Le play et les changements sociaux

Le play et les changements sociaux

Le Play et les changements sociaux : Au cours du 19e siecle, on observe un developpement considerable en particulier dans les villes des pays industrialises mais aussi dans une moindre mesure dans leurs campagnes ce qui entraine un bouleversement des modes de vies, que ce soit au niveau des conditions de travail, de logement, de nourriture, de pensees ; tout cela est profondement transformes et le meilleur moyen de remarquer ces changements reste les rapports familiaux. 1. a famille-souche, au c? ur de la pensee le playsienne : En sociologie, la famille est l’espace microsocial en transformation permanente ou l’etre humain organise et structure son identite : la protection des membres et la transmission des apports d’une culture propre depend en partie des conditions que la societe lui offre pour qu’elle assume sa fonction, fonctions familiales dependantes et liees a la place occupee par la famille dans l’organisation sociale et economique.

Pour Le Play il existe trois types de familles : la « famille-souche » au centre de sa pensee, archetype d’une structure familiale propre a assurer la perpetuation des valeurs, et qui vient d’un rejet : de la « famille patriarcale » trop porte sur le culte de la tradition, et de la « famille instable » apparu avec l’industrialisation et la

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
recherche constante de nouveaute. a. la monographie familiale et l’analyse comparative comme objets d’etudes : « l’enquete directe » La monographie devient au 9e siecle synonyme d’etude scientifique, minutieuse et detaillee portant sur un objet ou un phenomene circonscrit1. Le Play est considere comme l’inventeur de la methode monographique et le theoricien du patronage social, dans une optique traditionaliste. La famille est pour lui un element cle qu’il considere a la fois comme revelateur de l’etat social et l’unite fondamentale de la societe consideree : les membres des familles mettent en commun pour vivre les produits de leur activites ; il est donc plus interessant d’etudier une famille entiere que des individus separes de toute interaction sociale.

L’observation sur le terrain est alors effectue par peu d’hommes parmi lesquels nous pouvons citer Tocqueville, Chevalier pour l’Amerique du nord, Villerme, ou encore Blanqui.. mais Le Play lui veut elever son activite de recherche au rang d’un savoir scientifiquement transmissible2. Chaque monographie implique un travail important sur le terrain d’une duree variant d’une semaine a un mois et comprend trois phases : l’observation, l’entretien et l’inventaire. Le Play analyse aussi l’interaction, car la presence prolonge de l’observateur influe sur le quotidien des familles.

Puis vient alors les « notes » les conclusions et les comparaisons avec les autres familles deja etudiees. Le titre est le resume de la monographie : « Ferblantier, couvreur et vitrier d’Aix les Bains (Savoie- Etats Sardes) ouvrier chef de metier et subsidiaire journalier […] dans le systeme du travail sans attachement » cela indique la profession, la population dont il fait partie, la nature de l’engagement, et la situation qu’il occupe dans l’organisation sociale caracterise par cet engagement.

Ainsi apres avoir observe une famille d’Aix les Bains il l’etudie, tout d’abord en la classant dans la categorie des familles « instables » chose remarquable lorsqu’il parle de la « lacune de l’education » (l. 25) que les parents auraient du inculquer a leurs enfants mais qu’ils n’ont pas fait car ils ont « cede peu a peu aux mauvais instincts de la nature humaine » (l. 27) qui sont l’argent, la corruption, la quete de nouveaute en exces et le rejet de valeurs telles que les traditions le paternalisme et la prevoyance (qui est aux yeux de Le Play la plus haute vertu qui soit).

Nous voyons la l’exemple type de la famille qui destabilise la societe du 19e et qui s’oppose a la famille souche que l’auteur dit avoir rencontre dans toute l’Europe lors de ses nombreux voyages. La famille souche se distingue par sa stabilite sans l’immobilite (elle ne rejette pas la nouveaute) elle evite le recours au monde exterieur, vit dans le respect des bonnes traditions. C’est la famille modele dont les traits principaux sont l’habitation dans la meme demeure depuis des generations, l’exercice de la meme profession, et la pratique de la transmission integrale. . le personnage du pere de famille, entre autorite paternel et transmetteur des traditions Le Pater Familias, image venue du droit romain, est reprise par le code Napoleon. Le systeme de valeurs patriarcales est la base de presque tous les systemes economiques actuels, qui ne remettent jamais en cause le role dominateur de l’homme3. L’autorite paternelle est le veritable fondement des societes : maintenu par la religion et par les institutions attribuant au pere le droit absolu de disposer des biens de la famille, c’est la principale force sociale.

Pour Le Play, le pere ideal est maitre de ses actions mais il reste soumis a Dieu. Il a le pouvoir et le devoir de dresser ses enfants a la pratique de la vertu car pour devenir apte a remplir les fonctions sociales, il faut d’abord recevoir docilement l’education donnes par ses parents et maitres. Le testament du pere est la loi supreme de la famille pendant le cours de chaque generation. Dans le Code Napoleon de 1804 la puissance paternelle sur les enfants legitimes est un pouvoir absolu et la femme ne peut ni exercer une profession ni accomplir un acte de la vie civile ou administrative sans l’autorisation du mari4.

Le pere de la famille souche en est le pilier, son but premier est la transmission de son savoir, des traditions qui permettront a ses enfants d’affronter la vie et d’etre de bons citoyens, mais pour Le Play le pere de la famille instable transmet seulement « a ses fils une tendance encore plus prononcee vers les dangereuses nouveautes » (l. 42) acte qui n’accroit que plus l’antagonisme social dans lequel s’enlise la France depuis 1789.

La societe francaise conserve une logique sociale fondee sur « l’honneur » et le « rang », des valeurs qui sont tres repandus parmi les elites francaises4. La pensee de Le Play presente la bonne organisation de la famille comme element declencheur spontane du bonheur de la societe, mais l’ecole reformiste le playsienne s’appuie sur un ideal familial tel qu’il se developpe dans la famille bourgeoise. Ces theoriciens bourgeois s’interrogent sur les causes des changements familiaux et s’inquietent de ses consequences et en tirent des conclusions politiques economiques et demographiques. . le liberalisme politique et Le Play : Le Play se dit socialiste, veut une intervention moins importante de l’Etat dans la vie privee, admire le modele anglais tout en critiquant le liberalisme qui sevit en Grande Bretagne et adopte une demarche pre-populationniste avant l’heure. a. eviter l’intervention de l’Etat en matiere social/economique : transformer l’Etat en « bon observateur » Ses monographies lui permettent d’argumenter sur le besoin de reforme de la France.

Bien que le 19e est le siecle du liberalisme ; tres tot l’opposition apparait : une partie des theoriciens bourgeois developpent une pensee populationniste dans le but de redresser l’accroissement de la France : ils accusent d’abord les mefaits de l’individualisme revolutionnaire tel qu’il avait ete traduit dans le code civil : suppression du droit d’ainesse entrainant l’eparpillement des heritages et l’affaiblissement de l’autorite paternelle. « L’ennemi francais de la famille »5 est le code civil au chapitre des successions : le partage egal et force entraine la vente des biens et la limitation des naissances.

Mais le droit d’ainesse comporte un automatisme qui semble a Le Play imparfait. Pour lui c’est au pere que revient le choix de l’enfant le plus apte a reprendre sa place. La division de l’heritage detruit la continuite de l’histoire familiale et cela contribue a produire les deux defauts majeurs que Le Play reproche au nouveau regime industriel : l’absence de projets economiques a long terme et l’absence de solidarite entre les classes qui detruisent la stabilite de la famille. Cette stabilite passe par la defense de la propriete, chose bouleverse par le droit successoral et le partage qu’il induit.

Pour Le Play la stabilite de la famille est la force de l’Etat. Il oppose la coutume et la loi : la coutume est spontanee, inseparablement instituee et respectee, alors que le recours aux lois ecrites est correlatif du recours a la force et equivaut a la sanction d’une autorite. Dans « l’Organisation de la famille » Le Play explique que « notre plus fatale erreur est de desorganiser par les empietements de l’Etat l’autorite du pere de famille, la plus naturelle et la plus feconde des autonomies, celle qui conserve le mieux le lien social, en reprimant la corruption originelle, en dressant les jeunes generations au respect et a l’obeissance.

Cette erreur est celle qui soumet le foyer, l’atelier de travail et le personnel de la famille a l’autorite des legistes, des bureaucrates et de leurs agents privilegies. » car la famille est l’? uvre de la coutume et non de la loi ecrite etant donne que c’est une institution toute faite qui n’a pas besoin du concours de l’Etat (dans le cas de la famille souche). L’Etat se doit donc de se tenir a l’ecart, en simple observateur. Les principaux points que Le Play veut reformer sont le droit successoral mais aussi l’enseignement public.

Le but de sa reforme est qu’il y est moins d’intervention publique dans la vie privee. Si Le Play est hostile a l’enseignement public c’est parce qu’il le trouve inefficace et dangereux : c’est le meme enseignement qui est donne a des enfants socialement differents. b. des contradictions dans l’ideologie le playsienne : Le modele anglais, entre apologie et attrait Avec la Russie, l’Angleterre est pour Le Play le systeme le plus abouti, il le presente comme etant « le plus merveilleux mouvement de progres que l’histoire ait constate jusqu’a ce jour » (l. 105).

Ce qui ne lui plait pas dans l’enseignement francais (meme enseignement pour des enfants socialement differents) n’est pas present en Grande-Bretagne : l’enseignement secondaire est donne par des ecoles tres differenciees selon l’orientation professionnelle et le niveau social des eleves. Il entame une correspondance tres riche avec l’economiste anglais Porter ou il lui declare etre « franchement socialiste »6 dans une lettre d’avril 1848, avant d’etre decu par les evenements de juin et de se tourner vers la politique qui lui correspond, celle de Louis Napoleon Bonaparte qui melange romantisme, liberalisme autoritaire, et socialisme utopique.

Pour lui l’organisation des societes ne doit pas se limiter a la copie de ce qu’a produit la politique economique anglaise. Ainsi la liberte laisse aux interets privees n’est pas le choix ideal dans le cas du salaire ou de la concurrence. Il critique le liberalisme car en tant que pre-populationniste il trouve etrange et meme choquant que l’on accordat a l’instar des neo-malthusiens la priorite au « bonheur des individus » il faut surtout se soucier du probleme de la « quantite des citoyens » et de la « qualite de la civilisation » c’est-a-dire renover une morale deficiente et favoriser la procreation.

Le populationnisme s’oppose au malthusianisme present en Allemagne et en Grande Bretagne, les liberaux sont les heritiers de Malthus : ils considerent qu’il est normal de limiter le nombre d’hommes7. Le Play lui est populationniste avant l’heure, car il a cherche a deceler les facteurs limitant la fecondite des familles et a condamne la famille qu’il nommait « instable » non seulement pour son « immoralite » mais parce qu’elle etait cause du declin de la population8. Le personnage de Le Play, entre refus d’intervention de l’Etat et tendance au technocratisme Les recherches de Le Play sont nfluencees par leur cohabitations avec ses etudes metallurgiques europeenne. Bien que Le Play refuse l’intervention de l’Etat dans la sphere privee, il veut reformer la France pour detruire la famille instable, cause de nos malheurs. Sa reforme exige l’amelioration morale des hommes. Il est aussi soutenu dans ses enquetes sur les classes ouvrieres par Louis Napoleon Bonaparte. Il se rallie au gouvernement de Bonaparte qui lui confie plusieurs charges en 1855 il devient meme conseiller d’Etat. Il prone une preponderance de la place des techniciens specialises dans les prises de decisions.

L’auteur effectue une critique du capitalisme qui empeche le lien, la stabilite sociale, et regrette les structures passes que la revolution de 1789 a detruite. Il accuse l’intervention grandissante de l’Etat d’etre une des causes de l’antagonisme sociale. Le Play decrit la societe contemporaine au travers de sa vision elitiste. C’est un modele ideal que Le Play a dresse, en generalisant des cas certes authentiques mais privilegies, un echantillon non representatif des populations pour tenter de comprendre l’anomie qui sevissait a son epoque.

L’anomie est un concept sociologique forge par Durkheim qui a pense a la fois le changement de societe et l’importance de la religion comme force de reunion et d’energie sociale, qui se traduit par l’affaiblissement des liens sociaux, le relachement des contraintes, une perte de sens et un affaiblissement des normes. Durkheim dit que c’est le « mal de l’infini » car les desirs n’ont plus de limites. L’Ecole le playsienne a connu une unite tres breve : en 1885 l’equipe de la science sociale se separe de celle de la reforme sociale. L’heritage de Le Play est alors tres vite demembre.

Sa doctrine sociale est reprise par les paternalistes, personnalistes et corporatistes (qui veulent eux aussi harmoniser les classes sociales et moderer le liberalisme) feront autorite sous le regne de Vichy. Ce n’est que depuis peu que Le Play redevient un auteur qui vaille la peine de s’y interesser, apres la deuxieme guerre mondiale les sociologues le passent presque entierement sous silence trouvant son ideologie traditionaliste et conservatrice. Aujourd’hui depuis seulement une vingtaine d’annee on s’accorde a lui reconnaitre une influence dans des domaines variees que sont l’economie la sociologie ou encore l’histoire.

Bibliographie : Francoise Arnault ; Frederic Le Play de la metallurgie a la science sociale, presse universitaire de Nancy ; collection sociologie ; 1993 Jacques Dupaquier(dir. ) ; Histoire de la population francaise : tome 3 de 1789 a 1914, presse universitaire de France ; 1988 ?uvres de Frederic Le Play : Principes de paix sociale : la famille, Editions d’histoire et d’art ; librairie Plon ; 1941 Bernard Kalaora, Antoine Savoye ; Les inventeurs oublies Le Play et ses continuateurs aux origines de la science sociale, collection milieux ; Editions Champ Vallon ; 1989