Les juifs de france en 1940

Les juifs de france en 1940

Les juifs de France en 1940 Il faut savoir que ? cette p? riode les juifs sont priv? s de tout leurs droit civiques a la suite des lois de Nuremberg et priv? s d’exercer certaine professions, puisque le 3 octobre 1940 un premier « statut des Juifs » est institu? : les Juifs sont exclus des principales fonctions publiques. Ils n’ont par exemple plus le droit d’exercer une profession lib? rale, tels que commer? ant ou encore m? decins, sachant que les m? decins juives repr? sentaient en France 12%. Un grand nombre de juifs ont donc ? t? priv? s de moyens d’existence et beaucoup ont ? t? r? uis a la mendicit?. Leur survie est du essentiellement a la solidarit? et les ?? petits boulots?? sous pay?. De plus un couvre feu leur ? taient impos? de 20h a 8h afin que leur arrestation puissent se faire. Les familles juives avaient ? galement l’interdiction de faire la queue lors des arriv? es de rationnement le matin. Il leur ? tait ? galement interdit de d? m? nager, d’exercer des activit? s culturelles telles que le cin? ma, le th?? tre et m? me d’utiliser les cabines t? l? phoniques ou

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
encore aux jeunes juifs les squares. Avant la seconde guerre mondiale il y avait environ 330? 00 juifs en France. Destruction d’un magasin Juif ? Berlin en 1938 La culture, l’ascension et l’int? gration dans la soci? t?. Une culture fond? e sur la religion , et la langue yiddish se cr? a au fil des siecles. Les valeurs et l’histoire du peuple juif sont ? la source de la fondation d’autres religions abrahamiques, tels le christianisme, l’islam et le bahaisme. Dans les petites villes a la campagne les juifs vivaient souvent a l’ecart de la population chretienne, majoritairement. Pourtant on observait l’acsension sociale d’une fraction importante de la population juive qui accedait a la bourgeoisie.

Malgr? les prejug? s en vigueur, elle jouait un grand role dans la soci? t? urbaine?. La pr? sence de juifs en France remonte ? l’antiquit?. Des commer? ants juifs fr? quentant le port de Marseille d? s l’? poque de la colonisation romaine sont ? l’origine des communaut? s de Provence et du comtat Venaissin. Au moyen-? ge, de nombreuses communaut? s juives bien int? gr? es se d? veloppent, comme en t? moignent les « rues aux juifs » ou rues « Juiverie » dans de nombreuses villes de France. Importantes en nombre, ces communaut? s le sont aussi en rayonnement intellectuel dans le monde juif.

Ainsi, le c? l? bre commentateur Rachi ? tait-il originaire de Troyes, o? il exer? ait la profession de vigneron. Le savant et philosophe Mo? se de Narbonne est une autre figure marquante de cette p? riode. Pour les juifs de toute l’Europe, la France constitue le mod? le d’une ? mancipation compatible avec l’id? e nationale. Un flux croissant d’immigration en provenance de l’Est, d’Allemagne puis de Pologne et de Russie est la cons? quence de cette attraction. Il convient d’y ajouter l’afflux de juifs d’Alsace-Lorraine apr? s l’annexion de ces provinces par l’Allemagne apr? la guerre de 1870. Mais les vieilles haines n’ont pas disparu? :un antis? mitisme qui d? nonce les juifs m? me bien int? gr? s – surtout bien int? gr? s, m? me, car il les assimile ? une force occulte, alli? e ? la franc-ma? onnerie, autre cible sur qui projeter les craintes et les angoisses face ? l’? volution de la soci? t?. Les Juifs n? s en France sont donc minoritaires? : comme avant la guerre, beaucoup parmi les immigr? s sont artisans et si certains r? ussissent vite, la plupart des autres forment un prol? tariat vivant dans les quartiers est de Paris comme la Marais ou la Bastille.

Les immigr? s ne se reconnaissent toujours pas dans dans le juda? sme consistorial ? loign? des traditions religieuses d’Europe orientale et les Juifs fran? ais sont souvent tr? s r? ticents envers ces coreligionnaires au fort accent qui demandent souvent leurs secours. Avec la d? faite de 1940 et la mise en place du r? gime de Vichy s’ouvre une p? riode noire. Contrairement ? d’autres pays, la France offre aux juifs certaines possibilit? s d’? chapper au pire? : l’existence pendant un temps de la « zone libre » et l’exode de nombreux Fran? is lors de l’invasion allemande, de r? elles solidarit? s de la part de non juifs, permettent ? de nombreux juifs de se dissimuler et de traverser la guerre sains et saufs. Les Juifs sont votre malheur » affirme la propagande allemande sur ces panneaux pos? s au bord de la route, entre Fontainebleau et Nemours (Photo in Klarsfeld, La calendrier de la pers? cution des Juifs de France, sans droits indiqu? s) Carte d’identit? d’Andr? R. , officier de r? serve fran? ais, portant l’estampille « JUIF » et datant de novembre 1940. M. R. fut arr? t? , tortur? , d? port? Mauthausen et surv? cut ? la guerre. Quatre membres de sa famille, arr? t? s en 1944 ? Villers-Cotter? ts, furent d? port? s dans le convoi n? 67 vers Auschwitz o? ils furent assassin? s. Sources? : Periodique? : sciences humaines num? ro110??? l’identit? juive au miroir de l’histoire??. Dictionnaire histoire? : MourreG. J ?? dites le a vos enfants?? , histoire de la shoah? ; de stephane Bruchfeld http://www. chez. com/tjacob/histoire. htm http://images. google. com/imgres? imgurl=http://pagesperso-orange. fr/ http://hsgm. free. fr/loisdenuremberg. htm