L’evolution de l’ide au liban

L’evolution de l’ide au liban

L’Evolution de l’Investissement Direct Etranger au Liban depuis 1990 et les explications apportees par la litterature internationale sur cette question Memoire de Licence en Sciences Economiques Option : Economie et Finance Internationales Annee universitaire 2005-2006 SOMMAIRE Mots Cles du Memoire……………………………………. …. …………………….. …4 Resume……………………… ……………………………………………………………. 5 Introduction………………………………………………………………………………. 6 I. Theories sur les investissements directs etrangers (IDE) 9 I. 1 Concept et caracteristiques de l’investissement direct etranger 9

I. 2 Impact de l’investissement direct etranger 18 I. 2. 1 Les avantages de l’IDE 19 I. 2. 2 Les inconvenients de l’IDE 23 I. 3 Les determinants de l’investissement direct etranger 27 I. 3. 1 La structure des pays hotes 30 I. 3. 2 Les determinants economiques 33 I. 3. 3 Les strategies des firmes multinationales 37 II L’investissement direct etranger : Cas du Liban 41 II. 1 Concept de l’IDE au Liban 42 II. 2 Evolution de l’IDE 44 II. 2. 1 L’evolution de l’IDE au Liban 44 II. 2. 2 Evolution de l’IDE au niveau mondial 50

II. 3 Impact de l’IDE sur l’economie libanaise 54 II. 4 Les determinants de l’IDE au Liban 55 II. 5 Les politiques libanaises visant a attirer l’IDE 57 II. 5. 1 La politique nationale 58 II. 5. 2 La politique internationale 61 II. 6 Analyse et Recommandations 62 Conclusion…………………………………………………………………… …………………………… 65 Bibliographie……………………………………………………………………………………………………………………67 Remarque : Il faut noter que les mots cles ne sont pas cites par ordre croissant d’importance, mais par ordre alphabetique. Resume

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Du fait ue l’investissement direct etranger influence la croissance et contribue au developpement des economies, la plupart des pays, notamment le Liban, cherche a l’attirer, en adoptant des politiques economiques attractives a l’IDE. Toutefois les resultats concernant les flux d’IDE au Liban nous permettent de constater que les politiques adoptees n’ont pas abouties aux resultats escomptes. Le probleme reside dans la structure de l’economie, du fait que l’IDE a besoin des structures et des capacites nationales solides pour etre un catalyseur de la competitivite.

Un changement dans les politiques economiques ainsi que l’adoption d’un nouveau plan de developpement sont necessaires, afin de procurer un terrain propice a l’attraction des investissements. Abstract Because the foreign direct investment influences the growth of the countries and contribute to their development, most countries, notably Lebanon, try to attract it, while adopting attractive economic policies to the Foreign Direct Investment. However the results concerning the inflows of FDI in Lebanon allow us to note that the adopted policies didn’t succeed to the discounted results.

The problem resides in the structure of the economy, because the FDI needs a strong structure and national capacities to be a catalyst of competitiveness. A change in the economic policies as well as the adoption of a new plan of development is necessary, in order to procure an environment auspicious to the attraction of the investments. ????? ?? ????????? ??????? ??????? ?? ????? ??? ??? ???? ?????? ?????????. ????? ??? ???? ???? ???????? ??? ???? ?????? ??? ??? ??????????? ???????? ????????? ?????? ????????? ???? ?????. ?????? ?? ???? ????? ???????? ???????? ?? ????? ???? ?? ????? ??????? ???????? ?? ????? ??????????? ?????????. ??? ????? ?????? ??? ????? ??????? ?? ?????. ?? ??? ????? ????? ????? ?? ???????? ??????????? ?????? ???? ????? ???? ??? ??????????? ???????? ????? ??????. Introduction Un trait frappant de l’economie mondiale de ces dernieres decennies est la croissance des investissements directs etranger (IDE), realisee par les societes multinationales (FMN) en vue d’acquerir des actifs et de gerer des activites de production a l’etranger. L’IDE demeure un facteur cle, voire determinant de la croissance economique mondiale.

La mondialisation qui relie plus que jamais les pays les uns aux autres renforcent davantage ce besoin. Le developpement des pays devient de plus en plus dependant de l’economie internationale et des flux de financement, d’informations et de technologies. En effet, toutes les economies nationales se rivalisent pour attirer les firmes multinationales en creant un environnement socio-economique securisant. Le Liban, conscient de l’importance de l’IDE a la contribution au developpement, adopte des mesures de liberalisation et d’incitation au developpement pour attirer les flux d’IDE.

L’evolution de l’IDE de 1990 va nous permettre d’examiner l’efficacite de ses politiques. Le present memoire, “l’evolution de l’investissement direct etranger au Liban et les explications de la litterature economique sue cette question” consiste, en premier temps, a presenter l’investissement direct etranger dans son cadre purement theorique, et dans un second temps, a appliquer les theories de l’investissement direct au Liban. Je me demande tout au long de cette etude quels sont les facteurs determinants de l’IDE ? Quelle est la contribution de l’IDE au developpement ?

Quelles sont les politiques nationales visant a attirer l’IDE ? Pourquoi les flux d’IDE ne se dirigent pas spontanement aux pays en developpement ? Qu’est ce qui manque a ces differents PVD et au Liban en particulier pour pouvoir attirer L’IDE ? Il s’agit donc d’effectuer une reconstitution des faits, portant sur les theories d’IDE, en general et celles appliquees au Liban, en se basant sur la litterature consacree a ce sujet ainsi que sur les publications officielles a cette epoque et sur certains rapports d’organismes internationaux.

Cette note de recherche sera composee de deux grandes parties, qui ensemble, constituent une tentative de trouver des reponses a cette problematique. La premiere partie consistera a presenter l’IDE dans son cadre theorique. Il s’agit de presenter le concept et les caracteristiques de L’IDE, d’examiner les impacts de l’IDE sur l’economie du pays hote et d’exposer les determinants de cet investissement.

L’investissement direct etranger au Liban constitue le theme de la deuxieme partie, dans laquelle sera presenter le concept de l’IDE au Liban, son evolution durant la periode allant de 1990 jusqu’a present, par comparaison a l’evolution mondiale, ainsi que les differents facteurs attractifs du Liban et les politiques adoptees pour encourager l’IDE. A la fin, une analyse concernant les facteurs manquants du Liban sera presentee pour pouvoir elaborer un plan au developpement afin de procurer le terrain propice a l’attraction des investissements etrangers. Premiere Partie Theories sur

L’Investissement Direct Etranger Theories sur les investissements directs etrangers (IDE) Il est necessaire d’exposer, en premier temps, le concept et les caracteristiques de l’investissement direct etranger pour analyser ensuite sa contribution au developpement et a la croissance des pays, afin de conclure cette premiere partie purement theorique par l’exposition des differents determinants de cet investissement. 1 Concept et caracteristiques de l’investissement direct etranger L’investissement se base aux depenses effectuees par les individus ou les entreprises pour augmenter le capital.

L’investissement etranger s’est multiplie dans les annees recentes suite au developpement de la technologie de communication et des innovations des instruments d’investissement qui sont devenus plus compatibles aux besoins des investisseurs. L’investissement etranger peut prendre differentes formes[1] selon les types des investisseurs, leurs objectifs et le degre de risques qu’ils sont prets a assumer. On distingue 3 types d’entrees de capitaux : – les investissements directs etrangers – les investissements indirects : les placements de portefeuilles les autres flux financiers : prets bancaires, financements officiels. Ces differents types de flux internationaux peuvent etre resumes par le tableau[2] « Typologie des flux internationaux des capitaux » ci-dessous, qui recapitule les differents types d’entrees de capitaux avec leurs motivations, afin de recuperer parmi eux ceux dont la motivation est l’acquisition d’un interet durable dans la gestion d’une entreprise etrangere. Typologie des flux internationaux des capitaux | |Duree | |Capitaux a court terme |Capitaux a long terme | |Types de flux |Gestion de tresoreries |Investissements de portefeuilles, |Investissements directs etrangers | | |internationales, intervention |prets des banques commerciales, | | | |des banques centrales, flux |flux financiers publics. | | |lies au commerce | | | |Motivations |Financement du commerce |L’investisseur de portefeuille se |Investissement direct international traduit | | |international, rentabilite |preoccupe surtout de la securite de|l’objectif d’acquerir un interet durable dans | | |financiere a court terme, |son capital, de ses possibilites de|une entite residente dans une economie | |soutien ponctuel de la valeur |plus values et de son rendement. |etrangere. La notion d’interet durable | | |d’une monnaie, speculation. | |implique l’existence d’une relation a long | | | | |terme entre l’investisseur direct et | | | | |l’entreprise et l’exercice d’une influence | | | |notable sur la gestion de l’entreprise. | Source: d’apres FMI, Manuel de la balance des paiements, 2000 Les prets bancaires[3] sont des capitaux a long terme pretes pour des conditions commerciales comme l’echange de marchandises. Les prets bancaires sont en general instables et imprevisibles d’une annee a l’autre car lorsque les banques d’affaires pretent a un pays donne elle prend en consideration le risque du pays (analyse par les agences de notation), si le risque du pays est eleve, les prets bancaires seront faibles.

Les flux financiers[4] publics sont des financements recus surtout par les pays en developpement. Ils peuvent etre soit des financements bilateraux, accordes par les Etats des pays industrialises, soit des financements multilateraux, verses par les organisations internationales. Une partie de ces financements est accordee sous forme de dons et une autre partie sous forme de prets mais avec des conditions plus favorables que les conditions du marche international (taux d’interets bas, delai de grace important, longs delais de remboursement).

L’investissement de portefeuille[5] est le capital investi dans des titres (actions et obligations) par des investisseurs individuels ou institutionnels (societes d’assurance, gestionnaires de fonds de pension). L’investissement de portefeuille peut prendre plusieurs formes: l’achat d’actifs financiers, l’acquisition de participations dans des accords de concession, les droits contractuels, les titres d’emprunt d’entreprises et titres de participation a la propriete de biens materiels et immateriels.

L’investisseur de portefeuille ne cherche pas une relation a long terme avec l’entreprise, il se preoccupe surtout de la securite de son capital, de ses possibilites de plus-value et de son rendement. Le seuil de participation est retenu comme critere par les organisations internationales (OCDE, FMI) pour distinguer l’investissement direct etranger de l’investissement indirect. Des que la firme qui investit detient plus que 10 % des actions ordinaires, l’investissement est considere comme direct.

Selon la definition de reference de l’OCDE[6] et des autres organisations internationales telles que la CNUCED[7] (Conference des Nations Unis Pour le Commerce et le Developpement) et le FMI, les investissements directs etrangers sont les investissements qu’une entite residente d’une economie (investisseur direct) effectue dans le but d’acquerir un interet durable dans une entreprise residente d’une autre economie. La notion d’interet durable[8] implique l’existence d’une relation a long terme entre l’investisseur direct et l’entreprise et l’exercice d’une influence notable sur la gestion de l’entreprise.

La part des investissements directs etrangers dans les apports de capitaux a augmentee au profit des prets bancaires et des investissements de portefeuille. [9] [pic][pic][pic][pic] L’IDE est donc un mouvement de capitaux impliquant un controle de gestion sur les entreprises etrangeres qui se traduit par une propriete partielle ou totale de la firme. On distingue 4 categories principales d’investissement direct etranger : 1. les investissements etrangers en capitaux propres, qui comprennent : La prise de participation majoritaire dans des entreprises existantes, a travers l’achat des stocks (10% ou plus du capital social), la privatisation et l’achat d’une firme existante[10]. • La constitution d’entreprises nouvelles telles que filiales ou succursales (cas de controle du capital a 100 %). Cette categorie represente le plus haut niveau de risque et d’engagement par les investisseurs etrangers. • La participation dans une Joint Venture c. a. d. es investisseurs etrangers et les investisseurs locaux s’accordent pour creer une nouvelle entite en contribuant au capital, puis en partageant le risque, les recettes, les depenses et le controle de la Joint Venture. 2. les prets entre maisons meres et filiales. 3. les benefices reinvestis. 4. les investissements immobiliers. Ce sont les prises de participation etrangeres ainsi que la creation d’entreprises nouvelles qui tiennent la place principale (entre 60% et 70% du total mondial), le reste se partageant entre les benefices reinvestis et les prets entre filiales.

Depuis 2001, la part des prets entre filiales a diminue en pourcentage au profit des benefices reinvestis. La figure ci-dessous illustre l’evolution les composantes de l’IDE de 1995 jusqu’a 2004. [pic] Source: CNUCED, World investment Report 2005, page 11 Nous identifions deux types d’operations d’investissement directs etrangers [11]: les investissements entrants au pays et les investissements sortants du pays. L’investissement entrant se definit comme le passage sous controle etranger d’une partie du capital national a la suite d’un phenomene tel que le rachat des actifs dans une firme, la creation de filiales, les fusions acquisitions.

En d’autres termes, il s’agit des investissements realises par les firmes etrangeres dans le pays national. Alors que l’investissement sortant c’est le stock du capital detenu par l’investisseur national a l’etranger. Il est fondamental d’effectuer une distinction entre stocks d’IDE et flux d’IDE. La correspondance entre les flux de la balance de paiements et la variation des stocks s’avere parfois delicate a etablir. En effet les stocks sont calcules sur la base de la valeur comptable de certaines postes du passif de la societe investie.

Alors que les flux sont calcules sur la base de leur valeur a la date de l’operation c a d de la valeur du marche. Les resultats obtenus par les deux methodes d’evaluation sont differents et l’ecart entre les deux peut etre important[12]. Les donnees statistiques sur les investissements directs a l’etranger et en provenance de l’etranger sont apprehendees au niveau de la balance de paiements, dans le cadre de la balance des capitaux. Ces donnees prennent en compte les flux annuels de sorties et de rentrees nettes d’IDE[13]. Afin de mesurer le potentiel et les performances des pays en terme ’attractivite pour les investissements et en terme de capacite a investir a l’etranger, le calcul de certains indices, tels que les entrees effectives et potentielles, d’IDE parait necessaire. L’indice des entrees effectives d’IDE classe les pays selon les investissements recus et en fonction de leur poids economiques. Il est calcule en faisant le rapport entre la part du pays concerne dans les entrees mondiales d’IDE et sa part dans le PIB mondial. Si l’indice est superieur a 1, le pays concerne recoit davantage d’IDE que ce que laisserait supposer son poids economiques.

Un indice negatif indique que les investisseurs etrangers ont retire leurs investissements pendant la periode consideree. Quant a l’indice des entrees potentielles, il prend en compte plusieurs facteurs (autres que la taille du marche) censes influer sur le potentiel d’attraction d’un pays aupres des investisseurs. Il correspond a la moyenne des valeurs normalisees de 12 variables[14]. Une valeur de 0 indique que le pays a obtenu le plus mauvais resultat alors qu’une une valeur de 1 indique qu’il a obtenu le meilleur resultat.

La comparaison des indices d’entrees effectives et potentielles permet de classer les pays en quatre categories en fonction de leurs resultats et leur potentiel [15]: o « les bons eleves » : sont les pays qui enregistrent des indices d’entrees effectives et potentielles eleves. o « les pays dont leurs resultats sont superieurs a leur potentiel » : pays dont l’indice des entrees potentielles est faible, mais celui des entrees effectives est eleve. o « Les pays dont leurs resultats sont inferieurs a leur potentiel » : pays dont ’indice des entrees potentielles est eleve, mais celui des entrees effectives est faible. L’investissement direct etranger se caracterise par les trois elements suivants : 1. L’investissement direct etranger cree une relation durable et se caracterise par une dependance reciproque[16] entre pays d’origine et pays d’accueil : dependance du pays d’origine a l’egard des ressources de base et des matieres premieres, et dependance du pays d’accueil a l’egard de l’infrastructure et de la nouvelle technologie. 2.

Il est difficile de dissocier l’IDE et firmes multinationales (FMN)[17] : l’IDE se situe a l’origine du processus de production alors que la firme multinationale exprime le resultat final. La diversification de l’IDE est liee a l’expansion des FMN et a la penetration sur le marche des pays hotes. Cette diversification peut etre horizontale, verticale et conglomerale. 3. l’essence de l’IDE reside dans une transmission au pays d’accueil d’un ensemble de capitaux, de qualification de direction, de connaissances technique, de know-how, de techniques de marketing et de brevets. Impact de l’investissement direct etranger La plupart des pays en voies de developpement considerent l’IDE comme une ressource vitale pour le developpement. Cependant, il est tres difficile de mesurer correctement les effets economiques de l’investissement direct etranger [18]. Les pays d’accueil ainsi que les pays d’origine (c a d les investisseurs etrangers et les FMN) peuvent beneficier des flux de l’IDE. Dans cette recherche, nous limitons notre etude sur les impacts positifs et negatifs de l’investissement direct tranger sur les pays hotes seulement. Et cela pour tenter de comprendre pourquoi les pays favorisent l’investissement direct etranger relativement a d’autres formes des flux de capitaux, de voir comment cet investissement contribue au developpement, quelle est la relation entre IDE et croissance, et pourquoi il pourrait aboutir a augmenter la performance de la croissance des pays receveurs des investissements etrangers.

Une revue de litterature concernant l’impact de l’investissement direct etranger est importante, et ce avant de former une liste qui recapitule les avantages et les inconvenients de l’investissement direct etranger sur les pays d’accueil. En effet, l’abondante litterature qui traite des flux, causes et effets des IDE, suggere que les theories concernees peuvent se repartir en trois ecoles[19] : 1. Ecole de la dependance 2. Ecole de la modernisation 3. Ecole de l’integration

Les deux premieres ecoles, celle de la dependance et celle de la modernisation, sont des ecoles traditionnelles de la pensee du developpement, dont decoule ce qu’on pourrait appeler l’ecole de l’integration. Parmi ces trois grandes ecoles, seule l’ecole de la dependance rejette l’importance de l’investissement direct etranger pour les pays d’accueil, etant percu comme un instrument de domination imperialiste. Elle considere que l’investissement direct etranger renforce la dependance et le sous-developpement et n’apporte aucun apport incitatif a la croissance economique du pays hote.

Par contre, les deux autres ecoles voient a travers l’IDE un element positif, voire un catalyseur pour une croissance et un developpement durables. Pour eux, les flux d’investissement direct sont d’un apport positif pour les pays d’accueil car ils permettent aux pays hotes d’avoir acces au capital, aux technologies et au marche mondial y inclus les emplois generes et les revenus tires par l’Etat de ces investissements. L’ecole de l’integration propose meme des analyses relatives aux institutions des pays d’accueil en vue d’attirer, d’absorber et de preserver l’IDE. 1 Les avantages de l’IDE

L’importance de l’investissement direct etranger resulte de ses avantages sur le plan financier et sur le plan reel (tels que le transfert de technologies, de savoir-faire, des techniques manageriales modernes…)[20]. Les principaux avantages de l’IDE sur les pays hotes se resument par la liste ci-dessous : 1 La resilience aux difficultes[21] : L’IDE est stable, solidement installes et ne peut quitter le pays aussi facilement aux premiers signes de difficultes contrairement aux autres formes d’apports de capitaux (l’investissement de portefeuille, les prets commerciaux).

En cas de crise, cette stabilite peut etre benefique au pays en arretant la degradation de la situation economique et evitant les fluctuations des variables (fluctuation du taux de change…) 2. L’apport des capitaux nouveaux[22] ou La contribution de l’investissement direct etranger a combler le besoin de financement des pays hotes : L’IDE fournit des ressources financieres locales et etrangeres qui augmentent l’investissement. Cependant, le capital etranger attire d’autres capitaux etrangers, du fait que le pays beneficiant deja d’apports exterieurs de capitaux, apparait moins risque aux yeux des nvestisseurs et trouve plus aisement des sources de financement. De meme, le capital etranger attire le capital local. De ce fait, il ouvre la voie a de nouveaux projets d’investissements locaux ou etrangers et favorise l’accroissement du volume total d’investissement indispensable a la croissance economique[23], et entraine une production supplementaire, une meilleure distribution du revenu, la creation d’emploie, la hausse des salaires distribues, la baisse des prix, l’amelioration de la qualite des produits pour les consommateurs, l’accroissement des recettes fiscales…. 2 La reduction du deficit de la balance de paiement[24] :

L’investissement direct etranger aide a reduire le deficit de la Balance de Paiement, puisqu’il est d’abord un apport de devises, c. a. d un moyen de paiements sur le marche international. Cet apport est quantitativement necessaire pour le pays dont la balance de paiement presente un deficit permanent, et qualitativement il rend plus ou moins facile et libre l’acces a des producteurs mondiaux. 3 Le transfert de nouvelles technologies[25] : L’investissement direct etranger contribue au transfert des technologies modernes ainsi qu’a l’amelioration de l’efficacite techniques des firmes locales.

Ce transfert de technologies affecte positivement le pays d’accueil en entrainant une hausse de la competitivite du produit, une diminution des couts et une amelioration de la productivite des firmes domestiques. L’IDE stimule aussi l’investissement dans le secteur de Recherche et de Developpement. 5 Le transfert des competences et des techniques modernes de gestion[26] : A travers les FMN qui possedent des competences avancees, l’investissement direct etranger transmet aux pays hotes de nouvelles techniques de gestion qui permettent aux entreprises locales d’apprendre par un processus d’imitation ou de contagion.

Ce qui permet aux pays d’accueil de beneficier d’un enorme avantage comparatif. 6 La contribution au developpement des ressources humaines[27] : L’investissement direct etranger s’accompagne souvent de programmes de formation du personnel des nouvelles entreprises, ce qui contribue a l’augmentation du stock du capital humain. 7 L’encouragement de l’integration de l’economie nationale dans l’economie mondiale : L’IDE aide l’economie nationale a s’integrer dans le systeme de production internationale a travers la promotion du commerce, le transfert de technologie et le mouvement du capital. L’accroissement des echanges internationaux[28] : L’investissement direct etranger permet aux pays de specialiser plus efficacement leur production (non seulement des biens corporels mais egalement d’actifs incorporels tels que Recherche et Developpement, marques de commerce…) et de profiter des avantages comparatifs et de l’economie d’echelle. 9 L’intensification de la concurrence sur le marche des pays hotes[29] : L’IDE peut promouvoir la concurrence sur les marches et donc reduit les possibilites de monopole avancees par les grosses entreprises. 10 L’amelioration de la qualite des produits :

Cette amelioration est due aux nouvelles technologies. 11 La creation d’emploi et la hausse des salaires[30] : L’investissement direct etranger contribue a baisser le chomage par le fait que les filiales et les nouvelles entreprises creees dans le pays recrutent de la main d’? uvre locale. Il contribue aussi a l’augmentation des salaires puisque les FMN versent des salaires plus eleves que les employeurs locaux[31]. 12 L’accroissement des recettes fiscales : Les benefices engendres par l’IDE augmentent les recettes fiscales des pays hotes. 2 Les inconvenients de l’IDE

Apres avoir examiner la contribution de l’IDE au developpement des pays d’accueil, il est indispensable d’examiner les impacts negatifs de ce dernier. L’investissement direct etranger est porteur de risques pour les pays hotes. Parmi ces risques nous pouvons citer : 1. L’IDE est un signe de faiblesse[32] : Une forte part d’IDE dans le total des entrees des capitaux peut refleter des faiblesses et non pas des forces dans les pays hotes, puisque l’investissement direct etranger se dirige surtout vers les pays ou les marches sont inefficients et la qualite des institutions est mediocre. . Dependance accrue envers les pays developpes : Les FMN pourraient dominer le marche hote et l’exploiter. L’IDE permet aux investisseurs etrangers d’exercer leur capacite de gestion et de controle dans les entreprises des pays hotes. Cela peut reduire la possibilite de ces pays de gerer leurs economies et d’augmenter la dependance des pays en voie de developpement envers les pays d’origine qui sont generalement des pays developpes. 3. Rapatriement des capitaux[33] : L’investissement direct etranger peut etre rapatrie par des transactions financieres.

Ce qui met en cause la notion de la stabilite de l’IDE ; La filiale etrangere peut emprunter contre sa garantie dans le pays et repreter l’argent a la societe mere, en cas de crise, la societe mere peut en demander le remboursement a bref delai. 4. Repercussions de l’endettement sur l’IDE : Un endettement excessif peut limiter les avantages de l’investissement direct etranger : Les gains lies a L’IDE peuvent etre reduits du montant de l’emprunt contrarie dans le pays par les entreprises etrangeres. 5. Deterioration de la balance de paiements[34] :

L’IDE a un effet negatif a moyen terme sur la Balance de Paiements ; les importations d’intrants par les filiales et le rapatriement de leurs profits, qui accompagnent le phenomene de l’IDE, engagent D’un cote une devaluation de la monnaie dans le cas d’un regime du taux de change flexible et de l’autre un deficit ou un surplus reduit de la balance de paiement dans le cas d’un regime de change fixe. 6. Repercussion sur les politiques nationales : La possibilite pour les filiales d’emprunter a l’etranger peut nuire a la conduite de la politique monetaire domestique. 7. repercussions au niveau de la concurrence :

L’IDE peut ne pas stimuler la concurrence en accroissant le nombre d’entreprises sur un marche, car les firmes ont tendances lorsqu’elles s’implantent dans un pays, a proceder par acquisition plutot que par la construction de nouvelles installations de sorte que le nombre d’entreprises sur le marche demeure stable et peut meme diminuer. Ensuite, les entreprises locales subissent des difficultes pour etre concurrentielles sur des marches domines par de grosses multinationales. 8. L’accroissement du chomage : Tout transfert de technologie n’est pas forcement benefique au profit du pays d’accueil.

Les innovations technologiques eliminent l’emploi de toute une main d’? uvre analphabete et non eduquee, ce qui entrainent un accroissement du chomage. 9. La baisse des recettes fiscales : Le gouvernement perd des revenus fiscaux lorsque les filiales des multinationales manipulent les prix de cession interne[35] pour sortir les profits d’un pays d’accueil et ainsi eviter de payer l’impot sur ces profits. En resume, bien que l’investissement direct etranger presente certains desavantages, il contribue toujours au developpement du pays d’accueil.

En fait, il influence positivement les pays hotes. Il participe d’abord a l’accumulation du capital physique et contribue a l’amelioration de la productivite du capital et au progres technique. De meme, il augmente la taille du marche et stimule la concurrence, constitue une source majeure de la diffusion des technologies et de savoir-faire avances, aide au developpement du capital humain, a la creation des emplois, a la baisse des prix, a l’augmentation du pouvoir d’achat et a une meilleure distribution du revenu.

L’IDE favorise l’accroissement des recettes fiscales et incite de meme a l’integration de l’economie nationale dans l’economie mondiale et l’accroissement des echanges internationaux (importations, exportations)… Cette section, concernant les impacts des IDE, nous a permis determiner des liens positifs et negatifs entre l’investissement direct etranger et les differentes variables economiques. Nous avons identifie un lien positif entre l’IDE et le PIB, l’ouverture international, la stabilite politique et macroeconomique, les institutions efficientes, le bon cadre reglementaire et la bonne gouvernance. Les determinants de l’investissement direct etranger Suite a l’examen des impacts de l’investissement direct etranger et sa contribution au developpement, la question qui se pose est celle des voies et des moyens a encourager l’investissement. Nous signalons a present qu’il existe une litterature relativement abondante sur les determinants des IDE, classees en trois grandes categories[36]. On distingue alors les enquetes et opinions d’experts, les etudes econometriques au niveau de l’entreprise et celles au niveau global.

Nous limiterons notre travail sur les theories concernant ce sujet. Il s’agit de la theorie Electique qui a ete la premiere approche globale d’explication des facteurs de l’IDE avec le paradigme OLI. Selon cette theorie, les entreprises multinationales investissent a l’etranger afin de beneficier de trois avantages : – L’avantage specifique a la firme ou l’entreprise (Ownership advantage) – L’avantage du a la localisation l’etranger (Localization advantage) – L’avantage a l’internalisation (Internalization advantage)

D’autres elements theoriques apportes par les modeles d’investissement strategique et la Nouvelle Theorie du Commerce International (NTCI) sont venus pallier aux insuffisances de la theorie electique et de ce fait l’enrichir en integrant des aspects lies a la concurrence imparfaite, la differenciation des produits et les economies d’echelle. Dans cette section, nous tenterons de se demander pourquoi le capital se deplace d’un pays a l’autre ? Pourquoi les firmes choisissent-elles d’implanter une filiale a l’etranger ? Et quels sont les determinants de l’IDE ?

Afin de repondre a toutes ces questions, nous essayerons dans ce qui suit de determiner les elements qui permettent aux pays, surtout les pays en voie de developpement d’attirer les investissements directs etrangers tout en constituant une liste des facteurs d’attraction de l’IDE. Cependant, la plupart des pays, surtout les PVD, cherchent a attirer l’IDE pour pouvoir profiter de ses apports benefiques en terme de croissance, de transfert de technologie et de connaissance… Les facteurs determinants de cet investissement direct etranger varient dans chaque cas, mais il y a neanmoins, des themes communs.

L’IDE procede avant tout a la recherche d’une meilleure rentabilite. Nous pouvons regrouper les differents arguments de l’attraction d’un pays en matiere d’IDE sous trois titres principaux [37]: – La structure des pays hotes – Les determinants economiques – Les strategies des firmes multinationales Determinants du pays hote pour l’IDE : |Structures des pays |Cadre General d’accueil |Stabilite economique, politique et sociale. | |hotes | |Regles concernant l’entree et l’activite. | | |Normes applicables au traitement des filiales etrangeres. | | | |Accords internationaux sur l’IDE. | | | |Politique de privatisation… | | |Facilitation des affaires |Incitations a l’investissement. | | | |Couts d’activite. | | | |Equipements collectifs. | | |Service apres investissement… | |Determinants economiques|Marches |Taille et revenu/habitant. | | | |Croissance du marche. | | | |Preferences des consommateurs locaux… | | |Ressources |Matieres premieres. | | |Main-d’? uvre non qualifiee a bon marche. | | | |Main d’? uvre qualifiee… | | |Efficacites |Cout des ressources et des actifs. | | | |Autres couts d’intrants, tels que les couts de transport et de communication | | | |avec le pays d’accueil et a l’interieur de celui-ci… | Strategies des FMN |Perception du risque |Risque du pays base sur les facteurs politiques, macroeconomiques… | | |Localisation, Propriete, |Strategies des firmes sur la localisation, sources des produits, integration | | |internalisation |des filiales, | Source: CNUCED, World investment Report 1998, p. 91 1 La structure des pays hotes

L’IDE est influence par deux principaux aspects dans un pays hote : Le cadre general de son accueil et la facilitation des affaires. Le cadre general de l’accueil de l’investissement direct etranger : Le cadre general est l’ensemble des facteurs et des donnees qui influent directement ou indirectement sur l’activite economique en general, et sur la decision d’investissement en particulier. Dans ce cadre, il y a toujours des facteurs largement determinants et d’autres qui sont peu determinants mais tous ces facteurs jouent un role dans la formulation des decisions d’investissements.

Les elements du cadre general[38] releve des facteurs sociopolitiques, de la stabilite economique, des regles relatives a l’entree et a l’activite, des normes applicables au traitement des filiales etrangeres, des regimes de fonctionnement et de la structure du marche, des accords internationaux sur l’IDE, de la politique de privatisation, de la politique commerciale et de la politique fiscale. La stabilite politique est un aspect fondamental pour la decision d’investissement : Les investisseurs ne risqueront pas leurs capitaux dans un environnement qui est percu comme instable.

Les environnements politiques stables donnent confiance aux investisseurs que les lois et les reglements qui gouvernent leur investissement et les marches dans lesquels ils operent, resteront les memes a long terme. La stabilite economique[39] a un grand impact sur la confiance des investisseurs dans les pays hotes. Les pays qui sont bien diriges economiquement rencontrent rarement des problemes de performance economique qui affectent negativement la rentabilite des entreprises locales et etrangeres. Par contre, la volatilite economique augmente l’incertitude chez les investisseurs.

Les politiques macroeconomiques, c. a. d. la politique monetaire, fiscale et la politique de taux de change, assurent la stabilite economique. Concernant la politique monetaire, elle determine le taux d’inflation, l’etat de la balance budgetaire et le taux d’interet[40] (mais il faut noter qu’un taux d’interet eleve attire les placements financiers et non pas les IDE). Quant aux politiques fiscales, elles determinent les niveaux d’impots y compris les impots personnels et les impots des entreprises. Les FMN sont decouragees a investir dans un pays qui pplique des charges fiscales excessives et une double imposition sur les investissements et les profits. La politique de taux de change, quant a elle, est liee a la stabilite economique et influence les decisions concernant l’IDE car elle affecte la competitivite de la filiale etrangere, la valeur des profits transferes et la valeur des actifs financiers. Un risque de la devaluation decourage les investisseurs etrangers. Les investisseurs se concentrent sur les regles relatives a l’entree et les operations, les normes de traitement des filiales etrangeres, les regimes de fonctionnement et la structure des marches.

Ces activites affectent les profits des investisseurs ainsi que leur capacite a faire sortir le capital investi des pays hotes. Les pays qui restreignent ces activites ont des climats moins attirants que les pays qui autorisent le mouvement libre du capital et des profits. Donc la liberalisation des politiques nationales cree un cadre reglementaire accueillant pour l’IDE. D’autres politiques apparentees influencent l’IDE. Parmi ces politiques, nous pouvons citer les politiques de privatisation, les politiques determinees par les accords internationaux signes par les pays et les politiques commerciales.

La privatisation est un cas special d’acquisition, elle implique des achats d’entreprises de l’Etat. Si la privatisation accueille des investisseurs etrangers, elle elargit l’etendue de l’investissement direct etranger. Les accords internationaux sur l’IDE fournissent une dimension internationale pour les politiques nationales concernant l’IDE. Certains accords centrent sur la protection et l’assurance alors que d’autres negocient des questions plus generales. Les politiques commerciales[41] affectent le cout, la facilite ou la difficulte d’importation et d’exportation.

La politique commerciale liberale soutient l’idee que l’IDE est un complementaire au commerce, tandis que la politique commerciale protectionniste conduit au fait que l’IDE devient un substitut au commerce[42]. En effet, l’introduction d’un droit de douane sur les produits importes abouti a une hausse de la rente domestique. Cette rente peut avoir des incitations positives sur les flux d’IDE. Donc l’investissement direct etranger devient un substitut au commerce international car les exportations deviennent plus couteuses. La facilitation des affaires[43] :

La facilitation des affaires comprend: la promotion a l’investissement (tels que les campagnes d’image et activites generatrices d’investissement ainsi que les services qui facilitent l’investissement), l’aide a l’investissement, les couts d’activite lies a la corruption et a l’efficacite administrative, les equipements collectifs y compris les visas, les ecoles bilingues et la qualite de la vie; les services apres investissement ainsi que les disponibilites du financement. Nous pouvons identifier, l’impact positif sur l’IDE, de la stabilite macroeconomique, des institutions efficientes, de la bonne gouvernance.

Ainsi que l’impact negatif sur l’IDE d’un mauvais climat d’affaire, des instabilites economiques, politique, sociale et legale. 2 Les determinants economiques Les determinants les plus importants pour l’implantation de l’IDE sont les considerations economiques. Nous pouvons les repartir en trois groupes : les determinants qui ont trait aux ressources, ceux qui sont lies a la taille des marches de biens et services et finalement ceux liees aux avantages des couts de production. 1. Les ressources[44] :

Les investisseurs etrangers cherchent aupres des pays d’accueil des ressources disponibles localement tels que les matieres premieres, la main d’? uvre non qualifiee a bon marche, la main d’? uvre qualifiee, les biens technologiques, les innovations et autres actifs crees (marques commerciales), l’infrastructure physique (ports, routes, energie, telecommunication). Les FMN ont besoin de se procurer des matieres premieres sur place pour baisser les couts d’importation[45]. Ces matieres premieres tels que le petrole ou les sources de produits, finissent par constituer des inputs dans les pays d’origine ou par etre revendus sur d’autres marches.

De meme, ces matieres premieres doivent etre disponibles a des faibles couts pour que les firmes etrangeres restent competitives. Les investisseurs etrangers cherchent a investir dans les pays ou la main d’? uvre est abondante et disponible a bon marche[46]. Mais ils examinent aussi la qualite de la main d’? uvre car ils doivent embaucher leurs employes potentiels a partir de la main d’? uvre locale. Donc il est important de noter que le bas salaire n’est pas le seul determinant pour attirer la main d’? vre, les investisseurs insistent sur la qualite d’education dans les pays hotes car les ouvriers cultives prendront moins du temps pour maitriser leur travail, donc ils sont plus productifs. Toutefois, les couts et la productivite de la main d’? uvre sont des indicateurs cles dans la competitivite du produit sur le marche. Les ressources physiques[47] d’un pays hote (ports, routes, energies…), ont un grand impact sur le cout et l’efficacite de la production et du transport. Donc la qualite de l’infrastructure successible de reduire les couts et le temps de transport des marchandises peut constituer un determinant de l’IDE.

Les entreprises multinationales qui cherchent a investir ne se contentent pas d’un cadre d’accueil ultra perfectionne et des mesures de reduction des couts d’activite, mais cherchent aussi la combinaison des couts reduits, des vastes marches et d’actifs « crees » qui pourront leurs aider a maintenir leurs avantages competitifs. 2. Le marche: Nous pouvons resumer les determinants economiques lies aux caracteristiques du marche du pays hote par les elements suivants[48] : La taille du marche et le revenu par tete, la croissance du marche, l’acces aux marches regionaux et mondiaux, les preferences des consommateurs locaux.

L’importance du pays hote reside dans le fait qu’il constitue un marche pour les produits et services des firmes multinationales[49]. La taille effective et potentielle du marche domestique est un facteur attractif du premier rang pour les investisseurs etrangers ainsi ils peuvent non seulement esperer ecouler une plus grande production mais aussi beneficier des economies d’echelle consequentes[50]. Donc l’investissement domestique et l’evolution de la taille du marche affectent positivement les flux de l’investissement direct etranger. En periode de forte croissance, les entreprises locales sont incitees investir pour augmenter leur capacite de production, afin de profiter de la hausse de la demande. La croissance du marche se traduit donc par le fait que l’IDE domestique s’etend pour attirer des projets etrangers. 3. Les gains d’efficacite : L’un des determinants sur lequel s’appuient les investisseurs pour la delocalisation d’une entreprise est souvent la recherche des gains d’efficacite. Ils prennent en consideration: – La difference des couts de production entre les pays[51]. – Les couts des ressources (matieres premieres, infrastructures, main d’? uvre) ajustes a la productivite du travail et incluant la main d’? vre specialises, techniques et administratives. – Autres couts d’intrants, tels que les couts du transport, et de communication avec le pays d’accueil et les couts relatifs des consommations intermediaires. – La profitabilite du capital[52]. – Le cout du capital et l’acces au financement. Les deux derniers points deja cites sont influences par la politique de taux d’interet. En effet, un taux d’interet eleve decourage l’IDE au profit des placements financiers ainsi il constitue une contrainte au financement puisque le rendement attendu devient superieur au cout du capital. 3 Les strategies des firmes multinationales

La firme multinationale existe et se deploie a l’etranger parce qu’elle est proprietaire d’actifs intangibles qui peuvent etre exploites sur une grande echelle (telle que la propriete intellectuelle, brevet, les connaissances de gestion et certaines technologies), et parce qu’elle ne pourrait pas obtenir des meilleurs resultats avec d’autres strategies de penetration des marches (exportations directes, production sous licence…)[53]. L’IDE devient donc un moyen de compenser les desavantages des firmes etrangeres face aux firmes locales qui sont plus familiarisees avec leur environnement legal, politique et social.

La firme sera incitee a internaliser des marches etrangers pour : assurer son approvisionnement exterieur, assurer la continuite internationale de son processus de fabrication tout en protegeant sa technologie, assurer ses debouches exterieurs, tout en protegeant sa marque. L’investissement direct comme mode de penetration du marche etranger est choisi lorsque la firme reunit simultanement les trois types d’avantages, O, L et I. [54] 1. L’avantage de propriete (O) : qui suppose la creation d’un avantage monopolistique qui peut etre exploite, par exemple technologie, economie d’echelle, gestion, know-how . L’avantage de localisation (L) : Le pays hote doit offrir des avantages pour les firmes qui localisent leurs investissements tels que : differences des prix des inputs, qualite des inputs, cout de transport et de communication, distance psychique, langue, culture, stabilite economique. 3. L’avantage a l’internalisation[55] (Internalization advantage) : le concept d’internalisation se caracterise par un processus qui s’applique pour surmonter toutes les imperfections du marche qu’une firme rencontre.

Citons comme principaux stimulants a l’internalisation : la baisse du cout d’echange, la baisse du risque du vol de droit de propriete, la reduction de l’incertitude, le controle de l’offre et de la qualite, le controle des debouches et des produits, les possibilites d’entente, l’internalisation des externalites, l’inexistence des marches a terme. En resumer, on peut conclure qu’il n’y a pas un seul facteur qui puisse etre identifie comme determinant de l’investissement direct etranger.

A l’environnement politique et les facilitations des affaires qui peuvent avoir des repercussions importantes sur l’activite economique du pays et affecter directement les entreprises a capitaux etrangers, S’ajoutent les conditions economiques internes du pays d’accueil pour former un facteur attractif du premier rang pour les investisseurs. Signalons aussi, que les pays, qui cherchent a satisfaire les besoins des firmes multinationales et dont les politiques sont tres favorables aux activites de ces firmes, ont une bonne chance d’attirer l’IDE. Deuxieme Partie L’Investissement Direct Etranger:

Cas du Liban L’investissement direct etranger : Cas du Liban Etant donne le role que l’investissement direct etranger peut jouer pour accelerer la croissance et la transformation economique, les pays en developpement notamment le Liban, cherchent a l’attirer. Pour ce, ils s’emploient a ameliorer les principaux aspects qui influencent les choix d’implantation des investissements directs etrangers. Nous tentons dans cette deuxieme partie, a applique au Liban les conceptions, et les theories concernant l’investissement direct etranger deja expose dans la premiere partie.

Avant de proceder a l’analyse des politiques nationales et internationales adoptees par le Liban pour attirer l’investissement direct etranger et leurs efficacites, nous allons tout d’abord insister sur le contexte du Liban dans lequel s’operent les flux de l’IDE. Ensuite, nous allons exposer l’evolution de l’IDE au Liban depuis 1990 et la comparer a son evolution mondiale pendant cette periode. Apres nous emettrons une liste les facteurs attractifs d’IDE dont jouissent le Liban. La derniere partie aura pour objet d’examiner le manque au Liban et de d’elaborer certaines solutions et recommandations. Concept de l’IDE au Liban la situation economique au Liban depuis la fin de la guerre c a d au debut des annees 90 a connu une degradation continue aussi bien sur le plan des niveaux de vie que celui de la place au Liban dans l’economie regionale. Bien que le Liban soit sorti des annees de guerre avec un lot de destruction materielles et de victimes, son systeme bancaire est reste intact, avec d’importantes reserves d’or, un secteur prive fort, un regime de liberte des changes et du commerce que les 15 annees de violence n’avaient pas entame.

Le pays connait en effet une crise structurelle qui s’aggrave surtout avec l’augmentation de la dette publique, et qui ne pouvait manquer de se manifester avec de plus en plus d’ampleur, en l’absence des reformes economiques en profondeur et de changements majeurs dans les politiques economiques mis en place depuis 92[56]. C’est dans ce contexte economique que c’est realise les operations d’entree et de sortie d’IDE au liban. La definition d’IDE adoptee au Liban est conforme avec la definition du Fond Monetaire International (FMI).

Le recensement d’information concernant l’IDE repose en premier lieu sur l’identification des participations des non residents dans le capital des entreprises residentes. Seules sont retenus comme etant d’IDE les participations egales ou superieurs a 10 % du capital social[57]. Les donnees statistiques sur les investissements directs a l’etranger et en provenance de l’etranger sont apprehendees au niveau de la balance de paiements, dans le cadre de la balance des capitaux. Ces donnees prennent en compte les flux annuels de sorties et de rentrees nettes d’IDE.

Les informations sont collectees par la Banque Du Liban (BDL) qui calcule les entrees et les sorties d’IDE dans le but de completer la balance de paiements et de calculer le Revenu national. Ainsi les donnees concernant l’IDE se trouvent dans la balance de paiements sous la rubrique des balances des capitaux. Les valeurs presentes dans la BP libanaises sont reparties en 2 categories : investissements immobilieres[58] des etrangers et autres investissements etrangers. Concernant l’origine des investissements, les pays Europeens et les pays arabes demeurent les principaux investisseurs au Liban.

Concernant la repartition sectorielle de l’IDE, Le secteur du services occupe la place la plus importante et parmi les societes etrangeres dans le domaine de finance et assurance[59], on peut citer : la banque Libano- Francaise, la societe generale de banque au Liban (SGBL), Fransabank, Syrien lebanese commercial bank, banque Misr Liban, Banque du Liban et d’Outre Mer (BLOM), Societe nouvelle de la Banque de Syrie et du Liban, HSBC, BNPI… 2 Evolution de l’IDE Il est necessaire, tout d’abord, d’exposer l’evolution de l’investissement direct etranger au Liban depuis 1990 afin d’examiner le niveau d’attraction du

Liban pour les IDE (pour pouvoir ensuite opter a des politiques adequates). Ensuite une comparaison avec l’IDE mondial semble essentielle pour determiner la part du Liban dans les flux mondiaux. 1 L’evolution de l’IDE au Liban Il est difficile de determiner le montant reel de l’investissement direct etranger au Liban a cause des faiblesses au niveau statistiques. Apres la guerre civile en 1991, le Liban a recu des montants considerables de l’IDE. De la periode allant de 1990 jusqu’a 2000 le Liban a accueilli, en moyenne 449 millions de dollars en investissement direct etranger par annee.

Les importantes volumes d’IDE ont ete recus en 2001 (1450 Millions de $), en 2003 (2860 M. de $), et en 2005 (2573 M. de $)[60]. Tableau 1 : evolution des flux d’IDE au Liban 1990-2205 : |Flux d’IDE en M. $ |1990-2000 |2000 |2001 |2002 |2003 |2004 |2005 | |Sorties d’IDE |48 |(34)[61] |(1) |0 |611 |827 |715 | Source : UNCTAD, WIR 2006, P. 299 Il faut noter que les valeurs du tableau ci-dessus font l’objet d’une controverse.

Les donnees concernant l’IDE au Liban ne se coincide pas dans toutes les sources statistiques. Pour remedier a ce probleme, nous avons regroupe les donnees des differents sources[62] le maximum possible. Les valeurs du tableau ci-dessous indiquent que les entrees d’IDE sont tres volatiles puisque, les flux d’IDE, influencee par la situation economique du pays, varient d’une annee a une autre. Figure 1 : [pic] Source: UNCTAD, WIR 2005, (P. 304), WIR 2006,(P. 299) La comparaison entre les entrees de l’IDE et l’evolution du PIB prouve la presence d’une influence reciproque entre ces deux variables. (Voir le tableau 2)

Tableau 2 : comparaison entre stock d’IDE et croissance du PIB : | |2000 |2004 |2005 | |Evolution du PIB en % |0. 6 |2 |2. 6 | |Stocks d’IDE en M. de $ |4988 |12534 |15107 | Source : Banque du Liban, in www. bdl. com. lb La croissance du PIB est suivie d’une augmentation des entrees d’IDE alors qu’un ralentissement du taux de croissance reflete de faibles niveaux d’entrees d’IDE.

Au moment des difficultes economiques, les investisseurs transferent leurs activites d’une region a une autre, etant donne que ces investissements sont effectuees en grande partie dans des activites legeres a tres faible valeur ajoutee (comme la sous traitante par exemple). L’annee 2003 a ete marque par une amelioration minime de l’IDE de 1336 Millions de $ (en 2002) jusqu’au 1506 Millions de $, d’une augmentation de 12. 8 %. Cela s’explique par l’augmentation des investissements fonciere des etrangers au Liban suite aux modifications appliquees a la loi de l’acquisition etrangere de propriete immobiliere au Liban.

Les sorties d’IDE enregistrent en moyenne entre 1990-2000, un montant de 48 Millions de $. Ils atteignent leurs bas niveau en 2002 (0 M$) pour commencer a augmenter en 2003 avec 611 Millions de $. (Voir la figure 1). Les stocks d’IDE sortant sont en croissance continuent malgre que leurs volumes restent faibles en comparaison avec les autres pays. L’evolution des entrees nets en pourcentage du PIB pour la periode allant de 1990 jusqu’au 2002 a enregistre une moyenne annuelle de 0. 7[63]. C’est en l’an 2000 que le Liban marque le plus haut niveau d’entrees nettes en pourcentage du PIB.

Sur la base de ces informations ont peut estimer qu’en 2010 ces donnees devraient etre de l’ordre de 2. 7. (Voir figure 2). Figure 2 : [pic] Source : www. Perspecive. usherbrouke. ca/liban/tendances/index_en Les valeurs elevees des entrees de l’IDE en 2003 et en 2005 sont dues principalement a la multiplication des operations de fusions[64]- acquisitions dans ces annees la. (Voir tableau 3) Tableau 3 : | |2003 |2004 |2005 | Achat des fusions acquisitions (en M. de $) |98 |- |236 | |Nombre de deal des fusions acquisitions |2 |- |3 | Source: UNCTAD, WIR 2006, Annexe B. 5, P. 320 L’indicateur de performance[65] en termes d’investissement entrants au Liban, indique sa faiblesse en termes d’attractivite pour les investisseurs etrangers. L’attractivite du Liban etait elevee dans les annees 90, elle a commence a diminuer depuis 2000.

Suite a cet indicateur nous pouvons constate que les flux d’IDE entrants au Liban reste marginal par rapport aux flux mondiaux. Figure 3 : [pic] Source: UNCTAD, WIR 2006, Annexe A. 9, P. 277 Enfin nous pouvons conclure de ce qui precede, que les flux d’entrees vers le Liban ne cesse d’augmenter depuis les annees 90. Mais cette augmentation est relativement faible par rapport aux flux mondiaux. 2 Evolution de l’IDE au niveau mondial Depuis le debut des annees 90, les flux mondiaux d’Investissement direct etranger, qui emanent des societes transnationales, sont en augmentation rapide, plus rapide que le commerce ou la production mondiale.

Les entrees d’IDE ont ete considerables en 1990, elles ont atteint 211 Milliard de $, alors que les sorties[66] s’etablissent a 240 Milliard de $. Entre 1990 et 2004, il y a eu stagnation ou declin dans les flux annuels d’IDE. (Voir le tableau 4 ci- dessus). Une reprise d’IDE, s’est effectuee en 1994 a cause de la hausse de l’activite des entreprises des pays developpes[67]. Tableau 4: Repartition regionale des entrees d’IDE, 1990-2005 (en Milliard de $) |Region |1990 |1991 |1992 |1993 |1994 | Pays Developpes |176 |115 |111 |129 |135 | |Pays En Developpement |35 |41 |55 |73 |84 | |Monde |211 |156 |166 |102 |219 | Source: UNCTAD, WIR 1995, P. 14 En 1996, les entrees d’IDE ont augmente de 10 % pour atteindre 349 Milliards de $, apres qu’elles enregistraient 317 Milliards de $ en 1995. Et les sorties ont augmentees de 2 %, pour atteindre 347 Milliard de $.

La part des pays en developpement, des entrees mondiales s’est amplifiee de 37 % par rapport a l’annee precedente, malgre qu’ils n’ont recus que 129 Milliards de $. Les flux d’IDE enregistrent un nouveau record en 1997; les entrees s’elevent de 19 %, alors que les sorties de 27 %. [68] En 98, les entrees mondiales d’IDE ont progresse pour la septieme annee consecutive et les sorties pour la troisieme annee consecutives, pour atteindre un niveau sans precedent (1400 Milliards de $) en 2000. Les flux se sont brutalement contractes en 2001 pour la premiere fois apres dix ans.

Cela etait du essentiellement au flechissement de l’economie mondiale, ce qui a entraine une chute de la valeur des fusions et acquisitions. En 2002, l’IDE a continue a chuter dans les pays developpes et les pays en voie de developpement, pour atteindre respectivement 460 Milliards de $ et 162 Milliards de $. [69] L’annee 2004 a marque un tournant pour les l’IDE, les entrees ont augmentees de 2 %. Les flux vers les pays developpes a continue a baisser par rapport au sommet atteint en 2000, mais la hausse des flux vers les pays en developpement a compense cette situation. 70] Les entrees ont augmentees de 29% en 2005 pour atteindre 916 Milliards de $. Les sorties mondiales se sont etablies a 779 Milliards de $. Les pays en developpement ont gagne une grande importance en tant que destinataire d’IDE, leur part dans les entrees totales a augmentees d’une moyenne de 20% en 98-00 et de 35% en 03-05[71]. La figure 4 ci-dessous resume les entrees de l’investissement direct etranger pour les pays developpes et les pays en developpement pour la periode allant de 1990 jusqu’a 2005. Figure 4: [pic] Source: UNCTAD, WIR 2006, P. Une comparaison entre les flux d’IDE au Liban avec ceux des pays arabes est necessaire pour identifier sa place dans son entourage. L’Emirate Arabe Unis est le pays le plus attractif pour les investissements direct etranger il est suivi par l’Arabie Saoudite, l’Egypte et le Liban. Nous pouvons conclure que la position du Liban dans son entourage est relativement bonne. Figure 5 : L’evolution des entrees d’IDE dans certains pays arabes durant la periode 1990-2005 (en Millions de $) [pic] Source: www. unctad. org/wir/Countryfactsheet.

Pour recapituler, les flux mondiaux de l’investissement direct etranger ont eprouve une forte progression au debut des annees 90, suite aux multiplication des fusions et acquisition internationales. En 1991 nous avons assiste a une baisse des flux d’entree, et c’est a partir de 1994 qu’une augmentation significative aura lieu. Cette hausse se poursuivra dans les annees a venir pour atteindre son apogee en 2000. En 2001 les flux ont fortement chute. Alors qu’ 2004, les flux mondiaux ont progresse rapidement, et continuent a croitre jusqu’a present. Impact de l’IDE sur l’economie libanaise L’investissement direct etranger contribue au developpement des pays, il a un impact positif sur la croissance du PIB, la creation des emplois, l’amelioration du solde de la balance de paiements… Au Liban, nous ne pouvons pas examiner l’impact de l’IDE sur l’economie, a cause de la faiblesse de ces flux. Par contre, nous examinerons l’impact ou les repercutions de l’absence d’IDE, sur la croissance economique, la balance commerciale, la dette publique. Depuis une decennie, nous assistons au Liban, a une stagnation ou meme recession economique.

Apres une expansion rapide dans les annees 90, la croissance du PIB libanais, s’est ralentie remarquablement. De 1992-1997, cette croissance etait soutenue, d’en moyenne 6 a 7 %, ensuite elle est devenu plus volatile: 2. 6 % en 2002, 4. 9% en 2004 et entre 0 et 1 % en 2005[72]. Des flux significatifs d’IDE pourraient changer c