Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique

es leucémies: la leucémie lymphoide chronique (LLC) Nous allons nous intéresser plus particulièrement au cas de la LLC car il s’agit de la leucémie la plus fréquente. ntroduction : COURBE Aujourd’hui, les conditions des Hommes se sont améliorées et ont rallongé l’espérance de vie mais de nombreuses maladies subsistent toujours tels que les maladies génétiques. Ces maladies sont très difficiles à soigner voire incurables dans certains cas. C’est en 1847, qu’un médecin histologiste allemand, PHOTO Rudolf Virchow, com maladie débutant da sang vont se compo r modification du géno u niveau de l’ADN.

L 0 next page mie. Il s’agit d’une s cellules du le en raison d’une de mutation e les maladies concernant les globules blancs du sang. On distingue, à l’heure actuelle 4 grands types de leucémie qui demandent chacune un traitement spécifique. On peut les classés en fonction de leur rapidité d’évolution : TABLEAU COMPARATIF -leucémie aiguë : prolifération rapide des cellules anormales, immatures et non fonctionnelle ; traitement urgent -chronique : évolution sur plusieurs mois voire années des cellules anormales mais matures ; traitement moins urgent

Ainsi que par leur aspect cytologique lié à la lignée de cellules ? partir de laquelle elles émergent -leucémie lymphoblastique : à partir

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
des cellules lymphoïdes – lymphoide et myélobl Sv. ‘ipe to myéloblastique : à partir des cellules myéloldes A l’intérieur de ces différents types, il existe d’autres catégories permettant des traitements beaucoup plus ciblé : il s’agit de classifications. Nous nous sommes donc demandées en quoi consiste cette grave maladie ? En premier lieu, nous aborderons l’apparition de la maladie, ensuite nous expliquerons les processus et enfin pour nous nous oncentrons sur le suivi de la maladie. . L’apparition de la maladie 1) Symptômes (DIAPO 6)Au début, les personnes atteintes de LLC ne ressentent généralement aucun signe de la maladie. Celle-ci passe totalement inaperçue. Il est ainsi fréquent que la LLC ne soit diagnostiquée que plusieurs années après son apparition. Il est également important de savoir que la LLC ne se transforme jamais en leucémie aiguë. (DIAPO 6) (DIAPO 7)En fait, les principales manifestations de la LLC s’observent dans le san& avec un nombre trop important de lymphocytes B car ils ne meurent plus.

Des résultats anormaux concernant les autres éléments du sang (hémoglobine* et plaquettes* notamment) peuvent également être observés, mais ils ne sont pas constamment retrouvés. C’est lorsque la maladie évolue que certains signes h si ues euvent être ressentis. (DIAPO 8)ll est ainsi possi nglions soient plus de la LLC sont liés aux complications de la maladie. (DIAPO 8) 2) Diagnostic (DIAPO 9)Ça n’est pas une urgence médicale. La LLC est une maladie touchant des cellules sanguines. Son diagnostic est donc établi sur la base de trois examens effectués ? partir de simples prises de sang.

Formule sanguine Dans un premier temps, on effectue couramment un hémogramme (il s’agit simplement une numération des différentes cellules du sang) pouvant être réalisé dans tous les laboratoires d’analyses médicales. On peut alors évoquer une LLC lorsqu’on observe un taux de LB anormalement élevé, mais un tel taux élevé peut tout aussi bien être causé par une infection virale par exemple, cette numération est renouvelée pour confirmer le diagnostic. C’est d’ailleurs lors d’une numération sanguine de contrôle basique que la LLC est découverte. Caractéristiques des Lymphocytes

Pour être officiellement établi, un tel diagnostic nécessite une étude des LB au microscope. En effet les LB malades présentent des caractéristiques spécifiques dentifiables, et écartant toute autre maladie liée à un taux élevé de LB. Cette identification est réalisée par un cytologiste (médecin spécialisé dans l’analyse des échantillons sanguins). ‘immuno-phénotypage C’est l’étude de marqueurs précis (les antigènes), à la surface des LB, qui sont une sorte de « signature » de la maladie. Cette identification est permise par assa e des cellules dans un Cymomètre de flux.

Cet e officiellement le 3 0 flux. Cet examen confirme officiellement le diagnostic d’une LLC, il est effectué dans un laboratoire spécialisé. Une fois le diagnostic établi avec toutes les explications nécessaires au patient pour bien comprendre sa maladie, celui-ci est vu par un hématologue. S’ensuit un examen clinique complet effectué par le médecin généraliste, comprenant la recherche des ganglions dans tous les sites habituels et une rate volumineuse, effectué par le médecin généraliste. Les résultats des examens sont obtenus en quelques jours ce qui permet au diagnostic d’être établi rapidement.

La plupart du temps aucun examen complémentaire n’est nécessaire, mais un possible scanner peut-être demandé, notamment si des ganglions ont été détecté au cours de l’examen clinique. (DIAPO 9) Il. Les processus (DIAPO 10)La LLC est caractérisée par la prolifération de lymphocytes. 1) Rappels sur les cellules sanguines et les lymphocytes (DIAPO 11 existe plusieurs cellules sanguines ayant un rôle bien spécifiques dans l’organisme Les GR : qui apportent l’oxygène aux tissues donc les différents organes Les plaquettes : qui permettent la coagulation du sang

Les GB : qui permettent la défense de l’organisme. Ces cellules sont produites dans la moelle osseuse et plus particulièrement dans les tissus hématopoïétiques. Les cellules immatures s’y multiplient, murissent avant de sortir dans le sang pour se rendre dans les différents organes afin d’effectuer leurs fonctions respectives. Ces cellules san uines ont une durée de vie limitée, par cons 4 0 leurs fonctions respectives. Ces cellules sanguines ont une durée de vie limitée, par conséquent la moelle osseuse les produit en continue. DIAPO 12)Les lymphocytes qui sont des globules blancs ont un ôle majeur dans le système immunitaire et donc dans la défense de l’organisme. On distingue 2 lignées lymphocytaires différentes : les LB et les LT. Les LB sont des cellules de la moelle osseuse migrant vers les ganglions lymphatiques. Ils ont pour rôles de fabriquer des protéines appelés anticorps. Mais pour les produire les lymphocytes doivent de transformer en plasmocytes. Ces cellules sont donc activées : les Ac produit vont pourvoir reconnaitre les Ag.

Ainsi la création de réseaux permettra à des cellules spécialisées la destruction des corps étrangers loin du site de production. Les LT sont des cellules qui arrivent à maturation sans le thymus (organe entre la trachée et le sternum). Ils migrent ensuite vers les ganglions lymphatiques. Ils sont directement responsables de la destruction des cellules étrangères. Les valeurs de référence pour les lymphocytes sont 0. 8 à 4 G/ , pour la concentration en Hb pour un homme est 130 à 180 et pour une femme est 115 à 160 g/L ; pour les plaquettes : 200 ? 400 GIL. DIAPO 12) 2) Le processus de la LLC (DIAPO 13 sans apparition)Contrairement à d’autres formes de leucémie dites aiguës qui évoluent rapidement, la LLC est une aladie dont l’évolution est lente : c’est pourquoi elle est considérée comme une maladie chronique mas elle ne se transforme jamais en leucémie aigue. 0 elle est considérée comme une maladie chronique mas elle ne se L’origine de cette maladie n’est pas connue. Il n’y a pas de facteurs environnementaux clairement identifiés. La LLC touche des LB arrivés à maturation.

Sa principale caractéristique est que les LB ne meurent plus. Sachant qu’ils sont produits continuellement, ils s’accumulent dans le sang, les ganglions, la rate et la moelle osseuse. On peut classer la LLC selon 3 stades bien définit : (DIAPO 13 pparition) Le stade A : il correspond à une augmentation du nombre de LB, sans aucune autre anomalie sanguine, avec une absence ou présence très limitée de ganglions (DIAPO 14)Le stade B : il correspond à une augmentation du nombre de LB, sans autre anomalies sanguine, mais associée à la présence de ganglions dans plusieurs territoires. DIAPO 1 5)Le stade C : il correspond à une augmentation du nombre de LB associée à d’autres anomalies sanguines telles qu’une anémie (baisse de I’HB) et / ou une baisse du nombre de plaquettes sanguines. (DIAPO 1 6)La LLC est souvent présentée, par rapport à son ?volution, comme une maladie des « 3 tiers En effet, on peut schématiser 3 modes d’évolution de la maladie : Dans un tiers des cas, la maladie se situe à un stade peu évolué et n’évoluera pas ou très peu. Les malades n’auront jamais besoin de traitement.

Dans un tiers des cas, la maladie se situe à un stade peu évolué, ne nécessitant pas de traitement dans l’immédiat, mais évoluera dans les années à venir et devra alors être traitée. Dans 6 0 traitement dans l’immédiat, mais évoluera dans les années à venir et devra alors être traitée. Dans un tiers des cas, la LLC est évolutive au moment du iagnostic et requiert assez rapidement un traitement. Ill. Le suivi de la maladie (DIAPO 17)Un traitement en vue d’une LLC n’est pas forcément nécessaire.

En effet les traitements actuels sont souvent disponibles quand la maladie est à un stade évolué, de plus ce genre de traitement peuvent entraîner des effets indésirables*. Mais la décision de mettre en place un traitement dépend d’un ensemble de paramètres à étudier. 1) Types de traitements (DIAPO 17) Stade A Ce stade ne nécessite aucun traitement, car leur maladie n’évoluera pas ou peu, mais un suivi régulier au long de la VIe est aintenu.

Stade (DIAPO 18) Ces deux stades sont plus évolués et nécessitent un traitement qui repose sur, la chimiothérapie (Il s’agit d’un traitement médicamenteux qui va « tuer » les cellules) et/ou (DIAPO 19) l’immunothérapie (On utilise des Ac monoclonaux* fabriqués qui vont reconnaitre les Ag « signatures » des LB malades. Une fois les Ac fixés, les LB malades vont être détru ts). La plupart des traitements sont en fait des associations de deux à trois médicaments, ils ne permettent pas une guérison totale mais permettent la disparition des signes de la maladie pendant lusieurs années dans la majorité des cas.

Si la maladie réapparaît elle pourra être traitée avec les mêmes médicaments, il est ? noter que la sensibilité aux infections est accrue pendant ces traitements. 2) 2) pronostic (évolution de la maladie) (DIAPO 20) (Il s’agit de l’acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer affectera le patient et comment il réagira face au traitement. ) Au cours d’une LLC des complications peuvent survenir, elles nécessitent une prise en charge et un suivi adapté pour pouvoir les contrôler. Les infections

Du à un déficit immunitaire, c’est-à-dire une baisse des défenses de l’organisme. L’organisme, moins capable de se défendre contre virus, bactéries, champignons, va favoriser la fréquence des infections. Elles vont souvent toucher l’appareil respiratoire (ne’ gorge, poumons). Les traitements restent efficaces contre les infections. ‘anémie Baisse du taux d’hémoglobine dans le sang. celle-ci permet de transporter l’oxygène des poumons vers les organes, donc si son taux baisse, l’apport en oxygène diminue et occasionne une sensation de faiblesse et de fatigue.

Elle peut aussi se traduire ar des vertiges, un essoufflement à l’effort, des maux de tête, une accélération du rythme cardiaque et des troubles de la concentration. Le traitement se base sur des transfusions de globules rouges. Les plaquettes Eléments du sang qui jouent un rôle important dans le processus de coagulation, une diminution (appelé Thrombopénie) peut entrainer des risques de saignements (au niveau des gencives par exemple).

En correction des transfusions concentrées de plaquettes sont possibles, ou encore un traitement de corticoïdes. (Dl B0 transfusions concentrées de plaquettes sont possibles, ou encore n traitement de corticoïdes. (DIAPO 20) (DIAPO 21)Au cours d’études, des facteurs (appelés « facteurs pronostics »)) associés à un risque d’évolution de la maladie, ont été trouvés. Connaitre ces facteurs permet pour des personnes, étant à un stade peu évolué de la maladie, si elles risquent de prendre un traitement à long terme par la suite.

Ce facteurs vont être associés aux connaissances du médecin sur son patient (antécédents médicaux, type de cancer, stade et caractéristiques, traitement adapté et réaction) ainsi qu’aux statistiques de survie pour arriver à un pronostic. Les facteurs pronostics sont les suivants . Atteintes de la moelle osseuse Présence de lympho anormaux d’aspect diffus (plus étendus) dans un prélèvement de moelle osseuse est un facteur moins favorable.

Alors que la présence de lympho anormaux mais d’aspect nodulaire (petit amas) ou interstitiel (entre les cellules) est un facteur plus favorable. Âge (DIAPO 22) Personnes âgées pronostic moins favorable (à cause d’autres problèmes de santé liés au vieillissement susceptible d’affecter le degré de tolérance au traitement) sexe (DIAPO 23) Lhomme a un pronostic moins favorable que la femme Pourquoi Proportion de lymphocytes (DIAPO 24) Nombre élevé de lympho anormaux dans le sang engendre un pronostic moins favorable.

Temps de doublement des lymphocytes ( emps nécessaire pour que le nombre de lympho double) Quand il est inférieur a douze mois, pronostic moins favorable. Taux sangu lympho double) Quand il est inférieur a douze mois, pronostic moins favorable. Taux sanguin de lacticodéshydrogénase sérique(DlAPO 25) LDH= mauvais cholestérol sérique, pronostic moins favorable. Peut être causé par une plus grande production de lymphocytes ou par la mort de cellules leucémiques. Conclusion . our conclure sur la leucémie lymphoïde chronique : il s’agit d’un cancer du sang touchant les lymphocytes B. Ils sont produits en continu mais ne meurent plus : ce qui bloque leur cycle de vie quand ils arrivent à maturité. Cette maladie n’est pas détectée sur simple symptômes mais par des examens sanguins. Après le diagnostic prononcé, on peut déduire le type de traitement nécessaire pour le patient : mais il est important de retenir qu’en fonction du stade de la maladie, le traitement n’est pas toujours obligatoire.

En revanche, un suivi régulier tout au long de la vie ar un médecin généraliste et un hématologiste est nécessaire pour détecter toute évolution éventuelle de la maladie (par exemple : une fatigue et/ou une fièvre persistante ; une perte de poids peuvent être les signes d’une infection ou d’une évolution. ) Par ailleurs un soutien psychologique peut être bénéfique lorsqu’on apprend que l’on est atteint d’une leucémie • il s’agit d’un terme qui fait peur car souvent on pense aux cas qui évoluent rapidement, alors que chez un grand nombre de personnes, la maladie reste stable pendant plusieurs années. 0 0