L’economie et l’organisation de l’entreprise

L’economie et l’organisation de l’entreprise

Matiere : L’economie et l’organisation de l’entreprise Professeur : F. KHIHEL Chapitre I : Definition et diversite des entreprises L’entreprise a evolue dans son contenu et dans sa perception avec l’evolution des societes. Elle designe l’unite economique dont l’activite aboutit a une vente sur le marche. Elle est le lieu ou se fait la creation de la richesse, permet de mettre en ? uvre des moyens intellectuels, humains, materiels et financiers pour creer des biens et des services. Elle est donc, un systeme ouvert, finalise et organise.

La comptabilite nationale utilise deux criteres pour distinguer entre entreprises privees et publiques : la propriete et le controle public. I/ Le concept d’entreprise L’entreprise est une unite de production des biens et des services, ainsi qu’une unite de repartition des richesses (approche traditionnelle). C’est egalement un systeme (approche systemique) ayant des caracteristiques propres. A/ L’approche traditionnelle de l’entreprise : Selon cette approche (economique), le concept d’entreprise peut avoir deux types de definitions qui proviennent de la dichotomie de la discipline : macroeconomie et microeconomie.

En macroeconomie, l’entreprise peut etre definie comme l’agent economique charge au niveau d’une nation, de la production des biens et des services par opposition aux menages qui sont des consommateurs. 1/

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
L’entreprise en tant qu’unite de production : En microeconomie, l’entreprise peut etre definie comme une organisation structuree et autonome qui combine et remunere des facteurs de production (capital, travail et ressources naturelles) pour produire et vendre des biens et des services sur un marche, en vue de realiser des profits.

Pour fabriquer des biens et des services, l’entreprise (qu’elle soit industrielle ou commerciale) doit combiner differents facteurs de production (inputs) : travail, matiere premiere, marchandises, services, capitaux, energie, produits semi-finis, informations… Figure 1 : Les marches des facteurs de production Facteurs de production Composition Liens avec la production Travail Heures de main d’? uvre du personnel plus ou moins qualifie.

Les salaries de l’entreprise participent a la realisation de plusieurs cycles de production. Capital technique fixe Terrains, immeubles, machines… Ces biens permettent la realisation de plusieurs cycles de production. L’achat de ces biens porte le nom d’investissement. Capital technique circulant Fuel, bois, semi-conducteur, fil… Ces biens disparaissent (fuel) ou sont incorpores au produit fini (bois) a chaque cycle de production. L’utilisation de ces biens porte le nom de consommations intermediaires.

Pour produire, l’entreprise fait recours aux facteurs de production traditionnelle (travail, capital, equipements, matieres premieres et consommables), elle utilise egalement des elements incorporels (information, know how, licences de brevets). L’entreprise transforme ces inputs en outputs (flux de sortie) : produits finis, marchandises, services informations). 2/ L’entreprise en tant qu’unite de repartition : Pendant cette transformation, l’entreprise cree de la richesse (valeur ajoutee). La valeur ajoutee est la difference entre la valeur de la production et celle des consommations intermediaires (ou productives) (inputs).

La richesse nait de la production. La richesse creee par l’entreprise sert a remunerer l’ensemble des agents ayant participe a l’activite de production de l’entreprise. Les revenus naissent de la valeur ajoutee. Les trois principaux beneficiaires de la valeur ajoutee sont les salaries, les apporteurs de capitaux et l’Etat. Une partie de la valeur ajoutee sera gardee par l’entreprise : – Pour compenser la depreciation des equipements uses dans la production (amortissements et provisions pour depreciation) ; – Une partie des benefices non distribues constitue des reserves (pour financer de nouveaux investissements (autofinancement net).