Les aspects comiques d’une piece de theatre ne servent-ils qu’a faire rire?

Les aspects comiques d’une piece de theatre ne servent-ils qu’a faire rire?

Introduction Cela n’implique pas pour autant de ne pas reflechir et de ne pas decouvrir un sens plus profond des repliques. N’est-il pas normal d’aller voir une comedie pour se detendre, se divertir et oublier ses soucis? Un homme heureux est un homme qui rit, le theatre est le lieu par excellence ou l’imagination et la folie regnent en maitres. Cela n’implique pas pour autant de ne pas reflechir et de ne pas decouvrir un sens plus profond des repliques, de la piece. En effet, tout ceci reste a nuancer: les aspects comiques ne servent-ils qu’a faire rire, a amuser le public?

Il est vrai que le registre comique au theatre est propice a la detente, a l’amusement. Cependant lui attribue t’on une simple fonction? Ne faut-il pas sous-entendre, grace a une « deuxieme » ecoute plus attentive, un sens plus profond, masque par cette comedie ou, au contraire, mis en valeur par celle-ci? Developpement Pourquoi existerait-il un registre comique si ce n’est pour faire rire? Nous verrons dans un premier temps quels sont le role et le but de la comedie au theatre; et dans un deuxieme temps, nous etudierons de quelle maniere un metteur en scene peut a lui seul declencher le

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
rire chez le spectateur.

La definition du mot comique est bien claire : « qui provoque le rire, et qui appartient a la Comedie ». En effet, ce sens aussi simpliste soit-il, nous montre bien que ce terme rime avec rire et divertissement. Dame Nature nous a donne des yeux pour pleurer, mais aussi et heuresement pour pleurer de rire. L’humour fait parti de notre vie, de nos caracteres, nous ne pouvons plus le nier. S’il existe un lieu ou l’on exprime de nombreux sentiments, c’est bien le theatre et ses multiples facettes. On entend d’ici les rires des spectateurs, amuses devant une situation, ou un personnage de la piece.

Il existe, il est vrai, differents ressorts du registre (comique de situation, de geste, de caractere…. ) qui declenche un sourire. Louis de Funes est l’acteur qui vient a l’esprit? Lorsque l’on evoque les nombreuses formes du comique, par ses mimiques tres prononcees et tres amusantes. De meme, dans l’Ecole des Femmes, Moliere sait, grace a son habilete et son ecriture, amuser le public. Dans la scene 5 de l’acte II, Arnolphe, obsede par la crainte d’etre cocu, interroge Agnes qui vient de s’ouvrir a l’amour; le dramaturge utilise ici le quiproquo, et l’equivoque entre l’amour et le ruban.

De plus, de tous temps, les Hommes voient le theatre comme un lieu de divertissement. La Comedia Dell’Arte et son theatre de rure, a developpe au XVIeme et XVIIeme siecles la Comedie; les acteurs italiens se servaient de masques grotesques et des improvisations pour attirer un peuple venu se detendre et decouvrir un loisir nouveau pour cette epoque. moliere a egalement voulu que la comedie soit, comme la tragedie, consideree comme un genre noble sans, cependant, oublier d’associer au comique le plus subtil, les bastonnades, jeux de mots et quiproquos grivois empruntes au theatre populaire.

L’auteur de la piece attend du spectateur un attention particuliere aux masques, aux differentes repliques qui donnent un veritable sens a la piece. L’evolution de la comedie nous montre donc bien que l’humour est le principal acteur de la piece. En outre, le metteur en scene cherche plus ou moins selon son envie, et surtout selon la piece, ca mettre en avant le registre comique. En effet, une piece de theatre ne se limite generalement pas a son auteur et a son texte mais s’articule autour d’une mise en scene propre a chaque representation.

Le « chef d’orchestre » du spectacle dirige acteurs, costumes eclairages pour mettre en valeur le comique. Ainsi, il peut choisir des costumes pour que le personnage paraisse plus drole, pour que le spectateur puisse lui donner une place au sein de la piece. de cette maniere, il peut faire d’un acteur (grace a son paraitre), le bouffon si celebre des comedies classiques, en misant sur des vetements haut en couleur, burlesques ( culottes bouffonnantes, coiffure… ), sur des details qui ont pourtant toute leur importance. Le metteur en scene peut egalement par un choix intelligent rendre un piece plus amusante.

Car si l’acteur joue la comedie, il doit s’investir dans son role, en mettant une part de lui meme, de son propre caractere. Comme le dit Bluwal pour Dom Juan (qu’il a realise en film televise) « j’ai trouve en Piccoli un Dom Juan ideal parce qu’il n’y a aucune explication mecaniste a la seduction de Piccoli », il declare ici que l’acteur doit correspondre, coller a la peau du personnage? Selon ses dires, nous pouvons affirmer que le choix de l’interprete a un role fondamental dans le bon fonctionnement de la piece; le metteur en scene peut donc preferer un acteur plus amusant qu’un autre pour faire rire les gens.

De plus, il existe pour la pluplart des comedies voire toutes, un personnage destine a faire rire uniquement par son ridicule tel que Harpagon dans l’Avare de Moliere, et son celebre « Je me meurs, je suis mort, je suis enterre » quand il decouvre le vol de sa « chere cassette ». Par ailleurs, il est evident que certaines pieces ne pretent pas a rire, dans ce cas, le metteur en scene saura l’apprecier et n’aura pas recours au registre comique. A chaque piece son propre spectacle, cependant, pour plusieurs d’entre elles, la magicien theatral peut mettre en valeur e registre humouristique ou plutot le tragique, a une meme lecture peut correspondre differentes interpretations. le decor et les indices spatios-temporels nous inscrivent dans un contexte plus ou moins caucasse. Prenons pourexemple Delcampe qui a prefere un Dom Juan plus burlesque, plus ridicule, mais surtout plus amusant aux yeux du public. Pourquoi le theatre est si enrichissant? peut etre tout simplement parce que chaque piece est unique, differente a chaque representation theatrale.

Ainsi, nous avons pu voir d’une part, que les aspects comiques servent evidemment a faire rire; et d’autre part que le metteur en scene cree un spectacle en accord avec la comedie et la rend plus amusante. Cela n’implique pas pour autant de ne pas reflechir et de ne pas decouvrir un sens plus profond des repliques. Cette reponse est pourtant a nuancer, les aspects comiques sont, la plupart du temps; au servie d’une reflexion plus profonde. La comedie est en effet, un tremplin pour faire vehiculer des idees en utilisant l’ironie, ou encore en denoncant les ridicules des moeurs d’une societe.

Si le but premier de la Comedie est principalement de divertir, elle represente surtout les travers d’une societe. Il serait impensable de negliger ce deuxieme aspect, qui d’ailleurs peut etre lie intimement au rire, qui correspond a l’exacte definition du mot. Ne nous arretons pas a ce qu’on appelle communement le premier degre, il faut decouvrir le message que le metteur en scene a voulu exprimer. Des lors, l’ironie peut etre utilisee: la maniere de se moquer de quelqu’un ou de quelque chose en disant le contraire de ce qu’on veut dire, provoque le rire.

Ce pendant la confusion entre le registre ironique et comique ne doit pas etre faite. Ce sens plus profond merite une ecoute plus attentive ou l’on decelle alors des antiphrases, des idees tros absurdes pour etre vraies. Le but de l’ironie est de faire accepter au spectateur des faits qui sont ensuite contredits par son bon sens et sa raison. Le vrai devient faux, et le faux devient vrai. La piece est d’autant plus caucasse que le public comprend ou sait reconnaitre l’ironie. Une complicite lie le metteur en scene, l’acteur et le spectateur.

De tous temps, les ecrivains, les auteurs de piece de theatre pour vehiculer leurs idees tout en utilisant l’humour; on peut parfois, il est vrai, suggerer des choses serieuses sous la legerete. Des lors, l’auteur attend du public une certaine ouverture d’esprit, de perspicacite. il doit de lui meme comprendre, sous-entendre des idees que le metteur en scene a plus ou moins mis en valeur lors de la representation theatrale. Enfin l’evolution du genre comique et de la Comedie montre bien que les spects humouristiques ne servent pas qu’a faire rire, en effet, le registre est utilise our railler le ridicule de la societe tout en parant la censure. il est d’autant plus efficace qu’un esprit de desinvvolture apparent. Il ne faut neliger aucun propos, chaque mot a un sens particulier. Peut-etre est -ce pour cette raison que l’on distingue plusieurs types de comedies ( auxquelles on attribue alors des fonctions plus ou moins nombreuses: le rire bien entendu, mais aussi la reflexion, la denonciation): la comedie de boulevard (Dell’Arte), la comedie comique, la comedie d’intrigue…

Nous nous rendons bien compte que les aspects comiques mettent en valeur des idees que l’auteru a voulu faire passer avec legerete. Mais l’humour n’est il pas un moyen efficace de parer la censure, de detourner l’attention des plus « naifs » et surtout des plus « dangereux ». n’oublions pas qu’aujourd’hui nous possedons des droits, dont la liberte de penser, d’expression; mais dans un contexte de monarchie absolue le mot « droit » n’existe pas. pourtant les artistes ont voulu denoncer les travers d’une vie qu’il ne comprenait pas, heureusement il existe des voix qui se sont elevees pour lutter contre l’intolerance, l’injustice, pour la vie!

Le theatre et l’humour est une arme efficace tel que dans le Mariage de Figaro de Beaumarchais. Dans cette piece l’auteru met en scene deux personnages Figaro, un valet frondeur qui dialogue avec son maitre en apparence, mais se trouve en fait, une longue meditation du valet sur sa condition, sur la remise en cause d’un ordre social. malheuresement, les ecrits des artistes denoncant les problemes sociaux, politiques de leur epoque se sont vus censures, car s’il est compris, l’ecrivain peut entrainer des bouleversements, des progres, ce qui represente un risque pour une societe (aussi inegalitaire soit-elle).

Nous ne pouvons oublier de citer Moliere qui a reussi a se faire un nom au sein de la Cour du Roi Soleil tout en se moquant du ridicule de celle-ci avec Les Precieuses Ridicules, ou des moeurs de son epoque Le Malade Imaginaire, Le Bourgeois Gentilhomme. Cependant il n’evita pas la censure de certaines scenes, mais il s’est fait la lumiere du chemin d’un theatre ou la liberte d’expression a commence a se mettre en place. lus pres de nous Rhinoceros de Ionesco et le theatre de l’absurde nous ouvre la voie de pieces sans limites ou l’homme devient animal, le texte est un veritable plaidoyer sur la difference tout en gardant un ton humouristique, notamment lorque Berenger ne devient pas rhinoceros. Le theme de la difference est evoque et se mele parfaitement a l’humour. Les aspects comiques presents dans un piece de theatre meritent une deuxieme ecoute plus subtile qui doit interpeller le spectateur. en effet, ils servent a denoncer, a caricaturer les ridicules de chaque societe, chaque epoque; mais encore a eviter la censure d’ecrits enrichissants.

Conclusion En guise de conclusion, nous pouvons donc affirmer que le theatre et les aspects comiques ont une double fonction: declencher le rire, une emotion bien evidemment; mais egalement railler, porter l’attention sur les moeurs, les caracteres ridicules tout en conservant un ton leger, voir frivole. Le rire est le propre de l’Homme, pourquoi ne pourrait on pas lier « rire » et « serieux »? Le registre comique au theatre devrait toujours faire echo au mot « reflexion », et devrait inciter le public a decouvrir un message subtil, implicite.

Et ne l’oublions pas, l’humour est une arme efficace pour parer la censure a certaines epoques. Le theatre est un veritable spectacle, un lieu magique qui nous eblouit par son trop-plein d’emotion l’instant d’une piece. Au XVIeme siecle notamment, la scene est un moyen d’expression aussi bien corporel (les acteurs) qu’intellectuels (les repliques) ou l’auteur peut exprimer ses idees, sa vision des choses plus ou moins indirectement. Cependant le theatre est-il le lieu de la plus grande liberte, imagination, ou encore de la folie?