L’etranger

L’etranger

L’Etranger I ‘ Presentation de l’ouvrage : 1. Biographie de l’auteur : L’Etranger a ete ecrit par Albert Camus : – Il nait a Mondovi en Algerie le 7 novembre 1913, de pere viticole et d’une mere sourde. – Son pere, Lucien, meurt durant la premiere guerre mondiale, et de ce fait, Albert ne connaitras qu’une photo et une anecdote qu’on retrouve dans l’Etranger : son degout devant le spectacle d’une execution capitale. – Il fait ses etudes a Alger. – Il commence a ecrire des 1932 avec la parution de ses premiers textes dans Sud. Il continu ses etudes et obtient un diplome d’etudes superieures en Lettres, section philosophie. Il est touche par la suite par la tuberculose, ce qui l’empeche de passer l’agregation. – Il s’installe ensuite a Paris apres plusieurs problemes avec le gouvernement Algerien vers 1940. – Tout en etant secretaire de redaction a Paris-Soir, il ecrit L’Etranger en 1942 et Le Mythe de Sisyphe. Celui lui, ces ‘ uvres appartiennent au « cycle de l’absurde ». – En 1956, a Alger, il lance un « Appel pour la treve civile », pendant que la revolte continue. D’ailleurs, apres l’independance les algeriens lui ont reproche de ne pas avoir participe a cette independance. Il dira :

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
« Je crois a a justice, mais pas avec les bombes. Entre ma mere et la justice, je prefere ma mere ». – Toujours en 1956, il publie La Chute, livre pessimiste dans lequel il s’en prend a l’existentialisme. – En 1957 il recoit le Prix Nobel de litterature. – Le 4 janvier 1960, Albert Camus meurt dans un accident de voiture, conduite par son ami Michel Gallimard, dans l’Yonne. 2. C’est un roman car c’est un « recit de fiction ecrit en prose ». Ce roman parait en 1942 chez Gallimard a la collection Blanche. Il fait partie du « cycle de l’absurde », avec de meme Le Mythe de Sisyphe et Caligula.

Il a ete traduit en quarante langues et une adaptation cinematographique a ete realisee par Luchino Visconti en 1967. Le titre est L’Etranger car le personnage principale, Meursault, est completement etranger aux m’ urs de son epoque, et donc au monde. Il ne ressent aucunes emotions, et lors de l’enterrement de sa mere, et durant les evenements qui suivent, ce qui lui est reproche durant tout le proces. II ‘ Resume de l’’ uvre : – L’ouvre se deroule au XXe siecle, certainement vers 1942 (date de parution), a Alger, en Algerie, qui est encore francaise. Au tout debut, Meursault, le personnage principal, recoit un telegramme lui annoncant la mort de sa mere. – Il se rend a son enterrement a Marengo, et y assiste sans laisser transparaitre aucunes emotions. – En rentrant a Alger, il rencontre son voisin, Raymond Sintes, puis en allant a la piscine, rencontre Maire, une ancienne dactylo de son bureau, qui devient alors sa copine. – Durant les jours qui suivent, Marie lui demande s’il veut se marier avec elle, sur quoi il repond que cela lui est indifferent. – Raymond Sintes les invite par la suite a la plage, chez un de ses amis, Masson.

Sur le chemin, ils croisent le frere de l’ancienne maitresse de Raymond, qu’il a battue, avec plusieurs amis. Il craint ses represailles. – Sur la plage, ils rencontrent de nouveau les hommes, sur quoi une bagarre eclate, ou Raymond est blesse. – S’en suit un aller-retour de Raymond et Meursault, puis Meursault seul, accable par la chaleur, ne se rend plus compte ou il va, mais finit par retrouver l’homme qui en voulait a Raymond. – Celui-ci sort son couteau, mais Meursault lui tire plusieurs fois dessus avec le revolver que lui a laisse Raymond.

L’homme meurt des la premiere balle recue. – Il est alors emprisonne, et son proces n’a lieux que pres de un an apres. Il est alors designe coupable, mais on lui reproche surtout son manque d’emotions lors de l’enterrement de sa mere et lors du crime, mais aussi son attitude qui suit son deuil (il va a la piscine et au cinema avec Marie, voir Fernandel). – Il apprend qu’il aura la tete tranchee sur une place publique. III ‘ Portrait et analyse des principaux protagonistes : – Meursault : On observe d’abord qu’on ne connait pas son prenom.

Quelques personnes diront que « Meur » rappelle la mer et le meurtre et « sault » le soleil. Il habite a Alger, dans un appartement. Il n’a pas l’air d’avoir beaucoup de famille, sa mere etant morte. Il ne doit avoir des revenues assez modestes : il dit ne pas avoir assez d’argent pour s’occuper de sa mere. Toutes ses actions sont effectuees sans aucuns remords ou emotions : enterrer sa mere puis allez rire au cinema, tue un homme. Il n’y a pas de descriptions physiques. – Raymond Sintes : « Dans le quartier, on dit qu’il vit des femmes.

Quand on lui demande son metier, pourtant, il est « magasinier ». » ; « Il est assez petit, avec de larges epaules et un nez de boxeur. Il est toujours habille tres correctement. » Il a l’air de tout regler pas la violence. C’est le voisin de Meursault. – Marie Cardona : Elle est une « ancienne dactylo » du bureau de Meursault. Elle est brune : « Je suis plus brune que vous. ». Elle veut se marier avec Meursault, meme si lui ne l’aime pas. Elle essaie de le soutenir lorsqu’il est en prison. – Masson : C’est un ami de Raymond Sintes.  C’etait un grand type, massif de taille et d’epaule ». Il a une maison sur le bord de mer, et doit avoir le meme temperament bagarreur que son ami. IV ‘ Etudes des principaux themes et enjeux de l’’ uvre : Albert Camus, comme on l’a deja dit, a ecrit plusieurs ouvrages qu’il classe dans un cycle de l’absurde, dont l’Etranger. On lui attribuera plus tard une etiquette d’existentialisme : « c’est un courant philosophique et litteraire qui met en avant la liberte individuelle, la responsabilite ainsi que la subjectivite.

L’existentialisme considere chaque personne comme un etre unique qui est maitre de ses actes et de son destin. » On retrouve avec cette definition un des themes de cette ‘ uvre : Meursault veut etre maitre de ses actes, et donc agit sans aucun remords, et sans penser ce qui va s’en suivre, comme lorsqu’il tue l’autre homme. Camus remet aussi en compte tout les principes moraux communs aux hommes : lors du proces de Meursault, la partie adverse lui reproche surtout de n’avoir ressenti aucunes emotions lors de l’enterrement de sa mere, puis d’etre alle a la piscine.

Il est vrai que cela peut paraitre bizarre, mais s’il n’avait pas de liens particuliers avec sa mere, et qu’il ne la voyait plus depuis longtemps, ne pas etre triste lors de l’enterrement n’est pas un crime. Ainsi il peut reprendre sa vie normale sans aucuns remords : aller a la piscine, au cinema, rire, sortir avec une fille. Cela n’a donc pas non plus d’influence avec son crime, mais c’est exactement ce qu’on lui reproche. On pourrait aussi voir une remise en cause de la peine de mort, mais ce n’est pas l’axe majeur. V ‘ Releve des principaux procedes utilises :

Ce qu’on peut deja remarquer, c’est que c’est ecrit dans un style assez enfantin : le lexique l’est, et on retrouve presque tout le temps le meme verbe introducteur de parole « dit ». Des phrases courtes nous montrent une pensee pas tres elaboree. En effet, Meursault n’eprouve pas beaucoup d’emotions, et donc n’emploi pas de phrases complexes. Le style reflete tout a fait la personnalite du personnage. VI ‘ Citations : – « Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-etre hier, je ne sais pas. J’ai recu un telegramme de l’asile : « Mere decedee. Enterrement demain. Sentiments distingues.  » Cela ne veut rien dire. C’etait peut-etre hier. (Partie I, Chapitre I) Cette premiere phrase montre l’indifference de Meursault a l’egard de la mort de sa mere. C’est une banalite. – « Tout le monde sait que la vie ne vaut pas la peine d’etre vecue. » (Partie II, Chapitre V) Cette citation montre de meme que Meursault est completement indifferent face a la mort ou la vie. – « Du moment qu’on meurt, comment et quand, cela n’importe pas, c’etait evident. » (Partie II, Chapitre V) Celle-ci montre aussi l’indifference de Meursault vis-a-vis de cette fatalite qu’est la mort. Il va etre decapite mais se dit que de toute facon tout le monde meurt un jour ou l’autre.

VII ‘ Jugement personnel : J’ai bien aime ce roman, mais la facon de reagir du personnage principale m’a par moment perturbe. Par exemple, lorsque Marie lui demande s’il l’aime et qu’il repond que non. Cela perturbe le lecteur, on aimerait qu’il reagisse differemment, car on sait ce qu’il pourrait ce passer s’il change de comportement, or lui n’a pas une vision du futur tres developpee. De meme lors du proces et qu’il pourrait reagir differemment et defendre sa cause avec plus de vigueur. Mais j’ai bien aime aussi le style, qui est parait facile, et le livre se lit vite, apres avoir lu Le Tartuffe et Phedre.