Le pouvoir du moment present

Le pouvoir du moment present

LE POUVOIR DU MOMENT PRESENT Guide d’eveil spirituel ECKHART TOLLE Ariane Editions Vous etes ici pour permettre a la mission divine de l’univers de se deployer. Voila a quel point vous etes important ! – Eckhart Tolle TABLE DES MATIERES

Preface de l’editeur Avant-propos Remerciements Introduction L’origine de ce livre La verite en vous Chapitre un : Vous n’etes pas votre mental Le plus grand empechement a l’illumination Comment se liberer du mental L’illumination, c’est s’elever au-dela de la pensee Les emotions, une reaction du corps au mental Chapitre deux : Se sortir de la souffrance par la conscience Ne creez plus de souffrance dans le present La douleur du passe : comment dissiper le corps de souffrance Identification de l’ego au corps de souffrance Origine de la peur La recherche d’integralite de l’ego Chapitre trois : Plonger dans le moment present Ne cherchez pas votre moi dans le mental Mettez fin a l’illusion qu’est le temps Rien n’existe a part l’instant present La cle pour entrer dans la dimension spirituelle Comment acceder au pouvoir du moment present Comment se defaire du temps psychologique La folie du temps psychologique Le temps est l’instrument de la negativite et de la souffrance Comment decouvrir

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
votre vie derriere vos conditions de vie actuelles Tous les problemes sont des illusions du mental Un saut quantique dans l’evolution de la conscience La joie de l’etre Chapitre quatre : Les strategies du mental pour eviter le moment present Perdre le moment present, c’est l’illusion fondamentale L’inconscience ordinaire et l’inconscience profonde Que cherchent-ils ? Comment eliminer l’inconscience ordinaire Comment se liberer du tourment Ou que vous soyez, soyez-y totalement Le but spirituel du periple qu’est votre vie Le passe ne peut survivre en votre presence 7 9 12 14 14 15 18 18 21 24 25 30 30 31 34 35 36 37 37 37 38 39 40 42 43 43 45 46 47 48 50 50 51 52 52 53 55 58 59 4

Chapitre cinq : La presence en tant qu’etat Ce n’est pas ce que vous pensez Le sens esoterique de l’attente La beaute nait dans le calme de la presence Comment atteindre la conscience pure Le christ, realite de votre presence divine Chapitre six : Le corps subtil L’etre est votre moi le plus profond Au-dela des mots Comment trouver la realite invisible et indestructible en vous Comment entrer en contact avec votre corps subtil La transformation par le corps Sermon sur le corps Creez en vous de profondes racines Il faut pardonner avant d’habiter son corps Le lien entre vous et le non-manifeste Comment ralentir le vieillissement Comment renforcer le systeme immunitaire Laissez la respiration vous amener dans le corps Utilisation creative du mental L’art de l’ecoute Chapitre sept : Diverses portes d’acces au non-manifeste Habiter pleinement son corps La source du chi

Le sommeil sans reves Autres portes d’acces Le silence Le vide La veritable nature du vide et du temps La mort consciente Chapitre huit : Les relations eclairees Entrez dans le moment present, peu importe les circonstances Les relations d’amour et de haine La dependance et la recherche de completude Des relations de dependance aux relations eclairees Les relations en tant que pratique spirituelle Pourquoi les femmes sont plus pres de l’illumination que les hommes Comment dissiper le corps de souffrance feminin collectif Renoncez a la relation que vous entretenez avec vous-meme Chapitre neuf : Au-dela du bonheur et du tourment : la paix Au-dela du bien et du mal : le bien superieur La fin du melodrame emotionnel dans votre vie Les cycles de la vie et l’impermanence des choses Comment utiliser la negativite et y renoncer La nature de la compassion 60 60 61 61 63 65 68 68 68 69 70 71 72 73 74 75 76 76 77 77 78 79 79 80 80 81 82 82 84 85 87 87 88 89 91 93 96 97 100 103 103 105 106 108 112 5

Comment s’acheminer vers un ordre different de realite Chapitre dix : La signification du lacher-prise Acceptation de l’instant present De l’energie mentale a l’energie spirituelle Le lacher-prise dans les relations interpersonnelles Comment transformer la maladie en illumination Quand le malheur frappe Comment transformer la souffrance en paix Le chemin de croix Avoir le pouvoir de choisir References A propos de l’auteur 113 117 117 119 121 123 124 124 126 127 130 131 6 Preface de l’editeur Marc Allen Auteur de Visionary Business et de A Visionary Life Une fois en dix ans, ou meme au cours d’une generation, s’offre a vous un ouvrage comme Le pouvoir du moment present. En fait, c’est bien plus qu’un livre, car une energie vit en lui, que vous pouvez probablement ressentir alors que vous le tenez entre vos mains.

Ce volume a le pouvoir de faire vivre a ses lecteurs une experience qui changera leur vie. Le pouvoir du moment present a d’abord ete publie au Canada et l’editrice canadienne, Connie Kellough, m’a rapporte avoir entendu a de multiples reprises des histoires de belles transformations et meme de miracles survenus chez les gens qui en avaient entrepris la lecture. « Les lecteurs me telephonent », m’a-t-elle raconte, « et un grand nombre d’entre eux me depeignent les merveilleuses guerisons et la grande joie qu’ils connaissent dans leur vie depuis qu’ils se sont plonges dans ce bouquin. » Ce livre m’amene a prendre conscience du fait que chaque instant de ma vie est un miracle.

Et ceci est tout a fait vrai, que je le realise ou non. Et il me montre, page apres page, comment je peux y arriver. Des les premieres pages de cet ouvrage, il est clair que son auteur, Eckhart Tolle, est un maitre contemporain. Cet homme n’a pas d’affinites avec une religion particuliere, un maitre ou un gourou quelconque et ne defend aucune doctrine. Ses enseignements englobent le coeur et l’essence de toutes les traditions. Ils ne contredisent ni le christianisme, ni le bouddhisme, ni l’islam, ni les traditions aborigenes ou autres. Comme tous les grands maitres, il sait nous devoiler en termes simples et clairs que le chemin, la verite et la lumiere sont en nous.

Eckhart Tolle commence son livre en nous racontant brievement son histoire : une histoire de depression et de desespoir qui, une nuit, a abouti a une formidable experience d’eveil spirituel, peu apres son vingt-neuvieme anniversaire. Depuis vingt ans, il reflechit, medite et tente d’approfondir son discernement et sa comprehension par rapport a cette experience. Au cours des dix dernieres annees, il est devenu un enseignant de classe mondiale, une grande ame qui apporte un message extraordinaire, tout comme Jesus et Bouddha l’ont fait avant lui, a savoir que l’eveil spirituel est accessible ici et maintenant. Qu’il est possible de vivre sans souffrance, sans anxiete et sans nevrose.

Mais pour atteindre cet etat d’eveil nous devons arriver a comprendre que nous sommes nous-memes les createurs de notre propre souffrance. Que notre mental – et non pas les autres et notre monde environnant – est a l’origine de nos problemes. C’est notre propre mental, avec son flot presque continu de pensees, qui se soucie du passe et s’inquiete de l’avenir. Nous faisons la grave erreur de nous identifier a lui en pensant que c’est ce que nous sommes, alors que nous sommes en fait des etres bien plus grandioses. A maintes reprises, l’auteur nous montre comment etablir le lien avec ce qu’il appelle l’Etre : L’Etre est la vie eternelle et omnipresente qui existe au-dela de toutes les formes de vie assujetties au cycle de la vie et de la mort.

L’Etre n’existe cependant pas seulement audela mais aussi au coeur de toute forme ; il constitue l’essence invisible et indestructible la plus profonde. En d’autres termes, l’Etre vous est accessible immediatement et represente votre moi le plus profond, votre veritable nature. Mais ne cherchez pas a le saisir avec votre « mental » ni a le comprendre. Vous pouvez l’apprehender seulement lorsque 7 votre « mental » s’est tu. Quand vous etes present, lorsque votre attention est totalement et intensement dans le present, vous pouvez le sentir. Mais vous ne pouvez jamais le comprendre mentalement. Retrouver cette presence a l’Etre et se maintenir dans cet etat de « sensation de realisation », c’est cela l’illumination.

Il est presque impossible de lire cet ouvrage d’un seul trait. Il vous faut le parcourir a petites doses, puis le deposer pour reflechir aux paroles que vous venez de lire et les integrer ensuite a votre experience de vie. Il s’agit d’un guide exhaustif et d’un cours integral sur la meditation et la realisation de soi. C’est la un livre a lire encore et encore. Et chaque fois que vous le reprendrez, vous y trouverez une nouvelle profondeur et une autre signification. Et sans aucun doute, plusieurs d’entre nous voudront se pencher sur son contenu toute leur vie. Le pouvoir du moment present voit le nombre de ses ardents lecteurs augmenter. On l’a deja qualifie de chef-d’oeuvre.

Peu importe comment on le decrit, il a le pouvoir de changer nos vies, de nous amener a realiser totalement ce que nous sommes. Novato (Californie) Aout 1999 8 AVANT-PROPOS Par Russell E. DiCarlo Auteur de Towards a New World View Sur un fond de ciel bleu azur, les rayons jaune orange d’un soleil couchant peuvent, a certains moments privilegies, nous regaler d’un instant d’une telle beaute, que nous en restons momentanement ebahis, le regard fixe. La splendeur de ce moment nous eblouit tellement que nos esprits habituellement si bavards marquent un temps et ne nous entrainent pas mentalement ailleurs que dans l’icimaintenant. Baignant dans un halo de lumiere, nous voyons s’ouvrir en nous une porte donnant sur une autre realite.

Une realite qui est toujours la mais dont nous sommes rarement les temoins. Abraham Maslow qualifiait ces instants d’experiences d’apogee etant donne qu’ils constituent les moments forts de la vie ou nous nous retrouvons projetes avec joie au-dela des confins de la vie concrete et ordinaire. Il aurait aussi bien pu les qualifier d’experiences furtives. Au cours de ces moments d’expansion de la conscience, nous avons un bref apercu du royaume eternel de l’Etre. Ne serait-ce que pour un bref instant, nous revenons chez nous, vers notre etre veritable. Dans un soupir, nous nous disons : « C’est si grandiose… Si seulement je pouvais rester la. Comment faire pour y demeurer a tout jamais ? C’est ce que je m’efforce de decouvrir depuis les dix dernieres annees. Durant ma quete, j’ai eu l’honneur de dialoguer avec certains des pionniers les plus audacieux, inspirants et perspicaces de notre epoque en ce qui concerne les paradigmes, et ce, dans de nombreux domaines : la medecine, les sciences, la psychologie, les affaires, la religion, la spiritualite et le potentiel humain. Ces personnages fort divers ont en commun l’intuition que l’humanite est en train de faire un saut quantique dans son evolution. Ce changement s’accompagne d’un bouleversement de la vision du monde, de l’ image de fond que nous vehiculons en ce qui a trait a la « facon dont les choses sont ».

Une vision du monde cherche a repondre a deux questions essentielles : « Qui sommes-nous ? » et « Quelle est la nature de l’univers dans lequel nous vivons ? » Nos reponses a ces questions determinent la qualite et les caracteristiques des relations que nous entretenons avec les membres de notre famille, nos amis et nos patrons ou nos employes. Sous un angle plus grand, nous pourrions dire qu’elles definissent nos societes. Affirmer que la vision du monde qui voit actuellement le jour remet en question de nombreux elements tenus pour acquis par la societe occidentale ne surprendra pas beaucoup. Mythe numero un : L’humanite a atteint le sommet de son developpement.

S’inspirant d’etudes comparees dans les domaines de la religion, des sciences medicales, de l’anthropologie et des sports, Michael Murphy, un des fondateurs de l’institut Esalen (Californie), a souleve une polemique en avancant qu’il existe des stades plus avances de developpement humain. Quand une personne atteint ces stades de maturite spirituelle, d’extraordinaires aptitudes voient le jour sur les plans de l’amour, de la vitalite, de la personne, de la conscience corporelle, de l’intuition, de la perception, de la communication et de la volition. 9 Premiere etape : reconnaitre l’existence de ces stades. La plupart des gens ne les voient pas. Deuxieme etape : employer consciemment et intentionnellement des methodes pour les explorer.

Mythe numero deux : Nous sommes totalement separes les uns des autres, de la nature et du cosmos. Le mythe de « plutot l’autre que moi » est la cause des guerres, du viol manifeste de la planete et de toutes les formes et expressions d’ injustice humaine. Apres tout, quelle personne sensee desire faire du mal a une autre si elle considere que celle-ci fait egalement partie d’elle-meme ? Dans sa recherche sur les etats de conscience extraordinaires, Stan Grof recapitule en disant que « la psyche et la conscience de chacun de nous correspondent en fin de compte au Grand Tout parce qu’il n’y a aucune frontiere absolue entre le corps-ego et la totalite de l’existence ».

Les etudes scientifiques effectuees sur le pouvoir de guerison de la priere corroborent la medecine Era-3 du docteur Larry Dossey ou les pensees, les attitudes et les intentions de guerison d’une personne peuvent influer sur la physiologie d’une autre personne (la medecine Era-2 concernant surtout l’aspect psycho-spirituel). Selon les principes connus de la physique et de la vision du monde de la science traditionnelle, ceci ne peut pas se produire. Et pourtant, les preuves sont la pour demontrer le contraire. Mythe numero trois : Le monde materiel est tout ce qui existe. Confinee a la matiere, la science traditionnelle part de la premisse selon laquelle tout ce qui ne peut pas se mesurer, se verifier en laboratoire ou etre eprouve par les cinq sens ou leurs remplacants technologiques n’existe tout bonnement pas, n’est pas reel. Par consequent, la realite tout entiere a ete ramenee au concret.

Toute dimension spirituelle, ou non physique de la realite, s’est fait evincer. Ceci entre en conflit avec la « philosophie de la perennite », ce consensus philosophique retrouve a toutes les epoques, dans toutes les religions, traditions et cultures, et qui fait etat de diverses mais permanentes dimensions de la realite s’echelonnant des plus denses et moins conscientes – que nous appelons la matiere – aux moins denses et plus conscientes – que nous qualifions de spirituelles. Fait interessant, les specialistes de la theorie quantique, dont Jack Scarfetti, qui parle de voyage supraluminal, font reference a ce modele multidimensionnel de la realite.

On utilise d’autres dimensions de la realite pour expliquer les deplacements plus rapides que la vitesse de la lumiere, reference supreme en ce qui concerne la vitesse de deplacement. Nous n’avons qu’a nous reporter aux travaux du legendaire physicien David Bohm et a son modele multidimensionnel de la realite qui comprend l’explicite (le physique) et l’implicite (le non-physique). Ce n’est pas qu’une theorie. En 1982, l’experience Aspect, effectuee en France, a demontre que deux particules etalons anciennement reliees et par la suite separees par une tres grande distance restent reliees entre elles d’une facon ou d’une autre. Si une des particules subissait un changement, l’autre changeait instantanement.

Les scientifiques ne connaissent pas le mecanisme derriere ce phenomene du « deplacement plus rapide que la lumiere », bien que certains theoriciens avancent que ce lien s’effectue par l’intermediaire de passages dans des dimensions superieures. Donc, contrairement a ce que peuvent penser ceux qui pretent allegeance au paradigme traditionnel, les personnes avant-gardistes et influentes avec qui je me suis entretenu estimaient que nous n’avons pas encore atteint l’apogee de notre developpement, que nous sommes tous relies a la vie au lieu d’en etre dissocies et que l’eventail de tous nos niveaux de conscience englobe aussi bien la dimension materielle qu’une multitude de dimensions immaterielles de la realite. 10

Fondamentalement, cette nouvelle vision du monde nous amene a nous voir, ainsi que les autres et toute la vie, non pas a travers le regard de notre petit moi concret qui est ne et vit dans le temps, mais bien plutot a travers le regard de l’ame, de notre Etre, de notre veritable moi. Un a un, les gens font le saut. Avec son ouvrage Le pouvoir du moment present, Eckhart Tolle trouve justement sa place parmi ce groupe special d’enseignants de calibre mondial. Son message se resume a ceci : le probleme de l’humanite est profondement enracine dans le mental lui-meme. Ou plutot dans notre identification au mental. L’errance de notre conscience, notre tendance a choisir le chemin le plus aise en etant moins qu’a moitie eveille face au moment present, cree un vide. Et le mental limite par le temps, destine a etre notre utile serviteur, compense en se proclamant lui-meme le maitre.

A l’instar d’un papillon qui volette d’une fleur a l’autre, notre mental s’arrete sur nos experiences passees ou anticipe celles a venir en projetant ses propres productions visuelles. Il est rare que nous nous reposions dans la profondeur oceanique de l’ici-maintenant. C’est pourtant ici, dans l’instant present, que nous decouvrons notre veritable moi, qui se trouve en quelque sorte derriere notre corps physique, nos emotions changeantes et notre mental bavard. Le plus grand triomphe du developpement humain ne reside pas dans notre capacite a raisonner et a penser, bien que cela nous distingue du regne animal. L’intellect, tout comme l’instinct, est seulement un detail dans l’ensemble.

Ultimement, notre destinee consiste a nous rebrancher sur l’Etre essentiel qui est en nous et a exprimer notre realite divine et extraordinaire dans le monde concret et ordinaire du quotidien. Facile a dire, mais pas facile a faire puisque ceux qui ont atteint les etapes ulterieures du developpement humain sont encore rares. Heureusement, il y a des guides et des maitres pour nous eclairer tout au long du chemin. Le pouvoir formidable d’Eckhart Tolle, lui-meme guide et maitre, n’a rien a voir avec sa facilite a nous raconter des histoires amusantes, a expliquer l’abstrait par le concret ou a nous procurer des techniques fort utiles. Non, son pouvoir vient du fait qu’il arle en fonction de son experience propre, comme quelqu’un qui sait. Le resultat ? Ses paroles s’appuient sur une force que l’on ne retrouve que chez les plus celebres maitres spirituels. En vivant sa vie a partir des profondeurs de la realite superieure, Eckhart Tolle trace une route et nous invite a le suivre. Et qu’arriverait-il si nous le faisions ? Il est certain que le monde tel que nous le connaissons actuellement changerait pour le mieux. Nos valeurs partiraient a la derive avec nos peurs dissipees puisqu’elles auraient ete aspirees et vidangees par le tourbillon de l’Etre lui-meme. Une nouvelle civilisation verrait le jour. « Ou est la preuve de cette realite superieure ? » demanderez-vous.

Je ne peux vous repondre que par cette metaphore : Un groupe de scientifiques peuvent bien se rassembler et vous fournir toutes les preuves permettant de conclure que les bananes sont effectivement ameres. Neanmoins, il vous suffit d’en gouter une, une fois, pour realiser qu’elles presentent aussi cette caracteristique particuliere. En fin de compte, la preuve ne provient pas d’arguments intellectuels, mais du sacre qui nous touche d’une facon ou d’une autre. Eckhart Tolle nous ouvre de main de maitre a cette possibilite. Erie (Pennsylvanie) Janvier 1998 11 REMERCIEMENTS Je suis particulierement reconnaissant a Connie Kellough pour son aimable soutien et sa participation essentielle a faire de mon manuscrit le livre que vous tenez entre les mains.

C’est une joie que de travailler avec elle. Toute ma gratitude a Corea Ladner et a ces merveilleuses personnes qui ont contribue a ce livre en me laissant de la place – ce plus precieux des cadeaux – pour ecrire et pour etre. Merci a Adrienne Bradley de Vancouver, a Margaret Miller de Londres et a Angie Francesco de Glastonbury en Angleterre, a Richard de Menlo Park et a Rennie Frumkin de Sausalito, en Californie. Je tiens aussi a remercier Shirley Spaxman et Howard Kellough pour leur revision premiere du manuscrit et pour avoir apporte d’utiles suggestions. Je remercie aussi tous ceux qui ont relu le manuscrit a une etape ulterieure et qui ont ainsi apporte leur contribution.

Merci a Rose Dendewich pour avoir pris en charge le traitement de texte de ce manuscrit a sa facon unique, pleine d’entrain et professionnelle. Enfin, je voudrais exprimer mon amour et ma gratitude a ma mere et a mon pere, sans qui ce livre n’aurait jamais vu le jour, a mes maitres spirituels et au plus grand des gourous, la vie. 12 LE POUVOIR DU MOMENT PRESENT INTRODUCTION L’ORIGINE DE CE LIVRE Le passe ne m’est pas d’une grande utilite et j’y pense rarement. Cependant, j’aimerais vous raconter rapidement comment j’en suis venu a devenir un guide spirituel et comment ce livre a vu le jour. Jusqu’a l’age de treize ans, j’ai vecu dans un etat presque continuel d’anxiete ponctue de periodes de depression suicidaire.

Aujourd’hui, j’ai l’impression de parler d’une vie passee ou de la vie de quelqu’un d’autre. Une nuit, peu apres mon vingt-neuvieme anniversaire, je me reveillai aux petites heures avec une sensation de terreur absolue. Il m’etait souvent arrive de sortir du sommeil en ayant une telle sensation, mais cette fois-ci c’etait plus intense que cela ne l’avait jamais ete. Le silence nocturne, les contours estompes des meubles dans la piece obscure, le bruit lointain d’un train, tout me semblait si etrange, si hostile et si totalement insignifiant que cela crea en moi un profond degout du monde. Mais ce qui me repugnait le plus dans tout cela, c’etait ma propre existence.

A quoi bon continuer a vivre avec un tel fardeau de misere ? Pourquoi poursuivre cette lutte ? En moi, je sentais qu’un profond desir d’annihilation, de ne plus exister, prenait largement le pas sur la pulsion instinctive de survivre. « Je ne peux plus vivre avec moi-meme. » Cette pensee me revenait sans cesse a l’esprit. Puis, soudain, je realisai a quel point elle etait bizarre. « Suis-je un ou deux ? Si je ne reussis pas a vivre avec moi-meme, c’est qu’il doit y avoir deux moi : le “je” et le “moi” avec qui le “je” ne peut pas vivre. » « Peut-etre qu’un seul des deux est reel, pensai-je. » Cette prise de conscience etrange me frappa tellement que mon esprit cessa de fonctionner.

J’etais totalement conscient, mais il n’y avait plus aucune pensee dans ma tete. Puis, je me sentis aspire par ce qui me sembla etre un vortex d’energie. Au debut, le mouvement etait lent, puis il s’accelera. Une peur intense me saisit et mon corps se mit a trembler. J’entendis les mots « ne resiste a rien », comme s’ils etaient prononces dans ma poitrine. Je me sentis aspire par le vide. J’avais l’impression que ce vide etait en moi plutot qu’a l’exterieur. Soudain, toute peur s’evanouit et je me laissai tomber dans ce vide. Je n’ai aucun souvenir de ce qui se passa par la suite. Puis les pepiements d’un oiseau devant la fenetre me reveillerent. Je n’avais jamais entendu un tel son auparavant.

Derriere mes paupieres encore closes, ce son prit la forme d’un precieux diamant. Oui, si un diamant pouvait emettre un son, c’est ce a quoi il ressemblerait. J’ouvris les yeux. Les premieres lueurs de l’aube fusaient a travers les rideaux. Sans l’intermediaire d’aucune pensee, je sentis, je sus, que la lumiere est infiniment plus que ce que nous realisons. Cette douce luminosite filtree par les rideaux etait l’amour lui-meme. Les larmes me monterent aux yeux. Je me levai et me mis a marcher dans la piece. Je la reconnus et, pourtant, je sus que je ne l’avais jamais vraiment vue auparavant. Tout etait frais et comme neuf, un peu comme si tout venait d’etre mis au monde. Je ramassai uelques objets, un crayon, une bouteille vide, et m’emerveillai devant la beaute et la vitalite de tout ce qui se trouvait autour de moi. Ce jour-la, je deambulai dans la ville, totalement fascine par le miracle de la vie sur terre, comme si je venais de venir au monde. Pendant les cinq mois qui suivirent, je vecus sans interruption dans une grande beatitude et une paix profonde. Par apres, cela diminua d’intensite ou telle fut mon impression peut-etre parce que cet etat-la m’etait devenu naturel. Je pouvais encore fonctionner dans le monde meme si je realisais que rien de ce que je faisais n’aurait pu ajouter quoi que ce soit a ce que j’avais deja.

Bien entendu, je savais que quelque chose de profondement significatif m’etait arrive, sans toutefois comprendre de quoi il s’agissait. Ce ne fut que plusieurs annees plus tard, apres avoir lu des textes sur la spiritualite et passe du temps avec des maitres spirituels, que je compris qu’il m’etait arrive, a moi, tout ce que le monde cherchait. Je compris que l’intense oppression occasionnee par la souffrance cette nuit-la devait avoir force ma conscience a se desengager de son identification au moi malheureux et plein de peur profonde, qui en fin de compte n’etait qu’une fiction. Ce desengagement avait du etre si total que ce faux moi souffrant s’effondra immediatement, comme un ballon qui se degonfle quand on enleve le bouchon. Tout ce qui estait, c’etait ma veritable nature, l’eternel je suis, la conscience dans son etat vierge avant l’identification a la forme. Plus tard, j’appris egalement a retourner en moi, dans ce royaume intemporel et immortel que j’avais au debut percu comme un vide, tout en restant pleinement conscient. Je connus des etats de beatitude et de grace tels qu’il est difficile de les decrire et qu’ils eclipsent meme la premiere experience que je viens de decrire. Il fut un temps, pendant une certaine periode, ou il ne me resta plus rien sur le plan concret. Pas de relations, pas d’emploi, aucune identite sociale. Je passai presque deux ans assis sur les bancs de parcs dans un etat de joie la plus intense qui soit. Mais meme les plus belles experiences ont une fin.

Il y a peut-etre quelque chose de plus important que n’importe quelle experience, et c’est la paix sous-jacente qui ne m’a jamais quitte depuis ce jour-la. Elle est parfois tres puissante, presque palpable, et les autres peuvent la sentir aussi. A d’autres moments, elle est plus en arriere-plan, semblable a une melodie de fond. Plus tard, les gens sont venus me voir a l’occasion en me disant : « Je veux arriver a la meme chose que vous. Pouvez-vous m’y amener ou me montrer comment faire ? » Et je leur repondais : « Mais vous y etes deja. Vous ne pouvez pas le sentir parce que votre mental fait trop de bruit. » Cette reponse s’elabora et devint plus ard le livre que vous tenez entre les mains. En un rien de temps, je me retrouvai de nouveau avec une identite. J’etais devenu un enseignant spirituel. LA VERITE EN VOUS Ce livre constitue l’essence de mon travail – pour autant qu’il soit possible de le transmettre avec des mots – que j’ai partage avec des particuliers et de petits groupes de chercheurs de la spiritualite, en Europe et en Amerique du Nord depuis dix ans. Avec tout mon amour et toute mon appreciation, j’aimerais remercier ces gens pour leur courage exceptionnel, leur disposition a accepter le changement interieur, leurs questions pleines de defis et leur promptitude a ecouter. Ce livre n’aurait pas vu le jour sans eux.

Ces personnes appartiennent a une minorite infime mais fort heureusement croissante de pionniers du domaine de la spiritualite. Elles sont arrivees au point ou elles ont pu se defaire des conditionnements mentaux collectifs qui font partie de l’heritage des humains et qui, depuis toujours, maintiennent ces derniers dans la souffrance. Je suis confiant que ce livre arrivera jusqu’a ceux qui sont prets a connaitre une transformation aussi radicale et qu’il jouera pour eux un role de catalyseur. J’espere aussi qu’il tombera dans les mains de nombreux autres lecteurs qui trouveront son contenu digne d’interet, meme s’ils ne sont pas encore prets a vivre et a pratiquer totalement ce qu’il preconise. Il est ossible que, plus tard, la graine qui aura ete semee a la lecture de ce livre rencontre la semence d’illumination que chaque etre humain porte en lui et que, soudainement, elle germe et se mette a pousser en eux. Le format adopte pour cet ouvrage provient des reponses que j’ai donnees, souvent spontanement, aux questions posees par des gens dans des seminaires, des seances de meditation et des rencontres en consultation privee. J’ai donc conserve le format question-reponse. J’ai autant appris et recu qu’eux. Certaines questions et reponses ont ete reproduites presque mot a mot. D’autres etant d’ordre plus general, je les ai regroupees et synthetisees en une seule question-reponse. Parfois, en 15 ours de redaction, me venait une nouvelle reponse plus profonde ou plus appropriee que tout ce que j’avais jamais pu formuler. Certaines autres questions ont ete posees par l’editeur afin de pouvoir clarifier certains points. Vous verrez que de la premiere a la derniere page, les dialogues alternent continuellement entre deux niveaux. En premier lieu, j’attire votre attention sur ce qui est faux en vous. Je traite de la nature de l’inconscience et de la dysfonction chez l’humain, ainsi que de leurs manifestations les plus communes, allant du conflit relationnel a la guerre entre tribus ou nations. Cette connaissance est indispensable, car a moins que vous ne puissiez reconnaitre le faux comme tel – omme n’etant pas vous –, il ne peut y avoir de transformation durable et vous serez toujours condamne a revenir dans l’illusion et a retrouver une forme de souffrance ou une autre. A ce niveau encore, je vous fais voir comment ne pas faire de ce qui est faux en vous un moi et un probleme, car c’est ainsi que le faux se perpetue. En deuxieme lieu, je parle de la profonde transformation de la conscience humaine, non pas comme une possibilite dans un futur lointain mais comme quelque chose de disponible dans l’instant, peu importe qui vous etes et ou vous vous trouvez. Je vous montre comment vous liberer de l’esclavage du mental, comment acceder a cet etat eclaire de conscience et de quelle maniere le maintenir dans le quotidien.

Dans cet esprit, les mots ne sont pas toujours axes sur l’information, mais souvent destines a vous amener a ce nouvel etat de conscience pendant que vous lisez. A plusieurs reprises, je m’efforce de vous entrainer a ma suite dans cet etat intemporel d’intense et consciente presence dans l’instant present afin que vous ayez un avant-gout de l’illumination. Il se peut que vous trouviez ces passages quelque peu repetitifs si vous n’avez pas encore pu faire l’experience de ce dont je parle. Par contre, des que vous en ferez l’experience, je crois que vous realiserez qu’ils contiennent une bonne dose de pouvoir spirituel. Ces passages deviendront peut-etre pour vous les elements les plus enrichissants du livre.

Par ailleurs, etant donne que chaque personne porte en elle le germe de l’illumination, je m’adresse souvent au sage en vous qui existe derriere le penseur, au moi profond qui reconnait immediatement la verite spirituelle, vibre avec elle et s’en sustente. Le symbole § qui apparait apres certains passages vous invite a vous arreter de lire pendant un petit moment, a vous immobiliser et a sentir en vous la verite tout juste enoncee. Il est possible que vous ayez envie de le faire naturellement et spontanement en d’autres endroits du livre. Allez-y ! Quand vous entamerez votre lecture, il se peut que le sens de certains mots, comme « Etre » ou « presence », ne soit pas tres clair pour vous. Poursuivez tout de meme. Il est possible egalement que vous viennent a l’esprit des questions ou des objections en cours de lecture.

Elles trouveront probablement leurs reponses plus loin ou bien tomberont a plat a mesure que vous approfondirez votre comprehension et plongerez en vous. Ne lisez pas seulement avec votre tete. Soyez a l’affut des reponses qui arrivent sous la forme de sensations et de reconnaissance interieure. Je ne peux vous faire part d’aucune verite spirituelle que vous ne connaissiez pas deja au fin fond de vous. Tout ce que je peux faire, c’est vous rappeler ce que vous avez oublie. Une connaissance vivante, ancienne et pourtant toujours nouvelle est ainsi reactivee et liberee dans chacune des cellules de votre corps. Le mental veut toujours categoriser et comparer.

Ce livre fonctionnera cependant mieux pour vous si vous n’essayez pas de comparer sa terminologie avec celle d’autres enseignements, car cela pourrait vous desorienter. J’emploie des termes comme « mental », « bonheur » et « conscience » d’une facon qui peut ne pas correspondre a d’autres enseignements. Ne restez pas accroche a quelque mot que ce soit. Les mots ne sont que des points de repere que l’on doit delaisser aussitot que possible. Lorsque je cite a l’occasion Jesus ou Bouddha, Un cours sur les miracles ou tout autre enseignement, je le fais non pas pour comparer, mais pour attirer votre attention sur le fait que, essentiellement, il n’y a jamais eu qu’un seul enseignement spirituel, bien qu’il puisse prendre de nom16 breuses formes.

Il s’est cependant rajoute a certaines de ces formes tellement d’elements superflus, entre autres dans les religions anciennes, que leur essence spirituelle en a ete presque totalement eclipsee. Voila pourquoi, dans une large mesure, leur sens profond est impossible a reconnaitre et leur pouvoir transformateur, perdu. Quand je me refere a ces vieilles religions ou a d’autres enseignements, c’est pour souligner leur signification profonde et par la meme occasion leur restituer leur pouvoir transformateur, en particulier pour les lecteurs adeptes de ces religions ou de ces enseignements. Je leur dis qu’ils n’ont pas besoin d’aller ailleurs pour trouver la verite et leur montre comment approfondir ce qu’ils ont deja a leur disposition.

Par contre, je me suis surtout efforce d’employer une terminologie qui soit aussi neutre que possible afin de pouvoir atteindre le plus grand eventail de gens. On peut considerer ce livre comme l’expression, a cette epoque-ci, du seul et unique enseignement spirituel intemporel, qui est l’essence meme de toutes les religions. Cette transmission ne provient pas de sources exterieures mais de la seule veritable source interieure. Elle ne contient donc aucune theorie ni speculation. Je m’adresse a vous a partir de mon experience, et si je m’exprime parfois en termes frappants, c’est pour arriver a traverser toutes ces epaisses couches de resistance mentale et atteindre enfin ce lieu en vous qui sait deja, tout comme moi, et ou la verite se reconnait quand elle est entendue.

Une sensation d’exaltation et une vitalite accrue en vous emergent alors en meme temps que quelque chose en vous dit : « Oui. Je sais que ceci est vrai. » 17 CHAPITRE UN VOUS N’ETES PAS VOTRE MENTAL LE PLUS GRAND EMPECHEMENT A L’ILLUMINATION L’illumination, c’est quoi ? Un mendiant etait assis sur le bord d’un chemin depuis plus de trente ans. Un jour, un etranger passa devant lui. « Vous avez quelques pieces de monnaie pour moi ? » marmotta le mendiant en tendant sa vieille casquette de baseball d’un geste automatique. « Je n’ai rien a vous donner », repondit l’etranger, qui lui demanda par la suite : « Sur quoi etes-vous assis ? » « Sur rien, repondit le mendiant, juste une vieille caisse.

Elle me sert de siege depuis aussi longtemps que je puisse m’en souvenir. » « Avez-vous jamais regarde ce qu’il y avait dedans ? » demanda l’etranger. « Non, repliqua le mendiant, pour quelle raison ? Il n’y a rien. » « Jetez-y donc un coup d’? il », insista l’etranger. Le mendiant reussit a ouvrir le couvercle en le forcant. Avec etonnement, incredulite et le c? ur rempli d’allegresse, il constata que la caisse etait pleine d’or. Je suis moi-meme cet etranger qui n’a rien a vous donner et qui vous dit de regarder a l’interieur. Non pas a l’interieur d’une caisse, comme dans cette parabole, mais dans un lieu encore plus proche de vous : en vous-meme. Mais je ne suis pas un mendiant », puis-je deja vous entendre retorquer. Ceux qui n’ont pas trouve leur veritable richesse, c’est-a-dire la joie radieuse de l’Etre et la paix profonde et inebranlable qui l’accompagnent, sont des mendiants, meme s’ils sont tres riches sur le plan materiel. Ils se tournent vers l’exterieur pour recolter quelques miettes de plaisir et de satisfaction, pour se sentir confirmes, securises ou aimes, alors qu’ils abritent en eux un tresor qui non seulement recele toutes ces choses, mais qui est aussi infiniment plus grandiose que n’importe quoi que le monde puisse leur offrir. Le terme « illumination » evoque l’idee d’un accomplissement surhumain, et l’ego aime s’en tenir a cela.

Mais l’illumination est tout simplement votre etat naturel, la sensation de ne faire qu’un avec l’Etre. C’est un etat de fusion avec quelque chose de demesure et d’indestructible. Quelque chose qui, presque paradoxalement, est essentiellement vous mais pourtant beaucoup plus vaste que vous. L’illumination, c’est trouver votre vraie nature au-dela de tout nom et de toute forme. Votre incapacite a ressentir cette fusion fait naitre l’illusion de la division, la division face a vousmeme et au monde environnant. C’est pour cela que vous vous percevez, consciemment ou non, comme un fragment isole. La peur survient et le conflit devient la norme, aussi bien a l’interieur qu’a l’exterieur.

J’affectionne la definition simple que donne Gautama le Bouddha de l’illumination : il affirme que c’est « la fin de la souffrance ». Cela n’a rien de surhumain, n’est-ce pas ? Bien sur, comme telle, cette definition est incomplete, car elle exprime seulement ce que l’illumination n’est pas, c’est-a-dire qu’elle n’est pas souffrance. Mais que reste-t-il quand il n’y a plus de souffrance ? Bouddha garde le silence la-dessus et son silence sous-entend que c’est a vous de le decouvrir. Il retient une definition par la negative afin que le « mental » ne puisse pas en faire une croyance ou un accomplissement surhumain, un objectif qu’il vous soit impossible a atteindre. Malgre cette pre- aution de la part de Bouddha, la majorite des bouddhistes croient encore que l’illumination est l’apanage de Bouddha et non le leur, du moins pas dans cette vie-ci. Vous avez employe le terme « Etre ». Pouvez-vous en expliquer la signification ? L’Etre est LA vie eternelle et omnipresente qui existe au-dela des myriades de formes de vie assujetties au cycle de la naissance et de la mort. L’Etre n’existe cependant pas seulement au-dela mais aussi au c? ur de toute forme ; il constitue l’essence invisible et indestructible la plus profonde. En d’autres termes, l’Etre vous est accessible immediatement et represente votre moi le plus profond, votre veritable nature.

Mais ne cherchez pas a le saisir avec votre « mental » ni a le comprendre. Vous pouvez l’apprehender seulement lorsque votre « mental » s’est tu. Quand vous etes present, quand votre attention est totalement et intensement dans le present, vous pouvez sentir l’Etre. Mais vous ne pouvez jamais le comprendre mentalement. Retrouver cette presence a l’Etre et se maintenir dans cet etat de « sensation de realisation », c’est cela l’illumination. § Lorsque vous utilisez le terme « Etre », faites-vous reference a Dieu ? Si oui, pourquoi n’employezvous pas le terme « Dieu » ? Le mot « Dieu » s’est vide de son sens, car on en a abuse pendant des millenaires.

Je l’emploie parfois, mais avec parcimonie. Quand j’affirme que le terme est galvaude, je veux dire que certaines gens, qui n’ont jamais ne serait-ce qu’entrevu le sacre ni meme jamais eu le moindre apercu de l’infinie vastitude que le mot abrite, recourent a ce terme avec grande conviction, comme s’ils savaient de quoi ils parlent. Ou bien que d’autres personnes le rejettent, comme si elles savaient ce qu’elles nient. Cet abus d’emploi a donne naissance, par l’ego, a d’absurdes croyances, affirmations et illusions du genre « Mon ou notre Dieu est le seul Dieu veritable et votre Dieu est faux » ou encore comme le celebre enonce de Nietzsche : « Dieu est mort. Le mot « Dieu » est devenu un concept ferme. Des qu’il est prononce, une image mentale se cree, qui n’est peut-etre plus celle d’un vieux patriarche a la barbe blanche, mais qui reste encore et toujours une representation mentale de quelqu’un ou de quelque chose qui se trouve en dehors de vous. Qui plus est, inevitablement du genre masculin. Ni le terme « Dieu », ni « Etre », ni quelque autre expression que ce soit ne peut definir ou expliquer l’ineffable realite qu’abrite le mot en question. En fait, la seule question importante a se poser est la suivante : « Ce mot vous aide-t-il ou vous empeche-t-il de faire l’experience de ce qu’il designe ? Fait-il reference a cette realite transcendantale qui existe au-dela de lui-meme ou s’emploie-t-il a tort et a travers pour ne devenir rien de plus qu’une idee a laquelle votre tete peut croire, qu’une idole mentale ? A l’instar du terme « Dieu », le mot « Etre » n’explique rien. Par contre, il a l’avantage d’etre un concept ouvert. Il ne reduit pas l’infini invisible a une entite finie et il est impossible de s’en faire une image mentale. Personne ne peut se declarer etre l’unique detenteur de l’Etre, car il s’agit de votre essence meme et que celle-ci vous est accessible immediatement sous la forme de la sensation de votre propre presence, de la realisation de ce « Je suis » qui precede le « Je suis ceci ou cela ».

Le pas a franchir entre le terme « Etre » et l’experience d’« Etre » est donc plus petit. 19 § Qu’est-ce qui nous empeche le plus de connaitre cette realite ? C’est l’identification au « mental », car celle-ci amene la pensee a devenir compulsive. L’incapacite a s’arreter de penser est une epouvantable affliction. Nous ne nous en rendons pas compte parce que presque tout le monde en est atteint : nous en venons a la considerer comme normale. Cet incessant bruit mental vous empeche de trouver ce royaume de calme interieur qui est indissociable de l’« Etre ». Ce bruit cree egalement un faux moi erige par l’ego qui projette une ombre de peur et de souffrance sur tout. Nous reviendrons plus en detail sur tout cela.

Le philosophe francais Descartes a cru avoir decouvert la verite la plus fondamentale quand il fit sa celebre declaration : « Je pense, donc je suis. » Il venait en fait de formuler l’erreur la plus fondamentale, celle d’assimiler la pensee a l’etre et l’identite a la pensee. Le penseur compulsif, c’est-a-dire presque tout un chacun, vit dans un etat d’apparente division, dans un monde deraisonnablement complexe ou foisonnent perpetuellement problemes et conflits, un monde qui reflete l’incessante fragmentation du mental. L’illumination est un etat de plenitude, d’unite avec le Tout et donc de paix. C’est un etat d’unite avec la vie sous sa forme manifeste, soit le monde, et avec la vie sous sa forme non manifeste, c’est-a-dire votre moi. Un etat d’unite avec l’etre.

L’illumination est non seulement la fin de la souffrance et du perpetuel conflit en soi ou avec le monde exterieur, mais aussi d’un epouvantable esclavage, celui de l’incessante pensee. C’est une incroyable liberation ! L’identification au mental cree chez vous un ecran opaque de concepts, d’etiquettes, d’images, de mots, de jugements et de definitions qui empechent toute vraie relation. Cet ecran s’interpose entre vous et vous-meme, entre vous et votre prochain, entre vous et la nature, entre vous et le divin. C’est cet ecran de pensees qui amene cette illusion de division, l’illusion qu’il y a vous et un « autre », totalement separe de vous.

Vous oubliez un fait essentiel : derriere le plan des apparences physiques et de la diversite des formes, vous ne faites qu’un avec tout ce qui est. Et quand je dis que vous oubliez, je veux dire que vous ne pouvez plus sentir cet etat d’unite comme etant une realite qui coule de source. Il se peut que vous la croyiez vraie, mais vous ne l’apprehendez plus comme telle. Une croyance peut certes vous reconforter. Par contre, seule l’experience peut vous liberer. Penser est devenu une maladie et celle-ci survient quand les choses sont desequilibrees. Par exemple, il n’y a rien de mal a ce que les cellules du corps se divisent pour se multiplier.

Mais lorsque ce phenomene s’effectue sans aucun egard pour l’organisme dans sa totalite, les cellules proliferent et la maladie s’installe. Le mental est un magnifique outil si l’on s’en sert a bon escient. Dans le cas contraire, il devient tres destructeur. Plus precisement, ce n’est pas tant que vous utilisez mal votre « mental » ; c’est plutot qu’en general vous ne vous en servez pas du tout, car c’est lui qui se sert de vous. Et c’est cela la maladie, puisque vous croyez etre votre mental. C’est cela l’illusion. L’outil a pris possession de vous. 20 Je ne suis pas tout a fait d’accord. C’est vrai que mes pensees sont souvent sans objet, comme chez la lupart des gens, mais je peux encore decider d’utiliser mon mental pour acquerir ou accomplir des choses. C’est ce que je fais tout le temps. Ce n’est pas parce que vous reussissez a terminer un jeu de mots croises ou a fabriquer une bombe atomique que vous savez vous servir de votre mental. Ce dernier aime se faire les dents sur des problemes, comme les chiens le font avec les os. Voila pourquoi il fait des mots croises et invente des bombes atomiques, alors que vous, l’Etre, ne portez interet ni a l’un ni a l’autre. Laissezmoi vous poser les questions suivantes : « Pouvez-vous vous liberer du mental quand vous le voulez ? Avez-vous reussi a trouver l’interrupteur qui le met hors circuit ? » Vous voulez dire arreter completement de penser ?

Non, je n’y reussis pas, sauf pour un instant ou deux. Dans ce cas, le mental se sert de vous et vous vous etes inconsciemment identifie a lui. Par consequent, vous ne savez meme pas que vous etes son esclave. C’est un peu comme si vous etiez possede sans le savoir et que vous preniez l’entite qui vous possede pour vous. La liberte commence quand vous prenez conscience que vous n’etes pas cette entite, c’est-a-dire le penseur. En sachant cela, vous pouvez alors surveiller cette entite. Des l’instant ou vous vous mettez a observer le penseur, un niveau plus eleve de conscience est active et vous comprenez petit a petit qu’il existe un immense royaume ‘intelligence au-dela de la pensee et que celle-ci ne constitue qu’un infime aspect de cette intelligence. Vous realisez aussi que toutes les choses vraiment importantes – la beaute, l’amour, la creativite, la joie, la paix – trouvent leur source au-dela du mental. Et vous commencez alors a vous eveiller. § COMMENT SE LIBERER DU MENTAL Qu’entendez-vous exactement par « observer le penseur » ? Lorsque quelqu’un va chez le medecin et lui dit qu’il entend des voix, celui-ci l’enverra fort probablement consulter un psychiatre. Le fait est que, de facon tres similaire, presque tout le monde entend en permanence une ou plusieurs voix dans sa tete et qu’il s’agit du phenomene involontaire de la pensee que vous ne realisez pas avoir le pouvoir d’arreter.

Ce ne sont que monologues ou dialogues continuels. Il vous est certainement deja arrive de croiser dans la rue des dements qui parlent sans arret tout haut ou tout bas. En realite, ce n’est pas tres different de ce que vous et tous les gens « normaux » faites, sauf que vous le faites en silence. La voix passe des commentaires, fait des speculations, emet des jugements, compare, se plaint, aime, n’aime pas, et ainsi de suite. Ce que cette voix enonce ne correspond pas automatiquement a la situation dans laquelle vous vous trouvez dans le moment. Elle ravive peut-etre un passe proche ou lointain ou bien alors imagine et rejoue d’eventuelles situations futures.

Dans ces moments-la, la voix imagine souvent que les choses tournent 21 mal et envisage des resultats negatifs. C’est ce que l’on appelle l’inquietude. Cette bande sonore s’accompagne parfois d’images visuelles ou de « films mentaux ». Et meme si ce que la voix dit correspond a la situation du moment, elle l’interpretera en fonction du passe. Pourquoi ? Parce que cette voix appartient au conditionnement mental, qui est le fruit de toute votre histoire personnelle et celui de l’etat d’esprit collectif et culturel dont vous avez herite. Ainsi, vous voyez et jugez dorenavant le present a travers les yeux du passe et vous en avez une vision totalement deformee.

Il est frequent que, chez une personne, cette voix interieure soit son pire ennemi. Nombreux sont les gens qui vivent avec un bourreau dans leur tete qui les attaque et les punit sans cesse, leur siphonnant ainsi leur energie vitale. Ce tyran est a l’origine des innombrables tourments et malheurs, ainsi que de toute maladie. Mais la bonne nouvelle dans tout cela, c’est que vous pouvez effectivement vous liberer du mental. Et c’est la la seule veritable liberation. Vous pouvez meme commencer des maintenant. Ecoutez aussi souvent que possible cette voix. Pretez particulierement attention aux schemas de pensee repetitifs, a ces vieux disques qui jouent et rejouent les memes chansons peut-etre depuis des annees. C’est ce que ‘entends quand je vous suggere « d’observer le penseur ». C’est une autre facon de vous dire d’ecouter cette voix dans votre tete, d’etre la presence qui joue le role de temoin. Lorsque vous ecoutez cette voix, faites-le objectivement, c’est-a-dire sans juger. Ne condamnez pas ce que vous entendez, car si vous le faites, cela signifie que cette meme voix est revenue par la porte de service. Vous prendrez bientot conscience qu’il y a la voix et qu’il y a quelqu’un qui l’ecoute et qui l’observe. Cette prise de conscience que quelqu’un surveille, ce sens de votre propre presence, n’est pas une pensee. Cette realisation trouve son origine au-dela du « mental ». §

Ainsi, quand vous observez une pensee, vous etes non seulement conscient de celle-ci, mais aussi de vous-meme en tant que temoin de la pensee. A ce moment-la, une nouvelle dimension entre en jeu. Pendant que vous observez cette pensee, vous sentez pour ainsi dire une presence, votre moi profond, derriere elle ou sous elle. Elle perd alors son pouvoir sur vous et bat rapidement en retraite du fait que, en ne vous identifiant plus a elle, vous n’alimentez plus le mental. Ceci est le debut de la fin de la pensee involontaire et compulsive. Lorsqu’une pensee s’efface, il se produit une discontinuite dans le flux mental, un intervalle de « non-mental ». Au debut, ces hiatus seront courts, peut-etre de quelques secondes, mais ils deviendront peu a peu de plus en plus longs.

Lorsque ces decalages dans la pensee se produisent, vous ressentez un certain calme et une certaine paix. C’est le debut de votre etat naturel de fusion consciente avec l’Etre qui est, generalement, obscurcie par le mental. Avec le temps et l’experience, la sensation de calme et de paix s’approfondira et se poursuivra ainsi sans fin. Vous sentirez egalement une joie delicate emaner du plus profond de vous, celle de l’Etre. Il ne s’agit pas du tout d’un etat de transe, car il n’y a aucune perte de conscience. Bien au contraire. Si la paix devait se payer par une reduction de la conscience et le calme, par un manque de vitalite et de vigilance, elle n’en vaudrait pas la peine.

Dans cet etat d’unite avec l’Etre, vous etes beaucoup plus alerte, beaucoup plus eveille que dans l’etat d’identification au mental. Vous etes en fait totalement present. Et cette condition eleve les frequences vibratoires du champ energetique qui transmet la vie au corps physique. Lorsque vous penetrez de plus en plus profondement dans cet etat de vide mental ou de « non-mental », comme on le nomme parfois en Orient, vous atteignez la conscience pure. Et dans 22 cette situation, vous ressentez votre propre presence avec une intensite et une joie telles que toute pensee, toute emotion, votre corps physique ainsi que le monde exterieur deviennent relativement insignifiants en comparaison.

Cependant, il ne s’agit pas d’un etat d’egoisme mais plutot d’un etat d’absence d’ego. Vous etes transporte au-dela de ce que vous preniez auparavant pour « votre moi ». Cette presence, c’est vous en essence, mais c’est en meme temps quelque chose d’inconcevablement plus vaste que vous. Ce que j’essaie de transmettre dans cette explication peut sembler paradoxal ou meme contradictoire, mais je ne peux l’exprimer d’aucune autre facon. § Au lieu « d’observer le penseur », vous pouvez egalement creer un hiatus dans le mental en reportant simplement toute votre attention sur le moment present. Devenez juste intensement conscient de cet instant. Vous en tirerez une profonde satisfaction.

De cette facon, vous ecartez la conscience de l’activite mentale et creez un vide mental ou vous devenez extremement vigilant et conscient mais ou vous ne pensez pas. Ceci est l’essence meme de la meditation. Dans votre vie quotidienne, vous pouvez vous y exercer durant n’importe quelle activite routiniere, qui n’est normalement qu’un moyen d’arriver a une fin, en lui accordant votre totale attention afin qu’elle devienne une fin en soi. Par exemple, chaque fois que vous montez ou descendez une volee de marches chez vous ou au travail, portez attention a chacune des marches, a chaque mouvement et meme a votre respiration. Soyez totalement present. Ou bien lorsque vous vous lavez les mains, prenez plaisir a outes les perceptions sensuelles qui accompagnent ce geste : le bruit et la sensation de l’eau sur la peau, le mouvement de vos mains, l’odeur du savon, ainsi de suite. Ou bien encore, une fois monte dans votre voiture et la portiere fermee, faites une pause de quelques secondes pour observer le mouvement de votre respiration. Remarquez la silencieuse mais puissante sensation de presence qui se manifeste en vous. Un critere certain vous permet d’evaluer si vous reussissez ou non dans cette entreprise : le degre de paix que vous ressentez alors interieurement. § Ainsi, le seul pas crucial a faire dans le periple qui conduit a l’eveil est d’apprendre a se dissocier du mental.

Chaque fois que vous creez une discontinuite dans le courant des pensees, la lumiere de la conscience s’intensifie. Il se peut meme que vous vous surpreniez un jour a sourire en entendant la voix qui parle dans votre tete, comme vous souririez devant les pitreries d’un enfant. Ceci veut dire que vous ne prenez plus autant au serieux le contenu de votre mental et que le sens que vous avez de votre moi n’en depend pas. 23 L’ILLUMINATION, C’EST S’ELEVER AU-DELA DE LA PENSEE La pensee n’est-elle pas indispensable pour survivre en ce monde ? Votre mental est un outil, un instrument qui est la pour servir a l’accomplissement d’une tache precise. Une fois cette tache effectuee, vous deposez votre outil. Je dirais ceci : elles que sont les choses, environ quatre-vingt a quatre-vingt-dix pour cent de la pensee chez l’humain est non seulement repetitive et inutile, mais aussi en grande partie nuisible en raison de sa nature souvent negative et dysfonctionnelle. Il vous suffit d’observer votre mental pour constater a quel point cela est vrai. La pensee involontaire et compulsive occasionne une serieuse perte d’energie vitale. Elle est en fait une accoutumance. Et qu’est-ce qui caracterise une habitude ? Tout simplement le fait que vous sentiez ne plus avoir la liberte d’arreter. Elle semble plus forte que vous. Elle vous procure egalement une fausse sensation de plaisir qui se transforme invariablement en souffrance. Pourquoi serions-nous des drogues de la pensee ?

Parce que vous etes identifies a elle et que cela veut dire que vous tirez votre sens du moi a partir du contenu et de l’activite du mental. Parce que vous croyez que si vous vous arretez de penser, vous cesserez d’etre. Quand vous grandissez, vous vous faites une image mentale de qui vous etes en fonction de votre conditionnement familial et culturel. On pourrait appeler ce « moi fantome », l’ego. Il se resume a l’activite mentale et ne peut se perpetuer que par l’incessante pensee. Le terme « ego » signifie diverses choses pour differentes gens, mais quand je l’utilise ici, il designe le faux moi cree par l’identification inconsciente au mental. Aux eux de l’ego, le moment present n’existe quasiment pas, car seuls le passe et le futur lui importent. Ce renversement total de la verite reflete bien a quel point le mental est denature quand il fonctionne sur le mode « ego ». Sa preoccupation est de toujours maintenir le passe en vie, car sans lui qui seriez-vous ? Il se projette constamment dans le futur pour assurer sa survie et pour y trouver une forme quelconque de relachement et de satisfaction. Il se dit : « Un jour, quand ceci ou cela se produira, je serai bien, heureux, en paix. » Meme quand l’ego semble se preoccuper du present, ce n’est pas le present qu’il voit. Il le percoit de facon totalement deformee, car il le regarde a travers les yeux du passe.

Ou bien il le reduit a un moyen pour arriver a une fin, une fin qui n’existe jamais que dans le futur projete par lui. Observez votre mental et vous verrez qu’il fonctionne comme ca. Le secret de la liberation reside dans l’instant present. Mais vous ne pourrez pas vous y retrouver tant et aussi longtemps que vous serez votre mental. Je ne veux pas perdre ma capacite d’analyse et de discernement. Je ne suis pas contre le fait d’apprendre a penser plus clairement, de facon plus penetrante, mais je ne veux pas perdre ma tete. Le don de la pensee est la chose la plus precieuse que nous ayons. Sans elle, nous ne serions qu’une autre espece animale. La predominance de la pensee n’est rien d’autre qu’une etape dans l’evolution de la conscience.

Il nous faut passer a l’etape suivante de toute urgence. Sinon, le mental nous aneantira, car il est devenu un veritable monstre. Je reparlerai de ceci plus en detail un peu plus loin. Pensee et conscience ne sont pas synonymes. La pensee n’est qu’un petit aspect de la conscience et elle ne peut exister sans elle. Par contre, la conscience n’a pas besoin de la pensee. Atteindre l’illumination signifie s’elever au-dela de la pensee, ne pas retomber a un niveau situe en dessous de la pensee, soit celui du regne vegetal ou animal. Quand vous avez atteint ce degre d’eveil, vous continuez a vous servir de votre pensee au besoin. La seule difference, c’est que vous 24 e faites de facon beaucoup plus efficace et penetrante qu’avant. Vous vous servez de votre mental principalement pour des questions d’ordre pratique. Vous n’etes plus sous l’emprise du dialogue interieur involontaire, et une paix profonde s’est installee. Lorsque vous employez le mental, en particulier quand vous devez trouver une solution creative a quelque chose, vous oscillez toutes les quelques minutes entre la pensee et le calme, entre le vide mental et le mental. Le vide mental, c’est la conscience sans la pensee. C’est uniquement de cette facon qu’il est possible de penser de maniere creative parce que c’est seulement ainsi que la pensee acquiert vraiment un pouvoir.

Lorsqu’elle n’est plus reliee au tres grand royaume de la conscience, la pensee seule devient sterile, insensee, destructrice. Essentiellement, le mental est une machine a survie. Attaque et defense face a ses « congeneres », collecte, entreposage et analyse de l’information, voila ce a quoi le mental excelle, mais il n’est pas du tout creatif. Tous les veritables artistes, qu’ils le sachent ou pas, creent a partir d’un etat de vide mental, d’une immobilite interieure. Puis, c’est le mental qui donne forme a l’impulsion ou a l’intuition creative. Meme les plus grands savants ont rapporte que leurs percees creatives s’etaient produites dans des moments de quietude mentale.

Une enquete effectuee a l’echelle nationale aupres des plus eminents mathematiciens americains, Einstein y compris, a donne des resultats surprenants. Questionnes au sujet de leurs methodes de travail, ils ont repondu que la pensee ne « jouait qu’un role secondaire a l’etape breve et determinante de l’acte creatif lui-meme1 ». Je dirais donc que la simple raison pour laquelle la majorite des scientifiques ne sont pas des gens creatifs, c’est qu’ils ne savent pas s’arreter de penser et non pas qu’ils ne savent pas comment penser ! Ce n’est pas la pensee, le mental, qui est a l’origine du miracle de la vie sur terre ou de votre corps. Et ce n’est pas cela non plus qui les sustente. De toute evidence, il y a a l’? uvre une intelligence qui est bien plus grande que le mental.

Comment une seule cellule humaine mesurant 1/2500 de centimetre de diametre peut-elle contenir dans son ADN des informations qui rempliraient un millier de livres de six cents pages chacun ? Plus nous en apprenons au sujet du fonctionnement du corps, plus nous realisons le caractere grandiose de l’intelligence qui est a l’? uvre en lui et la petitesse de notre savoir. Lorsque le mental se remet en contact avec cette realite, il devient le plus merveilleux des outils et sert alors une cause bien plus grande que lui. LES EMOTIONS, UNE REACTION DU CORPS AU MENTAL Qu’en est-il des emotions ? Je me laisse plus souvent prendre par mes emotions que par mon mental.

Dans le sens selon lequel j’emploie le terme, le mental ne fait pas seulement reference a la pensee. Il comprend egalement vos emotions ainsi que tous les schemes reactifs inconscients mettant en rapport pensees et emotions. Les emotions naissent au point de rencontre du corps et du mental. Une emotion est la reaction de votre corps a votre mental, ou encore le reflet de votre mental dans le corps. Par exemple, une pensee agressive ou hostile cree dans le corps une accumulation d’energie que nous appelons colere. Le corps s’apprete a se battre. La pensee d’etre menace physiquement ou psychologiquement occasionne une contraction dans le corps. C’est l’aspect physique de ce que nous appelons la peur.

Les recherches ont prouve que les emotions fortes peuvent meme modifier la biochimie du corps. Ces modifications biochimiques constituent l’aspect physique ou materiel de l’emotion. Bien sur, vous n’etes generalement pas conscient de tous vos schemes de pensee et ce n’est souvent qu’en observant vos emotions que vous pouvez les amener a la conscience. Plus vous vous identifiez a vos pensees, a vos gouts, a vos jugements et a vos interpretations, c’est-a-dire moins vous etes present en tant que conscience qui observe, plus grande sera la charge emotionnelle. Et ceci, que vous en soyez conscient ou non. Si vous ne reussissez pas a ressentir vos 25 motions, si vous en etes coupe, vous en ferez l’experience sur un plan purement physique, sous la forme d’un probleme ou d’un symptome physique. Etant donne qu’on a ecrit enormement sur ce sujet au cours des dernieres annees, nous n’avons pas besoin de nous y attarder. Un profond scheme emotionnel inconscient peut meme se manifester sous la forme d’un evenement qui semble simplement vous arriver. Par exemple, j’ai observe que les gens qui portent inconsciemment en eux une grande colere et qui ne l’expriment pas sont plus susceptibles de se faire attaquer verbalement ou physiquement par d’autres gens pleins de colere, souvent sans raison evidente. Il emane de ces premiers une forte vibration de colere qui entre en resonance avec la olere d’autres personnes et qui la declenche. Si vous avez de la difficulte a ressentir vos emotions, commencez par centrer votre attention sur le champ energetique de votre corps. Sentez votre corps de l’interieur. Ceci vous mettra aussi en contact avec vos emotions. Nous explorerons cela plus en detail plus tard. § Vous dites que l’emotion est la reaction corporelle du mental. Mais il existe parfois un conflit entre les deux : le mental dit « non » alors que l’emotion dit « oui ». Ou vice-versa. Si vous voulez vraiment apprendre a connaitre votre mental, observez l’emotion, ou mieux encore, ressentez-la dans votre corps, car celui-ci vous donnera toujours l’heure juste.

Si, apparemment, il y a un conflit entre les deux, la pensee mentira alors que l’emotion dira la verite. Non pas la verite ultime de votre essence, mais la verite relative de votre etat d’esprit a ce moment-la. Les conflits entre pensees superficielles et processus mentaux inconscients sont certes chose commune. Mais si vous n’etes pas encore capable de conscientiser l’activite mentale inconsciente sous la forme de pensees, celle-ci sera toujours refletee dans le corps sous la forme d’une emotion. Et de cela vous pouvez prendre conscience. Fondamentalement, on observe une emotion de la meme facon qu’une pensee, comme je l’ai explique plus haut. La seule difference, c’est qu’une emotion