Les handicapes dans le monde du travail

Les handicapes dans le monde du travail

Les handicapes dans le monde du travail Une personne sur dix dans le monde souffre d’un handicap. Soit plus de 650 milliards de personnes, dont 470 millions sont en age de travailler. Beaucoup d’entre elles reussissent parfaitement de travailler et sont pleinement integrer dans la societe. Les personnes handicapees sont confrontees a la pauvrete et au chomage. Comment peut-on les introduire dans la societe ? Dans une premiere partie nous parlerons du parcours des handicapes dans le monde du travail et dans la seconde partie nous verrons les lois et les associations pour les aider.

I. Le parcours des handicapes dans le monde du travail. Dans le monde du travail, les handicapes ont tendance a connaitre un chomage massif et des salaires plus bas que les personnes valides. Ils sont souvent relegues dans des emplois peu qualifies, mal remunere, avec peu voir pas des securite sociale et juridique, ou tenu a l’ecart du marcher du travail. Beaucoup sont sous employes. Cela affecte leur confiance en eux. Ils se decouragent et abandonnent .

Les handicapes sont confrontes a differents types de discriminations : taux de chomages eleves, prejuges a l’egard de leur productivite et leur difficultes d’acces au monde du travail. Dans l’Union Europeenne en 2003, 40% des

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
handicapes en age de travailler avaient un emploi contre 64. 2% pour les valides. Parmi les handicapes, les hommes ont deux fois plus de chance d’avoir un emploi. Les taux de chomage varient selon le type de handicap et sont plus eleves chez ceux qui souffrent de maladie mentale. II. Les lois et les associations pour les aider. A. Les lois.

La loi du 23 novembre 1957 introduit la notion de travailleur handicape, tandis que la loi d’orientation du 30 juin 1975 confie a la Cotorep (Commission technique d’orientation et de reclassement professionnel) la reconnaissance du handicap et l’aide au reclassement professionnel. La loi du 10 juillet 1987 impose a l’ensemble des employeurs, parmi lesquels les administrations de l’Etat ainsi que les etablissements publics a caractere scientifique, technologique ou culturel, une obligation d’emploi egale a 6% de l’effectif salarie au benefice des travailleurs handicapes.

Les etablissements de 20 salaries et plus ont obligation d’effectuer une declaration annuelle d’emploi des travailleurs handicapes a la Direction Departementale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle. Les etablissements ne remplissant pas ou que partiellement cette obligation doivent s’acquitter d’une contribution a l’Agefiph (fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapees). Le FIPHFP, pour sa part, encaisse les cotisations des organismes publics de plus de 20 salaries ne respectant pas l’obligation.

Ces contributions doivent servir a aider les handicapes a entrer dans la Fonction publique, a financer des amenagements de postes de travail, ou remunerer des assistants pour maintenir en poste un handicape. Enfin, la loi du 11 fevrier 2005 concerne « l’egalite des droits et des chances, la  participation et la citoyennete des personnes handicapees ». La loi, dite loi handicap, est entree en application au 1er janvier 2006. Elle renforce dans l’entreprise le principe d’egalite de traitement entre tous les salaries et introduit de nouvelles dispositions pour donner un nouvel essor a l’emploi des personnes handicapees.

Ces nouvelles dispositions devront etre prises en compte par les entreprises dans le calcul de leur contribution 2006, payable au plus tard le 15 fevrier 2007. B. Les Associations. Une personne handicapes a la recherche d’un emploi peut beneficier du soutien d’une equipe de preparation et de suite de reclassement (EPSR) ou d’un organisme d’insertion et de placement (OIP) regroupes au sein du reseau CAP emploi. Jusqu’en 2006, les administrations ne respectant pas l’obligation legale de 6% n’etaient pas penalisees financierement comme le sont les entreprises privees.

Mais avec la creation d’un Fonds pour l’insertion des personnes handicapees dans la fonction publique (FIPHFP) en juin 2006, tous les organismes publics de plus de 20 salaries ne respectant pas cette obligation ont ete obliges de lui verser une contribution annuelle, destinee a aider les handicapes a entrer dans la fonction publique, financer des amenagements de postes de travail, ou remunerer des assistants pour maintenir en poste un handicape.

Conclusion Pour conclure il faut aider les personnes handicapees a s’integrer dans le monde du travail, car grace a ce travail, ils pourront avoir de l’argent et ils se sentiront moins desavantage face aux autres a cause de leur handicap. Car apres tout une personne meme handicapes reste un etre humain a part entiere.