Les regions cotieres du maroc

Les regions cotieres du maroc

?Les regions cotieres du Maroc sont tout aussi exposees aux risques de Tsunamis Entretien avec Lahsen AIT BRAHIM, professeur des sciences de la Terre Apres le terrible seisme qui a frappe le 20 decembre 2004 l’Asie du Sud et du Sud-Est, nous avons contacte M. Lahsen AIT BRAHIM, specialiste des sciences de la terre, qui nous a eclaire sur le sujet et evoque les risques de tsunamis sur le Maroc que peuvent generer des seismes atlantiques.

Lahsen AIT BRAHIM est Professeur a l’Universite Mohammed V, Faculte des Sciences de Rabat, Departement des Sciences de la Terre. Il est membre de l’UFR Geoenvironnement, Risques Naturels et Genie Littoral, responsable du Laboratoire Risques geologiques et membre de l’equipe marocaine ayant participe a l’elaboration du code de construction parasismique au Maroc RPS 2000. Q : Est ce que le tremblement de terre du 20 decembre 2004 a ete detecte par le reseau de surveillance sismique marocain ? t quelles sont les caracteristiques de ce seisme ? R : Les stations du reseau de surveillance sismique marocain du CNRST et les centres de surveillance des tremblements de terre du monde entier ont enregistre et localise le plus violent et destructeur seisme qui s’est produit le dimanche 26 decembre a 00

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
heure 58mn (GMT). Son epicentre se situe au large de l’ile de Sumatra a 250 km au sud-sud-est de la ville de Banda-Atjeh et a 320 km a l’ouest de celle de Medan(3,30 degres de latitude nord, 95,78 degres de longitude).

Sa magnitude est de 8,9 a 9(USGS) sur l’echelle ouverte de Richter, et son foyer (qualifie de superficiel) se trouve a une profondeur d’environ 20 km. Ce seisme, le plus violent survenu dans le monde depuis quarante ans a genere une serie de tsunamis. Ces vagues geantes de 3 a 1O metres de hauteur ont deferle, sur plusieurs pays d’Asie du Sud, en ravageant sur leur passage barques et bateaux, plages et constructions cotieres. Ainsi, des milliers de kilometres de cotes on ete submerge en Indonesie, au Sri Lanka, en Inde, en Thailande, en Malaisie, et dans les iles Maldives.

La region de Banda Aceh, a l’extreme pointe de l’ile de Sumatra, a ete la plus touchee. Les effets des tsunamis ont ete assez puissants pour atteindre les cotes de l’est de l’Afrique, a 6 000 km de l’epicentre (Somalie, Kenya,Tanzanie). Ils ont ete aussi ressentis sur les cotes du Yemen et du Bangla-desh. Des temoins de la plage de Khao Lak, en Thailande precisent que la mer s’etait retiree d’environ 500 metres avant de revenir et inonder le club en un clin d’oeil.

Q : Quel est le degre de l’activite sismique dans le Sud-Est asiatique ? Quel est le contexte geodynamique et le mecanisme qui a donne naissance a ce seisme destructeur ? R : Le Sud-Est asiatique est une region qui est exposee aux tremblements de terre plus ou moins violents. Le moteur responsable de ses secousses sismiques est l’affrontement de deux plaques tectoniques. La plaque indo-australienne s’enfonce au niveau du fosse de Sunda a l’ouest de Sumatra (Indonesie) sous la plaque eurasienne avec une vitesse de 6 cm par an.

Ce phenomene appele subduction donne naissance le long d’un couloir de failles kilometriques qui longe la cote ouest de l’archipel indonesien a des frottements (et des blocages) entre la plaque subduite (qui s’enfonce) et la plaque chevauchante. De ces frottements vont se developper des contraintes (forces, energie). Ces dernieres seront liberees sous forme d’onde sismique lorsque les roches auront atteint leur seuil de resistance, par le developpement d’une faille. Selon l’USGS, dans le detail, le contexte geodynamique de la zone du seisme du 26 decembre se trouve compliquee par la presence de la microplaque de Burma.

Le deplacement de la plaque de l’Inde vers le nord-est par rapport a la plaque de Burma a entraine une rupture sous la mer de l’ecorce terrestre sur une longueur d’au moins 1 000 km. La repartition des repliques indique que la rupture s’est effectuee selon une direction NS entre la pointe nord de Sumatra et le golfe de Bengale. Le deplacement horizontal serait plus d’une dizaine de metres ce qui va modifie la carte de cette partie de l’Asie d’apres le positionnement par le reseau GPS.

Quant a la subduction de la plaque indo-australienne sous Sumatra, elle aurait duree (d’apres l’institut de physique du globe francais) 3 minutes ce qui est colossale pour ce genre de phenomene. L’axe de rotation de la terre (selon la meme source ) a ete ebranle ( dans le sens des aiguilles d’une montre, et non perceptible par l’homme) par la quantite d’energie degagee par le seisme. Q : Est ce que vous pouvez nous donner une idee sur le mode de formation des Tsunamis et leur vitesse de deplacement ?

R : Je voudrais d’abord preciser que le terme de Tsunami, designe une grande vague deferlante dans un port . Il vient des deux mots japonais tsu et nami, qui signifie respectivement port et vague. Plusieurs evenements peuvent produire des Tsunamis : les eruptions volcaniques ou les glissements et avalanches sous marins, la chute de meteorites de grande taille dans les oceans et les mers et les explosions nucleaires sous marine. Dans le cas d’un seisme sous marin, comme c’est le cas a Sumatra, la rupture de l’ecorce, sous la mer, va transmettre son mouvement a la masse d’eau situee au-dessus.

Ceci va donner naissance a des vagues gigantesques qui se deplacent a des vitesses qui varient entre 500 et 800 Km/h (vitesse de l’avion) et qui ne presente que peu de danger en pleine mer (presque imperceptibles par les navires) du fait de la profondeur importante du plancher oceanique. En s’approchant des cotes, les vagues vont se casser contre les fonds marins releves, perdre de leur vitesse et gagner en amplitude en prenant des hauteurs qui peuvent atteindre 35 metres (5 a 10 metres pour l’actuel seisme de saumatra au sud-est asiatique).

Notons qu’avec un reseau de surveillance et d’alerte des Tsunamis autour de l’ocean indien ( ce qui s’imposait etant donne le degre de l’activite sismique dans cette zone et les degats deja occasionnes par les precedents Tsunamis) beaucoup de vie aurait ete sauvee. Q : Les historiens racontent que plusieurs communautes vivants a proximite des cotes ont ete entierement aneanties par des Tsunamis ? pouvez nous nous donner des precisions a ce sujet ? R : En effet, en 1480 av. J. -C. , un Tsunami a provoque la destruction de la civilisation minoenne en Mediterrane.

De violents tsunamis ont aussi frappe le Chili en 1562, le Maroc, le Portugal et l’Espagne en 1755, et l’Alaska en 1788. Le premier raz de maree enregistre aux iles Hawai remonte a 1821. Au cours du dernier siecle, des laboratoires de Tsunami ont enregistre pres de 800 tsunamis dans le pourtour de l’ocean Pacifique( provoques par des seismes ou des eruptions volcaniques) notamment au niveau du Japon, des Philippines, la Nouvelle-Zelande, l’Indonesie, l’Alaska, les cotes ouest du Canada et des Etats-Unis, Hawai, le Mexique, l’Amerique centrale et l’Amerique du Sud.

Parmi les plus importants Tsunamis : celui du 31 janvier 1906 (Equateur), 3 fevrier 1923 (Russie), 1 fevrier 1938 (Indonesie), 4 novembre 1952 (Russie), 9 mars 1957(Alaska), 22 mai 196o, (Chili), 28 mars 1964 et 4 fevrier 1965 (Alaska). Q : En parlant des Tsunamis des siecles precedents, vous avez cite le Maroc, peut- on avoir plus de precisions ? Et est ce que le Maroc est expose a des seismes et des tsunamis destructeurs provenant de l’Atlantique ? R : La frontiere entre les deux plaques Afrique et Eurasiatique est souligne au niveau de l’ocean atlantique par la ligne sismique localisee sur la faille des Acores-Gibraltar.

Cette zone a genere et genere encore des seisme destructeurs de magnitude superieur a 6 sur l’echelle de Richter. Les regions cotieres du Portugal, de l’Espagne et du Maroc sont ainsi exposes aux Tsunamis generes par les seismes Atlantiques (en plus des degats occasionnes par les ondes sismiques). Parmi les Tsunamis d’origine atlantiques ayant affecte le Maroc, les chercheurs espagnoles, francais et marocains citent les cas historiques de 60 av. J. -C. , de 382 et surtout du premier novembre 1755 (connu sous le nom du seisme de Lisbonne). Ce dernier de magnitude 8. a 9 sur l’echelle de Richter, a developpe des Tsunamis dont la hauteur aurait atteint 15 metres (Asila, El Jadida et Safi) et entraine des degats considerables au niveau des villes cotieres de Tanger, Asila, Larache, Mehdia, Sale, Rabat, Casablanca. La mer aurait penetre sur plus de 2 km a l’interieur des terres. A El Jadida, Safi, Essaouira, les eaux marines seraient passees par dessus les remparts. Rappelons qu’en plus du tsunami, les ondes sismiques de ce tremblement de terre ont entraine des degats importants dans plusieurs villes marocaines, plus particulierement la ville de Meknes et celle de Fes.

Q : Est ce que le Maroc dispose d’un reseau de surveillance et d’alerte des Tsunamis ? R : A ma connaissance, non, mais j’espere me tromper. En tout etat de cause les pays du pourtour de l’atlantique et plus particulierement ceux proches de la ligne qui va des Acores au Detroit de Gibraltar et meme jusqu’en Italie ( Mer Mediterranee occidentale) doivent disposer d’un reseau de surveillance et d’alerte des Tsunamis. Le Maroc est le plus concerne de part l’expansion demographique galopante des villes cotieres et de la concentration de ses principales activites industrielles et economiques le long de la cote atlantique.

Un programme d’education, de formation et de sensibilisation des citoyens est tout aussi indispensable. Beaucoup de marocains ont encore en memoire le seisme du 28-2-1969 (Aid Al Adha) de magnitude 7. 3 sur l’echelle de Richter, genere par cette meme faille des Acores-Gibraltar dans l’ocean atlantique. Ce seisme a donne naissance a un Tsunami de faible amplitude : 1,2 m a Casablanca(Maroc), 0, 2 m a Seville(Espagne). Les tremblements de terre destructeurs d’hier qui ont peu marque la memoire collective doivent nous inciter a craindre le lendemain en nous protegeant aujourd’hui L’Opinion Lundi 3 Janvier 2005