L’europe

L’europe

Les chiffres parlent d’eux-memes, dans l’UE a 25, l’ecart de remuneration moyen entre les femmes et leurs homologues masculins est de 15 %, et la part des femmes dans l’encadrement plafonne a 32 %. Parallelement, elles ne sont pas plus de 10 % en Conseil d’Administration et a peine plus de 3 % en Direction Generale. Les politiques sont pour leur part tout aussi loin du compte que les entreprises avec seulement 23 % des sieges occupes par des femmes dans les pays de l’UE. 2 % des femmes a temps partiel dans l’UE La discrimination dont peuvent etre victime les femmes en Europe reste principalement liee aux stereotypes qu’affectionnent nos societes. La femme est avant toute chose une mere, et si l’on en croit les chiffres on conjugue plus facilement travail et celibat que travail et vie de famille, en effet le taux d’emploi des europeennes diminue de 75 % a 61 % lorsqu’elles ont des enfants.

Plus grave consequence encore de nos a priori sociaux, les femmes se retrouvent souvent confrontees a un « plafond de verre » dans l’evolution de leur carriere. Quelques dates cles 1791 : Declaration des droits de la femme et de la citoyenne d’Olympe de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Gouges, dont le preambule commence ainsi : « Les meres, les filles, les soeurs, representantes de la nation, demandent d’etre constituees en Assemblee nationale ». 804 : Le Code civil donne aux femmes des droits civils mais leur refuse les droits politiques. 1893 : Octroi du droit de vote aux femmes en Nouvelle-Zelande, premier pays au monde a l’accorder ; la Grande-Bretagne (pour les femmes de plus de 30 ans jusqu’en 1928) , la Suede et l’Allemagne l’accordent en 1918, le Canada et les Pays-Bas en 1919, les E tats-Unis en 1920 (quelques Etats l’avaient deja adopte avant ). 21 avril 1944 : L’ordonnance d’Alger accorde le droit de vote aux femmes francaises. 7 octobre 1946 : Le preambule de la constitution proclame : « la loi garantit a la femme, dans tous les domaines, des droits egaux a ceux de l’homme » (art. 3) . 8 juillet 1999 : Une revision constitutionnelle ajoute a l’article 3 de la Constitution de 1958 la disposition suivante « la loi favorise l’egal acces des femmes et des hommes aux mandats electoraux et aux fonctions electives » et prevoit que les partis doivent « contribuer a la mise en oeuvre » de ce principe (art. 4). juin 2000 :La loi sur la parite en politique module l’aide publique aux partis politiques en fonction de leur respect de l’application de la parite pour la presentation des candidats aux elections 9 mai 2001 : La loi Genisson sur l’egalite professionnelle entre les femmes et les hommes poursuit dans une direction amorcee par la loi Roudy du 13 juillet 1983. 24 mars 2005 : Depot d’un projet de loi sur l’egalite salariale entre les hommes et les femmes Depuis 200 ans, la parite entre les hommes et les femmes n’a cesse de progresser

Si la parite designe une egalite generale entre les hommes et les femmes, elle prend un sens plus restreint en s’appliquant parfois a la seule vie politique. • Meme si certaines femmes ont occupe une place tres importante dans l’histoire de la France, jusqu’au XXe siecle, le role politique de la femme n’a pas ete favorise . La Revolution n’a ainsi rien fait pour reconnaitre ni, a fortiori, valoriser la place des femmes au-dela de leurs roles traditionnels (epouse, mere), sinon en leur reconnaissant quelques droits civils. L’histoire politique et sociale depuis 1789 reflete un mouvement d’emancipation progressif des femmes : protection contre le travail abusif au nom de leur role de mere, protection contre l’epoux , reconnaissance d’un statut civil propre, octroi des droits politiques , ouverture progressive des etudes et des emplois aux femmes , loi sur l’interruption volontaire de grossesse (1975). • Derniere etape, en France, plusieurs textes ont ete adoptes pour favoriser la place des femmes dans la vie politique.

Apres un echec en 1982, la revision constitutionnelle de 1999, completee par la loi du 6 juin 2000, a ouvert la voie a des reformes legislatives destinees a imposer les femmes dans la vie politique et sociale. Cependant, de nombreux efforts restent a accomplir en vue d’une parite plus complete • Malgre les reformes et devidents progres, les femmes restent encore minoritaires parmi nos elus (a l’encontre de nombreux pays occidentaux).

Si la loi sur la parite a permis de faire elire beaucoup plus de femmes dans les conseils municipaux (47,5 % des conseillers dans les communes de plus de 3 500 habitants en 2001) et regionaux (pour ces derniers 27,5 % de femmes elues en 1998, 47,6 % en 2004), elles n’ont pas forcement accede a des fonctions de responsabilite locale (seulement 6,6 % des maires des communes de plus de 3 500 habitants en 2001). Dans les conseils generaux, les resultats sont pour l’instant decevants (seulement 10,9 % des conseillers generaux sont des femmes en 2004 contre 8,6 % en 1998).

De meme, dans les entreprises ou dans la haute fonction publique, les femmes restent tres minoritaires aux niveaux de direction. • Bien que proportionnellement plus nombreuses que les hommes a acceder aux etudes superieures, les femmes deumeurent moins presentes dans les filieres les plus cotees, subissent davantage le chomage, le temps partiel non choisi, et l’ecart des salaires moyens est aussi en leur defaveur. • Si les femmes sont desavantagees par rapport aux hommes, cela tient au regard porte sur elles par la societe.

Cependant, il n’est pas sur que la contrainte puisse imposer un renversement de tendance. Des questions de fond demeurent sur le bien fonde de mesures coercitives en la matiere • Le legislateur a pris des mesures coercitives, pariant sur la discrimination positive en faveur des femmes, notamment en politique, pour une parite effective. Mais le debat demeure et jette un doute que certaines femmes, elles-memes, regrettent. L’electeur choisit-il une femme pour ses qualites personnelles ou pour sa qualite de femme ?

Figure-t-elle sur une liste de candidats en position eligible pour ses competences ou parce que c’est obligatoire ? • Par ailleurs, certains s’interrogent sur le bien-fonde d’un modele egalisateur qui nierait les differences entre les hommes et les femmes. Ainsi, lorsque la Cour europeenne des droits de l’homme contraint la France a autoriser le travail de nuit des femmes, strictement encadre depuis le XIXe siecle, certains se sont interroges sur le progres que cela representait, tandis que d’autres mettaient en avant le respect de l’egalite de traitement entre hommes et femmes. La question de la parite renvoie donc a des choix de societe, par-dela la representation politique, dont le role moteur a justifie un traitement specifique. La loi a ainsi recemment egalise l’autorite parentale ou renforce la place du pere dans l’education des enfants. La parite constitue donc un mouvement de fond favorable aux femmes en tant qu’individus, mais aussi une source profonde de modification de la place des femmes dans la societe.

Il parait difficile d’aller plus loin sur un plan legislatif, et ce sont plutot certains comportements ou visions de la societe qu’il convient de faire evoluer. Lles droits etant les memes, reste a les faire comprendre, accepter et appliquer. • Enfin, la lutte pour la parite apparait comme une question propre aux pays developpes, alors que dans de nombreux Etats la femme n’a meme pas encore acquis un minimum de droits civils. La dimension internationale du combat conduit sans doute la France a « montrer l’exemple ».