Les difficultés d’accès à l emploi des séniors

Les difficultés d’accès à l emploi des séniors

Nom : Prénom . NO Étudiant : LICENCE PROFESSIONNELLE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES LES difficultés D’ACCES A L’EMPLOI DES SENIORS 07 p g Sommaire 1 Introduction 5 2Partie1 : Étude théorique bibliographique 8 2. 1 Qui sont les seniors ? 8 2. 1 . 1 Contexte démographique et vieillissement de la population 8 2. 1. 2A partir de quel âge est-on senior ? 9 2. 1. 3 Place des seniors dans la société 10 2. 2 L’emploi des seniors au cœur des préoccupations 14 2. 2. 1 Les seniors sur le marché de l’emploi en France 14 2. 2. La retraite en France : un point sur la réglementation 16 2. 2. 3 Les enjeux de l’emploi des seniors 19 . 3 Les moyens d’action mis en place par les pouvoirs publics 20 2. 3. 1 Historique des mesures étatiques relatives à l’emploi des avec les consultants emploi dans le cadre du suivi UNEDIC 50 3. 3. 2 L’animation d’ateliers collectifs 51 3. 3. 3 La Relation-entreprise52 3. 3. 4 Entretiens individuels avec des candidats seniors 53 3. 4 Mes observations issues du terrain sur l’accès à l’emploi des seniors 53 3. 4. 1 Les seniors accompagnés par APE :

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
chiffres 54 3. . 2 Les difficultés et freins des seniors pour accéder au marché de l’emploi 55 3. 4. 3 Les atouts à faire valoir pour les séniors 64 Partie 3 : Rapprochement entre l’étude théorique et l’étude empirique 66 4. 1 Croisement des données issues de l’étude théorique et de l’étude empirique 66 4. 1. 1 Obstacles liés à l’offre d’emploi67 4. 1. 2 Obstacles liés à la demande d’emploi 67 42 Solutions d’un point de vue de l’accompagnement 68 42. 1 Une action sur la demande d’emploi (les seniors) 68 4. 2. 2 L’action sur l’offre d’emploi (les entreprises) : 75 4. . 3 De l’intérêt d’un accompagnement spécifique ? 76 42. 4 Repenser la gestion des ressources humaines pour les seniors : les exemples à suivre 77 5Conclusion 79 Table des figures et schémas 82 7GIossaire 85 8Bibliographie et Webographie 86 9Tables des annexes 91 1 Introduction Depuis le début des années 2000, la majorité des pays développés connaissent un vieillissement démographique. Ainsi, la part des plus de 60 ans tend à croitre, avec notamment l’arrivée dans cette tranche d’âge des générations issues du baby boom.

Les projections démo ra hi ues indiquent la poursuite de cette tendance encore tude de l’INSEEl parue 2 plus de 60 ans, contre un sur cinq en 2005. Ce vieillissement pose problème notamment dans le financement des systèmes e retraite, avec une diminution du nombre d’actifs par inactif. En effet, alors que Fon comptait en 2005 2,2 actifs pour 1 inactif, ce chiffre pourrait baisser jusqu’à 1,4 actifs pour 1 inactif d’ici 2050. Les problèmes causés par le vieillissement démographique sont accentués par le faible taux d’emploi des personnes de plus de 55 ans, qui a connu une baisse importante depuis le début des années 70.

Ce phénomène est loin d’être une spécificité française puisqu’il concerne dans une certaine mesure tous les pays européens. Toujours est il que ces deux constats, que sont le vieillissement émographique et le faible taux d’emploi des catégories les plus âgées de la population active, rendent difficile le maintien, dans l’avenir, du niveau actuel de pension de retraite. Des modifications importantes semblent s’imposer, notamment au niveau de l’âge moyen de sortie d’activité. C’est la raison pour laquelle l’emploi des « seniors » est au cœur des inquiétudes et du débat public.

Cela se traduit tant au niveau des politiques d’emploi en France qu’au niveau des objectifs fixés par l’Union Européenne avec notamment la « stratégie de Lisbonne » fixant ? chaque État Membre l’objectif dun taux d’emploi des 55-64 ans de d’ici 2010. La France, qui affiche un taux d’emploi des plus de 55 ans de est particulièrement loin de cet objectif. Les « seniors constituant aujourd’hui un véritable groupe social, se heurtent aujourd’hui à une faible demande de travail des travailleurs âgés de la part des entreprises.

L’âge, qui traduit le vieillissement d’un individu, semble ainsi s’établir c 3 07 part des entreprises. Câge, qui traduit le vieillissement d’un individu, semble ainsi détablir comme un critère de l’offre mais aussi de la demande d’emploi, critère influant notamment ur l’expérience, c’est-à-dire le temps passé à travailler, mais également sur l’horizon d’activité, à savoir le temps restant à travailler. Nous verrons que dépendent aussi de l’âge des dispositifs institutionnels tels que les systèmes de préretraite ou de dispense de recherche d’emploi.

L’âge est donc un facteur non négligeable qui semble causer des difficultés d’accès à l’emploi pour les seniors. Ces difficultés trouvent des origines assez vastes telles que les politiques d’emploi passées, les réticences des entreprises, le rapport au marché de l’emploi actuel et aux nouvelles technologies. Nous chercherons à les définir et les expliquer tout au long de notre étude. D’un point de vue mécanique, la demande et l’offre d’emploi cherchent à se rencontrer sur le marché de l’emploi. Les entreprises offrent l’emploi en cas de besoin de main d’œuvre et procèdent à des recrutements.

De leur côté, les chercheurs d’emploi effectuent des démarches de recherche d’emploi pour aller à la rencontre de ces entreprises. L’accompagnement renforcé vers l’emploi se situe à la rencontre de ces deux acteurs économiques et vise de manière globale à faciliter l’accès ? l’emploi des demandeurs d’emploi. Le but de notre démarche n’est pas de recenser de manière exhaustive l’ensemble des leviers activables par les pouvoirs publics pour solutionner le problème de l’emploi des seniors, mais bien de se focaliser sur la place de l’accompagnement vers l’emploi au sein de cette problématique.

Notre problématique sera donc la suivante : Compte 4 107 vers l’emploi au sein de cette problématique. Notre problématique sera donc la suivante Compte tenu des difficultés d’accès à l’emploi des seniors, quel peut être l’apport de l’accompagnement renforcé vers remploi ? Nous nous appuierons sur les hypothèses suivantes : Malgré des dispositifs visant à améliorer l’emploi des séniors, ces derniers rencontrent des difficultés en France pour accéder au marché de l’emploi.

Les difficultés des séniors s’expliquent par leur manque d’adaptation au marché de l’emploi actuel et par les réticences des entreprises à leur faire confiance. raccompagnement renforcé vers l’emploi est un levier d’action pour réduire ces difficultés et améliorer l’employabilité des semors. Dans la première partie, basée sur une étude bibliographique, nous définirons dans un premier temps qui sont les seniors au sein de notre société. Puis nous nous focaliserons sur l’emploi des seniors, et établirons des constats quant aux difficultés d’accès à l’emploi des seniors.

Enfin, nous étudierons le rôle de l’accompagnement renforcé vers l’emploi. La seconde partie porte sur une étude empirique réalisée tout au long de mon stage au sein d’Adecco Parcours & Emploi, une structure d’accompagnement vers l’emploi. Nous y décrirons les différentes missions que j’ai pu effectuer en relation avec notre problématique, puis nous montrerons les différentes observations réalisées concernant les difficultés des seniors mais ussi leurs atouts sur le marché de l’emploi. Dans la troisième partie, nous comparerons les différents constats issus de l’étude théorique et de l’étude empirique.

Puis nous verrons comment l’accompagnement vers l’emploi, en agissant à la fois sur la demande d’emploi et sur S 07 verrons comment l’accompagnement vers l’emploi, en agissant à la fois sur la demande d’emploi et sur l’offre d’emploi, tend ? pallier aux difficultés d’accès à l’emploi des seniors. 2 Partiel : Étude théorique bibliographique 2. 1 Qui sont les seniors ? La France est confrontée au vieillissement de sa population. En effet, en 2050, près du tiers de la population française aura 60 ans. Aujourd’hui, les 50 ans et plus représentent en France 19 millions d’hommes et de femmes, soit de la population.

D’ici les quinze prochaines années, leur nombre va croitre de 50% tandis que celui des moins de 50 ans ne va progresser que de Mais cette évolution démographique n’est pas spécifique ? la France puisqu’il s’agit d’un trait marquant de l’Europe entière. Selon les projections d’Eurostat d’évolution de la population sur la période 2008-20602 (cf Figures 1&2 p. 83), ce processus de ieillissement touche l’ensemble des Etats Membres de runion Européenne. Ainsi, la part des plus de 65 ans dans l’UE qui était de en 2008 devrait passer à d’iCi 2060. ur cette même période, la part des plus de 80 ans devrait passer de 4,4% ? Plusieurs éléments conjoints ont donné lieu à une telle évolution. Tout d’abord, l’allongement de la durée de vie et par là même le recul de la mortalité est la première cause essentielle. Notamment par la qualité du système de santé européen et l’amélioration des conditions de vie, la probabilité de survie entre 60 et 85 ans a doublé entre 1960 et 1990. Depuis, la population ne cesse de gagner un trimestre d’espérance de vie tous les ans.

La chute de la fécondité contribue également au vieillissement d’espérance de VIe tous les ans. La chute de la fécondité contribue également au vieillissement de la population. Plusieurs facteurs tendent à expliquer cette chute de la fécondité dans notre société depuis le milieu du 20ème siècle : le développement économique, le travail des femmes, rallongement de la durée des études, le recul de l’âge du premier enfant, la hausse des ruptures entre les couples, la baisse de poids du atholicisme et les possibilités de maîtrise autonome de la fécondité par les femmes.

A ce mouvement de ciseau produit par le recul de la mortalité d’une part, et la diminution de la fécondité d’autre part, s’ajoute le vieillissement de la génération du Baby Boom. En effet, la hausse importante du taux de natalité de certains pays juste après la Seconde Guerre Mondiale a constitué ce que l’on a appelé le Baby Boom. Cette période s’est étendue de 1945 jusqu’à la fin des années 1970 pour la plupart des pays nord européens. En France, ce phénomène était même apparu dès 1942.

Si ce Baby Boom du milieu du 20ème siècle n’est pas la première vague de forte natalité dans l’histoire de la démographie, il a quand même connu une ampleur et une durée sans précèdent3. Conséquence logique, ce qui fut autrefois un boom de la natalité devient un boom au niveau de la catégorie des seniors, à laquelle appartient aujourd’hui cette génération du Baby Boom. Cette dernière commence par ailleurs à sortir de la vie active, créant alors un nouveau phénomène appelé le Papy 2. . 2 A partir de quel âge est-on senior ? Si le terme senior est de plus en plus courant pour définir une atégorie d’âge, il n’existe cependant pas de définition officielle fixant un âge précis pour désigner les seniors. 07 cependant pas de définition officielle fixant un âge précis pour désigner les seniors. En effet, la définition varie selon les sources, les études et les auteurs, faisant alors référence aux personnes âgées de 45 ans et plus, de 50 ans et plus ou de 55 ans et plus.

Le Petit Larousse définit, lui, les seniors comme les personnes âgées de 50 ans et plus. Nous retiendrons cette définition pour faire référence aux seniors tout au long de cette étude, étant donné u’il s’agit aussi de celle retenue par le Plan National concerté pour l’Emploi des Seniors4. De plus, si la « stratégie de Lisbonne » fixe des objectifs de taux d’emploi aux pays membres pour les 55-64 ans, nous verrons que les difficultés dans l’emploi peuvent être rencontrées à partir de 50 ans, voir plus tôt dans certains secteurs d’activité.

Ce terme senior, qui englobe finalement plusieurs situations sociales (l’actif, le préretraité, le retraité) est apparu dans l’usage public à la fin des années 1980. Il est venu remplacer en partie les multiples termes faisant référence ? l’âge : « personnes âgées « troisième âge « ainés », « anciens « vieux Comment interpréter alors ce glissement sémantique ? Notons tout d’abord que le terme senior se veut porteur d’une image positive s’opposant aux dénominations traditionnelles.

A l’origine, le terme senior est utilisé dans le domaine sportif, au même titre que les termes junior et vétéran. Il symbolise donc la continuité entre les générations et l’intégration au sein d’un même monde. Au-delà du domaine sportif, le terme senior a aussi une signification au sein du monde de l’entreprise puisqu’il ésigne une catégorie d’actifs possédant une certaine expertise et un certain niveau de respons 8 07 puisqu’il désigne une catégorie d’actifs possédant une certaine expertise et un certain niveau de responsabilité.

Aussi il n’est pas rare que certains postes aient des dénominations comme « consultant senior « chef de produit senior alors qu’ils sont occupés par une personne de moins de quarante ans. De la même manière, on trouve aussi des postes « junior pour les débutants ou jeunes diplômés. Le terme senior se veut donc plutôt valorisant. Néanmoins, l’utilisation de ce terme permet ussi de remplacer et donc finalement d’éviter des termes faisant directement référence à la vieillesse tels que « personnes âgées » ou « troisième âge h.

Selon Serge Guérin, ce constat n’a rien d’un hasard et est révélateur d’une société qui, devant la montée en puissance d’une génération vieillissante, refuse le miroir de la vieillesse jusqu’à le dénier même dans les mots5. 2. 1. 3 Place des seniors dans la société Les seniors occupent une place contradictoire dans notre société actuelle. Ils constituent tout d’abord une cible à part entière de la société de consommation.

Du fait du vieillissement actuel de la population, ils sont vus comme un énorme potentiel d’un point de vue marketing, Premier facteur essentiel de cet engouement marketing : les seniors disposent de revenus supérieurs à la moyenne de la population, d’autant plus qu’il s’agit de revenus souvent disponibles, une partie importante des seniors ayant fini de rembourser ses emprunts. Cependant, les seniors sont une catégorie large et donc forcément hétérogène au niveau de la tranche d’âge, de la situation professionnelle ou encore de la situation familiale. C’est pourquoi elle reste difficile à cerner pour es annonceurs.

Mais ces derniers 9 07 C’est pourquoi elle reste difficile à cerner pour les annonceurs. Mais ces derniers considèrent globalement les seniors comme des personnes curieuses, intéressées par la communication et les nouvelles technologies, disponibles, aisées financièrement mais également averties et exigeantes. Automobile, voyage, loisirs, électro ménager, décoration sont des secteurs dans lesquels les seniors sont particulièrement dépensiers. Afin d’exploiter ces opportunités, des agences se sont même spécialisées dans le marketing direct envers les seniors, à l’image de Si Senior u encore de Direct Senior Agency6.

Le 20èmesiècle avait été marqué, dans les domaines du marketing et de la publicité, par une course au marché des jeunes, faisant de ces jeunes des consommateurs moteurs dont les comportements influençaient ceux des générations plus anciennes. Ce récent intérêt pour la clientèle des seniors traduit donc un véritable changement dans les tendances du marché. Mais si les seniors semblent intégrés à notre société de consommation, il n’empêche qu’ils sont en même temps l’objet d’un rejet et d’une exclusion du point de vue du regard que la société porte sur eux.

Cest en cela que leur place dans la société est paradoxale. En effet, le terme senior renvoie directement à la vieillesse, et ce même s’il désigne également des gens âgés seulement d’une cinquantaine d’années. Qu’en est-il alors du rapport de notre société à la vieillesse et comment a-t-il évolué au cours des siècles précédents ? Si nous sommes aujourd’hui dans une société qui accorde une grande importance à l’âge, ce critère de l’âge n’a pas toujours autant compté pour autant. Il suffit de remonter au dix septième siècle pour constater qu’à cette époque, 00F 10,1