Les economie europeennes en guerre (1914-1918)

Les economie europeennes en guerre (1914-1918)

Les economies europeennes en guerre (1914 – 1918) = sujet blanc car la pbque n’apparait pas economie > ne pas s’occuper des autres aspects les economies > importance des variations d’une eco a l’autre en guerre > ne s’occuper que des belligerants. Mobilisation des economies pour la guerre : la guerre economique = autre front de la guerre. europeennes > colonies a prendre en compte dans la mesure ou elles participent aux efforts de guerre 1914 – 1918 > car WWI est la premiere guerre industrielle : victoire autant (si ce n’est plus) dans les usines que sur le front ?

Voila pourquoi le sujet est pertinent. pbque : role determinant des economies dans le deroulement de la guerre. intro : La Premiere Guerre Mondiale (1914 – 1918) est consideree comme la premiere guerre industrielle. Elle touche l’Europe, Russie incluse, c’est-a-dire des pays avances sur la voie de l’industrialisation. a mesure que le conflit se prolonge, tous les secteurs d’activite sont mobilises pour atteindre la victoire. Les belligerants doivent encadrer l’economie pour avoir une meilleure efficacite mais aussi pour gerer les tensions dues aux penuries. a Premiere Guerre Mondiale peut-elle etre consideree comme une guerre entre les economies europeennes ? plan I.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Mobilisation des economies la production de guerre guerre de materiel : equipement du soldat (barda), l’artillerie et l’industrie navale gagnent en technicite. ex : le canon de 75, la grosse bertha… cuirasse, sous-marin, tank, aeronautique, chimie (gaz de combat et matos de protection), mines, grenades… les structures de productions se convertissent a l’economie de guerre : extension de Scheider, Krupp, Wilkinson. D’autres s’y mettent encourages par la garantis de profits eleves de l’Etat (Renault.. l’irruption de l’etat l’etat sort de son role traditionnel. La guerre oppose des pays industrialises, l’etat prend l’eco en main car elle bouleverse les echanges europeens. Les interdependances originelles entre belligerants constituent leurs faiblesses donc desorganisation aggravee par les blocus (des puissances centrales et des sous-marins allemands) Baisse des douanes pour donner la priorite aux industrie de guerre tout en gerant les penuries et les consequences. Allemagne : economie cartellisee, Wulther Rathenau organise la production, militarisation des usines.

Les grandes entreprises sont renforcees. Royaume-Uni : virage economique important car pays du laissez-faire. Ministere des munitions dirige par Lloyd George en 1915 avec usines d’etat. France : deja pays des PME avec un patronat eclate (sui comprend ensuite l’interet de s’organiser). Des « chefs de groupe » sont designes pour organiser la production (ils sous-traitent). Albert Thomas est le sous-secretaire d’etat a l’armement. Russie : le gouvernement ne s’occupe que des pbs militaires en laissant de cote l’economie > chaos Donc interventions de l’etat ais toujours une volonte de revenir « a la normale » par la suite. (transition : ) Les economies europeennes sont donc mobilisees pour l’effort de guerre, mais en sont egalement les victimes. II. Les effets de la guerre la dimension economique des but de la guerre Le theme des reparations et indemnites est omnipresent chez tous les belligerants car il est le resultats des difficultes financieres engendrees par la guerre. Pas de reel projet d’expansion mis a part certains territoires consideres comme legitimes (Alsace-Lorraine etc. ) mais buts economiques : Sarthe car charbon, Rurh car c? r economique. Le France et le Royaume-Uni veulent les brevets allemands (close du traite de Versailles) des secteurs d’activite inegalement touches plus ou moins utiles a la guerre priorite : industrie d’armement, navale, energetique… tandis que d’autres secteurs (texile…) sont negliges. consensus dans l’introduction du Taylorisme car manque de main-d’? uvre alors qu’il est amplement conteste en 1914. Or la mobilisation totale du debut de la guerre fait chuter la production et le manque de main-d’? uvre force a faire appel aux femmes et aux colonies.

France : les grandes regions industrielles du nord sont occupees et la Lorraine est une zone de combat donc creation de nouveaux filons dans de nouveaux lieux. (transition : ) Les effets du conflit sur les economies peut mettre l’effort de guerre en peril. La maitrise de l’economie constitue un facteur de victoire. La possibilite de mettre en difficulte l’economie de l’adversaire devient alors une necessite. III. La guerre economique est-ce la clef de la victoire ? etouffer l’adversaire but : asphyxier les relations commerciales notamment le commerce maritime.

Le Royaume-Uni possede la premiere marine mondiale et entreprend un blocus des echanges allemand des decembre 1914. Ce blocus est definitivement installe apres la bataille du Jutland en mai 1916 dans laquelle les navires allemand arrivent a passer mais ne ressortent plus. L’approvisionnement se fait alors au travers des pays neutres mais est de moins en moins aisee a cause de la politique navale allemande (coule tout le monde) Le Royaume-Uni utilise finalement le moyen des convoies desorganisation des economies inflation et tout ce qui s’en suit. l’Entente tient les mers (> relations commerciales) n revanche les puissances centrales sont sujettes a des penuries. Solution : ponction dans les pays occupes, quelques operations militaires (ex : invasion de l’Ukraine) Russie : isolee. La bataille des Dardanelles dans le but d’ouvrir…. la population se desolidarise. CCL Les economies sont au c? ur de la Premiere Guerre Mondiale. La victoire implique la mobilisation de toutes les energies y compris les forces economiques. Les interventions des etats ont pour but a la fois d’organiser leur propre economies mais aussi la defaite de leurs adversaires…