le romantisme

le romantisme

Le romantisme est un courant littéraire né à la fin du XVIIIe siècle, il met l’accent sur l’expression des émotions, des sentiments. Malgré le retentissement qu’il a eu, tant à son époque qu’aux décennies suivantes, le romantisme, n’a vraiment existé en France qu’une vingtaine d’années entre 1820 et 1845. Les origines du romantisme 1. La naissance du romantisme La naissance du romantisme s’explique par le contexte historique et social du début du XIXe siècle: le décalage entre les espoirs engendrés par la Révolution et la réalité historique (chute de

Napoléon, début de la Restauration… ) crée dans les milieux intellectuels un malai décrit par Musset da 1835. Le romantisme de cet écartèlement 2. Le mouvement du Svipe nextp g mal du siècle Y, fant du siècle de ssion de ce trouble, ouslasme. Le mouvement romantique prend son essor quand, sous la Restauration, Hugo crée un cénacle où se réunissent des jeunes artistes, écrivains mais aussi peintres et musiciens, qui le soutiendront lors de la « bataille Y, d’Hernani, pièce ayant choqué au moment de sa création tant elle était opposée aux règles du héâtre classique.

Il est cependant possible de faire remonter les origines du romantisme français au siècle précédent où

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Rousseau, dans La Nouvelle Hélo-lse mais aussi dans Les Confessions, revendique une littérature de la sensibilité opposée au rationalisme des philosoph to next page philosophes. Au début de XIXe siècle, Chateaubriand, dans les Mémoires d’outre-tombe ou dans René, évoque déj? l’insatisfaction des futurs romantiques.

Mais ceux-ci voient plutôt en Goethe (écrivain et poète allemand, 1749-1832) leur père pirituel et considèrent Les Souffrances du jeune Werther (1774) et les Affinités électives (1820) comme de purs chefs-d’œuvre romantiques. Il- Les caractéristiques du romantisme 1. Le « moi » Refusant le modèle de la littérature classique du XVIIe siècle, les romantiques érigent l’individu en valeur suprême. La poésie romantique devient alors une poésie lyrique consacrée à l’expression de sentiments personnels souvent proches du désespoir et teintés de nostalgie.

Les thèmes favoris des romantiques sont la souffrance causée par l’amour, la douleur dace au temps qui passe (cf. ? Le lac » de Lamartine dont un extrait est présenté ci-contre), la nostalgie de l’enfance… Seule la nature peut offrir une consolation lorsque ses paysages (bords de mer secoués par la tempête, landes sauvages, forêts profondes… ) sont en accord avec l’état d’âme du poète. 1- Le besoin d’invasion Pour échapper à leur malaise existentiel, les romantiques cherchent à fuir le monde présent par les voyages, un repli sur le passé ou par les rêves. our oublier leur tristesse quotidienne, les romantiques partent pour lointaines contrées. Ainsi, Musset arcourt l’Italie avec George Sand puis s’en inspire pour écrire ses poèmes. Mais le voyage peut aussi se faire dans le temps grâce ? la redécouverte d’œuvres oubliées: la littérature du Moyen Age, les légendes germaniques, les textes de la Renaissan 2 OF s la littérature du Moyen Age, les légendes germaniques, les textes de la Renaissance italienne sont remis à l’honneur et servent de base au renouvellement de l’esthétique du XIXe siècle.

Les romantiques voyagent aussi dans leur imagination et cherchent refuge dans le rêve, créant des univers oniriques parfois proches u fantastique, comme c’est le cas chez Nodier et Gautier. Ill- Les auteurs 1. Les précurseurs – Jean-Jacques Rousseau se démarque sensiblement du mouvement des Lumières dont il est pourtant contemporain. Dans la dernière partie de sa vie, il se consacre essentiellement à une œuvre autobiographique au centre de laquelle il place le « moi », comme jamais on ne l’avait fait auparavant. ? Je forme une entreprise qui n’eut jamais d’exemple et dont l’imitation n’aura point d’imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet omme ce sera moi. » ROUSSEAU, Les Confessions, 1765-1770 Madame de Staël occupe dans l’histoire littéraire une place importante : elle et Chateaubriand sont les deux grands initiateurs du romantisme. Dans l’histoire des idées politiques, son rôle est plus secondaire. Elle n’a pas à proprement parler une philosophie politique.

Elle s’est déclarée tour à tour en faveur de la République et de la monarchie constitutionnelle. La démocratie l’effrayait : elle ne comprenait et n’aimait pas le peuple. Elle n’a guère aperçu les problèmes sociaux sous les problèmes olitiques. Elle n’a pas apporté à l’étude de ceux-ci une méthode originale et neuve. Mais il reste qu’elle est, avec Benjamin Constant, le plus brillant représentant des idées 3 OF s neuve. Mais il reste qu’elle est, avec Benjamin Constant, le plus brillant représentant des idées libérales. Chateaubriand est l’un des écrivains pionniers du courant de romantisme dans la littérature française; même, il serait convenant de dire qu’il est le précurseur de ce courant. Tout d’abord chronologiquement il l’est, mais aussi c’est avec lui u’on a observé un tel partage du monde intérieur et personnel d’un écrivain pour la première fois dans la littérature française. Effectivement auparavant, Jean-Jacques de Rousseau, il avait aussi écrit à propos de son monde personnel dans certains des ses œuvres notamment dans une sorte d’autobiographie.

Toutefois, dans les œuvres de Chateaubriand il existe tellement des émotions personnelles et un monde créé avec autant des sentiments et de subjectivité qu’elles font référence pour le début d’un nouvel courant dans la littérature française, ce qu’on appelle omantisme. 2. Les auteurs majeurs – Alphonse de Lamartine (1790-1869) se fait connaitre d’abord par ses œuvres poétiques Les Méditations Poétiques, hymne ? l’amour et au bonheur de l’instant. Jocelyn ou la chute d’un ange révèlent sa passion religieuse et l’Histoire des Girondins son intérêt pour la Révolution. Alfred de Vigny (1797-1863) est plus pessimiste. Il est hanté par l’idée de la mort et de la solitude comme dans ses poèmes de Moise, de La Mort du Loup, du Mont des oliviers – ou dans le drame de ses héros de romans comme Stella, Cinq Mars, Fabrice es Servitudes et Grandeurs Militaires. – Victor Hugo (1802-1885) le plus grand et le plus durable des romantiques. II a été poète: Odes et Ballades, dram 4 OF S (1802-1885) le plus grand et le plus durable des romantiques.

II a été poète: Odes et Ballades, dramaturge: Hernani, Les Burgraves, romancier: Notre Dame de Paris, les Misérables. Au début royaliste, il est devenu ensuite très républicain, très opposé ? Napoléon 111: les Châtiments. – Alfred de Musset (1810-1857), amoureux transi, dialogue avec les muses, écrit la Confession d’un enfant du siècle et le drame de Lorenzaccio. – Gérard de Newal (1808-1855) est un jeune homme malheureux qui s’évade dans les voyages: Voyage en Orient, dans la poésie: Sylvie , dans la folie: Aurélia et enfin dans le suicide. Honoré de Balzac (1799-1850) est un romancier fleuve qui écrit la Comédie humaine, peinture de la société de son temps, dont certains caractères sont demeurés célèbres: le père Goriot, Rastignac, Eugénie Grandet. – Georges Sand, grande romantique, passionnée par la libération de la femme, amoureuse de Musset et de Chopin, très intéressée ar la Révolution ainsi que la campagne: François le Champi – la Petite Fadette. – Stendhal (1783-1842) est un romancier passionné de l’Italie.

II crée le type de Julien Sorel, amoureux et ambitieux: le Rouge et le Noir, de Fabrice, doux héros révolutionnaire de la Chartreuse de Parme. Conclusion Pour conclure, nous pouvons dire que le romantisme cherche l’évasion dans le rêve, dans l’exotisme ou le passé, exalte le goût du mystère et du fantastique. Il réclame la libre expression de la sensibilité et prônant le culte du « moi », affirme son opposition ? l’idéal classique S OF s