Le roman

Le roman

Quelques regles visant a definir le roman « realiste »( selon Philippe Hamon, « Un discours contraint », apud Litterature et realite, Point, Seuil. ) – Resume La lisibilite du roman realiste (facteurs materiels, grammaticaux), est produite par l’homogeneite, l’autonomie, la stabilite typographique (pas de changement de caracteres typographiques) en plus des regles du genre (vraisemblable, le « heros),etc. Cette lisibilite est renforcee par la repetition et la redondance et par la coherence. l) Presence d’analepses (flash-back) et de prolepses (predictions), c’est-a-dire le souvenir, ’enfance, la famille, l’heredite, la tradition ou, au contraire, les previsions. 2) La motivation psychologique des personnages. 3) L’histoire parallele : le recit est embraye sur l’Histoire (avec des references, noms propres, dates, noms de villes, citations. 4)Parfois la « motivation » des noms propres ou des surnoms : l’usurier s’appelle « Picsou », le borgne « Leborgne » etc. Cette motivation est accentuee par l’entourage, car le personnage realiste n’est jamais seul (amis, rencontres, promenades, connaissances, etc. ) 5) Le texte realiste peut jouer sur une « complementarite semiologique », c’est-a-dire des mages (films, tableaux, operas). Le texte realiste est « racontable ». ` 6)Il y a toujours quelqu’un qui detient le savoir, le narrateur ou

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
un personnage delegue : certains textes realistes font parler des docteurs, des techniciens, des ouvriers qui nous renseignent sur leurs metiers, d’ou une fonction didactique du roman realiste. Il arrive aussi qu’on nous donne a voir une realite (fenetre, balcon, points de vue). Parfois le narrateur ou le personnage-qui-sait nous renseigne aussi sur des secrets, nouvelles, medisances, confidences, agots, vantardise, plainte, recrimination d’un ou de plusieurs personnages sur les autres.. ;le discours realiste est ainsi didactique et discours d’autorite. 7) La redondance se manifeste au niveau (a) de la description du milieu ; (b) des lieux d’activite (caserne, maison, eglise,etc. ) ; (c) des metiers. 8) Le texte realiste est descriptif : la description peut avoir plusieurs formes (nomination, classification, predication, etc. ) 9) La pretendue autorite du narrateur peut etre renforcee par des formules : « racontez votre histoire », « on m’a raconte cette histoire », les prefaces, notes, etc. 0) Le discours realiste, comme le discours pedagogique, refusera en general la reference au proces de l’enonciation pour tendre a une ecriture transparente, monopolisee par la seule transmission d’une information. Dans ce sens il a recours a tres peu de modalisateurs (« peutetre », les guillemets, les mots en italiques, des verbes qui nuancent les affirmations : sembler, paraitre,etc. ). Il s’agit d’un discours « serieux ». 11) Le discours realiste met en difficulte la notion du « heros » (Zola : « le roman naturaliste fatalement tue le heros »), qui est fait d’une seule piece.

Il est necessaire qu’il y ait des personnages contradictoires pour qu’il y ait « heros » (le mechant, le bon, le traitre, l’ami fidele). Mais lorsque l’auteur accentue trop le caractere d’un heros, il tend a reintroduire le romanesque, l’heroique et le merveilleux, ce qui ne releve plus du roman realiste. La solution est alors de « defocaliser », en variant les points de vue. « D’ou le discontinu de leur vie affective ou physiologique, faite souvent d’une alternance de moments de sante et de maladies, de dilatations euphoriques et de repliements dysphoriques, parallele aux modes de eplacement du personnage, a complexite (monde ouvert, foisonnant, discontinu) ou a la simplicite (monde simple, clos) du milieu qu’il traverse » (p. 155). 12) Le discours realiste se caracterise aussi par une tendance a la monosemie des termes et des unites manipulees par le recit afin de reduire l’ambiguite du recit.? 13) « Au niveau des personnages, le discours realiste, toujours a la recherche de la transparence et de la circulation des savoirs, s’efforcera de faire tendre vers zero la distorsion entre l’etre et le paraitre. » Il evitera les poles neutres (ni…ni…) ou complexes (et…et…). 14) Le texte realiste est un texte « presse » et procede a la disjonction des classes complementaires : questions et reponses position du paraitre et position de l’etre position du virtuel et actualisation du virtuel indetermine et determine position d’un programme et realisation d’un programme mandement et acceptation depart et retour cause et effet denomination d’un objet et description de l’objet ou d’un personnage ou d’un personnage manque et liquidation du manque, etc en d’autres termes, des qu’un personnage nouveau apparait, il immediatement suivi d’une nformation sur son etre (biographie, description physique, psychologique, acte caracteristique, programme d’action ; le programme sera suivi de sa realisation, etc. 15) Il en decoule un systeme narratif particulier de type cyclothymique : alternance de hauts et de bas, echec apres la victoire, naissance apres la mort, etc. pour en arriver a une sorte de statu quo … 16) Le monde du roman realiste est descriptible (par opposition au discours fantastique (l’innommable, l’indescriptible, le monstre) : tableaux, tranches de vie, lambeaux d’existence, etails…(a) la description encadre l’enonce proprement narratif ; (b) la description elle-meme est annoncee (regard, fenetre, lampe allumee…) ; (c) la description realiste a-t-elle un mode de fonctionnement interieur specifique ? (les cinq sens, ou des figures : metonymie, comparaisons) ; (d) influence du milieu sur le personnage, motivations des desirs et des besoins des personnages. Conclusion : certaines de ces caracteristiques sont contradictoires entre elles, a l’auteur de choisir celles qui sont compatibles.