Les Catégories Socio-Professionnelles

Les Catégories Socio-Professionnelles

Dans toutes les sociétés qui existent ou qui ont existé, il existe une hiérarchie dans la société, une structure sociale qui divise les individus par « classes sociales Cette structure change avec l’évolution du temps. Pendant l’Ancien Régime, il existait très peu de classes : la Noblesse, le Clergé et le Tiers-Etat. Mais avec l’arrivée de la Révolution Industrielle, cette société a été profondément modifiée par l’apparition des nouvelles classes et catégories.

La période postindustrielle a vu l’apparition d’un nouvel secteur : le secteur Tertiaire. La société est en évolution permanente. our tenter d’analyser, de comprendre et d’expliquer les changements et les choses qui existent dans la société, des Swape nextp g S vien « ext institutions (INSEE) o société actuelle en ut les analyses sociologi es « Apres avoir présent 1 tions analyses la s créées en suivant ax Wébérienne. clature de la CSP de 1954 a aujourd’hui, vous donnerez une analyse sociologique tant marxiste que wébérienne » Nous verrons dans une première partie, la mise en place de la Catégorie Socioprofessionnelle et son évolution depuis sa création. Nous verrons ensuite les différentes analyses utilisées our analyser la hiérarchie sociale et la structure sociale, pour pouvoir ensuite analyser la Catégorie Socioprofessionnelle lors

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de ses trois modifications, en 1954, en 1982 et en 2003.

La Catégorie Socioprofessionnelle (CSP) est une nomenclature créée en 1954 par Clnstitut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE). Son objectif est de clas classer les individus de selon leur situation professionnelle en prenant en compte plusieurs critères : l’activité économique de l’individu, la qualification de l’individu, la position hiérarchique et le statut de l’individu. Depuis l’Ancien Régime, en France, la hiérarchie sociale s’est toujours appuyée sur trois fonctions : la richesse de Vindividu, sa naissance et sa fonction.

A cette époque, il ny avait pas de distinction entre l’activité individuelle et l’activité collective. Les groupes de travails sont minuscules et les employés sont des membres de la famille. Mais, au XIXème siècle, a lieu les deux Révolutions Industrielles (la première étant en 1790 et terminant en 1850. La deuxième commence en 1880 à 1939). Ceci provoque l’apparition de la classe moyenne et la création des industries et grandes ntreprises.

Le terme ‘salariat’ apparait (ca veut dire mode d’organisation du travail qui repose sur la fourniture d’une prestation par une personne, contre une rémunération et sous lien de subordination juridique avec un employeur), et le droit de travail se met en place (surtout après rarrivé de Napoléon Bonaparte au pouvoir). Dans la hiérarchie sociale, la séparation du patron et de l’employé a lieu. Lors de la deuxième moitié du XXème siècle, en 1945, la hiérarchie sociale change dramatiquement. Les travailleurs sont classés de manière différente.

Ils sont séparés en groupes : les Personnel de l’entreprise, les chefs, les employés, les ouvriers et les Isolés. Ce qui est mis en évidence dans cette nouvelle hiérarchie est la compétence individuelle de l’individu. La place sociale de chaque individu doit être le résultat des efforts que l’individu a donné pendant toute sa v Il chaque individu doit être le résultat des efforts que l’individu a donné pendant toute sa vie. C’est la thèse de la méritocratie, apparue en 1789. ly a également l’apparition, après 1945, du Statut Général de la Fonction Publique.

INSEE met en place la nomenclature CSP en 1954 en essayant e tenir compte de plusieurs facteurs à la fois. « Appartiennent ? une même PCS des individus vivant dans des situations objectives voisines, ayant des conditions de travail, des formations et souvent des origines sociales analogues, des moyens économiques, des conditions de vie et de logement du même type Dans d’autres termes, la Catégorie Socioprofessionnelle sert à analyser les différences qui séparent les individus dans une catégorie de la société, et de tenter de les expliquer. Avec l’évolution du temps, la structure sociale a profondément changé.

Ces bouleversements dans la société ont obligé l’INSEE ? changer sa méthode pour analyser la structure sociale, car certaines catégories sociales apparaissent, changent et même parfois disparaissent avec le temps. Capparition du secteur tertiaire après la Seconde Guerre Mondiale est un exemple qui montre un changement dramatique dans la structure sociale. Ces changements ont obl’gé l’INSEE à changer de tactique et de méthode d’analyse de la société. Au départ, la Catégorie Socioprofessionnelle contenait 8 groupes socioprofessionnels. Ces groupes étaient classés par ch’ffres.

En (O) il y a les Agriculteurs Exploitants, en (1) il y a les Salariés de ‘Agriculture, en (2) se trouve Les Patrons des Entreprises et du Commerce qui rassemblent les artisans, les patrons pécheurs, les gros et les petits commerçants. La (3) sont les Professions Libérales les patrons pécheurs, les gros et les petits commerçants. La (3) sont les Professions Libérales et Cadres Supérieurs. Les Ingénieurs, les professions libérales et les cadres administratifs supérieurs sont rassemblés dans cette catégorie. Le groupe (4) représente Cadres Moyens, qui rassemble le clergé, les techniciens, et les professeurs des écoles.

Le groupe (5) est la grille des Employés. Ce groupe rassemble tous les citoyens qui sont employés dans le civil et dans Farmée. Le groupe (6) représente les Ouvriers, qu’ils soient qualifiés ou pas. (7) représente les Personnels de Service, et la (8) sont les Autres Catégories. La Catégorie Socioprofessionnelle a été mise en place en 1954 par Jean Porte. Elle sera utilisée pour analyser toutes les mobilités sociales en France pendant trente ans. Mais après le recensement en 1982, la Catégorie Socioprofessionnelle est réorganisée et la nomenclature change son organisation.

Même si la construction de base reste la même, es groupes et catégories ont été fortement modifiés. Des différences sont ; le groupe des salariés de l’agriculture et le groupe des ouvriers ont été fusionnés. La catégorie du groupe de personnel de service contient des groupes de la catégorie des employés, et des groupes ont été transférés entre les catégories (5) et Elle a été nommée Profession et Catégories Socioprofessionnelles ou PCS. La Profession et Catégories Socioprofessionnelles est organisé en huit groupes, dont six sont pour les actifs.

Les groupes sont : (1) Agriculteurs Exploitants qui rassemble toutes es agriculteurs, quel que soit leur niveau d’exploitation ; (2) Artisans, Commerçants et Chefs d’entreprise, comme son nom l’indique, regroupe les a 4 OF Il d’exploitation ; (2) Artisans, Commerçants et Chefs d’entreprise, comme son nom l’indique, regroupe les artisans, commerçants, et chefs d’entreprise ; (3) Cadres et Professions Intellectuels Supérieurs, ou se trouve les cadres de la fonction publique, les professeurs et professions scientifiques/de communication/ information/Arts, et les ingénieurs.

Le groupe (4) Professions Intermédiaires, contient les techniciens, les professeurs des ?coles, le clergé et les cadres administratifs. (5) Employés, sont exactement pareils que dans la Catégorie Socioprofessionnelle, il rassemble les employés civils et agents de service, et rassemble aussi les policiers et les militaires. Le groupe (6) Ouvriers, représente tous les ouvriers, qu’ils soient qualifiés ou non, et de n’importe quel secteur. Il prend également en compte les chauffeurs. Les groupes (7) Retraités, et (8) Autres Personnes sans Activité Professionnelle représentent les retraités et les étudiants et les chômeurs.

A PINSEE la Profession et Catégorie Socioprofessionnelle prend n compte trois niveaux d’agrégation emboîtés. Les groupes socioprofessionnels (dont il y a huit postes) ; les catégories socioprofessionnelles (il y a entre vingt-quatre et quarante-quatre postes) et les professions (il y a plus de quatre-cent postes) La nomenclature a été changée une troisième fois en 2003. Mais cette fois-ci seules des changements mineurs comme pour le Groupe 8, qui représente les actifs qui n’ont pas de rôle dans activité économique (étudiants, retraités par exemple).

II est donc encore possible d’utiliser la nomenclature de 1982 comme référence pour analyser les mobilités sociales d’aujourd’hui. Cette nomenclature a été utilisée pour les rece les mobilités sociales d’aujourd’hul. Cette nomenclature a été utilisée pour les recensements de 1 982, 1990 et 1992 Toute société est structurée par une hiérarchie qui organise (ou sépare, dépendant du point de vue Marxiste ou pas), les individus et les groupes sociaux, créée par un gain de richesse, position de pouvoir et de prestige inégale.

Ces hiérarchies ont des normes et de valeurs et normes qui dépendent selon le type de gouvernance et d’ordre. L’analyse de la structure sociale a été, pendant longtemps, construite autour d’un concept de « classe ociale Y. Aujourd’hui, il existe plusieurs moyens pour analyser la structure de la société. Les deux analyses les plus utilisés sont l’analyse Marxiste, par Karl Marx au XIXème siècle et l’analyse Wébérienne, par Max Wéber en fin XIX, début XXème siècles. pour Marx, toute la société, et toutes les sociétés sont marquées par un antagonisme majeur qui est la Lutte des Classes.

Dans la société capitaliste, qu’elle soit Libérale out Keynésienne, la population est divisée entre les moyens de production qui appartiennent a la bourgeoisie, laissant le prolétariat qu’avec sa force de travail. Le prolétariat est donc sous la domination de la bourgeoisie qui l’exploite sans limite. Ces rapports de production permettent aux capitalistes de rémunérer au minimum vital la force de travail que leur louent les prolétaires, en s’appropriant la « plus-value », c’est-à-dire la partie de la valeur du travail qui n’est pas payée aux prolétaires.

Marx voit deux états différents de la classe sociale. La ‘Classe en Soi’ dans laquelle les individus sont rassemblés par leurs intérêts commun. Il parle également d’une émergente classe, la « conscience de cla rassemblés par leurs intérêts commun. Il parle également d’une émergente classe, la « conscience de classe Cest la reconnaissance de la communauté et de la volonté de lutter pour une transformation de la structure sociale et d’une transformation de la classe en soi en « classe pour soi La lecture marxiste des groupes sociaux débouche donc sur une conception « réaliste » des classes sociales.

Celles-ci existent, fabriquent l’histoire à travers leurs conflits et ne sont pas de simples constructions abstraites d’un observateur extérieur. Cette analyse est opposée par l’analyse de Max Weber, qui a une vision qu’on peut appeler « nominaliste » de la tructuration sociale. Il dit que les groupes sociaux n’existent pas concrètement. Ils ne sont que le résultat de la construction qu’en fait le sociologue en isolant des critères pertinents de classement.

Pour Weber, la structure sociale est pluridimensionnelle et, si le critère économique est un des critères pertinents de classement, d’autres ordres de hiérarchie forment le corps social. Les classes construisent l’ordre économique, mais n’épuisent pas la richesse multiforme des hiérarchies. L’ordre social s’organise selon le degré de prestige des positions sociales, distinguant ainsi des roupes de statuts hiérarchisés selon le degré de considération symbolique.

La troisième catégorie de classement est, selon Weber, l’ordre politique dans lequel les positions se hiérarchisent en fonction de leur distance avec le pouvoir politique. Weber dit qu’il y a la possibilité de convertir ces trois modes de classement, mais les rapprochements ne sont pas toujours automatiques. Certains individus peuvent faire partie d’une sphère d’influence, mais automatiques. Certains Individus peuvent faire partie d’une sphère d’influence, mais manquer dans une autre. Il existe d’autres analyses, comme celui des sociologues français

Pierre Bourdieu et Raymond Boudon. Bourdieu a tenté de rapprocher les deux analyses. Il dit que la société est structuré avec ceux qui détiennent le maximum de capital économique qui est les revenus et le patrimoine, capital culturel qui est le niveau de diplôme et les pratiques culturelles de l’individu et le capital social qui est le réseau des relations, prestige et la connaissance des règles du jeu du pouvoir social. Nous allons analyser la Profession et Catégories Socioprofessionnelles après le recensement de 2003 avec l’aide de l’analyse Marxiste.

La domination de la bourgeoisie est évidente. Les groupes sont ivisés par catégories dans le tableau Profession et Catégories Socioprofessionnelle. Ces catégories sont numérotées de 11 à 86, les classes les plus dominants étant proche de 11. Nous pouvons donc voir la séparation de la société plus facilement. Après Marx, la bourgeoisie contrôle le prolétariat, en utilisant leurs moyens de production et leur dominance capitaliste. Ceci est prouvé dans une majorité des groupes dans le tableau. Prenons le groupe (6) Ouvriers par exemple.

La catégorie 62 (ouvriers qualifiés de type industriels) domine la catégorie 67 (ouvrier non-qualifiés de type industriel). Dans l’organisation ociologique du monde, nous voyons facilement la séparation de ces classes. Dans les pays développés comme l’Allemagne et les Etats-Unis, la main d’œuvre qualifié est utilisée dans les industries de haute-technologie, qui servent à fabriquer le bien ou/et service en projet. Ils sont placés fort haute-technologie, qui servent à fabriquer le bien ou/et service en projet.

Ils sont placés fortement dans la hiérarchie sociale, et sont capables d’utiliser leur accumulation de capital pour mettre en place des investissements grâce aux progrès techniques, ils sont les seuls à vraiment profiter de. Ils ont aussi droit à des « droits e propriétés » sur les biens et services finals. Les entreprises délocalisent leurs firmes dans les pays dans lesquels ils sont sur d’avoir le minimum de frais et taux de travail à payer, c’est-à-dire dans les pays en voie de développement, notamment en Asie, dans des pays comme la Chine, le Vietnam, etc.

Ces pays possèdent le maximum d’ouvriers non-qualifiés de type industriel (la catégorie 67). Ils ont un salaire extrêmement faible, et n’ont rien à offrir que leur force de travail. Ils n’ont aucune voix dans l’organisation de l’entreprise et ne peuvent pas bénéficier de toute avancée technologique de d’amélioration ans les conditions de travail mises en place par les ouvriers qualifiés. Ils sont dominés dans le domaine économique et dans la hiérarchie sociale.

Pourtant, dans le même exemple on voit la transformation de la « classe en soi » dans la « classe pour soi Dans certains pays (qu’ils soient développés out en voie de développement), la main d’œuvre non qualifiée connaît leur rôle indispensable dans la hiérarchie sociale, car ce sont eux qui tiennent le poids de l’entreprise en formant les biens et services de bases. Ils luttent pour une transformation dans leur société. Ils arrivent à se rassembler pour une volonté de changer leur mode de vie et leurs conditions de travail. En 1 990, l’URSS a connu un soulèvement dont une des raisons étant que la pop conditions de travail.

En 1990, FIJRSS a connu un soulèvement dont une des raisons étant que la population sous qualifiée n’avait pas les produits de consommations dites ‘nécessaires’. de l’analyse Wébérienne. Weber dit que les classes sociales n’existent pas vraiment, ils ne sont que créées par le sociologue pour faciliter l’analyse de la structure sociale. Dans le groupe (1) Agriculteurs exploitants, l existe trois catégories, dont la taille de rexploitation est décroissant selon les chiffres (1 1 représente les petites exploitations, et la 13 représente les grandes exploitations).

De plus, les Agriculteurs Exploitants sont placées dans le rang supérieur que les chefs d’entreprises et les professions libérales qui font parties des catégories les plus difficiles à accéder. Il y a donc une certaine incohérence dans la structure de la PCS. Il ne sert à diviser la société pur mieux l’analyser. Pourtant, Wéber donne une autre hypothèse. D’après lui, les classes sociales regroupent les Individus qui ont le même evenu et niveau de vie.

Ceci est prouvé juste dans le groupe (4) Professions Intermédiaires, les techniciens et les instituteurs ayant un revenu et niveau de vie extrêmement similaire, une différence d’environ 500 euros. C’est aussi prouvé dans le groupe des employés avec les policiers et les militaires faisant partie de la même catégorie. Wéber dit aussi que la société est structurée de façon à ce que les positions les mieux rémunérées sont ceux qui sont les plus proches du pouvoir. par exemple, les chefs d’entreprises tiennent une position extrêmement haute dans la 0 1