Le temps des lumieres

Le temps des lumieres

Voltaire et le temps des lumieres. Siecle des lumieres Le siecle des lumieres est un mouvement du XVIII° siecle, marque par la philosophique et les sciences. L’image des lumieres etait souvent employee a l’epoque par les ecrivains et les penseurs. Les lumieres regroupent principalement les domaines scientifiques et philosophiques. Cette philosophie defend les valeurs de la liberte et denonce l’intolerance. Les ecrivains veulent assurer le bonheur de leurs concitoyens. L’histoire du mot La philosophie designe l’amour de la sagesse, celle-ci est caracterisee de deux manieres au XVII° siecle.

Le philosophe ne croit que ce qui est demontre. Il refuse la verite imposee par la religion et la politique. C’est avant tout un homme engage, il se bat contre l’ignorance et l’injustice. Il veut le bonheur de tous. C’est grace au progres de la science que le mot lumiere est apparu et veut rassembler l’ensemble des connaissances. Principes et theme des lumieres -Le regne d’une raison militante Les philosophes veulent rendre accessible a tous les connaissances pour ameliorer la societe, en se servant des mathematiques de la physique. Le model naturel Montesquieu pense que l’homme doit s’influencer des lois dictees par Dieu. Mais l’etre humain va se retourner vers les lois naturelles. -La

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
critique de la religion Les eglises sont montrees comme intolerantes. Les deistes sont des croyants, qui refusent les croyances sans principes, et les rituels superstitieux. Les athees, eux n’ont aucune religion, appuient la morale sur la responsabilite de l’etre humain. Le classique est remis aussi en question, par exemple Diderot rejette l’existence de Dieu. -La critique de la politique

L’interet collectif du citoyen nait. La monarchie absolue est mise en cause. Le consentement populaire apparait comme l’unique pouvoir. -La critique sociale La noblesse et du clerge perdent leurs privileges. La liberte et l’egalite des individus s’inscrivent dans les droits de l’homme. -Le progres de l’esprit humain Voltaire s’est battu pour la tolerance, le respect des religions et pour le droit a la dignite humaine, et contre l’esclavagisme. -L’arme de la critique philosophique Le philosophe se sert de la science pour transmettre une lecon de sagesse.

Biographie Voltaire Voltaire de son vrai nom Francois Marie Arquet est ne a Paris le 21novembre 1654. Ce fils d’une famille de la haute bourgeoisie, restera marque par son milieu. Eleve par les jesuites a Louis Le Grand, ou il recoit une formation classique qui developpera son gout pour le theatre et la poesie. Voltaire a son adolescence frequente la societe du temple, ou se retrouvent les libertins et beaux esprits qui defendent l’idee du plaisir et pronent une philosophie deiste selon laquelle la nature est creee par un Dieu.

Il fut exile deux fois en province en 1716 pour avoir ecrit des poemes satiriques contre le Regent Philippe III d’Orleans, puis enferme pendant 11mois a la Bastille de 1717 a 1718. Il prend alors un nouveau nom celui de Voltaire. Il en ressort entoure de fideles protecteurs qui apprecient ses uvres notamment « ‘dipe » et « la ligue », rebaptisee « la Henriade ». Voltaire connaissait la gloire et la fortune en tant que tragedien, mais son succes ne l’empecha pas de ressentir une jalousie et une admiration secrete pour Corneille.

C’est aussi un homme qui aime les femmes et devient l’amant des comediennes les plus celebres. La brutalite due a la jalousie des autres hommes envers lui, entraina voltaire a demander reparation et se retrouva a nouveau enferme a la Bastille, a sa sortie, il fut exile en Angleterre ou il y restera 3ans. C’est ainsi qu’il fit l’eloge dans « les lettres philosophiques ». Grand admirateur du XVII° siecle, il chercha a s’egaler aux ecrivains classiques, dans l’epopee et la tragedie.

Cependant, il reste surtout pour l’Europe un grand auteur de l’esprit et des idees philosophiques, qu’il repond par ses poemes, ses contes, ses essais historiques, son dictionnaire philosophique et ses campagnes en faveur des victimes d’erreurs judiciaires. Idole d’une bourgeoisie liberale et anticlericale (oppose a l’intervention du clerge dans la vie publique), il reste un maitre du recit vif et spirituel. Il moura en 1778. Voltaire et les lumieres Voltaire appartient bel et bien au mouvement litteraire des lumieres. Pas seulement parce qu’il est du meme siecle, mais par son ecriture.

C’est un auteur de grand talent qui a su se devoiler, malgre un debut difficile, face au public avec ses uvres tout aussi remarquables les unes que les autres. Le siecle des lumieres accentue la philosophie, la science, ainsi que la critique religieuse, sociale, politique et humaine. C’est ce qui est denonce dans la plupart des uvres de voltaire d’ailleurs, comme par exemple ses « lettres philosophiques », qui denoncent la religion. Ou encore dans « Micromegas », ou Voltaire veut donner son point de vue a l’egard des hommes pour mieux denoncer ce qu’il condamne.

L’auteur veut que ses lecteurs se reconnaissent dans ses contes pour qu’ils privilegient la sagesse et non le mal, qu’ils rectifient leur conduite intolerable, c’est son but. Diderot, Voltaire et Saint Lambert sont les trois grandes voix du siecle des lumieres, une uvre de chacun d’eux fut recueillie dans un livre intitule « les trois contes philosophiques ». Tout les trois critiquent legerement et ironiquement mais en etant percutant les travers de la societe. Bibliographie * ‘dipe, 1718 * La Henriade, 1728 * Histoire de Charles XII, 1730 * Brutus, 1730 * Zaire, 1732 * Le temple du gout, 1733 Lettres anglaises ou Lettres philosophiques, 1734 * Adelaide du Guesclin, 1734 * Mahomet, 1736 * Mondain, 1736 * Epitre sur Newton, 1736 * Traite de metaphysique, 1736 * L’Enfant prodigue, 1736 * Essai sur la nature du feu, 1738 * Elements de la philosophie de Newton, 1738 * Zulime, 1740 * Le fanatisme ou Mahomet le prophete, 1741 * Merope, 1743 * Zadig (ou La Destinee), 1748 * Le monde comme il va, 1748 * Nanine, ou le Pejuge vaincu, 1749 * Le Siecle de Louis XIV, 1751 * Micromegas, 1752 * Poeme sur le desastre de Lisbonne, 1756 * Essai sur les m urs et l’esprit des Nations, 1756 Histoire des voyages de Scarmentado ecrite par lui-meme, 1756 * Candide ou l’Optimisme, 1759 * Tancrede, 1760 * L’histoire d’un bon bramin, 1761 * La Pucelle d’Orleans, 1762 * Traite sur la tolerance, 1763 * Ce qui plait aux dames, 1764 * Dictionnaire philosophique portatif, 1764 * Jeannot et Colin, 1764 * De l’horrible danger de la lecture, 1765 * Petite digression, 1766 * Le Philosophe ignorant, 1766 * L’ingenu, 1767 * La Princesse de Babylone, 1768 * Questions sur l’Encyclopedie, 1770 * Les lettres de Memmius, 1771 * Il faut prendre un parti, 1772 * Le Cri du Sang Innocent, 1775 * De l’ame, 1776 * Dialogues d’Euhemere, 1777