L’hyperactivite

L’hyperactivite

Une pedagogie differenciee Le Renforcement Positif : Il restaure l’image de soi. Le renforcement positif est une methode que l’on utilise pour creer, maintenir et/ou induire des conduites adaptees. Il est a la fois important et utile parce qu’il permet de complimenter ou de recompenser les petits progres et les efforts des enfants, et ainsi d’ameliorer l’image qu’ils ont d’eux-memes. Il faut avoir l’art de surprendre l’enfant a bien faire en trouvant des occasions de l’admirer et d’etre fier de lui. Ceci va permettre de motiver l’enfant et l’adolescent au moment de se mettre au travail.

Et cette motivation sert en outre a maintenir et a augmenter le niveau attentionnel de ces enfants lors des devoirs. L’ideal, bien sur, serait de faire rentrer l’enfant dans une logique de « Le reconfort vient apres l’effort. ». Mais alors, il est imperatif que le ‘ reconfort’ ait un veritable sens pour l’enfant et que l’activite proposee en recompense soit suffisamment motivante et immediate car l’enfant TDA/H eprouve des difficultes a se projeter dans l’avenir. Il est benefique egalement de faire des « retroactions positives » : lorsqu’une seance de devoirs s’est bien passee, ou qu’une journee de classe a ete articulierement positive, en reparler

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
le soir meme et y faire allusion lors des seances ulterieures afin d’encourager l’enfant. Methodes de travail Il est important, d’aider l’enfant a decomposer les devoirs en petites activites pour qu’il puisse les faire avec succes. Assimiler le contenu de la matiere en plusieurs petites etapes l’aidera a mieux retenir. En ce qui concerne la demarche generale a suivre, on doit s’assurer que l’enfant realisera a peu pres le processus suivant (a superviser, bien sur) :

Premiere lecture : A ce stade, l’enfant doit avoir compris clairement le sujet de la lecon ou bien la consigne de l’exercice a faire. Selon les difficultes de l’enfant, on peut, si on est present, exiger une lecture a haute voix, mais attention de ne pas mettre en difficulte un enfant qui ne possede pas une lecture courante. Il doit s’agir avant tout d’un exercice qui permette a l’enfant de s’investir dans sa tache, en eliminant le parasitage de sa pensee par des preoccupations hors propos.

Dans le cas d’enfants ayant de grosses difficultes en lecture, il vaut mieux lire le texte a leur place, par petits morceaux, afin de s’assurer oralement, a chaque etape, de leur comprehension. Par la meme occasion, l’enfant apprend ainsi la structure des phrases (si on suit la lecture du doigt) et le vocabulaire (explique au fur et a mesure). Certains enfants reussissent mieux a lire quand on cache une partie du texte ; cela enleve du champ visuel le reste qui distrait et qui donne l’impression qu’il y en a de trop Lecture attentive

A l’aide d’une lecture silencieuse, l’enfant doit dans un premier temps rechercher par lui-meme les informations pertinentes. Un questionnement judicieux de l’adulte lui permettra alors de transmettre oralement le fruit de sa reflexion. On entre dans la phase de structuration. Dans le cas d’un exercice, on s’assure de la comprehension de la consigne en faisant des allers – retours entre les items de l’exercice et les mots -cles de la consigne. Dans le cas d’un texte ; il faut apprendre a degager les idees fortes, les mots clefs, en saisir la chronologie, l’enchainement et la logique sequentielle.

C’est une etape tres difficile pour un enfant avec TDA/H, car sa dispersion lui rend particulierement penible l’acces a une representation complete et operationnelle du texte. L’aide consistera essentiellement a fixer des representations morcelees et a les assembler dans un ensemble coherent, qui pourra etre formalise dans l’etape suivante : Souligner, schema ou resume C’est une etape de representation cruciale pour les enfants avec TDAH. Elle permet de verifier si le texte ou l’exercice a ete compris.

Le soulignement sur une copie du texte original, ainsi que le schema ou le resume les engagent dans des procedures exigeantes et penibles pour eux. Elles sollicitent autant l’attention, que la memoire, le raisonnement ou la capacite de representation spatiale. Il convient alors de les aider dans leur demarche, sans toutefois leur macher le travail. Ainsi, dans le cadre d’un exercice, pour eviter l’eparpillement si frequent a ce stade, on peut demander a l’enfant de se repeter a voix basse ce qu’il a a faire et comment il va proceder.

Dans le cas d’un texte, l’enfant doit arriver a en schematiser la structure a l’aide d’une representation lineaire, a l’aide par exemple, de bulles et de fleches. Dans le cas ou le texte original ne peut etre modifie, il importe de prevoir la realisation d’une copie sur laquelle on pourra travailler sans contrainte. Une fois que ces etapes de structuration et de representation sont maitrisees, on peut passer le cas echeant, a la memorisation proprement dite.