Les voyages

Les voyages

Tout d’abord, voici la définition encyclopédique du mot « voyage » déplacement que l’on fait dans un but précis (généralement politique, économique, scientifique, religieux… ). Pour le profane, le voyage évoque un départ vers des contrées lointaines à la recherche d’autres cultures ou civilisations ; il peut également être religieux (pèlerinages) ou initiatique selon que l’on soit en quête d’une aventure non seulement humaine mais sacrée.

A présent je vais m’intéresser à l’aspect symbolique des voyages de l’apparent. Après s’être préparé, en vue de son introduction dans la Loge, le candidat assisté du Frère Préparateur et du Frère Second Surveillant qui vont le guider tout au long de sa réception, doit entreprendre rois voyages, les yeux bandes, il ne peut voir et donc ressent les mouvements des voyages correspond un élément : le Feu, représentant l’Esprit, l’Eau, reflet de l’âme et la Terre, siège du corps.

Ils représentent les trois états de l’impétrant – au premier voyage, il est déclaré cherchant, puisque voulant intégrer la Loge, il a manifesté son désir de chercher la Lumière, – au second, il est persévérant car malgré les épreuves, il continue dans son désir de trouver la Lumière, – enfin au troisième, il est souffrant, car

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
il sait que malgré les preuves il n’ pas encore trouvé cette Lumière et qu’il va devoir continuer dans ses efforts pour l’atteindre.

PREMIER VOYAGE : L’épreuve du Feu (correspondant à l’Esprit) Le récipiendaire, guidé par le Frère Second Surveillant et le Frère Introducteur commence son voyage de l’Occident vers l’Orient, pas libres, passant par le Nord (symbole de Ténèbres et de froid) puis revient l’Occident par le Midi (symbole de Lumière et de chaleur) où il est soumis à l’épreuve du Feu qui symbolise la fin de tout ce qui constituait notre vie antérieure et nous prépare à une vie plus vertueuse pour éteindre une vie plus en adéquation avec notre Créateur à travers les vertus que sont la Justice et la Clémence.

En effet, en effectuant le parcours dans le sens Nord/Sud nous ne faisons que reproduire nos errements qui nous reliaient nos valeurs matérielles. Lorsque le Frère introduit 2 le Feu consomme la la manifestation divine symbolisée par le bruit du tonnerre que l’on entend à chacun des voyages. Le Feu est aussi l’image de la passion et de tout ce qui est excessif. On peut également associer cet élément à la purification, à la régénération tout comme les terres eu l’on brûle pour favoriser un nouveau cycle de récoltes.

Mais pas seulement puisqu’ dévore la corruption. A l’issue de ce voyage le Vénérable Maître délivre cette maxime : « l’Homme est l’image immortelle de Dieu mais qui pourra la reconnaître, s’il la défigure lui-même A l’origine, Dieu a créé l’Homme à son Image, celui-ci était donc parfait et pur et ce n’est qu’après avoir succombé à la tentation des choses matérielles qu’il a été corrompu et a perdu la Lumière qui était en lui.

Il faut donc travailler à retrouver ces vertus initiales qui sont enfouies au plus profond de nous et que nous avons délaissées pour les biens matériels qui nous empêchent de réintégrer notre état originel d’être de Lumière. Cependant, ce n’est pas le Feu qui apportera ce que apprenti est venu chercher. Il lui faut persévérer. Lorsque l’on assimile cette maxime à la première question d’Ordre : « Quelle est votre croyance sur l’existence d’un Dieu créateur et principe unique de toutes choses ? Sur la Providence et sur l’immortalité de l’âme humaine et que pensez-vous de la religion chrétienne ? Ceci rapporte à l’aspect Divin. 3 ‘impétrant est conduit dans le sens opposé c’est à dire de l’Occident vers l’Orient en passant par le Midi mais c’est au Nord qu’on lui plonge la main dans l’eau et le Frère Introducteur déclare : « c’est la dissolution des choses impures que l’eau lave et purifie ; mais elle recèle leurs influences funestes, et les principes de la putréfaction ». Ici, l’eau est à la fois symbole de purification et de vie étroitement liée à la naissance et à la régénération. Sa pureté et sa transparence effacent les souillures et donne une nouvelle jeunesse.

Si elle est l’élément réfutation et de protection par excellence, elle peut faire naître et peut engloutir. Elle évoque aussi bien la mort que la vie, la destruction renouveau, la purification et la sanctification ; ainsi Jésus, lors de la Cène se lave les mains et lave les pieds de ses apôtres pour enlever toutes souillures. Dans ce voyage qui se fait du Sud au Nord, le candidat est privé Lumière et exposé aux Ténèbres et au froid. Il lui faut abandonner son confort et tout ce qui faisait ses valeurs avant de repartir sur la bonne voie.

Le Vénérable Maître délivre la seconde maxime : « Celui qui rougit e la religion, de la vertu et de ses Frères ou de ses S?ours, est indigne de l’estime et de l’amitié des maçons ». Il faut donc recouvrer la Foi en Dieu, la vertu et l’amour fraternel envers ses semblables et en particulier avec nos 4 d’ordre : « Quelle idée vous êtes-vous formée de la vertu considérée dans ses rapports avec Dieu et avec la religion, avec vous-même et avec vos semblables ceci se rapporte à l’aspect religieux dans son sens premier : relier, qui relie l’Homme au Divin.

Ce n’est que par l’entremise de son prochain et de ses Frères que copieraient pourra atteindre la perfection, mais pour cela, il doit, comme pour le premier voyage, continuer à pratiquer la Vertu. Toutefois, ce n’est pas OIE-au qui lui apportera la Vérité. AI a encore un long chemin à parcourir, semé d’épreuves et d’embûches. HÉROÏSME VOYAGE : L’Épreuve de la Terre (correspondant au corps) pour son dernier voyage, le candidat suit la même route que pour le premier, de l’occident vers l’Orient par le Nord.

C’est à l’occident que le Frère Introducteur lui fait manipuler de la terre avec ses mains en disant : « Le grain mis dans la terre y reçoit la vie mais si son germe est altéré, la terre même en accélère la putréfaction Le Vénérable Maître ajoute : Maçon dont le c?Ur ne s’ouvre point aux besoins et aux malheurs des autres hommes, est un monstre dans la société des Frères et des S?ours ».

Lorsque l’on rapproche cette maxime à la troisième question d’ordre : « Quelle est votre opinion sur les vrais besoins des hommes, et en quoi croyez-vous que vous puissiez leur être utiles 7′ ceci se rapproche de S besoins et aux peines de son prochain, ne peut être un vrai acon car il ne manifeste pas la bienfaisance, l’amour et l’amitié réunissent les Frères et les S?ours et qu’il doit éprouver pour lui- même De même que le Feu et l’Eau représentent la pureté et la putréfaction, la Terre est lesquelles de la vie mais aussi de la putréfaction.

Elle est aussi celle à qui on retourne à la fin de sa vie ; elle permet de réintégrer sa matière (son corps, ses os… ) au cycle biologique de la vie, en retournant au point où la vie nous a été donnée : la coutume répandue dans différentes cultures d’être enterré dans le sol de sa terre étale, là où se trouvent les racines de sa naissance, atteste de cette symbolique La mythologie romaine primitive raconte comment le premier homme a été façonné par la déesse curare avec de l’argile.

La Terre qui a fourni la matière première, demanda alors à curare et jupette que son nom soit donné à l’homme : c’est ainsi que le nom « homme » vient du mot « humus ». Ces 3 éléments ont la particularité d’être doubles et, par leur action, deviennent soit bénéfiques ou soit le contraire. A nous d’en extraire le bon du mauvais. Tout est question de choix. Le premier acte est la purification par les éléments, par extension, l’élimination des vices et de la corruption.

Le second acte consiste à tenter de retrouver l’état originel, c’est à dire avant la chute, de se perfectionner. Comme on peut le constat éléments que sont le Feu, S l’incorporation de l’Homme dans la matière, l’invitant à retrouver la Lumière présente en lui, en lui faisant prendre conscience d’une erreur à réparer. De même, si on relie les différents éléments entre eux on obtient triangle parfaitement équilatéral avec le Feu au Midi, l’Eau au Nord et la Terre à l’Occident, c’est la représentation de la matière par martinet de pastoral.

Rien d’étonnant d’ retrouver ici cette référence, puisque janséniste huileriez était un de ses disciples et qu’il s’est fortement inspiré de sa doctrine quand il créa le Rite écossais Rectifié. Ces voyages initiatiques ont pour but de démontrer à l’Apprenti qu’il a beaucoup de chemin à parcourir et donc beaucoup d’efforts à faire pour espérer parvenir à la perfection qu’il ne peut donc obtenir qu’en faisant preuve de persévérance et cela il peut l’obtenir qu’en étant attentif aux besoins des autres et en faisant confiance en l’amitié de ses S?ours et Frères.