le principe de légalité en droit administratif

le principe de légalité en droit administratif

LEÇON 1 Les actes de l’Administration Les actes juridiques de l’Administration sont en principe soumis ? régime exorbitant du droit commun en raison du but poursuivi (intérêt général). Ce régime exorbitant n’est pas pour autant un régime arbitraire puisque, pour tous ses actes juridiques, [‘Administration reste soumise au principe de légalité. CHAPITRE 1 S. v. p page Le principe de légalit Droit. Il ation respecte le s’agit d’une garantie des citoyens contre l’arbitraire.

Le principe de légalité possède plusieurs sources et une portée qu’il faudra évaluer. Section Les sources de la légalité Dans le principe de légalité, la notion de Loi doit être entendue en son acception la plus large comprenant non seulement des lois mais tout un ensemble de normes ou de règles hiérarchisées, écrites ou non écrites. une portée particulière et limitée (décision Individuelle – contrat). Les règlements sont hiérarchisés en fonction des autorités dont ils émanent (un décret est supérieur à un arrêté… et les décisions individuelles sont inférieures en principe aux règlements. 52 Les règles non écrites La Jurisprudence, c’est-à-dire l’ensemble des décisions de Justice endues sur une même question, s’impose à l’Administration. Elle peut devenir une source de la légalité notamment lorsque le juge administratif y

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
consacre l’existence des principes généraux du droit. Les principes généraux du droit (PGD) sont des principes non prévus par des textes particuliers mais dégagés et consacrés par le Conseil d’État.

Ils constituent une source essentielle de la légalité (ex. : la liberté d’aller et venir, l’égalité devant l’impôt… ). L’Administration y est soumise mais pas le Législateur. À ces PGD, il faut ajouter d’autres principes et droits ondamentaux consacrés par le Conseil constitutionnel ou les Cours européennes qui n’ont pas le qualificatif de PGD propre au Conseil d’État mais s’imposent néanmoins à l’Administration. 12 Ma 2e année de Capacité en Droit Section Û. La portée du principe de la 2 où inten,’ient l’Administration.

Il y a compétence liée lorsque l’Administration est tenue d’agir dans un certain sens déterminé sans avoir une véritable liberté d’appréciation et de choix (ex. : contrôle du pouvoir de police, l’inscription en faculté… )- Bien évidemment la compétence liée peut elle-même connaître ifférents degrés suivant les restrictions apportées à la liberté d’action de l’Administration. S2 La légalité d’exception Un État de droit peut connaitre des situations d’exception menaçant l’ordre public.

Celles-ci conduisent à une légalité d’exception prévue : soit par des textes (ex. : 16 co, état de siège ou état d’urgence) ; soit par une jurisprudence dite « des circonstances exceptionnelles » qui a été mise en place par le Conseil d’État (CE, 28 juin 1918, Heyries). L’État de droit ne disparait pas. La légalité d’exception est contrôlée par le juge administratif. CHAPITRE 2 La classification des actes administratifs Au point de vue juridique, le procédé normal de l’action administrative est l’acte unilatéral.

Mais cela n’exclut pas le recours à des actes bilatéraux (contrats). Partie 1. Droit administratif spécial 3 la décision exécutoire (ils l’accompagnent) dans le cadre du fonctionnement interne de l’Administration (ex. : avis, recommandations, mesures d’ordre intérieur, circulaires, directives… ). Il. Les actes exécutoires Les actes exécutoires – ou « faisant grief » – sont des actes créateurs de droits et d’obligations à l’égard des administrés. Les actes administratifs unilatéraux sont tantôt des décisions individuelles tantôt des décisions réglementaires.

Quant aux décisions individuelles, elles fixent des règles ayant pour destinataire une ou plusieurs personnes nominativement désignées (ex. : permis de construire, procès-verbal des résultats d’un concours). Les décisions individuelles sont hiérarchiquement subordonnées aux décisions réglementaires et interviennent d’ailleurs souvent en application des règlements. Quant aux décisions réglementaires, elles fixent des règles générales et impersonnelles n’ayant pas pour destinataire des ersonnes déterminées (ex. : règlement de police concernant la limitation de vitesse ou le stationnement).

Les règlements sont classés habituellement selon deux critères : l’un matériel et l’autre organique. 14 La classification matérielle des Règlements vise le domaine d’intervention de ces actes administratifs 4 8 à ce titre : se partagent le pouvoir réglementaire (13 et 21 co), ; Ô les Ministres détiennent un pouvoir réglementaire limité au bon fonctionnement des services dont ils ont la charge (CE 7 févr. 1936, Jamart) ; une autorité décentralisée (collectivités locales, établissements ublics), un pouvoir réglementaire limité leur est reconnu ; certaines autorités indépendantes (ex. Conseil supérieur de l’audiovisuel) ; v’ certains organismes privés auxquels était reconnu le pouvoir de prendre des mesures ayant un caractère réglementaire, notamment lorsqu’ils assurent, pour le compte d’une personne publique, un service public (CE 31 juil. 1942, Monpeurt). 52 Leur existence L’existence des actes administratifs unilatéraux suppose leur vie et s’éteint par leur fin. Leur vie Alors qu’en Droit privé les relations juridiques voulues supposent généralement – un accord de volontés (convention), le procédé habituel de l’action administrative est l’acte unilatéral, manifestation de la puissance publique.

A. La compétence d’une autorité Tout agent de l’Administration n’est pas détenteur d’un pouvoir normatif (ex. : le personnel). S sûr, une décision administrative peut résulter du silence de l’Administration (ex. : le défaut de réponse pendant plus de 2 mois vaut décision implicite de rejet) , Mais doivent être écrites les décisions administratives . les plus importantes (ex. : arrêtés, décrets) ; défavorables à leur destinataire (ex. refus d’une autorisation) ou limitant l’exercice d’une liberté publique, car elles doivent être motivées (L. 1 juil. 1979). En outre, la nécessité d’une signature (formalité substantielle qui vicie l’acte en cas dabsence) suppose un écrit. C. La force obligatoire de la décision administrative Concernant l’entrée en vigueur des actes administratifs, il faut distinguer : la validité de l’acte, qui intervient le jour de sa signature ; l’opposabilité de l’acte, qui intervient après notification ou publication. Ce n’est qu’à ce stade que l’acte administratif, acquiert force obligatoire privilège du préalable) et devient opposable à tout administré.

Sauf 101 contraire, les actes administratifs ne valent que pour l’avenir : c’est le principe de non-rétroactivité consacré à la jurisprudence (CE 25 juin 1948, Société du Journal PAurore). Ill. Leur fin La fin des actes administratifs unilatéraux intervient : v’ soit à la suite d’une décision de l’Administration (abrogation et retrait) ; soit à la suite d’une décision du ‘u e administratif (inexistence afin de tenir compte de Pintérêt général et du bon fonctionnement du service public.

L’acte administratif disparaît pour l’avenir. Cependant, les actes individuels bénéficient éventuellement de l’intangibilité de droits acquis. 3. La disparition avec rétroactivité Toute illégalité d’un acte administratif doit être sanctionnée par sa disparition avec effet rétroactif, cette disparition est décidée tantôt par le juge.

Tel est le cas de : ô l’inexistence : en cas d’illégalité particulièrement grave et de violation d’une liberté individuelle (voie de fait), l’acte sera déclaré inexistant par le juge judiciaire ou le juge administratif même hors délais de tout recours ; Ô l’annulation : toujours prononcée par le juge administratif roduit des effets extrêmement importants puisqu’elle est frappée de l’autorité absolue de la chose jugée (l’annulation s’impose non seulement aux parties mais à toute l’Administration) ; tantôt par l’Administration elle-même.

Tel est le cas du retrait. Il s’agit d’un droit à l’erreur qui permet à l’Administration de retirer, avec effet rétroactif, des décisions illégales en vue de restaurer la légalité. Ô Le retrait des actes réglementaires (jamais créateurs de droits) peut être opéré tant qu’ils ne sont pas devenus définitifs, c’est-à-dire tant qu’ils ont susceptibles d’une annulation ‘uridictionnelle ; O Le retrait des actes indiv ssible : l’Administration 17 Section û.

Les contrats de l’administration L’Administration conclut soit des contrats de droit privé (soumis au droit privé), soit des contrats administratifs (soumis au droit public). On les distingue à l’aide de critères car leur régime est très différent. SI Les critères du contrat administratif Certains contrats sont administratifs par détermination de la loi, d’autres le sont par application de critères jurisprudentiels. l. Les contrats administratifs par détermination de la loi Parfois, le Législateur détermine le caractère privé ou administratif du contrat.

Ainsi, sont toujours administratifs : les contrats relatifs à l’exécution des travaux publics (L. 28 pluviôse An VIII) ; w’ les contrats comportant occupation du domaine public (DL. 17 Jun 1938) ; les marchés passés par l’Administration sont soumis au Code des marchés publics (L 11 déc. 2001). De fait, l’ensemble du contentieux des marchés est de la compétence du juge administratif (1 CMP). Il. Les contrats administratifs par application de critères jurisprudentiels e plus souvent, dans le sil lateur, il revient au iuee 8