le train

le train

Le sourire de ma mère une année avec Léonard de Vinci Auteur : Marie Sellier. Niveau : 5e Fiche pédagogique élaborée par Adeline Pringault Leguy, professeur certifiée de Lettres Modernes, Docteur en Littérature française. Marie Sellier raconte une année essentielle de la vie d’une jeune servante toscane qui passe de l’enfance à l’âge adulte, au service de Phôte du manoir du Cloux, Léonard de Vinci. Léo moments sous la pro Loire et, bien que so c’est un homme d’un commun, un humani 2 S. ip page ur les bords de la ence hors du nt la science ne s’épanouit pas sans conscience. Ainsi, l’auteur onjugue l’évocation d’une vie adolescente en un véritable roman de formation avec celle du grand génie humain que fut Léonard de Vinci. Le lecteur ne découvre pas seulement le monde de la Renaissance, il assiste aussi à l’éveil des sens. Une des qualités littéraires de cet ouvrage est d’interroger le lecteur sur la manière de dire le monde artistiquement en faisant appel aux cinq sens.

Dans cette étude, nous avons choisi de ne pas insister sur la rencontre de Léonard et de Caterina. Cela peut sembler surprenant tant elle est centrale, mais il nous a semblé que

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
les émotions ressenties par la eune fille et les réactions du peintre constituaient un des pas trop les commenter en classe : chaque élève gardant de sa lecture une part de jardin secret. Les activités proposées autour du roman de Marie Sellier sont des compléments à cette lecture cursive du texte.

La première est un questionnaire de compréhension de lecture traditionnel qui permet de valider les compétences des élèves dans ce domaine. Les autres activités accompagnent le temps de lecture des élèves, en éclairant le texte et élargissant leur champ de connaissances. II s’agit d’activités indépendantes ui pourraient être reliées en séquence, mais dont ce n’est pas la vocation première.

Activités et dominantes Objectif(s) de la séance Activité 1 Lecture Accompagner la lecture des élèves Activité 2 (2h) Lecture / Lexique / Ecriture Activité 5 (1 h) Culture littéraire C Éditions Nathan, 2012 – Marie Sellier, Le Sourire de ma mère Étudier les passages descriptifs Les descriptions du et utiliser le vocabulaire des sens Sourire de ma mère 22 Renaissance Marie Sellier, Le Sourire de ma mère, p. 72-73. – Clément Marot, « De la naissance de Monseigneur le Dauphin L’Adolescence lémentine, 1 526 (poème écrit en 1518). Un dictionnaire. Pendant ou à la fin de la lecture de Marie Sellier, Le Sourire de ma mere Dominante : Lecture Objectif : Accompagner la lecture cursive Support : Marie Sellier, Le sourire de ma mère Compétence : Cl : La maitrise de la langue, item 1-1 : « Lire : adapter son mode de lecture à la nature du texte proposé et à l’objectif poursuivi Le questionnaire de lecture vise uniquement à vérifier la compréhension du texte par les élèves et leur propension à retenir les informations reçues par leur lecture.

Nous l’avons divisé en plusieurs étapes fin qu’il soit aisé de le proposer en cours de lecture pour des élèves en difficulté par exemple, mais il peut aussi bien être réunifié en un seul questionnaire (les questions étant limitées à l’essentiel). Jusqu’à la page 32 1. Présentez le plus précisément possible le personnage de Caterina au début du roman (Quel âge a-t-elle ? Que fait sa famille ? Et quelle place y tient-elle ? Quelle est sa particularité etc). 2. Comment se passe raccouchement de Magdalena ? 3. Comment se passe la naissance de François, fils du roi ? . Que veut nous montrer , contant ces deux histoires fin de ce passage ? Propositions de réponse 1. Caterina est de corpulence assez fragile, menue. Comme elle n’a pas parlé depuis la mort de sa mère, on dit qu’elle est simple d’esprit et muette, mais c’est une grande travailleuse qui prend soin de la maison, de son père et de ses frères et sœurs. Elle doit avoir environ 15 ans. 2. Magdalena est tombée enceinte très jeune et elle est de constitution fragile. L’accouchement se passe mal : elle fait une hémorragie qu’on ne sait pas arrêter et meurt en couches.

L’enfant qui nait est également mort. 3. La naissance de François, fils du roi, est une fête. C’est le roisième enfant de Claude de France, la reine, mais c’est surtout son premier fils (elle en mettra sept au monde : quatre sont nommés dans le roman, les deux sœUrs aînées et le petit frère de François, Henri) : il est gros et bien portant. 4. En racontant ces deux histoires en parallèle, l’auteur met l’accent sur les difficultés liées à la naissance . la naissance d’un enfant entraînait souvent la mort de la mère et ne présageait pas de la survie de l’enfant.

Elle met aussi en évidence la différence de condition entre la famille de travailleurs italiens immigrée en France et la famille du roi. Cependant, il faut noter que les familles royales étaient également touchées par les drames liés aux naissances : Claude de France mourut elle-même en couches, à 24 ans, en mettant au monde son huitième enfant qui ne vécut pas. Plusieurs des enfants royaux de cette fratrie moururent très jeunes : Louise et Charlotte 4 22 cette fratrie moururent très jeunes : Louise et Charlotte à 3 ans et à 8 ans (l’auteur l’évoque p. 28). 5. Caterina part avec le grand Gilles pour remplacer sa sœur qui vient de mourir auprès de Mathurine qui sert Léonard de Vinci. Elle n’a pas le choix : ils ont besoin de uelqu’un immédiatement et la famille n’a pas les moyens de refuser un travail. Jusqu’à la page 80 1. Comment Léonard de Vinci écrit-il ses notes personnelles ? 2. Qu’est-ce que le roi offre à Léonard de Vinci ? Comment l’homme accepte-t-il ce cadeau ? 3. Quel est le tableau qui se trouve près du lit de Léonard de Vinci ?

Pourquoi refuse-t-il de le donner au Roi ? 4. Qu’est-ce que l’Ornitottero ? 5. Décrivez les caractéristiques principales de la chambre de Léonard, telle que la découvre Caterina à sa première visite. 6. Pourquoi Caterina se rend-elle dans la chambre de Léonard en cachette ? 7. Comment fait Caterina pour amadouer le singe de Léonard. @ Éditions Nathan, 2012 2 1. Léonard de Vinci écrit à l’envers : de droite à gauche et comme dans un miroir. 2. Le roi offre un singe à Léonard de Vinci.

Par courtoisie et humilité, Léonard remercie le roi pour son cadeau et fait mine d’en être très satisfait, mais une fois seul, il pense à quel point il n’aime pas les singes et combien il lui est désa réable de devoir s’occuper d’un singe à son âge. s 2 du lit de Léonard qui refuse de l’offrir au roi parce que le tableau n’est pas terminé. Il veut y ajouter « un supplément d’âme » (p. 43). 4. L’Ornitottero est une machine volante que Léonard de Vinci est en train de concevoir avec son disciple Melzi. Voler a toujours été son rêve et il projette de construire cette machine, persuadé que les hommes voleront un jour. . La chambre de Léonard est très lumineuse. Elle possède peu de meubles : un lit, un coffre, une table, et est parée de lourds tissus : rideaux, tapisseries… Et Caterina remarque surtout le portrait de Mona Lisa, car elle trouve que son sourire ressemble à celui de sa mere. 6. Caterina entre dans la chambre de Léonard pour contempler le tableau et lui parler comme s’il s’agissait de sa propre mère et omme si elle était vivante. 7. Elle lui apporte des friandises et le cale sur son épaule. Jusqu’à la fin 1. Racontez comment Léonard de Vinci rencontre Caterina ? Donnez les détails des circonstances et l’humeur des personnages) 2. Qu’est-ce que la Merveille ? Qu’en fait Léonard de Vinci ? 3. Pourquoi Léonard de Vinci s’intéresse-t-il à la jeune Caterina ? 4 Qu’est-ce que Léonard de Vinci a peint à travers le portrait de Mona Lisa ? 5. Quel projet Léonard formule-t-il pour Caterina qu’il réalisera avec l’aide de Melzi ? 6. Quel est l’oiseau que Caterina offre à Léonard de Vinci ? Que ait-il de son cadeau ? 7. Qu’est-ce que Léonard de Vinci a inventé pour remercier le roi de son hospitalité ? 8.

Pourquoi Caterina est-elle d’abord très méfiante vis 6 2 pour remercier le roi de son hospitalité ? 8. Pourquoi Caterina est-elle d’abord très méfiante vis-à-vis des hommes ? Qu’est-ce (ou qui est-ce) qui l’amadoue ? 1. un jour que Caterina était montée dans la chambre de Léonard pour voir le tableau, Léonard rentre et la découvre parlant avec le portrait, le singe sur l’épaule. Il ne se fâche pas (contrairement à Melzi et ? Battista qui sont comme jaloux de Pattention que Léonard porte ? Caterina), mais essaie de dialoguer avec elle, n’écoutant pas Battista et essayant de comprendre pourquoi Caterina ne parle pas.

Il remarque qu’elle est sourde, mais croit qu’elle n’est pas complètement sourde et qu’il pourra l’aider à retrouver l’ouïe. 2. La Merveille est une corne que Léonard va prêter à Caterina pour qu’elle lui serve d’amplificateur et qu’elle entende le monde qui l’entoure. 3. Léonard de Vinci s’intéresse à Caterina, car sa mère se prénommait aussi Caterina et était originaire du même village, Anchiano. Il lui trouve, en plus, une forte ressemblance avec sa mère, comme il avait rouvé la même ressemblance avec le modèle de sa Joconde, Mona Lisa. . Léonard de Vinci a peint, à travers ce portrait, un idéal féminin, le symbole de la beauté, qui dépasse la personne peinte et les souvenirs des autres femmes (en particulier de sa mère) que le peintre y laisse (François 1er en faisait déjà la remarque p. 42-43). 5. Léonard veut faire progresser Caterina pour qu’elle retrouve la parole et une diction claire. Melzi rentraînera souvent, c progresser Caterina pour qu’elle retrouve la parole et une diction claire. Melzi l’entraînera souvent, car c’est seulement en pratiquant qu’elle progressera.

Trois fois par semaine, Melzi lui fera répéter des suites de mots pour corriger sa prononciation (p. 101). 6. Caterina offre un chardonneret en cage à Léonard. Celui-ci ouvre la cage et lui rend la liberté, car il sait que le chardonneret préfère mourir que d’être emprisonné. 7. Léonard de Vinci a Inventé et organisé des fêtes et un divertissement nommé « Le paradis sur terre » : des plats rares et fins sont prévus, un décor somptueux est dressé en plein air, des bougies sont installées, des danses préparées et de la musique. . pour Caterina, ramour entre un homme et une femme pporte systématiquement une grossesse et donc la mort assurée dans de grandes souffrances. Après les expériences de sa mère et de sa sœur, on peut comprendre qu’elle soit réticente. Battista s’approche d’elle avec douceur et lui procure beaucoup de tendresse et de complicité sans aucune violence et sans la forcer à autre chose. Activité 2 mère Dominante : Lecture – Lexique – Ecriture Objectif : Étudier les passages descriptifs et utiliser le vocabulaire des sens dans un texte réd’gé Support : Les descriptions du Sourire de ma mère Compétence : Cl : La Maitrise de la langue française, Item 2-4 : « ?crire : utiliser ses capacités de raisonnement, ses connaissances sur la la « Écrire : utiliser ses capacités de raisonnement, ses connaissances sur la langue, savoir faire appel à des outils variés pour améliorer son texte » Plusieurs courtes descriptions émaillent le texte de Marie Sellier. Le professeur en regroupe quelques-unes pour les étudier.

Pour ce travail, nous avons volontairement écarté les portraits sur lesquels le professeur peut aussi organiser une étude suivie d’une activité d’écriture, mais qui nous semblaient moins variés dans leur forme et leur utilisation du lexique sérer une description dans un récit Lisez les extraits suivants et dites ce qui déclenche la description : phrase ou verbe introducteur, geste(s) du personnage… Extrait 1 « Son regard se perd par l’étroite fenêtre à meneaux, en direction des tours du château d’Amboise dont l’élégante découpe se distingue à peine dans la brume dorée qui monte de la Loire.

Ses yeux, cernés de petites rides, ont la couleur incertaine des fleuves en hiver : vert, bleu trouble et gris. Et sa longue barbe blanche ruisselle en cascade d’écume sur le large col de martre du confortable manteau fourré qu’il n’a pas quitté de l’hiver » (p. 3). Extrait 2 « Caterina lève les yeux. Les fenêtres du manoir découpent leurs fines ogives sur la façade rose et la tour aux gargouilles de pierre semble partir à Passaut d’un ciel où s’étirent de grands chariots de nuages. Cette grandeur sur l’infini de l’es ace lui fait tourner la tête » (p. ? (P. 55). Extrait 3 « Le ciel lavé par la pluie est couleur myosotis et un grand soleil fait paraître plus vert encore le vert tendre des feuilles. Les giroflées et les freesias embaument. Caterina enjambe la petite palissade en pieux de châtaigniers qui enclot le potager. ICI pousseront bientôt, ans des carrés sagement cernés de buis, le poireau bleu, l’asperge vert jade, le radis rose, la betterave en robe rouge et les pois vert cru. Les jeunes pousses crèvent déj? les tumulus de terre sombre.

Elle cueille un bouquet de persil, extrait une betterave bien ronde. Les pigeons roucoulent dans le pigeonnier voisin. En chemin, elle ramasse trois feuilles de laurier. Elle aime ce jardin où le sauvage côtoie le très ordonné, ce jardin plein de promesses où l’été déjà Sannonce ? mille détails. Il lui est plus familier que le manoir obscur, où tout lui paraît si grand, si étrangement nouveau. De loin, elle aperçoit, dans la cour, un cavalier qui saute vivement de cheval et se dirige vers la porte en faisant claquer ses bottes.

Plus tard, alors qu’elle frotte le sol de pierre à grande eau, elle le voit encore, de la fenêtre du premier étage, repartir, cette fois en compagnie d’un homme auréolé de cheveux blancs et vêtu d’une courte cape noire. Bien qu’elle ne l’ait encore jamais rencontré, elle sait que c’est Léonard de Vinci. Alors, laissant là son ouvrage, elle se glisse dans la chambre du maître. Et tant pis si Mathurine lui a interdit d’y pénétrer en dehors du ménage hebdomadaire ! Personne ne la verra. Elle 0 2