Le roman

Le roman

Le XIXe siecle, c’est le triomphe du roman. Deux genres principaux s’entrechoquent, le realisme et le naturalisme, dictes par Stendhal, Balzac, Zola ou encore Flaubert. Stendhal situe ses romans dans une epoque recente en s’ecartant du genre historique. Ainsi il ouvre la voie d’un realisme nouveau, et entend «  fonder sa fiction sur l’etude du vrai et copier la realite d’apres nature. » C’est pour cela que dans le Rouge et le Noir, Saint-Real affirme qu’« un roman, c’est un miroir que l’on promene le long du chemin. » Nous nous demanderons si le roman est un miroir fidele de la realite.

Pour cela nous montrerons dans un premier temps en quoi le roman est-il une peinture exacte de la realite, puis nous etudierons dans une deuxieme partie ce que deforme l’auteur par rapport a la realite. Enfin, nous nous interesserons a la fonction du roman, qui est de mieux nous montrer la realite, par un instrument d’optique. I – L’ambition du realisme, c’est de « montrer la verite, rien que la verite. » Ainsi le roman est un miroir de la realite, son reflet exact. Le roman est une peinture du contexte ou il a ete ecrit.

En effet, il represente la societe,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
ou est tout simplement un exemple emprunte a cette societe. Dans le Rouge et le Noir, Stendhal nous donne un reflet de son epoque, et fait de son roman un miroir de la societe, de la politique et de la religion. C’est une fresque sociale. C’est pour cela que l’auteur lui a donne le sous-titre de « Chronique de 1930 », car l’histoire est a la base empruntee a un fait divers publie dans la Gazette des tribunaux. Ainsi, l’auteur fait une denonciation de l’emprise de la religion et de la rigidite de la societe des deux Restaurations.

La politique fait partie integrante du roman, car elle occupe une place principale dans la societe du XIXe siecle. Car pour Stendhal, le roman, miroir de la realite, doit etre lie a l’actualite. Et si les personnages ne parlent pas de politique, alors le livre ne serait plus un miroir car la politique sert a la construction des personnages dont elle es le sujet de conversation par excellence, ce qui est un gage de realisme pour l’? uvre. De plus, Stendhal nous fais une description precise du decor, notamment de Verrieres, des le debut du livre.

Paradoxalement, dans Pierre et Jean de Maupassant, les lieux sont egalement minutieusement presentes, dans une epoque precise a la fin du XIXe siecle, avec des informations sur la Normandie. Dans cette ? uvre, Maupassant nous fais une peinture de la petite bourgeoisie, des problemes de l’argent, et de l’heredite, sujets principaux de son epoque. Dans Manon Lescaut, c’est le theme de l’argent qui domine. Par ce livre, l’auteur denonce une grande partie de sa societe, qui est pervertie par l’argent, et est prete a tout pour en posseder.

Le roman etant un reflet exact de la societe, il aurait ete surprenant d’y voir des personnages idealises. C’est pour cela que dans le Pere Goriot, Balzac y cree des personnages de la vie de tous les jours, qui essayent d’echapper a leur condition. La societe est non idealise, par consequent, les personnages le sont aussi. Ainsi le personnage principal est Eugene de Rastignac, un jeune etudiant qui se fait aider par un ancien forcat Vautrin, qui lui donne des conseils pour reussir, notamment par les femmes. Dans Le Rouge et le Noir de Stendhal, les personnages sont identiques au reel, et representent leur societe.

Ainsi on peut voir un ton « naturel », celui de la conversation avec notamment des mots en italiques. Les enonces sont rattaches a leur situation d’enonciation, ce qui traduit une trace d’oralite. Finalement, ces romans semblent raconter une histoire reelle, banale, qui peut arriver a tout le monde. Il n’y a pas d’aventure extraordinaire ou exceptionnelle. L’histoire de Julien est simple, II – Cependant, bien que les ? uvres realistes se veulent donner une image fidele de la realite, cette image n’est pas toute a fait exacte, car un roman est avant tout une fiction, une aventure inventee et subjective.

Les ecrivains realistes ont pour but de donner dans leurs romans une vision de la vie proche de la realite, sans en cacher la laideur. Cependant, le romancier supprime quelques parties de son recit, trop banales ou repetitives. En effet, s’il racontait exactement tout, en detail, le lecteur se lasserait vite. Ainsi dans Manon Lescaut de L’Abbe Prevost, les evenements passes entre la mort de l’heroine et l’arrivee de Tiberge au Nouvel Orleans sont passes sous silence, car ils sont surement peu interessants pour l’histoire.

De meme pour la mort de Mme de Renal dans le Rouge et le Noir, qui n’est annonce qu’en une phrase. Quant a la presentation de la ville de Verrieres, l’auteur y presente le paysage, pour ensuite en faire une critique des habitants. Ainsi faire vrai ne consiste pas forcement a raconter tout le reel. Pour Maupassant, « parler du reel, meme de maniere realiste c’est forcement tricher un peu ». De plus l’ecrivain peut exagerer les faits de son recit pour ainsi amplifier les mesaventures des personnages par exemple. C’est ce procede qui est utilise dans Manon Lescaut. En effet l’? vre se construit sur un schema repetitif, avec plusieurs trahisons, arrestations de la part des personnages. On a l’impression que l’auteur a renouvele les mesaventures des personnages pour justement montrer la perversion de la societe. Il accentue donc les faits et gestes des personnages. Tout cela traduit un travail de selection de la part de l’auteur. Le realisme se transforme peu a peu en illusion realiste. Ainsi pour Maupassant « faire vrai consister a donner l’illusion complete du vrai suivant la logique ordinaire des faits, et non les transcrire servilement dans le pele-mele de leur succession. Les elements de l’histoire sont donnes dans un ordre precis, de sorte a arriver a une fin culminante, la revelation. III – Finalement, le romancier est assez subjectif. En effet, il nous decrit le reel, celui de sa societe, mais seulement selon son point de vue. Ainsi dans les Rougon-Macquart, la vision est tres pessimiste, les personnages sont mauvais, le vice regne … La vie sous le Second Empire devait avoir bien sur de mauvais cotes, mais pas seulement. Il en est de meme dans Pierre et Jean.

Le pessimisme de Maupassant est perceptible a travers sa vision negative du mariage, lors de la desillusion de Jean. Dans Le Rouge et le Noir, l’histoire se deroule en entier dans le rayon de Julien. Ainsi, nous n’avons que son avis sur la societe. Les contes utopiques sont une representation d’une realite ideale et sans defaut. Ainsi, l’auteur nous montre la realite, ses problemes. Cela correspond a un miroir deformant, qui sert d’instrument d’optique, tels des verres grossissants.