L’humour dans la relation educative

L’humour dans la relation educative

Sommaire: INTRODUCTION: Page 1 L’I. M. E et l’humour comme moyen de creer le lien Page 3 A) Presentation du lieu de stage. Page 3 B)Presentation de la situation Page 4 C) Analyse et theorie. Page 7 Le centre maternel, son organisation et sa pratique Page 10 A) La structure et l’association Page 10 B) Presentation de la situation Page 11 C) Mon action et mon analyse Page 13 CONCLUSION Page 18 Introduction Au cours de mes trois annees de formation d’educateur specialise, j’ai pu observer et analyser differentes pratiques professionnelles.

Avec les differents apports des equipes pluridisciplinaires que j’ai pu cotoyer ainsi qu’avec les differents apports theoriques engranges par le biais de ma formation, j’ai pu distinguer plusieurs mediations et supports educatifs qui m’ont ete utiles au cours de mon cursus de formation. L’humour dans la relation educative en est un exemple, et c’est ce theme dont je vais traiter au cours de ce Dossier de Pratiques Professionnelles (DPP) comptant pour la validation du Domaine de Competence 1 (DC1) du diplome d’educateur specialise.

Afin d’affiner mon observation et mon analyse de ce que j’appellerai «technique educative», je m’appuierai sur mes differentes experiences professionnelles et plus particulierement sur mes deux premiers lieux de stage. Le premier etant un centre maternel accueillant

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
des meres et des enfants (ages de moins de trois ans) en difficultes sociales. Quant au second il s’agit d’un Institut Medico-Educatif prenant en charges des jeunes autistes et psychotiques ages de 11 a 20 ans. Mes choix et mes motivations de cursus ont ete elabores autour de diverses reflexions.

Tout d’abord pour mon premier stage (d’une duree de trois mois) en centre maternel, ma reflexion et mon action se sont organisees autour du lien entre la mere et l’enfant, qui me semblait alors primordial. De plus, apporter un eclairage pratique associer aux notions theoriques abordees en premiere annee me semblait tres enrichissant. Ensuite pour mon second stage, mes motivations etaient totalement differentes. En effet, n’ayant jamais travaille dans le domaine du handicap, j’ai voulu le decouvrir a travers de jeunes personnes atteintes de troubles autistiques.

Ces deux experiences ont ete tres enrichissantes tant au niveau personnel que professionnel. Et j’ai pu constater alors que l’humour est un element primordial tant dans la relation educative avec l’usager que dans le bon fonctionnement d’une equipe. Nous analyserons donc dans un premier temps, la place et la fonction de l’humour dans la prise en charge de personnes atteintes d’autisme ou de psychose. Puis nous verrons la place et la fonction de l’humour aupres de personnes en difficultes sociales, ici aupres de meres et d’enfants. I. L’I. M. E et l’humour comme moyen de creer le lien.

A-Presentation du lieu de stage. Population accueillie L’IME J. R accueille 20 jeunes ages de 12 a 20 ans. Ceux-ci sont separes en deux groupes :10 externes et 10 internes. La plupart des jeunes accueillis sont des garcons (16) et seulement 4 jeunes filles. Tous les jeunes souffrent de troubles autistiques. L’institution L’I. M. E est specialise dans l’accueil d’enfants et d’adolescents presentant des troubles d’apparence autistiques. L’institution a vu le jour en 2006, elle fait partie d’une association de parents (SESAME AUTISME GESTION ET PERSPECTIVE) a but non lucratif de loi 1901.

Ses ressources sont majoritairement constituees par les cotisations et souscriptions de ses membres, par les subventions de l’Etat, et des collectivites territoriales. Situation geographique L’I. M. E se trouve en Seine Saint Denis dans une zone de tranquillite et de vie active ou le travail en partenariat est mis en avant. En effet, il existe de nombreux partenaires (bibliotheque, piscine, centre equestre, restaurants, cinema…) qui acceptent et desirent travailler au quotidien avec l’institut. Le but de ces partenariats est de sortir les jeunes de l’institution, ce qui va ermettre de favoriser l’insertion des jeunes en milieu «ordinaire» en leur permettant la rencontre avec des personnes exterieures a l’institution. Projet d‘etablissement: Le projet de vie s’articule autour de quatre axes majeurs, tenant compte de leurs difficultes psychiques, physiques et somatiques: Assurer aux jeunes une prise en charge complete et pluridisciplinaire ( scolaire, artistique, motrice…etc. ) . Permettre de consolider les aptitudes et favoriser les emergences de chacun par l’elaboration de projets educatifs individualises.

Developper les competences de chacun et accompagner le jeune vers une adaptation sociale. Prendre en compte les problemes somatiques de chaque jeune. B. Presentation de la situation Georges est un jeune homme de dix-neuf ans. Celui-ci a ete diagnostique psychotique tres tot dans sa jeunesse. Il est arrive a l’IME a l’age de 11 ans. A mon arrivee, Georges est tout de suite venu vers moi pour me saluer. En effet, c’est un garcon tres curieux et investissant beaucoup les lieux et les personnes. J’ai alors rencontre un garcon tres volubile, tres questionnant et tres dynamique (il n’arrivait pas a rester en place).

Ma premiere impression fut agreable. De plus il s’agissait d’un des seuls jeunes utilisant le langage verbal et avec qui je pouvais poser des mots sur les choses. J’avais alors tendance a faire attention a ce que disait Georges, a ce qu’il me confiait. Mais assez vite, j’ai remarque que plus je l’ecoutais et plus il repondait de facon serieuse. Il se laissait emporter par son flot de parole, ce qui mettait en evidence de forts troubles du comportement, et poursuivait avec des violences physiques et verbales (propos violents, incoherents et racistes).

Apres en avoir parle au chef de service, j’ai pu comprendre que les mots deplaces de Georges etaient ceux de son pere qui fut par le passe violent avec son fils mais aussi avec les personnes d’origines etrangeres. J’ai alors trouve une explication aux reactions de Georges. Ne sachant pas trop comment faire face a ces instants de crises, j’ai d’abord questionne et observe l’equipe. La plupart du personnel institutionnel feignait de ne pas entendre le jeune, non pas qu’ils le laissaient, mais il s’agissait d’un moyen de ne pas alimenter ses crises.

Cependant j’ai pu remarquer que cela n’arretait en aucune maniere ces moments de violences et que l’attention de Georges ne faisait que de se reporter sur d’autres personnes presentes non loin de lui. Et il avait conscience que cela fonctionnait, puisque systematiquement il arrivait a provoquer et rentrer en conflit avec au moins une des personnes presentes. Mais l’idee d’utiliser l’humour avec ce jeune m’est venu de l’equipe. En effet, lors de temps ou Georges n’etait pas tres bien, des educateurs essayaient de le faire rire et cela fonctionnait.

J’ai alors vu grace aux differentes interventions de l’equipe que Georges etait sensible a ce genre d’interaction. C’est alors qu’un jour, apres avoir vu passer plusieurs camions de Police (ce qui avait le don de l’enerver), Georges est venu me voir. Et a son habitude il commenca a proferer plusieurs insultes accompagnees de grands gestes. Au lieu de feindre “l’indifference”, j’ai commence a moi-meme parler de maniere incoherente. Il m’a dit que les « policiers sont tous des enfoires » ce a quoi j’ai repondu que j’adorais ce groupe (les enfoires des restaurants du c? r) et j’ai commence a chanter « la chanson pour l’auvergnat ». dans le but de le detourner de sa violence verbale. Et c’est bien ce qui s’est produit. Il a eu alors un grand eclat de rire et a commencer a chanter avec moi (Georges ayant une grande culture musicale francaise). Le fait d’avoir utilise ce detour base sur l’humour a desamorce la montee en tension du jeune homme En prenant l’initiative de dire des absurdites, de ne pas se prendre au serieux, nous nous degageons d’une place a laquelle les personnes accompagnees nous mettent frequemment : celle de « celui qui sait ».

Nous marquons ainsi notre refus d’etre detenteurs d’un savoir sur l’autre.  » Faire mine de se tromper, enoncer une contre-verite manifeste, c’est un jeu plus profond qu’il n’y parait: il touche a cette crainte fondamentale des psychotiques de ne rien savoir, de n’avoir pas de pensee propre. 1″ Dans cette situation, l’humour m’a permis d’instaurer une relation avec Georges, de montrer que je n’etais pas la pour le blamer ou pour le moraliser. Voyant que Georges etait receptif et que le fait de se degager du serieux l’apaisait, j’ai alors enchaine sur une serie de plaisanteries.

Georges s’est alors laisse prendre au jeu et lui aussi a commence a me raconter des blagues qu’il avait entendu par le passe. Ainsi, il s’est saisi du mode de communication que je lui proposais. Voila comment ce surgissement de troubles de comportements a ete arrete. Et outre cet aspect “anti-crise” de l’humour, cet instant de partage et de rire a aussi permis d’amener une discussion sur les evenements qui venaient de se produire. Par le biais du rire, nous avons pu revenir a un echange plus pose, et mettre des mots sur ce que nous avons partage. C. Analyse et theorie. L’humour comme detour

Freud nous dit que : “L’humour permet une distanciation et aide a surmonter la realite en echappant a la souffrance tout en procurant du plaisir2”. Dans ce cas-la, il me semble que cette citation s’adapte bien a la situation. En effet, ici je pense que l’humour a permis de prendre du recul a Georges devant une situation angoissante. Dans cette situation, l’humour a tenu le role de bouclier contre une realite agressante ou du moins trop oppressante pour le jeune homme. Or nous savons que la psychose s’organise autour de plusieurs structures psychotiques comme la paranoia. C’est ce qui a ete le declencheur des troubles.

En effet, a chaque fois que Georges entend des sirenes (pompiers, ambulances, police), il pense qu’ils viennent pour lui. Dans cette situation, l’humour a bloque les montees d’angoisses. Il a joue le role de medicaments. Et l’apaisement provoque a permis d’instaurer un climat de confiance qui a permis a Georges de sentir en securite et de pouvoir se livrer. Dans cette situation nous pouvons dire que l’humour a fait fonction de strategie de detour. Il s’agissait alors de se confronter a un probleme angoissant pour Georges tout en evitant de prendre le probleme directement.

En effet, “l’humour est un moyen de renforcement de la motivation. Paradoxalement, alors qu’il semble signifier une distance, il trempe dans l’implication3”. A travers ces paroles, on voit une autre fonction de l’humour. L’angoisse de Georges ayant ete apaisee par ce moment de rire, il a pu s’investir differemment dans ce qui lui faisait peur. Il a pu mettre d’autres mots dessus. Le recours a l’humour est un outil tres important dans notre metier. De fait nous sommes confrontes a des situations delicates et l’humour peut etre un moyen d’aborder des sujets en evitant la confrontation directe et qui peut parfois etre trop violente.

L’humour et le jeu L’humour n’est pas seulement verbal et ne s’exprime pas seulement dans la parole. En effet il s’exprime aussi au moyen de gestes ou de jeux. Dans mon cas, il m’a permis de creer un lien avec un autre jeune de l’institution. Kylian est autiste et age de seize ans et qui n‘a pas acces au langage verbal. C’est un jeune tres solitaire, et tres provocateur. Ma referente de stage m’a dit qu’il etait tres difficile de rentrer en lien avec lui, et que pour y arriver il fallait jouer et le faire rire.

Et il s’est avere qu’au bout de quelques mois, alors que nous etions en sortie, j’ai commence a jouer a «cache-cache» avec Kylian tout en faisant le «clown». Ca l’a fait beaucoup rire et ce qui m’a permis de creer un lien et un climat de confiance. Il s’agit des lors d’une autre forme d’humour qui a en quelque sorte legitime ma position educative aupres de ce jeune homme. Winnicot nous dit que  » Ce qui importe avant tout c’est de montrer que jouer, c’est une experience : toujours une experience creative, une experience qui se situe dans le ontinuum espace temps, une forme fondamentale de la vie4″ Ici le Jeu a cree l’humour, qui a cree la complicite. J’ai montre a Kilian par le biais du jeu, que le temps est plus agreable lorsque deux etres jouent et rient ensemble. Il semble alors que le jeune homme ai compris qu’il est plus agreable d’etre dans le jeu et donc dans le lien que dans la provocation, qui elle aussi instaurait un lien mais ou le jeune homme etait repris pour son comportement. L’humour comme moyen de decompresser Enfin au cours de ce stage, j’ai pu constater que l’humour etait un excellent moyen de decompresser.

En effet, lors de mon stage, j’ai plusieurs fois ete confronte a la violence des usagers ou a des situations preoccupantes. Une des situations en question s’est deroulee lors de la fugue d’un jeune autiste, alors que j’avais fini de travailler, celui-ci a profite du changement d’equipe pour s’echapper. Pendant 45 minutes la majorite de l’equipe est partie a la recherche du jeune homme. Ce furent 45 minutes eprouvantes au niveau du stress et de son intensite. Finalement le jeune a ete retrouve par la police et ramene au centre. Le jeune lui aussi etait sous le choc.

Une fois le jeune sur le centre, le directeur a reunis l’equipe et est revenu sur les faits qui se sont deroules le matin en constatant que cette fugue etait le resultat d’une erreur d’inattention de l’equipe. Dans cette situation, l’humour a ete un moyen de remettre l’equipe dans une mouvance positive. En effet un educateur a ironise et dedramatise la chose en revenant sur ce qui venait de se produire, ce qui a provoque un fou rire general. L’humour a alors permis a tout le monde de changer d’etat d’esprit et de se remettre dans de bonne condition pour le travail de la journee.

Finalement au cours de ce stage, j’ai pu constater que l’humour etait un outil tres important pour l’educateur. Un outil permettant de creer un lien. En effet, en partageant des emotions communes, dans ce cas le rire partage, on permet a l’usager de se sentir en confiance. De plus l’humour est une bonne parade, pour eviter de se confronter a une realite violente et agressante. Contrairement a ce que l’on pourrait penser, l’humour n’est pas un moyen d’eviter un sujet ou bien encore de chercher constamment a dedramatiser des situations.

Il s’attaque reellement a l’essence des choses tout en donnant l’impression que non. Bien sur l’humour peut avoir ses desavantages. Trop l’utiliser peut aussi decredibiliser le travail educatif en lui donnant une image trop futile et mettre en difficulte l’usager. C’est ce que nous verrons par la suite, dans la deuxieme partie. II. Le centre maternel, son organisation et sa pratique A)La structure et l’association Comme vu precedemment dans l’introduction, j’ai effectue mon stage de premiere annee dans un centre maternel qui accueille des meres mineures ou majeures avec des enfants de moins de trois ans.

L’institution est assez grande puisqu’elle s’etend sur deux departements? : l’Essonne (91) et le Val de Marne (94). La prise en charge pour les meres mineures se fait dans un pavillon ou elles sont toutes regroupees tandis que les meres majeures sont en appartements eclates qu’elles partagent a deux ou trois maximum. La principale mission de l’association est de favoriser la socialisation de meres trop souvent isolees et de travailler sur l’autonomie sur differents points. Pour atteindre ces objectifs des projets individualises sont etablis lors de l’admission des meres dans l’institution.

Dans tous ces projets, le travail est centre autour de plusieurs points: –       Travailler et favoriser la relation mere/enfant –       Travailler l’autonomie autour des demarches administratives (obtention des papiers, des allocations familiales, etc… ) –       La socialisation par la recherche de travail et par des ateliers mis en place pour rencontrer d’autres meres dans la meme situation. Pour atteindre cette mission l’association se repose sur differents lieux d’accueil que je dissocie en quatre poles: ?? Le pole enfance: il compte deux creches (1 sur chaque departement).

Le personnel qui y travaille est varie, en effet il compte des educateurs de jeunes enfants, des auxiliaires de puericultures et deux cadres psychologues. ?? Le pole educatif: il se trouve dans un pavillon du 94 et abrite aussi le siege social de l’association. Au premier etage se trouve la direction et le secretariat. Au rez-de-chaussee se trouvent les bureaux des educateurs, une cuisine et une salle a manger faisant aussi office de salle de reunion. L’equipe educative est constituee d’une directrice, d’une chef de service d’une maitresse de maison et de cinq binomes d’educatrices. ??

Le pole accueil: il y en a un sur chaque departement. Il s’agit d’un lieu ou les meres peuvent se retrouver et rencontrer d’autres personnes. Il s’agit aussi d’un outil pour elles dans le sens ou elles peuvent acceder a internet pour des recherches. Il y a deux animateurs par lieux d’accueils. ?? Le pole «emploi»: il se trouve au siege social de l’association. Il a pour but de favoriser l’acces a l’emploi des mamans en leurs trouvant un emploi ou encore des stages ou des formations. Ce sont deux personnes formees par Pole Emploi (ex-ANPE) qui sont en charge de cette mission. B) Presentation de la situation.

J’ai choisi cette situation car c’est celle qui m’a semble la plus pertinente. En effet ce fut ma premiere implication dans une problematique et dans laquelle ma reflexion et mon investissement se sont reellement encres dans un travail d’equipe. Laurie est une jeune maman d’origine Congolaise de 18 ans. Elle a eu son fils Kevin a l’age de 16 ans. Elle a ete enlevee tres tot d’Afrique et de sa mere (a l’age de 5 ans) et ramene en France par son pere. Suite a des maltraitances de la part de son pere et de sa belle mere, elle a fait l’objet de signalement et a ete placee en foyer de l’enfance des l’age de 14ans.

Or deux ans plus tard etant enceinte. Elle a ete reorientee vers le centre maternel tout en restant sous tutelle de l’Aide Sociale a l’Enfance (ASE). Un soir alors qu’elle etait en week-end avec son petit ami, une dispute a eclate et son petit ami (et pere de l’enfant), l’a frappee. Suite a cet evenement, Laurie a ete hospitalisee a l’hopital Sainte Anne pour une «grave depression». Pendant cette periode d’hospitalisation, la directrice de l’association s’est beaucoup investie pour aider Laurie. Quelques mois apres, la jeune maman est sortie de l’hopital et est revenue au pavillon.

Apres deux ans passes dans le pavillon des mineures, Laurie a integre un appartement des sa majorite. Parallelement a cela elle continuait d’etre sous tutelle ASE par le biais d’un contrat jeune majeure. Quand a moi j’ai debute mon stage peu de temps apres l’installation de Laurie dans son appartement. J’ai ete mis sous reference d’un nouveau binome puisqu’une educatrice etait presente depuis dix ans dans l’institution et l’autre etait arrive peu avant moi. Le reste de l’equipe fonctionnait aussi par binome. Sauf une educatrice qui s’est retrouvee seule suite a une demission.

De temps a autres, je l’aidais dans son travail et c’est surtout avec elle ,qui etait de nature joyeuse, que j’ai pu voir que l’humour etait un tres bon outil educatif. Avec l’equipe ou avec les mamans, elle avait le don de faire rire et de faire passer ses messages comme cela. En parallele a cela l’integration de Laurie dans l’appartement n’etait pas evidente. En effet, il y avait deja deux mamans presentes dans l’appartement, dont une d’origine Rwandaise et qui a longtemps ete enfermee pendant le genocide.

Or tout de suite le contact a ete difficile entre ces deux mamans car la plus ancienne locataire avait peur de Laurie et celle-ci n’aidait pas avec son comportement agressif. Avec l’autre maman, de peu l’ainee de Laurie, une relation positive a pu s’installer, et celles-ci sont devenues amies. Mais les choses se sont envenimees et n’importe quel evenement est devenu sujet a discorde dans l’appartement. Et malgre les efforts des educatrices, la situation se compliquait, Laurie restant sur ses positions et faisant part a l’equipe de son envie de partir de l’institution. C) Mon action et mon analyse.

Des mon arrivee j’ai pu instaurer un bon contact avec Laurie. En effet, je pense que tout d’abord celle-ci a voulu instaurer un rapport de «seduction» du fait que je ne sois pas beaucoup plus age qu’elle et surtout du fait que je sois un homme. J’ai profite de cette attention particuliere qu’elle m’accordait pour aborder des sujets delicats tels que ses dettes d‘argent ou la relation avec son fils. Mais malgre notre bon contact, cela ne faisait pas assez longtemps que j’etais present dans l’institution, et le fait que je ne sois present que deux jours par semaines n’aidait pas a nouer un veritable lien de confiance.

Quant a l’equipe, et plus precisement mon binome referent, elles etaient arrives au point de saturation, dans le sens ou apres tout les refus et les rendez vous manques intentionellement, Laurie avait reussit a fragiliser son binome referent. Alors apres en avoir parler avec elles, nous avons fixe que lors des visites en appartement, ce serait moi qui essaierai de discuter avec Laurie. L’humour comme moyen de creer le lien Sachant deja qu’en abordant les problemes de facon directe, Laurie se fermerait, j’ai essaye d’employer une autre strategie. Je me suis alors rapproche de son fils Kevin. En effet ayant un contact facile avec es enfants, j’ai voulu tout d’abord voir si le garcon s’epanouissait bien dans son nouvel appartement. Puis je me suis aussi dit que si le lien se creait avec le fils, il serait plus facile a nouer avec la mere. Kevin etant assez jeune, j’ai beaucoup joue avec lui, je ne pense pas qu’il s’agissait d’humour au sens exact. Les jeux le faisaient rire et par «ricochet» faisaient rire sa mere. « L’educateur induit un espace de rencontre ou il est de fait profondement implique dans son desir5 ». L’humour avec le petit Kevin m’a alors permis d’instaurer un terrain de mediation avec sa maman sans rentrer dans un contact trop direct avec celle-ci.

Et c’est dans ce contexte souvent tendu que l’humour m’a permis d’instaurer une relation de confiance avec Laurie. Ici l’humour a permis de briser la glace. A cote de cela les educatrices referentes de la jeune maman renouaient petit a petit le lien, et recommencaient a discuter avec Laurie mais par petites touches successives. Le fait de donner un autre ton, plus « leger » a la relation educative, a certainement fait que Laurie s’est sentie moins oppressee et agressee et donc plus en confiance. L’humour dans le quotidien educatif Dans un premier temps, nous savons que l’humour a une fonction de bien etre, une fonction cathartique.

C’est-a-dire que l’on se sent bien apres avoir ri. Le rire permet d’evacuer des sentiment violents ou frustratoires. Il donne une dimension plus legere aux choses et c’est pour cela qu’il est important au quotidien. Tant au niveau des usagers mais egalement au sein de l’equipe, il permet et favorise une bonne dynamique. D’ailleurs un professeur de psychologie Rod Martin affirme que le sens de l’humour a des consequences benefiques sur notre sante psychologique: «  Le sens de l’humour permet de : Prendre du plaisir a relever des defis plutot qu’en etre abattu; Etre moins affecte par le stress; avoir une meilleure estime de soi;

Etre plus optimiste; Avoir de meilleures relations sociales. »6 Et lorsque la situation s’y pretait, j’ai souvent privilegie l’humour dans l’appartement lors des visites de soiree. En effet, cela a permis d’ameliorer les relations entre chaque maman. Meme les conflits etaient oublies pendant ces moments. Avec cette experience, j’ai pu constater que l’humour etait communicatif. En apaisant l’atmosphere, il a pu a de nombreuses reprises redonner un nouveau souffle a la vie en communaute de ces jeunes mamans et leur rendre la vie plus agreable en faisant passer l’espace de quelques instants leurs soucis au second plan.

Mais l’humour n’est pas utile seulement avec les usagers. En effet dans le travail d’equipe au quotidien, il m’a semble tout autant primordial. Et c’est encore grace a une educatrice que j’ai pu l’integrer. En effet, celle-ci avait reussit a instaurer une bonne relation avec toute les personnes de l’equipe grace a sa joie de vivre et a sa bonne humeur. Tout d’abord du fait de ma position de stagiaire. Que ce soit lors du premier comme du second stage, il est necessaire de faire tres vite connaissance avec les autres membres de l’equipe.

Et au meme titre qu’avec l’usager, je me suis servi de l’humour et plus particulierement de l’auto-derision. Au travers de ces differentes experiences je n’affirme pas que l’humour est un outil miracle, il s’agit d’une cle qui peut ouvrir certaines portes. Outre le fait, qu’il m’a aide a me faire une place au sein de l’equipe, il m’est apparu aussi essentiel dans le travail de tous les jours. En tant qu’humain, de nombreuses emotions «negatives» peuvent nous traverser comme la peur, la tristesse, l’humour est bon moyen de les evacuer.

L’humour permet alors de resserrer les liens entre l’equipe et par la meme occasion d’ameliorer le travail et donc la relation educative. Une equipe qui fonctionne mal est souvent une equipe en conflit, ou la communication est rompue ou ne fonctionne pas correctement, or nous avons pu voir que l’humour est un bon moyen de partager ses emotions et ses envies sans etre dans la critique. En effet l’humour permet «d’integrer et [de] manifester en meme temps, de facon socialement acceptable, l’humeur agressive du sujet place dans une situation affective de tension7».

Et j’ai bien pu constater tant au niveau personnel, qu’au niveau de l’equipe que l’humour a permis a plusieurs reprises de faire passer des remarques sans etre desagreable envers l’autre. Les limites de l’humour. Au cours de ce dossier j’ai pu montrer tous les avantages que j’ai pu observer de l’humour. Mais il ne s’agit pas d’une formule magique capable de resoudre tous problemes. Bien au contraire, comme tout outil et pratique educative il se doit d’etre pense et reflechi selon les situations et les personnes que nous pouvons avoir en face de nous.

Loin de pouvoir tout regler, il peut au contraire avoir des effets negatifs lorsque l’Autre n’est pas receptif ou lorsque l’on utilise au mauvais moment et pour de mauvaises raisons. Plusieurs choses sont susceptibles de nous faire rire, et ce ne sont pas forcement les memes selon les personnes. En effet, l’humour est une notion tres subjective, ce qui me fera rire, ne s’appliquera pas forcement pour vous. Je pense que c’est l’un des premiers criteres a prendre en compte lorsque l’on veut faire de l’humour.

Je dis qu’il faut faire attention puisque l’humour fait appel a des sentiments, des experiences passees, finalement a la sensibilite de la personne. Un humour decale, peut-etre mal interprete selon chacun. Alors meme si l’humour peut etre un bon outil educatif, il peut au contraire etre une arme contre l’autre. L’humour induit une proximite entre les personnes. Or nous ne pouvons rire de tout. En effet, l’humour met en jeu la subjectivite de chacun, et cela peut etre un terrain sensible. Pour qu’il y ait humour entre deux personnes, il faut que les deux protagonistes soient receptifs et consentants.

Or il m’est arrive lors d’un stage de « taquiner » un educateur qui n’etait pas receptif et qui a mal interprete ce que moi je considerai comme un moyen de nouer le lien avec lui. Cet educateur etant recemment arrive dans l’institution, au lieu de me permettre de rentrer plus facilement en relation avec lui, l’humour a alors joue le role inverse, en jetant une atmosphere negative entre nous deux. En plus de pouvoir s’attaquer aux personnes, l’humour peut etre prejudiciable pour l’action menee. En tant qu’educateurs nous sommes amenes a rencontrer des situations difficiles.

Et en utilisant l’humour nous pouvons decredibiliser cette situation, lui enlever toute importance ce qui peut etre prejudiciable pour l’action educative. Enfin, une des dernieres limites de l’humour ou plutot un des risques de l’humour, c’est qu’il se retourne contre soi-meme. En effet comme j’ai pu l’exposer precedemment j’ai souvent privilegie cette technique pour rentrer en relation. Et une maman, dans le cadre de mon stage avec qui j’avais noue de bons liens m’a demande pourquoi je faisais si souvent le «clown» alors que j’etais «un garcon interessant et que j’avais de bonnes idees».

Elle m’avoua aussi avoir eu du mal au debut pensant que cet humour etait «le fruit de ma jeunesse». Face a cette reflexion je me suis sentis un peu demuni et je me suis dit qu’en favorisant ce mode de communication j’aurai tres bien pu compromettre la relation educative avec cette maman. Conclusion Au travers de ce dossier, j’ai tente de demontrer a quel point l’humour est important dans le travail et la relation educative. En effet, face a la violence de la vie ou encore la violence institutionnelle, l’humour peut etre une bonne parade pour apporter un peu de legerete et soulager ce poids du quotidien.

Il peut s’agir d’une excellente cle pouvant ouvrir certaines portes souvent fermees par l’angoisse, le mal etre ou bien d’autres emotions negatives. De plus il s’agit d’un excellent moyen de communication et de partage, il peut creer et resserrer des liens que ce soient avec les usagers ou avec l’equipe institutionnelle. Ce dossier a aussi pu me permettre de prendre du recul sur mes differentes pratiques ainsi que sur celles observees. Et je me dis qu’a certain moment l’humour peut etre deplace et inapproprie et qu’il ne s’agit pas d’un outil a utiliser en toute circonstance.

Comme toute technique, il se doit d’etre reflechi, pense et adapte selon la situation. Et meme si l’humour n’est pas un outil magique qui va resoudre tous les problemes, il est surement un moyen d’aider et d’accompagner une personne dans des moments delicats. Pour conclure, nous pouvons voir que l’humour est une technique interessante, mais qui doit etre utilise avec mesure car il peut vite avoir des effets negatifs. Meme si il est necessaire de rire avec l’usager et avec ses collegues il ne faut pas perdre de vue que nous travaillons avec des personnes en souffrance, et que celles-ci ont aussi besoin qu’on les rassure, qu’on les ecoute.

BIBLIOGRAPHIE. Francois Hebert: Rencontrer l’autiste et le psychotique aux editions VUIBERT paru mai 2010 Sigmund Freud: Le mot de l’esprit et sa relation a l’inconscient Collection Folio Essai parution septembre 1992 D. W Winnicott: Jeu et realite Collection Folio Essai paru aux editions Galimard 1975 Joseph Rouzel: Le travail de l’educateur specialise Aux editions Dunod paru en mars 2004 Corinne Cosseron: La rigologie mode d’emploi; Remettre du rire dans sa vie. Collection reponse editions Robert Lafont paru en 2009