Les maladies nutritionnelles

Les maladies nutritionnelles

Les maladies nutritionnelles Les maladies nutritionnelles sont la conséquence d’une consommation insuffisante, ou au contraire excessive de certalns aliments. On parle de maladies par carence ou par excès. Ce sont des maladies dues à des erreurs alimentaires et dont les conséquences peuvent être dramatiques pour la santé. Les principales maladies nutritionnelles sont L’athérome et les coronaropathies , L’obésité ; L’hypertension Le diabète de type 2; Les cancers L’ostéoporose….

Sni* to View Les conséquences d’une alimentation hyperlipidique LJn excès de consommation de lipides et surtout de lipides riches n acides gras saturés augmente : Le risque de maladies cardiovasculaires et le nombre d’accidents liés à l’athérosclérose ; Le taux du cholestérol sanguin (supérieur à 2,5 g/L) ; Le risque d’obésité. Les conséquences d’une alimentation hyperglucidique La consommation excessive d’aliments riches en sucres simples (pâtisseries, boissons sucrées, chocolat, etc. provoque Des risques d’obésité : les glucides consommés au delà des besoins sont stockés sous forme de graisse ; Des risques de caries dentaires ; Une prédisposition au diabète de type 2 ; grande quantité se fait au détriment des autres aliments (fruits, égumes). Remarque : l’absorption de produits sucrés entraîne une sécrétion importante d’insuline (hormone qui fait baisser le taux de sucre du

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
sang) et qui appelle la consommation d’autres produits sucrés.

Les conséquences des carences en vitamines, fer, calcium et protides Carences en vitamines On rencontre dans les pays industrialisés des hypovitaminoses : les apports sont inférieurs aux besoins réels et cela se traduit par une fatigue générale, une perte d’appétit, des insomnies, une moindre résistances aux infections. Vitamines Troubles provoqués par des carences vitaminiques Lésions oculaires pouvant provoquer la cécité Sécheresse de la peau, desquamation, perte des cheveux D Son absence empêche la fixation du calcium sur les os et provoque le rachitisme. n surdosage peut être néfaste et entraîne une hypercalcification et des retards de croissance. c La carence provoque le scorbut. Elle peut se rencontrer chez les enfants nourris au lait artificiel s’il n’y a pas d’introduction de jus d’agrumes. On observe alors : douleurs osseuses, fragilité capillaire, moindre résistance aux infections. BI Le béribéri est une maladie grave qui atteint les nerfs et qui ffectait principalement les populations qui consommaient beaucoup de riz décortiqué.

Carences en fer l’anémie fréquente chez les nourrissons. L’enfant nourrit exclusivement de lait, doit pulser dans ses réserves de fer pour fabriquer [‘hémoglobine nécessaire au renouvellement de ses globules rouges. Cette anémie entraine une pâleur excessive qui se détecte par la coloration des muqueuses : conjonctives, lèvres. Cette anémie fatigue et favorise les infections. Elle est traitée par un apport en fer. Les femmes qui ont des pertes menstruelles très importantes présentent également cette anémie. Carences en calcium

Un déficit en calcium chez le nouveau-né est particulièrement grave et peut provoquer des convulsions. pour un enfant plus grand, cela peut provoquer des perturbations dans le développement osseux. Chez la femme enceinte, allaitant et chez les personnes âgées, un apport insuffisant entraîne une décalcification. Carences en protides Il n’y a pas de vie sans protéines. Cette carence peut se produire quand l’apport en protéines d’origine animale est insuffisant (régime végétalien). Fréquente dans les pays en voie de développement, elle provoque la malnutrition.

Les plus répandus dans ces pays sont : le arasme qui est une dénutrition globale dont on observe un amaigrissement extrême et le kwashiorkor qui est une maladie par carence protéique avec apport énergétique suffisant et dont on observe la présence d’œdème des membres inférieurs et du visage, une perte musculaire et une dépigmentation de la peau et des cheveux. Pour éviter ces maladies, p perte musculaire et une dépigmentation de la peau et des cheveux. Pour éviter ces maladies, pensez à avoir une alimentation équilibrée !

La surcharge pondérale est toujours consécutive à une prise de poids. Cette surcharge est quantifiée par l’indice de masse orporelle ou L’IMC est calculé en fonction du poids et de la taille. Si l’IMC est supérieur à 24,9, il y a alors surcharge pondérale qui est un surpoids. Après trente, on parle d’obésité. Cet excès de poids est lié à l’excès de graisse. La surcharge pondérale peut être facilement éradlquée à l’aide d’un réglme allmentaire équilibré ou par une cure spécifique.

La masse grasse s’évalue à partir du calcul de l’Indice de Masse Corporelle (ou IMC) qui tient compte du poids et de la taille. Il est évident qu’une personne pesant 100 kilos n’a pas la même corpulence si elle mesure 1,60m ou bien 1,80m !! Calculez votre IMC. La valeur de l’IMC permet de déterminer un état, reflet de la  » corpulence  » : normalité, surpoids ou obésité. Etat IMC Normal 18,5 à 24,9 Surpoids 25 à 29,9 Obésité à partir de 30 Attention : ces valeurs ne sont valables ni chez l’enfant, ni chez le sujet âgé (au-delà de 70 ans).

IMC=poids / taille x 2 PAGF d’obésité androïde quand les dépôts de graisses sont principalement au niveau du ventre (équivalent de l’obésité abdominale). Afin de modifier les habitudes de vie des popu ation sur le plan alimentaire ainsi que sur le plan physique et faire prendre onscience, dès le plus jeune âge, des risques de l’obésité, diverses sociétés à travers le monde ont lancé des politiques de prévention et de sensibilisation visant a changer en douceur les modes alimentaires des pays riches.

Ces mesures de prévention passent pour certains pays, tel que la France, par le biais de la publicité. Depuis le 1er janvier 2006, dans le cadre du Programme national nutrition-santé, des messages sanitaires sont diffusés ? la télévision et à la radio incitant les personnes à manger 5 fruits et légumes par jour et a pratiquer l’équivalent de 30 minutes de marche par jour.

Toujours dans le cadre de ce plan national, des spots publicitaires conseillant de « manger 5 fruits et légumes par jours », « dépense-toi bien » et « évite de manger trop gras, trop sucré, trop salé » sont régulièrement diffusés lors des programmes pour la jeunesse, ainsi que sur les chaines alement, la France a supprimé s’adressant a un public mineur. sur ces chaines jeunesses la publicité pour certains allments et pour certaines boissons sucrées afin de ne pas tenter les enfants. La Belgique a lancé elle aussi un programme semblable a celle de la France, appelé également PNNS-B 2006-2010. Afin de modifier les