Les femmes de germinal

Les femmes de germinal

LES FEMMES DE GERMINAL. GERMINAL Les femmes, deux mondes opposes : les mineures et les bourgeoises. Les mineures. -La Levaque : 41 ans, elle est la maitresse du logeur de sa famille, trompe son mari et a deux enfants : Bebert (12 ans) et Philomene (19 ans), maitresse de Zacharie Maheu. Elle se fait remarquer par sa salete. – La Pieronne : 28 ans, elle est la maitresse du maitre-porion Dansaert et se fait voir comme hypocrite et ambitieuse. Trompe son mari. La mere de la Pierronne est La Brule, decrite comme une « vieille sorciere ». -La Maheude : 40 ans, elle a apparemment peu de defauts, contrairement aux autres femmes mineure.

C’est pensons-nous, pourquoi elle et sa famille sont les « heros », aux cotes d’Etienne, de cette chronologie. Effectivement, elle ne trompe pas son mari, s’engage dans une bonne action en elevant les enfants trop jeunes ou trop fragiles pour travailler. Courageuse, elle est aux cotes de son mari et determinee quand il s’agit de revolte. -Catherine : (la plus agee des filles de la Maheude) 15 ans, , elle est hercheuse et amante de Chaval, pourtant amoureuse d’Etienne. Comme sa mere, elle est honnete et fidele a sa famille, pourtant

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
tout bascule lorsque Chaval « s’empare » d’elle. La Mouquette : 20 ans, fille du vieux Mouquet. Elle est sans cesse souriante, assez puerile, tres devergondee. « Ouverte » a tout homme (dans tous les sens du terme), elle finit pourtant par tomber amoureuse d’Etienne. Les bourgeoises. -Mme Gregoire : Mme Gregoire apparait comme une femme aisee et charitable, croyant faire le bien, mais campant avec son mari sur ses prejuges. C’est une maitresse de maison aidee de nombreux domestiques. De sa soixantaine d’annee, elle met, avec son mari, tout espoir dans Cecile (18 ans), sa fille qu’elle adore et qu’elle reve de marier a l’ingenieur Negrel. Mme Deneulin : Femme du patron des mines de Vandamme, Jean-Bart et Gaston-Marie qui se heurte frontalement avec les ouvriers. Elle n’est pas tres importante dans le roman. Elle a deux fille cultivees : Lucie travaille le chant tandis que Jeanne fait des etudes aux Beaux-Arts. Ces deux jeunes demoiselles portent sur le monde ouvrier et la marche des mineurs en colere un regard d’artiste. -Mme Hennebeau : Elle et sa famille font pendant avec La Maheude et sa famille ; ceux-ci ont accueilli Etienne, eux Paul Negrel. La ressemblance entre ses deux jeunes hommes (Etienne Lantier : « tres brun, joli homme, l’air fort malgre ses membres menus ».

Il a un « visage fin » et des « moustaches noires ». Paul Negrel : « etait un garcon de 26 ans, mince et joli, avec des cheveux frises et des moustaches brunes. Son nez pointu, ses yeux vifs lui donnaient un air de furet aimable ». ) marque une difference entre les deux familles, donc entre les deux femmes egalement. Et pourtant… Mme Hennebeau est issue d’une famille d’industriels. Elle trompe son mari avec Negrel, et parait ainsi comme le personnage le plus antipathique. C’est une grande bourgeoise meprisante qui ne se preoccupe que d’elle meme et dit s’indigner de l’ingratitude du peuple.

Au total, on voit que les oppositions entre les jeunes femmes (Cecile, adulee et inconsciente / Catherine, exploitee, meprisee, a bout de force mais digne) et les femmes d’age mur (Mme Hennebeau, coquette, egoiste et meprisante / La Maheude, genereuse, determinee, s’eveillant a la reflexion sociale) font pencher notre sympathie vers les mineurs. Cependant, ceux-ci ne sont pas tous decrits de facon positive, au contraire : Pierron est traitre, Chaval est brutal (nom significatif de sa bestialite), Levaque est borne, les enfants Maheu (notamment Jeanlin) sont porteurs de tares.

On voit ici que Zola a module sa vision, laissant a des personnages ouvriers secondaires le poids d’une lourde heredite (selon les principes naturalistes) mais il a fait d’Etienne et de Catherine le couple amoureux unissant des heros courageux et genereux, tout comme le couple des parents Maheu) grandis par leurs souffrances et leur abnegation. Mais surtout les mineurs apparaissent comme de vrais personnages de roman et ce merite sera reconnu par les ouvriers des mines defilant dans le cortege funebre de Zola au cri de « Germinal ! « . PLAN FINAL. Comparer les femmes de Germinal : -pourquoi ? –unite ? ; quand ? –differences ; pourquoi ?