Le romantisme noir

Le romantisme noir

Le romantisme noir Le « romantisme noir » et l’oppose de ce qu’on nomme parfois le romantisme « noble » des Vigny, Musset et consorts. Les romantiques noirs pour la plupart formaient sciemment un « cenacle » et se nommaient eux-memes les « Jeunes-France ». Ils sont en quelque sorte un mouvement marginal au sein du mouvement plus large du romantisme. Par leur position excentree et revoltee, ils interrogent les divisions memes du champ litteraire, qui bien souvent reproduisent les divisions sociales et ideologiques du monde environnant.

Aussi leurs ? uvres, plus celles des romantiques « officiels », portent-elles la trace des crises esthetiques qui ont bouleverse la poesie du XIXeme siecle, et ouvert la voie a la modernite. On appelle romantisme noir un courant qui s’est developpe a partir des annees 1830 dans le cadre plus general du romantisme. S’ils partagent avec les romantiques plus celebres bien des traits communs, les auteurs que l’on peut rassembler ous ce termes en accentuent certaines tendances, en particulier le gout pour le gothique, le macabre, l’ironie, la cruaute, l’onirisme, le fantastique ou l’occultisme. Chez beaucoup d’entre eux, la preoccupation sociale est egalement plus marquee, et va souvent jusqu’a des revendications clairement republicaines. En outre, ces « petits romantiques » demeurent en dehors des circuits de la

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
notoriete et de la vie mondaine, ce qui les differencie des « romantiques nobles » que seraient Chateaubriand, Lamartine ou Musset par exemple.

Le groupe des « Jeunes-France » est representatif du romantisme noir. Leur radicalisme leur vaut parfois le nom de « bousingots » ou de « frenetiques ». Le plus connu d’entre eux est Theophile Gauthier, autour duquel se rassemblent des ecrivains comme Nerval, Petrus Borel, O’Neddy ou Mac-Keat. Mais on peut etendre l’appellation de romantisme noir a des auteurs comme Nodier ou Aloysius Bertrand, qui n’ont pas fait partie de ce cenacle.