les débouchés du métier d’architecture : l’économie

les débouchés du métier d’architecture : l’économie

Pour une poignée de pouvoir ? ? While economics is about how people make choices, sociology is about how they don’t have any choice to make » Bertrand Russell Architecture & Sciences humaines Thibault Gauin – Nathan Louagie – Cyndelle Renneson — Deyana Stare va Introduction La crise économique, l’offre d’emploi, enco les mécanismes du motivant ces choix é OF u Swip ta View next page ge ce tement de s à intégrer Isons n outre, il nous semblait judicieux de rendre compte de cette corrélation antinomique dont relève ces deux disciplines afin de cerner les interactions entre un service tel que ‘architecture et les logiques capitalistes du marché.

Comment l’architecture sympathise avec le monde de l’échange ? Qu’est-ce qui pousse les architectes à greffer leurs compétences au tissu de la sphère financière ? Et quels sont les métiers émergeant de cette union a priori ardue ? I. Complexification des compétences du métier d’architecte 1. Amplification des exigences et compétences du métier 2. La diversification des acteurs du projet ou l’éclatement du discipline forcent l’architecte à intégrer de nouvelles compétences et à s’ouvrir au champ de la pluridisciplinarité.

Cette ouverture et complex’fication du champ donnent naissance à de nouveaux acteurs accompagnant l’architecte dans

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
le processus du projet. l. Complexification des compétences du métier 1. Amplification des exigences et compétences du métier « Dans le processus de Farchitecture, l’architecte doit tenir compte de tant de choses. II doit tenir compte des autorités, des règlements, des contraintes d’ingénierie, d’un budget, trouver les financements.

L’architecte est contraint dans divers aspects techniques, et c’est à lui à de trouver aujourd’hui, les moyens de se faire entendre, d’exposer son utonomie malgré les contraintes qui sont de plus en plus nombreuses. » – Exigences techniques – Exigences économiques – Exigences de coordination Exigences techniques – Nouvelles normes énergétiques PEB, la législation, les contraintes de stabilité, sécurité, santé et techniques spéciales « II y a toute une série d’impositions, comme le cadre légal par exemple, qui est de plus en plus strict.

Si on ajoute aux simples prescriptions urbanistiques, tout ce qui est exigences en termes de PEB, de techniques spéciales, ça commence à faire beaucoup.  » 20F 14 différents ntervenants ( Pouvoir public, privé, juriste, équipe de travail ) « Aujourd’hui, l’architecte perd son autonomie, il perd sa rigueur. or, la 2. Diversification des acteurs du projet ou l’éclatement du rôle de l’architecte « Si on croise un bon projet aujourd’hui, c’est qu’il y a eu toute une chaine d’intervenants et que chacun a joué le jeu.

Si un des acteurs fait défaut, le projet ne peut pas être bon. es profils rencontrés : – L’expert – Le project manager L’architecte/ promoteur clé-sur-porte – Le gestionnaire de projet et de patrimoine immobilier L’expert « Art. L’architecte qui agit en qualité d’expert doit, par la pratique de la profession, avoir l’expérience indispensable pour résoudre les problèmes qui lui sont soumis. Il veille à accomplir les missions qui lui sont confiées avec diligence, discrétion et indépendance. ? – Expert immobilier et développement régionaux : « On va regarder ce qu’il y a sur le marché aujourd’hui en termes de logements par exemple, on fait du repérage de terrain. On cherche à savoir combien ça se vend, quelles sont les vitesses d’écoulement de telle commune en fonction d’une autre. Nous faisons également des statistiques. Il nous arrive aussi de nous renseigner sur les projets à venir ui ont été accordés et/ou sont en préparation. 30F 14 l’encodage et c’est terminé.

Donc on est loin de la mission d’architecture qui peut durer parfois 18 mois. » Le Project manager : – Société immobilière : « Je suis project manager, gestionnaire de projet dans une société de développement immobilier (ATENOR), je suis le projet de A à Z, mon but est de trouver un endroit, de voir ce qu’on peut y développer, en fonction du marché, en fonction des différents besoins, en fonction des différentes emandes, puis acquérir ce bien, et définir une équipe pluridisciplinaire, architectes, bureaux d’étude, stabilité, acousticiens, PEB, etc.

Après avoir obtenu un permis d’urbanisme, on peut directement essayer de le commercialiser pour faire en sorte de ramener l’argent le plus rapidement possible, pour pouvoir emprunter un minimum, et commencer ensuite à monter les dossiers d’exécution, d’appel d’offre, désigner l’entrepreneur général et suivre le chantier. Le projet terminé, on livre le bâtiment demandé pour la réception provisoire et nous effectuons le uivi jusqu’à la réception définitive. C’est le processus complet que l’on fait ici en interne.

A cela s’ajoutent des principes financiers, je dirais que notre but, comme tout le monde, c’est de gagner de l’argent. » « Je pense faire plus d’architecture que n’importe quel architecte libéral. » – La Commission europée 4 4 métier est relativement le même ‘architecte/ promoteur clé-sur-porte Responsable d’un grand bureau « Etant dans le bureau, plutôt dans sa gestion, je ne vais pas sur chantier, je ne dessine pas. Par contre, je fais beaucoup plus d’administratif. Ma ission n’est pas celle d’un architecte qui serait de l’esquisse du projet, de l’exécution de détails et du suivi de chantier.

Je suis plutôt gestionnaire de l’entreprise je m’occupe de la gestion des prestations par rapport aux projets, savoir un peu où on en est, la partie facturation. Donc c’est beaucoup plus administratif, je me dois aussi de suivre les architectes de manière générale pour voir où ils en sont dans leur planning, dans leur travail. Anticiper des problèmes éventuels parce que les architectes étant parfois ici, parfois à l’extérieur sur le chantier, je e dois de me rendre disponible pour répondre à leurs questions quand ils en ont besoin. ? – Responsable d’une petite structure « Les dossiers sont traités de manière administrative, uniquement par moi-meme, gérant de la société, les collaborateurs travaillent sur la partie graphique. Je vais sur le chantier, je rédige les p. v. et corrige les plans dressés par collaborateurs. » – Le gestionnaire de proie 4 oine immobilier : permis a un impact positif ou négatif c’est une tâche qui prend du temps et qui est importante aussi. » Il. Dissolution des pouvoirs de l’architecte 1. Théorie des rapports de force du champ de la construction 2.

Les structures internes du pouvoir Ill. Les raisons d’une adaptation au métier 1. La dissolution des limites du champ professionnel et privé 2. La pression et la surcharge du métier 3. Valorisation sociale versus dévalorisation économique IV. Des justifications révélatrices de stratégies l. Dissolution des pouvoirs de l’architecte « L’architecte est un maillon dans un processus plus large que lui-même. Avant, c’est l’urbanisme, la définition du projet, la recherche de budget, ce qui vient après c’est l’exploitation du âtiment, sa revalorisation immobilière et sa revente. ? La dissolution des pouvoirs de l’architecte résulte des rapports de force entretenus avec les autres acteurs du projet. Afin de mieux appréhender ces rapports de force internes aux entreprises, nous nous référerons dans un premier temps aux principes d’une anthropologie économique développés par Pierre Bourdieu. Enfin, nous dresserons des schémas d’interprétation suivant la hiérarchie et la structure des communi s entre les acteurs de 6 4 Entreprises/agen ts Clients Interprétation schématique du rapport de force entre la sphère ?conomlque et celle de l’immobilier 1.

Théorie des rapports de force du champ de la construction Client Bureaux d’études Expert Architect Architec e te Le triangle isostatique Entrepren eur Interprétation des rapports de forc II. Dissolution des pouvoirs de l’architecte 2. Les Lesstructures structures internes ArchitecteArchitec ure Schéma Architecte/ln génieur de la commission Techniques Spé Schéma hiérarchique D’un service à un service marchand . 1. Stabilité et sécurité : des valeurs sûres SERVICE SERVICE MARCHAND B4 et de temps, que nous perdons donc au profit de otre vie privé. ? « En vacances tu vois de l’architecture, la nuit tu rêves de ton projet, le matin tu te lèves et tu penses à ça. » « L’architecture est un monde tellement complexe que tu peux en faire toute ta vie. » Règles de l’argumentation : l’architecture des cités : « la formule d’investissement « On est pressé comme des citrons à travailler dix heures par jour le week-end. » « Tu peux faire le tour des bureaux d’architecture, le soir à Anvers Bruxelles, sont tous allumés. û Règles de l’argumentation : l’architecture des cités e dignité. 3.

Valorisation sociale versus dévalorisation . L’axiome honoraires décents. Maintenant c’est de notre responsabilité de négocier nos honoraires. Je crois que l’Ordre des architectes est responsable pour beaucoup des malheurs des architectes. On est quasiment dans une des seules professions possède un ordre qui ouvertement se déclare de ne pas défendre profession mais l’intérêt du public. Donc finalement notre corporation n’est défendue par personne. » Il. Dissolution des pouvoirs de rarchitecte d’adaptation Vie privée/vie professionnelle : 0 4