Les Jésuites

Les Jésuites

LA « COMPAGNIE DE » : Ignace souhaite que cette fraternité prenne le titre de « Compagnie de Jésus » pour rappeler en permanence l’engagement militant et sans reserve au service du Christ. Le terme de « jésuite » n’apparaît que plus tard, vers 1 545, et n’eut jamais de caractère officiel Ensuite, après la fondation officielle de la Compagnie en 1540, lorsque les « Amis » commencent à circuler en Italie et ailleurs, on leur donne différents noms : On parle de « Prêtres réformés » en Italie du Nord, d’« Espagne…

Au concile de Trente, « jésuites » les memb délibérations. LA FONDATION : Swipe not p g Ignaciens » en gnent déjà comme participent aux Ignace ressent après diverses hésitations un appel à « aider les âmes selon ses propres termes, et à servir le Christ. Il rassemble peu à peu autour de lui des Amigos En El Sehor (« Amis dans le Seigneur prêts à travailler « pour une plus grande gloire de Dieu » Ignace et ses compagnons partent en 1537 pour l’Italie afin dobtenir la reconnaissance de leur ordre par le pape Paul III, qui es autorise à être ordonnés prêtres.

Il n’a jamais existé

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de « jésuitesses Une seule femme est admise dans la Sv. ‘ipe to Compagnie, en 1555, Jeanne d’Autriche, princesse du Portugal, reçue sous le pseudonyme masculin de Mateo Sénchez. Enfin, le 21 juillet 1 550, le pape Jules Ill confirme la Compagnie. LES DEBUTS : À ses débuts, la Compagnie s’occupe d’activités missionnaires, pastorales et intellectuelles, mais elle se tourne dès 1547 vers l’enseignement, qui devient son activité principale vers la fin u wie siècle.

Elle ouvre un collège à Rome en 1551 alors que des jésuites se trouvent déjà au Congo, au Brésil et en Angola. L’activité éducative s’étend aussi dans l’Empire ottoman, avec notamment le lycée Saint-Benoît, établi en 1583. La Compagnie forme ainsi rapidement le premier corps enseignant de la catholicité moderne. À la mort d’Ignace de Loyola (1 556), la Compagnie compte plus d’un millier de membres. L’EXPENSION En Afrique, en 1541, Saint François Xavier fait halte au

Mozambique, puis des jésuites s’installent en Éthiopie et dans le Royaume de Kongo. En Asie et en Chine et en Europe : Le temps de la Contre- Réforme. Pour les missions en Amérique et en Australie. SUPPRESSION ET RESTAURATION En 1 614, un jésuite polonais, chassé de sa congrégation, publie pour se venger le livret Monita secreta societatis Jesu, un faux livre d’instructions aux jésuites sur la manière de se comporter pour augmenter le pouvoir et les r 2 pour augmenter le pouvoir et les richesses de la Compagnie. Ce mythe imprègne les esprits.

En France, les jésuites subissent les attaques des jansénistes, gallicans et parlementaires, puis des philosophes de l’Encyclopédie. L’« affaire Lavalette » (scandale financier à la suite de la banqueroute du jésuite Antoine Lavalette) constitue une bonne occasion pour Louis XV d’ordonner par décision royale d’interdire la Compagnie et la bannir de France en 1763-1764. Déjà chassés du Portugal en 1759, ils le sont d’Espagne en 1767 et du duché de Parme et de Plaisance en 1768. L’opposition des cours européennes est si forte que le pape

Clément XIV en vient, le 21 juillet 1773, à supprimer la Compagnie de Jésus partout dans le monde : c’est le bref Dominus ac Redemptor. Lorsque la Compagnie fut dissoute en 1773, il y avait 23 000 Jésuites dans le monde, répartis dans 39 provinces. La Compagnie avait alors 800 résidences, 700 collèges et 300 missions. En 1814, la Compagnie est rétablie par le pape Pie VII PHRASES : « À Cologne, c’est par le terme de jésuites que les membres de la Compagnie sont généralement connus. » Pierre Canisius, lettre de janvier 1545. 3