Les obseques de la lionne

Les obseques de la lionne

Dans un premier temps, analysons de quelle manière Jean de la Fontaine implique le lecteur dans sa fable. Il s’adresse à lui travers divers commentaires et considérations. « pour revenir à notre affaire » vers 24, l’adjectival possessif « notre » place ensemble le lecteur et le fabuliste, ce qui crée une complicité. Dans la morale de cette fable, la Fontaine utilise des verbes l’impératif et au futur : « Amusez les Rois par des songes, Flattez les, payez-les vous serez leur ami » vers 52-55.

Il conseille le lecteur, lui fait des recommandations quant à la façon d’amadouer une personne abusant de son pouvoir. La Fontaine utilise une deuxième fois l’impératif pour prendre à parti le lecteur « Jugez si chacun s’ trouva » vers 1 1, ce qui donne un effet de connivence. Dans un second te la Fontaine pour faire d’abord, employé un embrassées (vers 3 swap page sève. ‘pie toi dés a utilisé Jean de arnaquer.

Il a, tout home : des rimes rimes plates (vers 1 et 2), des mètres pairs avec alternance ‘ectoplasmes et d’laisserons et des enjambements. Tous ces éléments apportent une grande fluidité à la fable et la rendent attrayante. Le texte

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
est cadencé par les prises de parole des nombreux personnages : le narrateur, la Fontaine (vers 11 et 17), le discours du Roi (vers 33) et du Cerf (vers 39) et les paroles rapportées de la Lionne absente (vers 44-49).

La Fontaine a adopté un schéma narratif de la fable : situation initiale (la mort de la Lionne), l’élément perturbateur (« le Cerf e pleura point » (vers 25), les péripéties (l’intervention de l’auteur), l’élément de résolution (le discours indirect de la Reine) puis une situation finale précédée de la morale. La Fontaine a Inséré une représentation théâtrale : le coup de théâtre avec le cerf condamné puis récompensé. Le récit riche en rebondissements, l’alternance récit et discours, des événements rapidement présentés font de cette fable un récit varié, vivant et mouvementé.