Lecture analytique « Saint Denis »

Lecture analytique « Saint Denis »

Le sala « Saint dénis » est l’histoire d’un poète qui chemine à travers la ville ; ce poète à une vision lucide t élogieuse de la ville. C Comment l’auteur Cl En quoi peut-on a C En quoi cette des Dans un premier item pour finir sur la déco I. La poésie dans ce sala A) écriture et musicalité S patrouilleraient Oise dans ce sala Dans le poème « Saint dénis », nous sommes sur un langage oral, un langage écrit avec une originalité dans l’écriture. En effet, ce trouve dans le poème des contractions de mot tel que « j’voudrais » ou des abréviations avec « RÉER » et « macadam ».

AI y a de surcroît l’utilisation du verbal « tu en prends plein le zen », du langage familier avec « panade », « bouffée », « ma vieille cône » et du engage de banlieue avec « Gonesse par ailleurs le poète va empesé swaps etc. nixe page employer du créole et des mots valises, c’est-à-dire des mots qu’il va inventer tel que « arrosais crasseux » et « carrellerai Par ailleurs, il y a un jeu dans la musicalité grâce notamment aux allitérations et

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
aux assonances.

Ainsi nous observons une allitération en [r] avec « si tu préfères, on ira juste derrière » et une assonance en [o] et [i] « après géographie, petite leçon d’histoire Dans la er strophe se trouve une anophèle avec « j’voudrais faire» qui est répété fois en début de vers. Enfin se rouvre un rythme binaire aux vers 40 et 41 séparé par une virgule, les rimes apparaissent donc. Il y a alors formés de langages, un langage oral et un langage poétique.

B) Relation entre le poète et son lecteur Le poète nous fait découvrir Saint dénis, celle-ci apparaît sous différent aspect par différents lieux. Le poète qui nous sert de guide s’adresse directement à celui qui ‘écoute, se dégage alors un aspect d’intimité, de confiance et d’amitié avec le poète avec l’emploi de la eu personne du singulier. L’annonciateur cherche apporter un enseignement, il y a alors une fonction didactique ui se cache derrière le sens de l’enseignement.

Le poète est soucieux de transmettre des informations sérieuses, il recherche l’exactitude avec « j’ai révisé ma géographie » et « je t’apprendrai la danse Le poète parcourt la ville et ce parcours ne se fait par forcement à pied. Les transports en commun montrent la volonté de faire découvrir cette ville avec « ligne D du RÉER » et « le 2 en commun montrent la volonté de faire découvrir cette ville avec « ligne D du RÉER » et « le tramway ». A travers ce parcours le poète nous montre la diversité de sa ville.

Il souligne alors es différents lieux de celle-ci avec « marché de Saint dénis « le sanctuaire des affaires » et « les magasins de souk ». Les références précises telles que « tramways », et « ligne D du RÉER » marquent une description en activité liée à cette ville, ce qui marque le quotidien de ses habitants. Il. La découverte de la ville A) Une découverte par la gastronomie Les différentes gastronomie énoncées avec « maffia à bambou et à mousserons » montrent une faste géographie en une seule ville et donc une diversité culturelle et sociale qui s’en suit.

Le poète nous fait par ailleurs voyager par le RÉER qu’il dit ’emprunter, ce qui permet de nous faire découvrir le marché, la rue de la République ainsi que le café culturel en passant par la Basilique. Grand Corps Malade nous fait alors découvrir les grands pôle de la ville. Nous pouvons d’autant plus souligner que plusieurs noms de grandes villes étrangères sont citées telles que « bambou s’ajoute à cela des références à la gastronomie avec « loyal » et « crêpes de Quimper ce qui amène à une diversité ethnique et caractéristique propre à chaque ethnie.

B) ‘éloge de la ville La découverte prolongée de la ville suit le poète qui en fait un éloge. Cependant, il y a un retour péjoratif car celle-ci est considérée comme délinquante. AI en fia 3 Cependant, il y a un retour péjoratif car celle-ci est considérée comme délinquante. AI en fait quand même un éloge qui est personnifié car le poète la décrit elle « une grande dame », « celle qui voit » et « une vieille femme Elle est assimilée à une mère car le poète écrit « depuis tout petit », ce qui renvoie un aspect maternel et protecteur.

De surcroît, on la situe bien géographiques car « cette banlieue nord de panade » ; elle est bien caractérisée « mille visages », qui est une happe bolée ui caractérise le cosmopolites de Saint dénis. L’utilisation de « caillera land » qui est un mot valise agrandit la ville et lui donne une dimension logique et dédramatisé la connotation du mot racaille. Le poète nous montre son attachement pour Saint dénis avec « Saint dénis entre mon village attachement qui est aussi marquée par « j’connais » qui provoque un aspect presque fusionnée entre le poète et sa ville.

C) Une ville dynamique D’autre part, Saint dénis est une ville Où l’on ne s’ennuie pas notamment avec « les soirées sala ». Cependant « la ville n’est as toute rose » et ce qui est contrasté par le jeu de mots de « 93200 raisons » qui est en réalité le code postale de Saint dénis ; ce cosmopolites compense ce côté négatif de la ville. Celui-ci est de plus marqué par « enfants pas sages » mais il y a un jeu de mots avec « passage » qui montre la volonté d’une violence qui est éphémère.

C’est donc une volonté du poète que d’éradiquer la violence, car celle-ci ternit l’image de la ville C’est donc une volonté du poète que d’éradiquer la violence, car celle-ci ternit l’image de la ville avec « mettre des taquets » pour les délinquants « arracheurs de portables ». Le poète va souligner un autre aspect négatif de la ville : la pauvreté qui transmet par « magasins par chers » et « coins poisseux Cependant les habitants tentent de cacher cette pauvreté par « cheveux peroxyder » ainsi que « le rêve » des racailles.

il a ainsi la recherche d’une reconnaissance sociale. Le poète cherche par ailleurs à nous convaincre, il y a une sorte d’argumenter en faveur de Saint dénis et de la qualité de vie dans cette commune de banlieue, mais le poète à une vision lucide de sa ville. D) L’utilisation des sens Pour que le lecteur s’imprégné dans la ville, le poète va employer ses sens pour que l’on perçoive cette ville avec des odeurs, des bousculades, le goût avec les différentes restaurations, la vue avec « les herbeux bien sapées » et le bruit qui est sous-entendu par le marché et le café culturelle.