Les debuts de la guerre froide

Les debuts de la guerre froide

A Plusieurs reprises, durant toute cette periode, le monde semble a nouveau proche de la guerre. La mort de Staline, le 5 mars 1953, marque un premier changement et le dernier moment de tension se situe en 1962 avec la crise de Cuba. I. L’INSTALLATION DE LA GUERRE FROIDE A/ La formation des blocs 1) Les origines de l’opposition est-ouest (1945-1946) Elles decoulent de l’inquietude croissante des EUA face aux agissements de l’URSS en Grece, en Turquie et en Europe centrale et orientale. En Grece, apres le debarquement des britanniques et le depart des Allemands fin 1944, les britanniques veulent desarmer les milices communistes qui refusent.

A partir de 1946, ils s’opposent au gouvernement royal et une guerre civile s’installe. La Turquie a ete neutre jusqu’en fevrier 1945, date a laquelle elle se range du cote des allies. C’est alors que Staline veut realiser une vieille ambition russe : le controle des detroits (Bosphore et Dardanelles) et reclame la revision de la convention de Montreux, signee en 1936, qui confie la defense des detroits a la Turquie tout en prevoyant leur fermeture en cas de conflit. En 1946, l’URSS reclame a la Turquie le droit de participer avec elle a la defense

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
des detroits.

Les anglo-saxons inquiets fournissent aussitot une importante aide militaire a la Turquie qui est precipitee aussitot dans le camp occidental. Quant a l’Europe centrale et orientale sa satellisation par le non respect des elections prevues par Yalta inquiete les occidentaux. En mars 46, Churchill denonce le « rideau de fer » qui separe desormais l’Europe de l’est du reste du monde. Les EUA s’inquietent aussi de l’influence des partis communistes en Europe de l’ouest (France et Italie). C’est que les difficultes economiques et sociales jouent en faveur de la propagande communiste.

En 1947, les EUA decident de donner un coup d’arret aux pretentions sovietiques. 2) L’annee 47 Elle constitue l’annee de la rupture entre les grands allies de la guerre et le depart de la Guerre froide. a – Le raidissement americain – la doctrine Truman Face a la penurie qui regne en Europe (inflation galopante et marche noir), les EUA craignent que le communisme ne gagne du terrain et fasse basculer une grande partie de l’Europe dans le camp communiste. En janvier 1947, pour arreter la progression du communisme en Europe, le general Marshall propose la politique du « containment » (endiguement).

Pour mener a bien cette politique les EUA ont deux atouts majeurs : la bombe nucleaire et la puissance economique et financiere. Ces idees deviennent la doctrine Truman, qu’il expose au Congres americain le 12 mars 1947. Les EUA s’engagent a proteger les pays libres menaces par le communisme. Une aide financiere et militaire est proposee a l’Europe (URSS et Europe de l’est compris) pour une duree de 4 ans. Un controle de l’economie des Etats beneficiaires en est la contrepartie. L’URSS refuse et derriere elle toute l’Europe de l’est.

Entre temps, la France et l’Italie eclaircissent leur situation politique ou les communistes quittent les gouvernements. 13 milliards de $ sont debloques par les EUA pour le redressement de l’Europe. Le Plan Marshall consacre la division de l’Europe. b- La riposte sovietique – La doctrine Jdanov L’URSS, les pays satellites et les PC du monde entier rejettent le Plan Marshall qui est presente comme un produit de l’imperialisme americain pour etablir sa domination economique et politique sur le monde, encercler l’URSS et preparer une guerre de conquete contre elle.

Dans cet esprit est cree, le 5 octobre 1947, le Kominform, qui a pour but de coordonner l’action et l’orientation de tous les partis communistes a travers le monde. A la tete du Kominform est place le theoricien Jdanov pour lequel « le monde est divise en deux camps, l’un socialiste, l’autre capitaliste, le premier pacifiste, le second imperialiste ». B. L’escalade dans la Guerre froide (1948-1953) 4 cartes (Berlin, Palestine, Coree, Indochine) En 1947, le monde s’installe donc dans la Guerre froide qui est une opposition entre le bloc ccidental et le bloc sovietique dans tous les domaines sans affrontement arme direct. 1) Les points de tension L’Allemagne – le blocus de Berlin et la creation des deux Allemagne(s) Apres le « coup de Prague », eclate la premiere crise de Berlin. N’ayant pu se mettrent d’accord sur le sort de l’Allemagne, les occidentaux decident de creent dans leur zone d’occupation une nouvelle monnaie : le deutsche Mark. Protestant de cette mesure unilaterale, les sovietiques entreprennent de bloques, en juillet 48, tous les acces routiers et ferroviaires entre la zone d’occupation occidentale et Berlin ouest.

Les americains ripostent par la mise en place d’un pont aerien qui fonctionne de juillet 48 a mai 49, en fonction de couloirs aeriens que les avions ne peuvent quitter sous peine d’etre abattus par les sovietiques. Le moindre incident aurait pu declencher un nouveau conflit. Le blocus est leve par les sovietiques le 12 mai 49. L’Allemagne est durablement coupees en deux. Les sovietiques creent a leur tour une nouvelle monnaie dans leur zone d’occupation : le Mark.

Les occidentaux regroupent leur zone d’occupation le 8 mai 1949 d’ou la creation de la Republique federale allemande (RFA), alors que les sovietiques creent la Republique democratique allemande (RDA) le 7 octobre 1949. La disparition de la Palestine et la creation de l’Etat d’Israel : Face a l’arrivee massive de juifs en Palestine, le RU demande a l’ONU de regler le probleme. Fin novembre 1947, l’ONU decide un partage de la Palestine qui est accepte par une ecrasante majorite a l’Assemblee generale (EUA et URSS compris pensant qu’Israel serait un nouvel Etat socialiste). Le plan est rejette par l’ensemble des pays arabes.

Le 15 mai 1948 est proclame la creation de l’Etat d’Israel qui est aussitot attaque par les pays arabes voisins. Avec l’appui des britanniques, les arabes essuient un echec qui a pour consequence la disparition de l’Etat palestinien et le renforcement de l’Etat Israelien. La Cisjordanie est desormais administree par la Jordanie et la bande de Gaza par l’Egypte. En mai 49, Israel, encore soutenu par l’URSS est admise a l’ONU, mais Israel se range du cote des occidentaux, d’ou volte-face de l’URSS qui soutient alors les pays arabes. La Coree : La Guerre froide a cree en Coree, comme en Allemagne, deux etats de part et d’autre du 38? arallele de latitude N : la Coree du nord pro-sovietique et la Coree du sud pro-occidentale. La guerre qui s’y deroule entre 1950 et 1953 decoule de la victoire de Mao en Chine qui soutient le gouvernement nord-coreen. En juin 50, apres un incident de frontiere, la Coree du nord envahit la Coree du sud qui est au bord du desastre. Face a la situation, les EUA demande au Conseil de securite, profitant de l’absence de l’URSS qui pratique la « politique de la chaise vide » face au refus de l’ONU de reconnaitre dans la Chine de Mao comme celle qui devait sieger au Conseil de securite, une intervention en faveur de la Coree du sud .

A l’automne 50, une grande offensive des casques bleus (troupe essentiellement americaines sous le commandement de Mc Arthur) obligent les nord-coreens a quitter la Coree du sud et la Coree du Nord est envahit a son tour. Debut 51, la Chine vole au secours de la Coree du nord et une guerre de position s’installe autour du 38? parallele. Il faut attendre encore deux longues annees pour que l’armistice de Pan Mun Jon soit signe en juillet 1953, quelques mois apres la mort de Staline. Cet armistice retablit une frontiere precaire autour du 38? arallele. L’Indochine : Dans le meme temps, la France est en grande difficulte en Indochine contre les communistes du Vietminh, soutenu lui aussi par la Chine Populaire. Les difficultes francaises aboutissent a la defaite de Dien Bien Phu en mai 1954. L’armistice est signe le 20 juillet 1954 consacrant l’eclatement de la peninsule indochinoise et la division du Vietnam en deux Etats au niveau du 17? parallele de latitude N. 2) L’organisation des blocs A partir de 1948, les deux blocs s’organisent progressivement tant sur le plan militaire que sur le lan economique, formant deux deux mondes totalement differents. L’organisation du bloc occidental Sur le plan militaire : En 1949, apres le « coup de Prague », la France, le RU et le Benelux signent le Pacte de Bruxelles qui cree une alliance defensive avec volonte de se rapprocher des EU. Ce traite prelude a la signature, le 4 avril 1949, du traite creant l’Organisation du traite de l’Atlantique nord (OTAN). Outre les EU et les membres du Pacte de Bruxelles, l’OTAN est integre par le Canada, la Norvege, le Danemark, le Portugal, l’Islande et l’Iitalie.

En 1952, la Grece et la Turquie et en 1954, la RFA adherent a l’OTAN. Le traite prevoit qu’une agression contre un seul de ses membres serait une agression contre toute l’alliance. Les forces militaires de l’OTAN sont placees sous commandement des Etats-Unis qui assurent la protection nucleaire des europeens. Sur le plan economique : En 1948 est creee l’OECE (Organisation Europeenne de Cooperation Economique) pour gerer les fonds du plan Marshall. Dans les memes annees, l’Europe se lance lentement dans un processus d’integration sinon politique, du moins economique.

L’organisation du bloc sovietique La solidarite entre les pays communistes est beaucoup plus ancienne. A l’epoque ou l’URSS etait le seul pays socialiste, il existait le Komintern qui liait tous les Partis communistes entre eux. En 1947, apparait le Kominform qui recree cette solidarite communiste. Sur le plan militaire : Entre 1945 et 1949, des traites de cooperation militaire sont signes entre l’URSS et les divers pays satellites. En 1952, le haut commandement sovietique fait standardiser les armements de toutes les armees du bloc.

Sur le plan economique : En reponse a l’OECE, l’URSS cree en 1949, le CAEM (Conseil d’Aide Economique Mutuelle ou COMECON). A priori, ce bloc est plus homogene que le bloc occidental, mais il est loin d’etre exempt de tensions, comme l’illustre parfaitement bien l’affaire yougoslave en 1948. II. DE LA GUERRE FROIDE A LA COEXISTENCE PACIFIQUE Cette periode, qui s’etend de 1953 a 1962, correspond a la periode post-stalinienne en URSS et aux presidences de D. D. Eisenhower et J. F. Kennedy aux EUA. A. La stabilisation de la guerre froide (1953-1957) 1) Les nouvelles diplomaties americaine et sovietique

Cote americain : Lors de sa prise de fonction en janvier 1953, Eisenhower est dispose a poursuivre la doctrine Truman. Il est aide en cela par son secretaire d’Etat, John Foster Dulles. Selon le nouveau President, il faut non seulement endiguer le communisme, mais aussi le refouler. D’ou la mise en place de la politique du « Roll Back ». Cette nouvelle politique ne sera toutefois possible que si les EUA s’allient militairement avec les pays qui se sentent menaces. Ainsi, le debut des annees 50 est marque par la « Pactomanie », consequence aussi du maccarthysme.

De nombreux traites comparables a celui de l’OTAN sont signes (OTASE sept. 54, Pacte de Bagdad fevrier 55, Traites bilateraux avec le Japon 1951, La Chine Nationaliste 1951, La Coree du Sud 1953, le Vietnam du Sud 1954) et de nombreuses bases militaires sont disseminees de par le monde. Cote sovietique : La nouvelle diplomatie sovietique se caracterise par une alternance de fermete et gestes de bonne volonte (a un moment ou les EUA se montrent eux tres fermes). Ainsi, c’est grace a Khrouchtchev qu’est signe l’armistice de Pan Mun Jom en juillet 1953.

Par contre, l’URSS reagit tres fermement a l’entree de la RFA a l’OTAN en 1954, en creant le Pacte de Varsovie en 1955. Il s’agit du pendant sovietique de l’OTAN, mais le Pacte de Varsovie a une portee politique dans le sens ou il veut coordonner les politiques etrangeres de tous les pays membres. 2) Pourquoi peut-on parler de stabilisation dans la guerre froide au milieu des annees 50 ? La Crise de Suez. Il semble que les deux superpuissances aient a faire a quelques tensions dans leur bloc respectif. Il est tant peut-etre de faire un peu de menage chacun chez soi.

En effet, en 1956, alors que l’URSS est au prise avec des velleites d’independance de la Pologne et de la Hongrie, la France et le RU, qui veulent prouver qu’elles sont encore des puissances avec lesquelles il faut compter, s’engagent dans l’expedition punitive contre l’Egypte du Colonel Nasser, au pouvoir depuis 1952. Celui-ci, pour sortir l’Egypte du sous-developpement, souhaite mener une politique de grands travaux qui passe par la construction du barrage d’Assouan. Or les fonds manquent. Nasser s’adresse donc a la France et au RU principaux actionnaires de la Compagnie du canal de Suez.

Les deux puissances refusent car Nasser mene une politique tres violemment anti-israelienne et soutient la lutte du peuple algerien pour son independance. Face a ce refus , le 26 juillet 1956, Nasser nationalise la Compagnie du Canal de Suez.. La Reaction franco-britannique ne se fait pas attendre. Le RU et la France poussent l’Etat d’Israel a porter une attaque dans le desert du Sinai et bombardent Port-Said sous pretexte de proteger la zone du canal. Les Etats-Unis demandent a l’ONU d’intervenir et commencent a speculer sur les monnaies europeennes.

De son cote, l’URSS envoie un ultimatum au RU et a la France les menacant d’utiliser la bombe atomique. Les francais et les britanniques comprennent tres vite qu’ils doivent s’incliner. L’ONU envoie une force d’interposition dans le desert du Sinai pour une duree de dix ans. La France et le RU sont discredites non seulement aux yeux des pays arabes mais aussi aux yeux du Tiers monde en pleine formation. Grace a l’appui de l’URSS, Nasser a transforme une defaite militaire en l’une des plus brillantes victoire diplomatique du siecle. Cette affaire demontre une certaine complicite des deux supergrands pour continuer a se partager le monde.

Mais surtout, la France et le RU sont bien obliges de constater qu’elles ne peuvent plus agir librement sans le consentement des deux supergrands. Elles sont desormais des puissances secondaires. Enfin, l’affaire de Suez a permis a l’URSS de faire passer au second rang son intervention en Hongrie. B. Vers la coexistence pacifique (1957-1962) C’est une periode d’hesitation ou les deux grands mesurent leur capacite de ripostes mutuelles et qui s’acheve toutefois, par la crise la plus grave dans les relations internationales de l’apres-guerre : la crise de Cuba. ) Des elements nouveaux dans les rapports est-ouest a – L’equilibre de la terreur Dans les annees 50, l’URSS a rattrape les EUA dans le domaine nucleaire (bombe A en 1949, bombe H en 1953). L’URSS devance meme les EUA dans le programme spatial, avec le lancement de Spoutnik I en avril 1957. Ce retard s’explique par le fait que les EUA se sont contentes, au milieu des annees 50, de leurs superbombardiers B-52 et de leurs nombreuses bases militaires a travers le monde. Se sentant encercles, les sovietiques n’ont jamais parie sur un bombardier mais sur des fusees a longue portee.

En 1959, la sonde Luna III se pose en douceur sur la Lune. Avec ces fusees, les preavis d’attaque sont considerablement reduits (bombardier B-52, 2 a 3 heures, missiles sovietiques, 30 minutes). Face a la menace, les EUA , puis l’URSS, se lancent dans une course aux armements en developpant la construction de sous-marins nucleaires lance-missiles qui ont l’avantage d’etre irreperables et d’etre equipes de missiles a moyenne portee ce qui rend impossible la destruction de la totalite des forces nucleaires de l’adversaire.

Aux EUA, parallelement a l’effort nucleaire, l’accent est mis aussi sur le renforcement de l’armement classique afin d’equilibrer les forces du Pacte de Varsovie. Dans le meme temps, les deux supergrands s’inquietent de la proliferation de l’arme nucleaire : RU (bombe A en 1951, H en 1957), France (bombe A en 1964, H en 1968), Chine Populaire (bombe A en 1964, bombe H en 1967). b – Un dialogue plus ouvert En 1959, Khrouchtchev se rend aux EUA et en 1960 a l’ONU. En 1961, Khrouchtchev rencontre Kennedy a Vienne.

Face a l’URSS, Kennedy met en place une nouvelle strategie, celle de la « riposte graduee » : volonte de negocier et de dissuader avant de menacer. Mais la Guerre froide continue comme le prouve les deux crises tres graves de Berlin et de Cuba. 2) Deux nouvelles crises menacent encore la paix a – La deuxieme crise de Berlin En 1958, Khrouchtchev denonce le statut quadripartite de Berlin. Il veut annexe Berlin a la RDA. Fin 58, l’URSS transfere la souverainete de Berlin-est a la RDA. Or Berlin-ouest est le lieu privilegie du passage des candidats a « la liberte » qui quittent le bloc sovietique pour l’occident.

Depuis la guerre, 3 millions d’allemands de l’est sont passes a l’ouest (75% sont adultes de moins de 50 ans et de qualifiacation elevee). Berlin-ouest est aussi la vitrine du monde occidental. En 1961, les relations americano-sovietiques se deteriorent rapidement du fait qu’un avion americain est abattu au-dessus du territoire sovietique. Khrouchtchev reagit definitivement sur le cas de Berlin. N’ayant pu obtenir le depart des occidentaux de Berlin-Ouest, le 13 aout 1961, un mur est construit encerclant hermetiquement Berlin-ouest.

L’hemorragie de l’Allemagne de l’est est stoppee et les allemands de l’ouest ont le sentiment d’avoir ete abandonnes par le camp occidental. Cette impression n’est corrige qu’avec la visite de Kennedy a Berlin-ouest en 1963 (declaration : « Ich bin ein Berliner » (« Je suis un berlinois. « ). b – La crise de Cuba En 1959, Fidel Castro a chasse le dernier dictateur cubain Batista. En juillet 1960, Che Guevara annonce que Cuba fait partie desormais du camp socialiste, ce qui constitue une breche dans la doctrine Monroe.

Aussitot les EUA etablissent une blocus de l’ile, mais de son cote l’URSS vole au secours de Cuba, lui apportant aide economique, techniciens, materiel et armes pour se defendre. Parallelement les EUA lancent un programme d’aide economique et d’alliance pour le progres en direction de l’Amerique latine menacee par le communisme. En octobre 62, les EUA ont la preuve formelle de la presence de rampes de lancement de missiles a Cuba. Ils ont aussi la preuve que des navires sovietiques font route vers Cuba avec des missiles a bord. L’incident est d’une extreme gravite.

Le 22 octobre 1962, Kennedy lance un ultimatum a Khrouchtchev, exige le rapatriement des bateaux et le demontage des rampes de lancement. La fermete de Kennedy pousse les autorites sovietiques a rappeler leurs navires, le 26 octobre 1962, en echange de quoi les EUA s’engage a ne jamais intervenir a Cuba. Le principe de la dissuasion graduee de Kennedy est couronnee de succes. Des 1963, la coexistence pacifique s’installe et pour eviter tout malentendu, les EUA et l’URSS mettent en place entre le Kremlin et la Maison Blanche « le telephone rouge » (un telex en fait) pour une communication rapide en cas d’alerte.