementales (ONG) évoluant en Ha 4 OF SO troisième point étudie les Organisation Non Gouvernementales ONG) évoluant en Haïti. La « présentation » de rlJnité de Gestion de Projets / Bureau de Développement Institutionnel (UGP/BDI) fait l’objet du point IV et le point V vérifiera les hypothèses de la recherche. Nous avons essayé de faire une évaluation critique des ONG évoluant en Halti, en présentant leur système de contrôle et de gestion des projets et les conditions de leur contribution au développement du pays.

Le travail de referme sur une reprise en synthèse des principaux résultats trouvés et en quelques recommandations. . CADRE ET REVUE DE LITTERATURE 1. 1- Définition du concept Aide Internationale CAide Internationale est l’ensemble des ressources publiques ou privées transférées à l’échelle internationale à des conditions théoriquement plus favorables que celles du marché, dans le but de favoriser le progrès économi ue et social des pays qui en sont bénéficiaires. Il s’agit d’un plus d’un demi siècle s OF SO Internationale comporte deux grandes catégories : l’aide privée et l’aide publique. aide privée constitue une part minoritaire de raide internationale. Elle recouvre principalement les dons et projets financés par les ONG ainsi que les transferts technologiques réalisés par les entreprises. aide publique au développement est définie comme un transfert de fonds à titre de prêts ou de dons au pays en développement par des institutions financières multilatérales à travers les organismes publics, l’Etat et les agences externes d’exécution dont le but est de promouvoir le développement économique et social de ces pays.

L’Aide internationale a un caractère concessionnel et comporte un élément de don équivalent à près d’un quart du montant transféré. Les secours d’urgence et l’assistance fournie par les organisations non gouvernementales font partie de cette rubrique. CAide Publique au Développement (APD) recouvre a plus grande partie des ressources ; elle se divise en aide bilatérale lorsque les ressources sont apportées directement d’Etat à Etat, et en aide multilatérale lorsque les ressources sont apportées aux Etats par des organisations multilatérales. . 2- Inventaire de l’aide publique au développement e premier programme d’aide internationale à Haïti débutait en 1944 à l’occasion d’un accord de coopération technique visant à renforcer la production agricole. Ce programme a été étendu aux domaines suivants : éducation rurale, santé publique, travaux publics et administration publique. L’aide s’est poursuivie jusqu’en 963 avant d’être entièrement supprimée à la suite d’un grave différend entre les gouvernements des pays donateurs et ceux des pays bénéficiaires.

Et selon les estimations officieuses des respo 6 OF SC gouvernements des pays donateurs et ceux des pays bénéficiaires. Et selon les estimations officieuses des responsables donateurs, la consommation de plus de 80 % des ressources était attribuable à la mauvaise gestion et la corruption, qui étalent fondamentalement les causes de la suppression de l’aide. Le rétablissement du programme d’Aide à Haiti ne s’est effectué qu’après l’arrivée de Jean Claude Duvalier au pouvoir à la fin e 1972.

Au cours des quatre premières années de ce régime, l’aide publique en provenance de différentes sources, a plus que décuplé pour atteindre 59,3 millions de dollars en 1975. Au début des années 1980, le montant total des décaissements annuels d’aide a pratiquement doublé, dépassant le cap des 100 millions de dollars américains. Selon la Banque Mondiale, le volume total de l’aide internationale engagée en faveur d’Haiti de 1973 à 1981 s’est chiffré à 477 millions de dollars (voir tableau 1). Tableaul Engagements d’Aide Internationale à Halti De 1973 à 1981 (En millions de dollars) Etats-Unis 182.

Banque Mondiale- 134. 3 Banque Interaméricaine de Développement (BID) 68. 3 Autres 91. 7 Total 477. 0 Source Banque Mondiale, 1983 p. 21-22 La majeure partie de l’aide Internationale a été accordée directement au gouvernement qui devait futiliser pour appuyer des projets de développements ada tés d’un commun accord2. e Congrès des Etats-Unis la loi sur l’aide millions de dollars accordés par la BID jusqu’à la fin de 1981 furent en grande partie destinés au renforcement institutionnel et au développement des infrastructures.

L’USAID mit l’accent sur l’élimination de la pauvreté rurale, les engagements de rêts furent surtout axés sur la construction des infrastructures matérielles telles que routes, ports et centrales électriques. Ces engagements représentaient plus de 68% du programme de prêt de 134 millions de dollars de la Banque Mondiale (voir tableau 2). Tableau2 Prêts et crédits accordés par la Banque mondiale à Halti Routes 48. 0 Electricité 33. 0 Education 15. 5 Agriculture 13. 2 ports 11. 0 ndustrie 7. 0 Adduction d’eau 6. 6 Source banque mondiale 1983, p. 22 1. – Origines de l’aide au développement raide au développement occupe une place de choix dans la coopération internationale. Elle a donné lieu à des débats très agités et une multitude d’ouvra es lui ont été consacrés, soit pour la présenter comme solidarité entre pays O gouvernementales dans les pays sous-développés. Il en est de même de Faide publique, car les travaux d’infrastructures réalisés par les métropoles dans leur colonie ne diffèrent en rien aux projets de drainage, de construction de routes, d’usines et aéroport financés par les pays industrialisés dans le Tiers Monde.

L’aide privée et publique au développement allait prendre une dimension extraordinaire après la seconde guerre mondiale à la aveur de quatre phénomènes qui ont considérablement marqué la deuxième moitié du XXe siècle à savoir : a) La bipolarisation du monde et la Guerre froide b) Le mouvement de décolonisation c) Le développement des échanges internationaux d) Le progrès de l’électronique Ces quatre facteurs sont à la base de la nouvelle dimension qu’a prise Paide au développement après la seconde guerre mondiale. . 4- La nature de l’aide au développement par nature de l’aide, nous entendons les types d’institutions qui l’accordent, les formes sous lesquelles elle se présente ainsi les conditions de son octroi. aide peut être octroyée soit : En espèce : c’est l’aide que reçoit un gouvernement ou une institution privée en termes de fonds destinés au financement de projets de développement. Elle peut se présenter sous forme de prêts à des « conditions de faveurs » ou de dons.

En nature : elle consiste en matériel, produits de premières nécessité qu’un gouvernement ou un ONG reçoit d’un autre gouvernent ou un autre ONG. Aide en assistance technique : elle est celle qu’une institution reçoit d’une autre en termes d’expert ou de coopérants pour l’élaboration ou l’exécution d’un programme bien déterminé. Qu’elle se présente sous forme de prêts ou sous forme de dons, il est assorti d’un ensemble de contr C est assorti d’un ensemble de contraintes que doit se soumettre le pays qui la reçoit. En fonction de ces contraintes, l’aide est dite .

Liée : lorsque le pays qui la reçoit est dans l’obligation de se procurer un certain nombre de matériels qu’il doit acheter chez les pays donateurs ; ou de payer des salaires exorbitants aux « experts » en provenance du pays donateur. Conditionnée – elle est assortie de toute une série de conditions que le pays donateur impose aux pays qui la reçoit et que celui-ci ‘engage à respecter. Spécifique — elle est dite spécifique quand elle est destinée un projet bien déterminé. Dans ce cas les fonds en question ne saurait être utilise à un autre projet.

Sil en reste une partie, il revient au bailleur de décider à quel usage elle sera affectée. Institutionnelle ou programmatrice – quand elle est destinée au financement de tout un programme échelonné sur plusieurs année, visant des reformes en profondeurs, dans le but d’établir de nouvelles structures dans des domaines bien définis. 1. 5- La mission de l’aide au développement aide au développement a un objectif avouable et avoué : Aider les peuples du Tiers monde à améliorer leur condition matérielle d’existence, – contribuer au progrès économiques et social des pays sous-développés.