Les noces de cana

Les noces de cana

1)Description objective A Cana, en Gallilée, le Christ est invité à un repas de mariage au cours duquel il a accomplis son premier miracle. A la fin du banquet, alors que le Vin vient à ma manquer, il demande aux servieteurs de remplire les jarres de pierres puis de servire le maître de maison, qui constate que l’eau s’est changée en vin. Ripe next page Avec son format im Cana est sans doute I dans les collections n du Louvre.

La hauteu 1 O cm, les Noces de leau ancien présent tout cas, de celles clin d’oeuil ? l’apocalypse de Saint Jean mais une pure coïncidence, puisque ue le système métrique n’existait pas à l’époque Véronèse. La partie gauche du tableau représente la partie temporelle (un intendant au vêtements orientaux, un serviteur et un vervénltien et les époux). et la partie droite représente le monde su clergé (cardinaux, abbés, frères). )Éléments « individuelles » Les personnages On y dénombre 132 personnages dont certain ayant exister. puis au centre du tableau, à l’endroit que devraient occupé les mariés se trouve Jésus et Marie, sa mère. Tous deux sont nimbés Pierre, André, Philippe, Barthélémy. Tous ces personnages sont abillés à l’antique alors que tout

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
les autres personnages portent des costumes de l’époque. La partie droit du tableau du tableau représente le monde du clergé qu’il soit séculier ou régulier.

Cette partie est composée de : -Cardinal vétus de rouge -Abbé -Frère lais en costume de fête A gauche, on observe le monde temporel représenté par les vêtements riches de la haute-bourgeoisie. L’architecture . Il y a plusieurs types architecturaux Inspirés de l’Antiquité qui se succèdent : colonnes doriques, corinthiennes et composites. Les amphores : Elles sont au nombre de trois toutes placées en évidence, au remier plan dans l’alignement des peintres-musiciens.

Au gauche, un serviteur en présente une au marié, l’amphore est vide, un petit serviteur noir, apporte une coupe pleine au marié, l’amphore est vide mais la coupe est pleine. A droite, l’amphore contient beaucoup de vin. Les animeaux : Il y en a six chiens sur le tableau. Le marié caresse un chien. Les deux lévriers blancs sont liés par une laisse, l’un croque un os, l’autre fixe un chat avec attention qui fait ses griffes sur l’image d’un satyre. La tête du satyre est sculptée sur une amphore blanche (le satyre est un serviteur de Bacchus, dieu du vin).

Il droite) le Tintoret (derrière), et Bassano qui complète le quatuor, le dernier n’est pas le peintre mais Giovanni Bassano un virtuose vénitien qui joue du « cornetto Le violoniste (un peu chauve, bronzé, vêtu d’une tunique rouge et bleue, avec un petit col Henri Il et un double collier d’or auquel pend une croix), c’est probablement le jeune frère de Véronèse : Benedetto Caliari. Derrière le Tintoret, un tromboniste (un sacqueboutier), en tunique rouge et enturbanné comme un sultan . l tient son instrument à la main et parle à un personnage au capuchon rouge ? clochettes, visage incliné, qui pourrait bien être le danseur de moresca qui attend son tour. Tous ces peintres étaient amateurs de musique. Le visage de Marie: Elle est absente mais autrement que le Christ, yeux baisés, une indicible tristesse marque son visage. e visage du Christ : Blanc, lumineux, muet, regard fixé voire vissé, enraciné, ancré sur ceux qui regarde : nous. 3)Artiste -Epoque:La Renaissance Paolo Caliari est né à Vernonne, d’où son nom.

Il avait pour maître Giovanni Caroto qui l’initie à la tradition des peintres vénitiens du XVI siècle. Après avoir travailler à Trévise et à Mantoue, il ébarque à Venise en 1553. I s’agis d’un tableau représentatif de cette période en se sens où on retrouve : -Les éléments paysagers typiques de la Renaissance (Palais, campanile, balcon,… ). -L’évocation d’une fête vénitienne typique de XVIème siècle -Un rappel permanent à l’antiquité avec des colonnes de style antique notamment et les vêtements. La perspective. -Une rupture radicale colonnes de style antique notamment et les vêtements. -Une rupture radicale avec le style de Moyen Age. La comparaison avec des œuvres médiévales ayant le même thème est, de ce oint de vue, très significative. -par ses cimentions: 9*90×6. 69m (c’est le plus grand tableau du Louvre). Les Noces de Cana symbolise à différents titres la Renaissance: Le choix du thème et de la composition mettent en lumière l’ omniprésence du religieux à la Renaissance.

Toutefois Fartiste se permet de proposer une lecture personnelle de cet épisode des Evangiles, rompant ainsi avec la tradition de l’époque médiévale. – En transposant une scène dans une ambiance toute différente de celle qui est relatée par les Evangiles, Véronèse décrit la société vénitienne de la Renaissance. Il montre ainsi un monde complexe, monde profondément chrétien mais aussi attiré par le temporel, la richesse, le pouvoir, le luxe et l’Art. – C’est une oeuvre née du mécénat. Elle est le résultat d’une construction complexe, composée d’une multitudes de plans, avec un art maîtrisé de la perspective. – Les décors sont chargés de références à l’Antiquité -Courant artistique/Caractéristiques C’est une oeuvre typique de la Renaissance car il y a un rappel permanent de l’Antiquité comme par exemple les colonnes de style antique ou encore les vêtements. La perspective dans ce ableau est associée à l’époque de la Renaissance. C’est une rupture totale avec le genre médiéval. Commande/ Circonstances liées à la création du tableau 4 OF Il Circonstances liées à la création du tableau Cette immense toile, aujourd’hui conservée au Musée du Louvre, avait été commandée à l’artiste par les bénédictins de Ille de San Giorgio Maggiore pour leur réfectoire, dans une architecture de Palladio que les colonnes de l’œuvre rappellent. Les moines insistent sur la nécessité que l’oeuvre soit monumentale, afin d’occuper tout le mur du fond du réfectoire. Accrochée à 2,50 mètres au-dessus du sol, elle doit donner l’illusion de prolonger l’espace.

Véronèse réalise une oeuvre de 70 en quinze mois, probablement aidé par son frère Benedetto Caliari. Cette commande marque un tournant dans la carrière de Véronèse. Après le succès de ce tableau, dautres communautés religieuses réclameront une telle représentation pour leur monastère. Malgré ses dimensions exceptionnelles, le tableau fut saisi, roulé et transporté par bateau jusqu’à Paris par les troupes napoléoniennes en 1797. 4)Analyse du tableau -Sujet par rapport à la religion et explications Jésus transforme l’eau en vin.

Ce primer miracle du Christ marque son entrée dans la vie publique. La toile est très fidèle ? l’Évangile de Jean (1:1-11). La seule différance du fait que le peintre transpose le banquet dans un contexte vénitien qui lui est contemporain. Malgré ses couleurs chatoyante et sa foule joyeuse, le tableau de Veronèse contien sa part d’ombre. Plusieurs signes renoient ? la finitude de l’homme. Sur la table de musique, au centre du tableau, un sablier est posé. Il souligne ainsi l’idée du tem s qui passe et ne se ratrape pas. La musique i sablier est posé.

Il souligne ainsi l’idée du temps qui passe et ne se ratrape pas. La musique jouée par l’orchestre prend alors un sens : une forme de mise en garde à l’attention des convives. A l’exacte centre de la toile, juste au dessus de la tête de Jésus, ce trouve un morceau d’agneau qu’un boucher découpe alors que sur la table le dessert est déjà entrain d’etre servi. Ce détaille annonce le future sacrifice de Jésus. Jésus est en effet l’agneau sacrificiel. Juste à côter de la figure du Christ est représentée sa mêre,Marie, qui porte un voile noir préfiguerant le deuil prochant e son fils.

Avec son doigt, elle désigne un verre vide. Ainsi, elle insite Jésus à acomplire son premier miracle. La transformation de l’eau en vin annonce le passage de IAncienne Loi, celle des Hébreux ui se purifiaient par l’eau dans les Temples, à la nouvelle Loi, celle du Christ qui se fera dans le sang lors de la Crusifixion, nouvelle Loi d’amour et de sacrifice. En haut, à droite se trouve un homme qui porte une sorte de planche avec de la viande « morte », ce qui fait référance à la mise au tombeau de Jésus. Ce tableau insiste sur le caractère sacré du sujet.

Le peintre créé n double jeu dl opposition entre le divin et le religieu dune part ( en haut et à droite du tableau) et le monde temporelle ( en bas et à droite de la toile). Le fait que les amphores sont vides à droite et sont remplies de vin à gauche nous assistons en direct au premier miracle du Christ, celui de l’eau changé en vin. Nous faisons le parallèle entre reau et le vin qui emplissent I celui de l’eau changé en vin. Nous faisons le parallèle entre l’eau et le vin qui emplissent les jarres et l’eau et le vin qui sur la Croix couleront du côté du Christ pour irriguer le monde.

Les Noces de Cana préfigurent la nouvelle lliance qui sera à jamais scellée sur la Croix dans la mort et la résurrection du Christ. L’eau du baptême de Jean-Baptiste, l’eau de la conversion, Jésus la transforme en vie éternelle. Les visage du Christ sur ceux qui regarde : nous. Le sablier sur la table des musiciens, cet objet n’a aucune utilité comme sablier, il sert de porte page aux musiciens. Il symbolise du temps qui passe, le Christ dit ? Marie « Mon temps n’est pas encore venu Le visage de Marie : indicible tristesse marque son visage.

On est presque hors du temps, la mère parle au serviteur, elle l’informe que l’amphore de auche est vide et celle de droite pleine. On est donc dans la demi seconde du miracle, que le Christ accompli sous nos yeux comme si la commisération qu’on lit sur le visage de la Vierge, dans ses yeux baissés et tristes, comme si la tendresse du cœur de Marie avait suffi pour entraîner et mettre le XT en demeure d’accomplir dans l’instant son premier miracle. C’est le premier et le plus terre à terre des miracles : transformer de Feau en vin.

Intertextualité : Au delà de la transcription de la scène biblique, Véronèse réalise une oeuvre allégorique profondément mystique. par ses choix de compositions, iblique, Véronèse réalise une oeuvre allégorique profondément mystique. par ses choix de compositions, il fait référence au dernier repas du Christ : la Cène : -Le Christ est à table, entouré de ses premiers disciples. -Marie porte un voile noire, signe du deuil avenir. -La pièce de viande découpé sur la terrasse supérieure, au dessus de Jésus, évoque l’agneau mystique. Le sablier posé sur la table des musiciens et l’os rogné par un chien préfigure la mort du Christ. Comme bien d’autres artistes de la Renaissance, Véronèse propose donc une interpretation relativement libre et personnelle ‘une célèbre scène du Nouveau Testament. -Ce que l’artiste en a fait( comment il a tourné son travail) On interprète ce tableau comme « Le mariage entre Dieu et les hommes Le regard se mêlent, tout à la fois, à l’évidence du propos et le questionnement des multiples détails.

Il insiste sur le caractère sacré du sujet le peintre créé un double jeux d’opposition entre le divin et le religieux d’une part (en haut et ? droite du tableau) et le monde temporelle. -Composition du tableau . Avant plan, arrière plan, ligne de fuite Ses perspectives abiles sont plaisent aux vénitiens. Avant plan : Ily a la table avec Jésus et Marie, les mariés et tout les convives qui y sont invités. Dun côté il y les serviteurs qui versent le vins et de l’autre tout le monde veux avoir l’honneur de regarder ce dîner, qui est majestueux.

La table est en « U Jésus est au centre pour que le spectateur le volt directement. -Arrière plan : En remontant la verticale, juste d le spectateur le voit directement. -Arrière plan : En remontant la verticale, juste derrière le Christ, un couteau levé, un serviteur est en train de dépecer un animal. Cest un agneau. -Ligne de fuite : La composition est fondée sur la symétrie. Les personnages sont placés autour d’un axe vertical central, ponctué par la figure du Christ ; cet axe vertical sépare les convives paiëns, les clercs sont à sa gauche.

Le tableau est coupé à Phorizontale (balustrade qui ferme le premier plan). La partie haute de la balustrade marque la ligne d’horizon d’une construction en perspective complexe à plusieurs points de fuite. Le spectateur dispose d’une vue en plongée sur la table du festin et d’une vue en contre – plongée qui s’ouvre sur l’azur céleste. ‘évidence du propos, Véronèse la place dans la verticale centrale u tableau, celle qui mène au Ciel. Au centre de cette verticale, il y a Jésus dans une position qui nous rappelle les représentations de la Cène.

Un point de fuite partant de la tête du Christ. Il s’agit d’une perspective centrale dont le centre est l’auréole du Christ. Cela renforce encore une fois le caractère religieux et Cela donne un effet d’infini. Certains en voient un deuxième servant à « relever la table. Ce second point de fuite quant à lui aurait plutôt un effet de vue en plongee. Il agrandit les figures du premier plan, celles du fond sont plutôt frontales. Couleurs > Symbolique Le peintre utilise des couleurs claires qui séduisent les vénitiens et qui lui confie ne nombreuses commandes.

Véronèse a sélectionné des pigments précieux vénitiens et qui lui confie ne nombreuses commandes. Véronèse a sélectionné des pigments précieux importés d’Orient par les marchands vénitiens, des jaunes orangés, des rouges vifs et le lapis-lazuli utilisé en grande quantité pour le ciel et les draperies. Ces couleurs jouent un rôle majeur dans la lisibilité du tableau. Elles contribuent, par leur contraste, à individualiser chacun des personnages.

Grâce à une restauration de trois années, les couleurs ont retrouvé leur force et leur éclat pour parfois se modifier, comme pour le manteau du maître de cérémonie, qui du rouge est devenu vert, sa couleur originale. Les couleurs, rouge et bleu du XT évoque sa double nature : humaine et divine. II est entouré de la Vg et de ses 1ers disciples : Pierre, doigt pointé, en conversation avec un serviteur et semblant transmettre les ordres du XT (chef de l’Eglise). A gauche du XT, saint Barthélémy avec un couteau (instrument de son martyr), fait le lien avec les clercs.

Malgré ses couleurs chatoyantes et sa foule joyeuse, le tableau de Véronèse contient sa part d’ombre. Plusieurs signes renvoient à la finitude de l’homme. 5)lnterprétation Introduction : A Cana, ville de Galilée , Jésus accompagner de ses disciples et de sa mère, participe à une noce. Comme le vin manquait, Jésus, à l’insu des invités et des mariés, fait remplir d’eau des jarres, et cette eau devient du très bon vin, en grande quantité. Il s’agit l? du premier « signe » ou « oeuvre » de Jésus. Géographie : Cana, de l’hébreu qaneh, « roseau Petite localité de Galilée. Sa localisation reste 0 1