L’edit

L’edit

La citoyenneté romaine (avec ses privilèges mais aussi ses devoirs fiscaux) n’était accordée de façon globale qu’aux habitants de l’italien et dans les provinciaux municipales ayant le statut de colonie romaine. Elle pouvait aussi s’acheter, avec transmission à toute la descendance existante et à venir. Peu à peu le nombre de citoyens avait donc augmenté télés élites provinciales en avaient largement profité. La citoyenneté romaine était aussi obtenue après 25 ans de service dans les troupes auxiliaires de l’armée romaine. C’était l’un des particulariserait e la carrière militaire.

Le nouvel édit, en accordant le droit de cité romain à tous les hommes libres de empire vise l’unité morale de l’Empire romain. Au-delà désirées av pour la gloire personne fiscales, énerves, que ce soit inné pour des raisons p g fiscales, il faut également noter que cet édit a pu avoir un impact négatif sur luxueusement de l’armée romaine. En effet, avant 21 2, le principal moyen d’obtenir la citoyenneté romaine résidait dans le service militaire, ce qui attirait nombre de provinciaux. Les raisons qui ont poussé carcéral prendre cette mesure sont al connues.

élargir l’assiette de l’impôt semble improbable, puisque les populations sous domination romaine en payaient aussi. Raffermir le

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
pouvoir du jeune empereur anesthésiant sur le peuple des provinces romaines ? Simplifier les procédures administratives en réduisant le nombre de statuts ? L’historien antique dindon cassais met pourtant en avant la oppositionnelles portée fiscale pour l’édit : en accordant le droit de cité à un grand nombre d’habitants, l’empereur apporte un revenu non négligeable à l’Empire avec l’impôt sur la succession.