l’engagement

l’engagement

INTRODUCTION Au cours de l’histoire des sociétés humaines, des hommes et des femmes se sont engagés pour des causes ou des Idées déterminées, contre des injustices ou des oppressions, pour défendre leurs droits ou les droits d’autrui. Les situations et les contextes historiques dans lesquels se sont développées ces formes d’engagement individuel ou collectif sont d’une grande pluralité.

Alors même que l’histoire se développe toujours en fonction des questions sans c l’histoire de l’engage contemporaines de l’ gag,’ Toutefois au-delà de éclairer de notre pré ext page sent, l’examen de avec des formes passé peuvent mplique de bien les inscrire dans leur contexte et leur spécificité. C’est aussi au cœur de cette interaction entre passé et présent que se pose la question de la possibilité, de la pertinence et des modes opératoires d’un enseignement et apprentissage de la notion d’engagement.

I. DEFINITION L’engagement est un terme juridique désignant le fait de convenir de participer à une œuvre ou à une entreprise en contrepartie d’un paiement ou d’un salaire (les gages). Ce terme est aussi le CONDITIONS 1- Validité Les personnes doivent avoir la capacité de s’engager (âge), l’objet doit être licite. Faute de quoi l’engagement est réputé ne jamais avoir existé.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Normalement, pour l’engagisme, le contrat durait cinq ans, avec possibilité pour l’engagé de regagner son pays d’origine.

Un pécule, assorti d’une ration quotidienne de nourriture et des vêtements complétaient ce contrat qui devait protéger l’engagé. 2- Légalité Dans les pays industrialisés, la plupart des sortes d’engagement donnent lieu à une loi ou à des usages qui en définissent pour l’essentiel les conditions et les modalités. On parle alors de clauses légales ou coutumières. Les contrats actuels de travail sont inspirés de l’engagement pratique dans les champs de cannes, de coton, d’indigotiers, d’hévéa, des mines, du chemin de fer.

L’engagement est à la base de nombreuses migrations de main-d’œuvre moderne, et aussi du statut légal du travail dans un pays ou au niveau international. 3- Durée Cette durée peut être une durée contractuelle ou l’exécution dune tâche déterminée. Il- FORMES D’ENGAGEMENTS 1- Mariage Le mariage est le mode d’organisation de la conjugalité le plus ancien et le plus répandu. Selon les pays et les époques, il se contracte, ou se défait de manière rituelle, juridique ou religieuse, encadre les règles de fonctionnement du couple marié et fournit un cadre social et légal au développement de la famille.

Le mariage est, en général et selon les sociétés, un engagement réciproque pour la durée de la vie. On parle aussi d’engagement po 2 sociétés, un engagement réciproque pour la durée de la vie. On parle aussi d’engagement pour désigner les fiançailles. 2- Engagements militaires Dans le cadre de l’engagement, au Sénégal par exemple, on ecrutait des soldats par contrat à temps, en sus d’ouvriers de toutes sortes. Gorée a été un lieu où l’engagement a été pratiqué, à la suite de l’abolition de l’esclavage. engagement des soldats a ceci de particulier que sa rupture par l’engagé avant le terme, appelée désertion, donne lieu à des sanctions pénales, pouvant aller jusqu’à la prison ferme (peine militaire + peine civile). En matière de tactique, les règles d’engagement désignent les directives régissant l’emploi de la force armée par les soldats dans un théâtre d’opérations. D’abord, elles définissent le degré t le type de force à laquelle les soldats peuvent avoir recours. Deuxièmement, elles précisent les circonstances et les limites relatives à l’utilisation de cette force.

Elles équivalent à des ordres. 3- Engagements financiers Ils désignent les participations prises par une personne dans une entreprise ou dans le capital d’une société. En finance de marché, l’engagement est le terme désignant la proportion d’actifs investis dans le même secteur. Par exemple, un portefeuille d’actions d’une valeur totale de 500 000 F, avec 100 000 F d’actions dans l’industrie, aurait un engagement de 20 % dans cette industrie. Cette mesure donne des indications pour définir des stratégies limitant le risque qu’on peut avoir en investissant trop sur un même secteur. – Engagement p 3 4- Engagement politique ‘engagement politique est une attitude qui consiste à intervenir dans la VIe de la société. Il s’agit d’un mode de vie, dune manière de voir toutes les disciplines. l’existence qui transcende Cependant, l’engagement prend un sens différent selon le domaine concerné : il peut notamment s’agir de l’engagement ou en tant qu’attitude de revendication, ou en tant qu’objet d’étude. a) L’engagement revendiqué En politique L’engagement politique peut sembler aller de soi, puisque faire de la politique, c’est être actif au sein de la société.

Mais il est nécessaire de différencier l’action (ex: activisme politique) de l’engagement. En littérature La littérature engagée invite le lecteur à réfléchir et à prendre parti dans la cause défendue par celle-ci. Elle soutient en général une cause politique, culturelle, sociale ou même religieuse. Elle regroupe entre autres les auteurs qui se sont engagés d’une manière ou d’une autre. Il a pu s’agir d’écrivains engagés olitiquement (Jean-Paul Sartre, André Malraux, Victor Hugo) écrivant ou non sur la politique.

Il ne s’agit bien sûr pas d’un mouvement et l’engagement est surtout une éthique littéraire traversant l’histoire et donnant naissance au mouvement existentialiste qui né dans l’immédiat après-guerre, avec pour chefs de file Jean-Paul Sartre, Albert Camus et Simone de Beauvoir tente la réconciliation de l’écriture des souffrances intimes 4 et Simone de Beauvoir tente la réconciliation de l’écriture des souffrances intimes et de celle des engagements politiques les plus stricts.

Aussi la négritude est un courant littéraire et politique, créé durant l’entre-deux-guerres, rassemblant des écrivains noirs francophones, dont Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor, Léon-Gontran Damas, Guy Tirolien, Birago Diop et René Depestre notamment. Lié à l’anticolonialisme, ce mouvement influença par la suite nombre de personnes proches du nationalisme noir, s’étendant bien au-delà de l’espace francophone. b) L’engagement en tant qu’objet d’étude Engagement en psychologie sociale En psychologie sociale, l’engagement désigne l’ensemble des conséquences d’un acte sur le comportement et les attitudes.

La notion d’engagement est notamment associée aux travaux de Kiesler dans les années 1960, et ceux de Joule et Beauvois dans les années 2000. L’engagement peut être considéré comme une forme radicale de dissonance cognitive. Le processus d’engagement peut se poursuivre dans un engrenage (escalation of commitment, « escalade dengagement ») souvent mis en évidence dans le cadre des recherches sur la prise de décision dans les organisations. Dans tous les cas, c’est la situation qui détermine le comportement et non pas les attitudes ou la personnalité des participants à l’expérience.

Ces derniers peuvent cependant rationaliser ou justifier ce comportement en l’attribuant à leurs opinions ou à leur volonté. La notion d’engagement peut donc former une explication du changement d’attitude qui prend le contre S notion d’engagement peut donc former une explication du changement d’attitude qui prend le contrepied des approches de persuasion puisque les attitudes deviennent une conséquence du comportement et non l’inverse. Engagement en histoire On peut donner notre engagement pour un acte, un droit ou un passage (une guerre, un combat), mais lié à l’histoire.

C’est le même principe que l’engagement, mais il est, ici, historique. Tout ce que nous savons en histoire, est basé sur des engagements historiques, et donc défendu par des personnes. CONCLUSION Nos recherches nous laissent croire que nous ne reconnaissons pas, dans la société actuelle, l’engagement sous ses formes anciennes. Par contre, si nous modifions notre définition de l’engagement, nous découvrons qu’il subsiste sous des formes nouvelles. Cet exposé permet d’éviter de mettre toutes les formes d’engagement sur le même plan sans tenir compte de leurs spécificités.