Le nucleaire

Le nucleaire

? I- Les enjeux du nucleaire A) Historique de l’energie nucleaire B) A quoi sert le nucleaire ? II- Le nucleaire : energie de l’avenir A) La rarefaction des energies non renouvelables et les dangers que cela implique B) Les promesses du futur… III- Les problemes que souleve le nucleaire A) Un theme au c? ur des debats actuels B) These favorable au nucleaire C) These defavorable au nucleaire Bien que ne sous le signe tragique d’Hiroshima, le nucleaire semblait riche de promesses. La crise du petrole au debut des annees 70 a en effet stimule les commandes et la construction de centrales nucleaires.

Cinquante ans apres, qu’il soit civil ou militaire, le nucleaire effraie et, simultanement, fascine. Considere d’abord par l’opinion publique comme une conquete du genie humain, le nucleaire est progressivement percu comme une menace, fruit d’une trop grande audace qui pourrait devenir fatale. Des accidents, dont celui de Tchernobyl en 1986, ont eu lieu, les armes nucleaires se sont multipliees et les tensions entre les pays ne font que s’intensifier. De plus, l’intensification des controverses quant a l’utilisation de cette nouvelle energie a favorise l’extension des mouvements antinucleaires dans les annees 1970.

Aujourd’hui l’energie nucleaire est de nouveau sur le devant de la scene car de nombreux

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
pays, qui ont pris conscience des risques d’une dependance vis-a-vis des combustibles fossiles et du vieillissement de leurs outils de production d’electricite, reevaluent leur politique energetique. Le petrole, le charbon et le gaz assurent plus de deux tiers de la production d’energie et d’electricite dans le monde, mais ils sont aussi a l’origine des gaz a effet de serre juges principaux responsables du rechauffement climatique.

Parallelement, la progression rapide de la demande d’energie prevue dans les cinquante prochaines annees constituera un veritable defi pour les societes du monde entier qui devront trouver comment produire l’energie necessaire a la croissance economique et au developpement social sans degrader l’environnement. Les recentes flambees des cours du petrole, les coupures de courant en Amerique du Nord et en Europe et les dereglements climatiques ont aussi attire l’attention sur des questions telles que la stabilite des prix a long terme, la securite d’approvisionnement en energie et le developpement durable.

C’est pourquoi, il serait interessant de definir, dans un dossier objectif, les grands axes du debat qui s’anime autour du nucleaire, afin d’en degager les perspectives pour l’avenir et les principaux enjeux pour les gouvernements, qu’ils soient de nature politique, economique, environnementale ou ethique. A) Breve historique 26 fevrier 1896 : Henri Becquerel (physicien francais, 1852-1908) decouvre la radioactivite naturelle, alors qu’il etudie les rayons X et la fluorescence des sels d’uranium. C’est une decouverte fondamentale pour la physique contemporaine. 26 decembre 1898 : Pierre et Marie Curie (physiciens francais) decouvrent le polonium et le radium. Les epoux Curie recevront le Prix Nobel de physique avec Henri Becquerel en 1903 pour leurs etudes sur les rayonnements emis spontanement par les sels d’uranium et pour la decouverte des mineraux actifs. 1939 : Frederic Joliot-Curie (physicien francais, 1900-1958), gendre de Pierre et Marie Curie, decouvre avec son equipe la fission secondaire des neutrons, autrement dit la reaction en chaine que peut provoquer une fission nucleaire.

C’est la maitrise de ces reactions qui permettra la creation de centrales nucleaires et autres bombes atomiques. A l’approche de la guerre, la maitrise de l’energie atomique s’averera cruciale, ce qui incitera Albert Einstein (physicien allemand, 1879-1955) a envoyer sa celebre lettre a Roosevelt, le 2 aout, dans laquelle il explique les risques que presenterait l’Allemagne nazie si elle detenait l’arme atomique. Septembre 1942 : la Maison Blanche lance le « Manhattan Project » qui a pour objectif la creation d’au moins trois bombes atomiques. decembre 1942 : Enrico Fermi (physicien italien, 1901-1954) cree avec son equipe la premiere pile atomique. 16 juillet 1945 : l’experience « Trinity », dans le desert du Nouveau Mexique voit exploser la premiere bombe atomique de l’histoire. Le sable alentour est vitrifie et un champignon de 300 metres de diametre s’eleve. 6 aout 1945 : le president americain Harry Truman decide de lacher la premiere bombe atomique, « Little Boy », sur la ville d’Hiroshima, siege du commandement du Japon imperial, afin de mettre fin a la Seconde Guerre mondiale.

L’explosion provoquera la mort d’environ 100 000 personnes et aneantira completement la ville dans un rayon de 2 kilometres. Les radiations continueront a faire de nombreuses autres victimes pendant des annees. ? 9 aout 1945 : la bombe « Fat Man » est lachee sur la ville de Nagasaki, faisant plus de 70 000 victimes. 18 mars 1950 : lance par le communiste Frederic Joliot-Curie et le Mouvement mondial pour la paix, l’appel de Stockholm contre la bombe atomique recueille 3 millions de signatures en France et plus de 150 millions dans le monde entier. er novembre 1952 : les Etats-Unis testent pour la premiere fois la bombe thermonucleaire ou bombe H, baptisee « Mike », qui est 1000 fois plus puissante que celle lancee sur Hiroshima. 21 janvier 1954 : lancement du « Nautilus », premier sous-marin americain a propulsion nucleaire, capable de rester plusieurs semaines immerge et de parcourir ainsi 140 000 kilometres. Il naviguera sous le Pole Nord en aout 1958. 29 juillet 1957 : l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique) entre en fonction.

Cette organisation, qui depend du Conseil de securite de l’ONU, cherche a promouvoir les usages pacifiques de l’energie nucleaire et a limiter le developpement de ses applications militaires. 13 fevrier 1960 : la premiere bombe atomique francaise est testee dans le desert algerien. 1963 : EDF produit pour la premiere fois de l’electricite nucleaire. 29 mars 1967 : la France lance le « Redoutable », premier sous-marin nucleaire francais. 4 aout 1968 : la France devient la 5eme puissance nucleaire mondiale, derriere les Etats-Unis (1952), l’URSS (1953), la Grande-Bretagne (1957) et la Chine (1967). En 1998, l’Inde et le Pakistan deviendront les sixieme et septieme puissances nucleaires. Signature du Traite de non-proliferation nucleaire (TNP). 28 mars 1979 : accident a Three Mile Island aux Etats-Unis, classe au niveau 5 sur l’echelle INES. ? 26 avril 1986 : une explosion detruit l’un des 4 reacteurs de la centrale nucleaire de Tchernobyl en Ukraine. 5 000 personnes mourront dans les mois qui suivront et les retombees radioactives affecteront la majeure partie de l’Europe. Cet accident atteindra l’echelon le plus eleve de l’echelle INES (International Nuclear Event Scale). 24 septembre 1997 : 71 pays du monde, dont cinq puissances nucleaires, signent a New York le Traite d’interdiction complete de tout essai atomique. 12 aout 2000 : le sous-marin nucleaire russe « Koursk » coule en mer avec 118 hommes d’equipage.

Le gouvernement russe finira par accepter l’aide etrangere et, le 21 aout, des scaphandriers norvegiens descendront inspecter le Koursk, gisant a 108 metres de fond, mais il n’y aura pas de survivants. 9 octobre 2006 : apres son retrait du traite de non-proliferation nucleaire (TNP), la Coree du Nord realise un essai nucleaire condamne par la communaute internationale, devenant la 9eme puissance nucleaire. 23 decembre 2006 : le Conseil de securite de l’ONU a vote une resolution imposant des sanctions a l’Iran.

La France, le Royaume-Uni et l’Allemagne prevoient la mise en place d’un embargo sur les materiaux et les technologies qui pourraient aider l’Iran a se procurer l’arme nucleaire. B) A quoi sert le nucleaire ? L’adjectif nucleaire, provenant du latin nucleus qui signifie noyau, a deux significations : ce qui concerne un noyau (fruit, cellule, atome…) ou ce qui se rapporte a l’energie nucleaire, a sa production et a son utilisation. Le nucleaire designe l’ensemble des industries du nucleaire civil et militaire : nucleaire civil : exploitation des mines d’uranium, fabrication de combustible nucleaire dont enrichissement de l’uranium, exploitation des centrales nucleaires, traitement du combustible irradie (= retraitement nucleaire), gestion des dechets radioactifs, demantelement des installations nucleaires, production de radio-isotopes (medecine nucleaire notamment). – nucleaire militaire : armes atomiques, utilisant principalement du plutonium, reacteurs militaires pour la propulsion de navires militaires ou de sous-marins nucleaires. Schema simplifie de la filiere nucleaire

Des ses premieres applications, l’energie nucleaire fut marquee par la dualite : nouvelle source d’energie abondante, elle etait aussi le symbole d’un immense pouvoir de destruction. Les applications civiles ne virent le jour que quelques annees apres l’explosion de la premiere bombe. Son incroyable capacite en terme de production electrique semblait alors redorer son blason, surtout lors des crises petrolieres des annees 1970. Mais l’incident de Tchernobyl attisa les convictions des anti-nucleaires et sema le doute sur le bien fonde de son utilisation. Le nucleaire peut etre utilise a differentes fins : – l’armement :

Les armes nucleaires sont de deux types : les armes a fission ou « bombes A » et les armes a fusion ou bombes thermonucleaires ou « bombes H ». La bombe a neutrons est une variante de la bombe thermonucleaire, supposee detruire les plus grandes formes de vie dans le voisinage de sa cible, tout en limitant les degats materiels. Dans la doctrine d’emploi de la plupart des puissances nucleaires, on distingue : l’arme nucleaire strategique, instrument de dissuasion nucleaire destinee a prevenir un conflit, et l’arme nucleaire tactique ou de bataille, susceptible d’etre employee sur des objectifs militaires au cours d’un conflit.

Des utilisations civiles des armes nucleaires ont ete envisagees pour creuser, par exemple, des cavites souterraines pour le stockage de gaz. L’Union sovietique a utilise des explosifs atomiques pour le percement de canaux. – l’energie : Les applications de l’energie nucleaire concernent la production d’electricite dans les centrales nucleaires et la propulsion navale et spatiale. Le premier parc mondial de centrales nucleaires est celui des Etats-Unis (104 reacteurs nucleaires), puis de la France (59 reacteurs nucleaires).

La Lituanie est le pays le plus dependant de l’energie nucleaire, avec 81% de son electricite produite a partir du nucleaire selon l’AIEA, la France venant en deuxieme position avec 78% de son electricite produite a partir du nucleaire. Les batiments a propulsion nucleaires sont au nombre de 400 dans le monde, tres majoritairement militaires, et comptent des sous-marins, des porte-avions, des croiseurs (navires de guerre) et quelques navires civils (brise-glaces).

Les couts d’investissement et d’exploitation de la propulsion nucleaire ne la rendent veritablement interessante que pour un usage militaire et particulierement pour les sous-marins. Cette energie apporte une tres grande autonomie permettant d’eviter en operations la contrainte du ravitaillement en combustible et une propulsion totalement independante de l’atmosphere. Certains engins spatiaux comme Voyager ont deja emporte des generateurs nucleaires pour alimenter leur electronique.

En revanche la propulsion nucleaire, au cas ou elle serait possible, n’est encore qu’envisagee, car ses avantages sont loin d’etre evidents, tandis que si un accident survient, la pollution spatiale entrainee serait desastreuse, voire meme dangereuse. – autres usages : Le nucleaire est egalement utilise dans l’industrie (radiographie de soudure : realisation de cliches a l’aide de rayons X des structures internes d’un patient ou d’un composant mecanique) et la medecine (medecine nucleaire : specialite medicale qui a pour objet le diagnostic des maladies par l’utilisation de sources radio-actives utiles. La medecine nucleaire permet aujourd’hui d’etudier pratiquement tous les systemes du corps humain et trouve par ce fait des applications dans toutes les specialites medicales (neurologie, cardiologie, oncologie, endocrinologie, nephrologie, gastro-enterologie, pneumologie, infectiologie, disciplines chirurgicales… ). Au-dela des scanners qui exposent l’individu a la radioactivite, il existe aussi des injections de substances radioactives qui ont pour but e se fixer sur certains organes ou de detruire certaines bacteries, de meme qu’il existe des medicaments qui ont ete soumis a la radioactivite. Dans le domaine de l’agroalimentaire, le nucleaire est le plus souvent utilise pour permettre une meilleure conservation des aliments qui sont irradies. Cette utilisation a pour but un profit economique car les produits peuvent tenir plus longtemps lors des transports et cela enleve certaines contraintes aux entreprises. Sigle observable sur les emballages d’aliments irradies

Il y a aussi la radioactivite naturelle, emise par l’environnement (sol, arbres, soleil…). Cette radioactivite est cependant tres faible et donc ne presente aucun danger pour l’homme. D’autres utilisations ont ete imaginees, voire experimentees, comme la production de chaleur pour alimenter un reseau de chauffage, le dessalement de l’eau de mer ou la production d’hydrogene. A) La rarefaction des energies non renouvelables et les dangers que cela implique L’energie nucleaire mise a part, il reste les combustibles fossiles et les energies propres.

Les combustibles fossiles, tels que le charbon et le petrole, sont sales (polluants) et synonymes de rarefaction et de conditions de travail inhumaines. Seul l’avenement de technologies palliant ces inconvenients majeurs permettraient a l’homme de continuer a puiser l’energie dans ces materiaux. Les energies propres ou energies vertes, dites non-conventionnelles, ne produisent pas de polluants et puisent leur source d’elements naturels : – l’energie eolienne : elle n’est qu’une forme secondaire de l’energie solaire, transformee en mouvements atmospheriques.

Certaines techniques elaborees permettent de fournir des puissances notables et utilisables. Il n’en reste pas moins que l’energie eolienne est propice a une utilisation parcellisee, necessitant des puissances controlees faibles, et, de toute facon, relativement limitees. – l’energie geothermique : fournie par la chaleur de la Terre, son utilisation, encore experimentale, comporte certains risques du point de vue de l’ecologie. – l’energie solaire : non polluante, elle peut etre utilisee sous forme thermique, ou sous forme d’electricite (technologie des piles photovoltaiques).

Son utilisation est adaptee aux zones temperees et subtropicales, et aux procedes techniques necessitant de faibles concentrations d’energie (par exemple, les petites industries de pays « sous-developpes »). – l’energie hydroelectrique : obtenue par conversion de l’energie hydraulique des differents flux d’eau (fleuves, rivieres, chutes d’eau, courants marins…). Toutes ces formes d’energie necessitent la mise en ? uvre de technologies dont la plupart sont simples et fiables. Le « savoir » a considerablement moins d’importance ici qu’en ce qui concerne l’energie nucleaire.

Elles sont considerees comme les energies les plus respectueuses de l’environnement, cependant, elles demandent des couts d’installation et d’entretien et des investissements enormes. C’est pourquoi la plupart des entreprises et des foyers refusent ce genre d’approvisionnement energetique. L’energie nucleaire semble se developper comme etant l’energie du futur. B) Les promesses du futur… Quatre problemes montrent que le nucleaire, en tant qu’energie douce et renouvelable, represente une alternative credible : – on produit trop de gaz a effet de serre et on ne respecte pas la courbe descendante prevue dans le protocole de Kyoto les couts des energies fossiles s’envolent et ils ne seront plus qu’a la hausse – ces energies fossiles sont produites dans des pays qui ne sont pas des plus stables – la valeur ajoutee a l’egard de ces energies est tres faible. Les gouvernements, a l’avenir, ne pourront se passer de l’energie nucleaire, dans son utilisation strictement civile. Cependant, il s’agit d’une ouverture certaine aux pays en difficulte de se doter de l’arme nucleaire, remettant en cause les rapports de force preexistants entre les differents pays du globe.

C’est pourquoi le besoin d’une norme mondiale devient de plus en plus pressant avec l’ouverture et l’internationalisation du marche de l’energie nucleaire. De plus, il faudra imperativement reduire notre consommation d’energie, mais egalement diversifier et investir dans les energies renouvelables : la biomasse, les biocarburants, les eoliennes, l’energie solaire… Le nucleaire doit etre un maillon de nos sources energetiques futures. Le programme de reduction des emissions de gaz a effet de serre favorise l’energie nucleaire.

Elle peut notamment participer au developpement durable, mais pour qu’elle contribue de maniere evidente a la lutte contre le rechauffement climatique, il faudra developper la puissance nucleaire installee dans de fortes proportions. Pour que l’energie nucleaire demeure une option efficiente et acceptable par la societe, la technologie de reacteurs avances et le recyclage du combustible, susceptibles de limiter l’accroissement de la production de dechets nucleaires et d’offrir des avantages en matiere d’economie, de surete et de non-proliferation, pourraient etre tres utiles.

Enfin, l’avenir du nucleaire se joue dans la conquete de marches, il devrait ainsi s’ouvrir a d’autres applications tel que le dessalement d’eau de mer. A) Un theme au c? ur des debats actuels La question du nucleaire, et plus particulierement de l’armement nucleaire, revient sur le devant de la scene internationale avec la violation ouverte du TNP par la Coree du Nord, qui a annonce le 9 decembre 2006 avoir realise un essai souterrain. A l’heure actuelle, les negociations entre les grandes puissances mondiales et la Coree du Nord ont echoue.

La proliferation nucleaire est l’augmentation du nombre des pays detenteurs de l’arme nucleaire ou qui ont des programmes permettant de l’obtenir. La question de la proliferation nucleaire, qui designe la propagation de l’utilisation de l’energie nucleaire dans les pays voulant fabriquer des armes nucleaires, revient a l’ordre du jour dans ce contexte. L’arme nucleaire est devenue d’une importance considerable pour les Etats, car elle est symbole de puissance et de maitrise dans le domaine de la science.

Mais les grandes puissances ont realise, lors de la Guerre froide, le danger lie a l’utilisation militaire du nucleaire. C’est pourquoi une dizaine de traites furent signe dans le but de reduire la proliferation nucleaire dans certaines regions du globe qualifiees de « dangereuses » et « instables » (Pacifique Sud, Caraibes, Amerique latine, Afrique du Sud, qui est la seule nation africaine a s’etre dotee de l’arme nucleaire), et ainsi d’eviter le pire : une guerre nucleaire.

Le traite le plus celebre etant le TNP (Traite de non-proliferation), conclu en 1968 par 43 Etats (contre 188/191 aujourd’hui), qui vise a reduire le risque que l’arme nucleaire se repande a travers le monde et permet l’utilisation pacifique de l’explosion nucleaire en engageant les Etats dotes de l’arme nucleaire (EDAN, le « club nucleaire ») a rendre accessibles, sur une base non discriminatoire aux Etats non-dotes de l’arme nucleaire (ENDAN) des dispositifs explosifs dont ils n’auraient pas a payer la recherche et la mise au point.

Son controle est cependant rendu difficile par les differences d’interets des pays signataires. Certains pays ont possede des programmes « clandestins » (Iraq, Iran, Libye), d’autres sont soupconnes de n’avoir pas respecte le traite (Algerie), d’autres encore ont volontairement arrete leurs programmes d’acquisition de l’arme nucleaire (Afrique du Sud, Argentine, Bielorussie, Bresil, Kazakhstan, Suede, Ukraine). Seulement 3 pays, dits « du seuil », non signataires du traite ont developpe l’arme nucleaire, a savoir l’Inde, l’Israel et le Pakistan.

Le probleme majeur est que l’incertitude demeure quant aux intentions de certains de ces differents Etats. Il existe aussi des frictions entre les pays du Nord, responsables historiques de la pollution mais peu desireux de remettre en cause leurs habitudes, et les pays du Sud, inquiets des consequences de la lutte contre le changement climatique sur leur developpement economique. Le debat autour du nucleaire, qui decoule du probleme energetique, concerne la prevision a long terme de la consommation energetique.

Suite aux chocs petroliers dans les annees 1970, et grace au lobbying pro-nucleaire de l’AIEA, plusieurs pays envisagent d’utiliser massivement l’energie nucleaire, au detriment du petrole, pour leurs besoins energetiques. Elle serait donc un moyen d’eviter la dependance aux pays petroliers et notamment au cartel de l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Petrole). A l’heure ou la production industrielle ne fait que s’accroitre, il devient primordial de trouver une solution afin que l’exploitation energetique suive le rythme effrene des consommateurs de la planete, tout en preservant l’environnement.

La croissance energetique actuelle impose, avec une certaine logique et de maniere evidente, l’utilisation « pacifique » de l’energie nucleaire. La France, par exemple, fait partie des deux premiers producteurs d’electricite nucleaire au monde et a permit, en choisissant le nucleaire, d’accroitre son independance energetique, sans pour autant delaisser l’approvisionnement petrolier. L’environnement est egalement au c? ur du debat. L’energie nucleaire, bien que non-polluante, pose probleme quant au stockage des dechets radioactifs. Le statut de l’energie nucleaire comme « energie propre » reste sujet a debat.

En effet, si celle-ci presente l’un des plus bas taux d’emission de gaz a effet de serre, elle est generatrice de dechets nucleaires et de rayons radioactifs dont l’elimination n’est pas resolue. L’energie nucleaire resterait ainsi trop marginale pour agir de facon significative contre le rechauffement climatique. Les principales interrogations portent sur la quantite de ces dechets, la possibilite technique et economique de les gerer sur le tres long terme et les fondements ethiques sous-jacents a une reflexion affectant plusieurs generations.

Les avantages de cette energie sont reconnus : la puissance degagee, le cout competitif de l’electricite produite, la capacite a produire de l’electricite sans rejets de gaz a effet de serre… Mais le nucleaire fait peur et la gestion des dechets radioactifs inquiete. Ainsi, deux visions s’affrontent au sujet du nucleaire : – certains pretendent que l’arme nucleaire est un outil de dissuasion, et a donc un effet stabilisateur. L’exemple classique est le cas du Pakistan et de l’Inde, qui possedent tout deux l’arme nucleaire et qui ont vu les conflits territoriaux diminuer en intensite. pour d’autres, en revanche, l’arme nucleaire est un element dangereux et destabilisateur. En particulier, il permet aux Etats de moindre importance de faire du chantage en mettant toutes les puissances sur pied d’egalite. La Coree du Nord est l’illustration de ce chantage, puisqu’elle menace regulierement les Etats-Unis de poursuivre son programme nucleaire, dont personne ne connait l’evolution exacte. Les applications civiles de l’energie nucleaire sont controversees en raison : des risques d’accident nucleaire grave sur un reacteur nucleaire ou au cours du cycle du combustible ; – de problemes non resolus lies a la gestion a long terme des dechets radioactifs ; – du risque de proliferation nucleaire ; – du risque de terrorisme nucleaire par le detournement de matiere radioactive pour l’utiliser comme toxique ou pour fabriquer une «bombe radiologique», ou par l’attaque directe d’un reacteur ; – du cout economique de la filiere de production de l’electricite nucleaire.

Les risques et les couts ne sont pas evalues de la meme facon par les pro- et les antinucleaires, qui se divisent aussi au sujet de l’utilite des applications nucleaires civiles et militaires, en particulier de la production d’electricite nucleaire et de l’opportunite d’une sortie du nucleaire civil. Les thematiques du debat sont donc nombreuses : proliferation nucleaire, gestion des dechets radioactifs, impact de l’energie nucleaire sur le rechauffement climatique, risques d’un accident, detournement de l’industrie nucleaire civile pour un usage militaire ou terroriste (sur une centrale nucleaire par exemple).

Les participants au debat peuvent aller de l’organisation internationale au simple militant local, qui defend son territoire face a l’implantation d’une centrale nucleaire pres de chez lui, par exemple. On compte egalement des organisations non-gouvernementales internationales, des associations nationales ou locales, des syndicats, des partis politiques, des cabinets d’expertise, des organismes de recherche ou industriels du secteur. B) These favorable au nucleaire Les partisans « pro-nucleaires » se prononcent tous favorables a l’utilisation de l’energie nucleaire pour le civil et s’opposent a une quelconque visee militaire.

Pour eux, l’energie nucleaire doit rester un espoir pour les generations futures et ne doit pas servir a equilibrer les forces entre les differentes puissances mondiales, comme ce fut le cas pendant la Guerre froide, lors de l’affrontement entre les Etats-Unis et l’URSS. Les partisans de l’energie nucleaire denoncent les a priori des antinucleaires qui seraient atteint de « nucleophobie », c’est-a-dire une peur irraisonnee et ideologique de tout ce qui peut avoir trait a l’energie nucleaire, assimile immediatement a Hiroshima ou Tchernobyl. L’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique), organisation qui depend du Conseil de securite de l’ONU, cherche a promouvoir les usages pacifiques de l’energie nucleaire et a limiter le developpement de ses applications militaires. Elle s’oppose a l’utilisation militaire de l’energie nucleaire, mais soutient massivement l’utilisation civile des centrales nucleaires. Son but est le developpement de l’energie nucleaire pour la production d’electricite dans tous les pays membres (actuellement 139 pays).

L’organisation a recu le Prix Nobel de la paix en 2005. Beaucoup d’observateurs internationaux critiquent leur engagement pour le maintient de la paix et les antinucleaires l’accusent de minimiser les risques lies a l’utilisation de l’energie nucleaire. Ainsi, dans l’un de ses rapports sur la catastrophe de Tchernobyl, seulement 50 victimes (4000 a long terme) ont ete denombrees par l’AIEA. Elle compte des programmes en Iran, en Libye, en Coree du Nord et a Tchernobyl, et elle est tenue de surveiller le respect du TNP. L’Agence de l’OCDE pour l’energie nucleaire (OCDE/AEN) a pour objectif de promouvoir les usages pacifiques (surs, respectueux de l’environnement et economiques) et limiter les usages militaires de l’energie nucleaire, et d’organiser la cooperation entre les differents pays. Composee de 28 pays, l’AEN est la seule organisation intergouvernementale a vocation nucleaire qui reunisse des pays developpes d’Amerique du nord, d’Europe et de la region Asie-Pacifique en une petite structure non politique aux centres d’interets techniques bien circonscrits. Le Partenariat mondial pour l’energie nucleaire (Global Nuclear Energy Partnership) est un projet de cooperation internationale entre les Etats-Unis, la France et le Japon, sur le theme du retraitement du combustible nucleaire irradie. Il vise a developper les techniques liees au retraitement nucleaire dans une optique de non-proliferation. Ce Partenariat a 4 objectifs : – reduire la dependance des Etats-Unis a l’egard des sources etrangeres d’energie fossile et favoriser la croissance economique recycler le combustible nucleaire a l’aide de technologies non proliferantes afin d’extraire plus d’energie et reduire les quantites de dechets – favoriser la croissance mondiale et le developpement propre – utiliser les technologies les plus recentes afin de reduire le risque de proliferation nucleaire dans le monde – EDF (Electricite De France) est une entreprise publique creee le 8 avril 1946, l’un des premiers groupes mondiaux producteurs d’electricite. Le choix du nucleaire civil a, depuis toujours, constitue pour EDF sa specificite. Ses ingenieurs ont fait de la France le premier pays producteur d’electricite d’origine nucleaire.

Le groupe EDF s’engage a faire des efforts supplementaires quant a la maitrise de l’energie et au developpement des energies renouvelables (developpement durable). « 80 % de la production francaise d’electricite est d’origine nucleaire. En vingt ans d’exploitation, le parc nucleaire a donne les preuves de sa fiabilite. L’energie nucleaire n’emet pas de gaz a effet de serre, elle est utilisable en grandes quantites grace aux puissances qu’elle genere et elle est tres competitive. » Selon le site de l’EDF, leur activite de production genere deux types de dechets nucleaires dont il assume la responsabilite : les dechets a vie courte (90% de la quantite totale), qui perdent la moitie de leur radioactivite au bout de 30 ans, sont achemines vers les sites de stockages de l’ANDRA (Agence nationale pour la gestion des dechets radioactifs), en echange d’un paiement direct en fonction des quantites. ? les dechets a vie longue (10% de la quantite totale), qui sont des residus a forte radioactivite du traitement du combustible nucleaire et qui sont transportes a l’usine de retraitement des combustibles uses de la Hague. – Le CEA (Commissariat a l’Energie Atomique) est un organisme de recherche francais, cree le 18 octobre 1945 par Charles de Gaulle.

Il a pour mission de developper les applications de l’energie nucleaire dans les domaines scientifique, industriel, et de la defense nationale. Il participe a la lutte contre la proliferation des armes nucleaires et contre le terrorisme, mais il est fortement engage pour l’energie nucleaire. Il soutient les industriels nucleaires francais en cherchant a optimiser le parc naturel des reacteurs nucleaires et a optimiser le cycle du combustible. Il est un acteur incontournable en matiere de nouvelles technologies de l’energie et soutient egalement les nouvelles voies de la medecine fondees sur les technologies issues du nucleaire. L’ANDRA (Agence nationale pour la gestion des dechets radioactifs) est un etablissement public cree en 1979 au sein du CEA (independant a partir de 1992), charge de la gestion des dechets radioactifs en France. « L’objectif de la gestion a long terme des dechets radioactifs est de proteger l’homme et son environnement contre toute emission ou dissemination de matieres radioactives. Les concepts de stockage, adaptes a chaque type de dechets, doivent isoler les matieres radioactives de l’environnement pendant le temps necessaire a la decroissance de la radioactivite.

Pour cela, il faut entierement maitriser la gestion des dechets radioactifs, de leur production a leur stockage definitif, en passant par leur conditionnement. » – L’Association des Ecologistes Pour le Nucleaire (AEPN) est une association a but non-lucratif creee en 1996, dont l’objectif est d’informer de maniere complete et honnete sur les questions energetiques et de faire connaitre les avantages ecologiques de l’energie nucleaire, dans un esprit de respect de l’environnement et avec une bonne gestion des dechets nucleaires.

Selon cette association, « les vrais ecologistes sont favorables a une utilisation intelligente et raisonnee de l’energie nucleaire » car les combustibles carbones (gaz, petrole et charbon) sont en voie d’epuisement rapide et sont la cause d’une pollution massive et globale de l’environnement. C) These defavorable au nucleaire Les associations anti-nucleaires sont nombreuses et diverses, allant meme parfois jusqu’a l’altermondialisme, mouvement qui conteste le modele liberal de la mondialisation et revendique un mode de developpement plus soucieux de l’homme et de l’environnement.

Les images atroces post-Tchernobyl sont encore dans tous les esprits et pourrait justifier l’engagement anti-nucleaire. Les organisations non-gouvernementales internationales, opposees a l’utilisation de l’energie nucleaire, exercent des actions de lobbying (manifestations, petitions…) a destination des decideurs et des actions d’information et de communication (organisation de debats, distribution de tracts, mise en place de sites internet…) a destination de l’opinion publique. Tous les regroupements opposes au nucleaire prone un futur propre et respectueux de l’environnement.

Ils mettent toujours en avant le fait que des installations nucleaires civiles peuvent etre utilisees dans le cadre d’un programme nucleaire militaire et que le probleme quant a la gestion des dechets radioactifs n’est toujours pas resolu et constitue une reelle preoccupation ethique pour les generations a venir. – Greenpeace, fondee en 1971 a Vancouver, est une organisation non-gouvernementale qui se consacre, entre autres, a la lutte de maniere specifique contre les essais nucleaires.

Greenpeace est tres connue pour l’utilisation de bateaux lors de ses campagnes de protestation et d’intervention directe. L’un d’eux, le « Rainbow Warrior » est devenu celebre en 1985, quand les services secrets francais l’ont fait couler, en faisant une victime, alors que celui-ci se preparait a une croisiere de protestation contre les essais nucleaires francais de Mururoa. Elle soutient les energies renouvelables. Greenpeace milite non seulement pour le desarmement nucleaire, mais aussi pour la sortie du nucleaire civil. Selon cette organisation « le nucleaire propre et sur est un mythe ».

Elle met l’accent sur l’impact des fuites radioactives dans l’environnement qui ont des effets pervers de contamination (sols, air, rivieres, eaux, oceans…) entrainant la disparition de certaines especes de la faune et de la flore, ainsi que l’apparition de cancers et autres maladies. – Le Reseau Sortir du nucleaire, cree en 1997, regroupe 765 associations toutes plus ou moins favorables a une politique energetique qui favoriserait les economies d’electricite et le developpement d’autres moyens de production d’energie bases sur les nergies renouvelables, supposees moins nefastes pour l’environnement. Selon eux, « Le nucleaire produit peu de gaz a effet de serre, mais il contamine la terre pour des millions d’annees. Il est urgent de developper des alternatives energetiques. ». – Les Verts, parti politique francais fonde en 1984 (egalement present dans 27 pays du monde entier), milite pour que la societe s’achemine progressivement vers un mode de vie durable.

Ils critiquent la consommation effrenee des combustibles fossiles sans veritable vision de long terme sur leur remplacement, la pollution de l’environnement due a la production d’energie (gaz carbonique, dechets nucleaires) et les risques en terme de proliferation nucleaire, en terme d’accident, et les problemes ethiques poses par la transmission de la gestion des dechets aux generations futures. – L’ « Association internationale des medecins pour la prevention de la guerre nucleaire » est une organisation qui regroupent 150 000 medecins qui s’engagent pour le desarmement nucleaire, dans plus de 50 pays.

En 1985, elle recoit le Prix Nobel de la paix pour son important et competent travail d’information, qui ameliora la conscience mondiale des consequences d’une guerre nucleaire. En Occident, l’opposition au nucleaire a permis que la question de la surete reste une preoccupation permanente des industriels. La pression de l’opinion publique a meme ete parfois assez forte pour provoquer l’arret de certains projets. Ainsi, en Allemagne, sur quarante centrales prevues, seules vingt et une ont ete construites. La situation est emblable aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne qui n’engagent plus de construction de nouvelles centrales. Quant a la France, qui possede le deuxieme parc electronucleaire mondial, elle poursuit sans etats d’ame son programme nucleaire. « L’arme nucleaire, c’est la fin acceptee de l’humanite. » Theodore Monod Autocollant contre l’energie nucleaire La problematique energetique au debut du XXIe siecle tourne autour de deux points essentiels : l’epuisement progressif des ressources fossiles (gaz, petrole ou charbon) et le phenomene d’aggravation de l’effet de serre, qui decoule sur les problemes environnementaux.

L’apparition du concept de « developpement durable » dans le debat sur l’ecologie et le rechauffement climatique amene a s’interroger sur la place de la filiere nucleaire. L’energie nucleaire dispose en effet d’un avantage environnemental considerable : elle permet de produire des quantites tres importantes d’energie sans rejets atmospheriques, sans emission de gaz a effet de serre. Cependant, l’inquietude sur l’energie nucleaire s’est cristallisee sur la surete, la proliferation nucleaire et le stockage des dechets.

Le probleme quant au devenir a long terme des dechets nucleaires est encore loin d’etre resolu et demeure aujourd’hui du domaine de la recherche. L’energie nucleaire et les energies renouvelables constituent donc un enjeu a l’echelle planetaire et auront un role majeur a jouer dans les annees qui viennent. Il faudra imperativement repenser notre systeme energetique et notre maniere de consommer l’energie afin de veiller au respect de l’environnement et de preserver les ressources naturelles pour les generations futures. Entre la necessaire reduction des rejets de CO? ans l’atmosphere et les besoins en electricite des grandes puissances industrielles, le nucleaire pourrait bien etre l’energie du XXIe siecle. Il s’agit, pour les decideurs, de trouver des moyens repondre a la demande d’energie mondiale qui ne cesse de croitre en preservant le plus possible l’environnement. Ce faisant, il leur faut tenir compte de l’attitude du public, des couts et de la competitivite des diverses sources d’energie et des objectifs des politiques publiques, la securite d’approvisionnement et la non-proliferation notamment.

La facon dont ils parviendront a concilier des facteurs parfois contradictoires determinera finalement la place qui sera reservee a l’energie nucleaire dans le monde… Livres : Le Nucleaire progres ou danger ? n° 68, Dominique Armand, Editions Milan 1996 La nouvelle menace nucleaire, Alain Duret, Le Monde-Editions, 1996 Le risque nucleaire, Henri de Choudens, Editions Technique & Documentation, 2001 Ce nucleaire qu’on nous cache, Michele Rivasi et Helene Crie, Editions Albin Michel, 1998 Presse : Science & Vie HS n° 225, decembre 2003, Dossier 2003-2100 Le siecle du nucleaire

Alternatives Economiques, decembre 2006, Peut-on se passer du nucleaire ? Le Courrier international Le Monde Sitographie : www. edf. fr www. wikipedia. fr www. planete-energies. com www. lesverts. fr www. greenpeace. org/france/ www. cea. fr www. andra. fr www. nea. fr I- Les enjeux du nucleaire A)Historique de l’energie nucleaire B)A quoi sert le nucleaire ? II- Le nucleaire : energie de l’avenir A)La rarefaction des energies non renouvelables et les dangers que cela implique B)Les promesses du futur… III- Les problemes que souleve le nucleaire A)Un theme au c? ur des debats actuels

B)These favorable au nucleaire C)These defavorable au nucleaire Bien que ne sous le signe tragique d’Hiroshima, le nucleaire semblait riche de promesses. La crise du petrole au debut des annees 70 a en effet stimule les commandes et la construction de centrales nucleaires. Cinquante ans apres, qu’il soit civil ou militaire, le nucleaire effraie et, simultanement, fascine. Considere d’abord par l’opinion publique comme une conquete du genie humain, le nucleaire est progressivement percu comme une menace, fruit d’une trop grande audace qui pourrait devenir fatale.

Des accidents, dont celui de Tchernobyl en 1986, ont eu lieu, les armes nucleaires se sont multipliees et les tensions entre les pays ne font que s’intensifier. De plus, l’intensification des controverses quant a l’utilisation de cette nouvelle energie a favorise l’extension des mouvements antinucleaires dans les annees 1970. Aujourd’hui l’energie nucleaire est de nouveau sur le devant de la scene car de nombreux pays, qui ont pris conscience des risques d’une dependance vis-a-vis des combustibles fossiles et du vieillissement de leurs outils de production d’electricite, reevaluent leur politique energetique.

Le petrole, le charbon et le gaz assurent plus de deux tiers de la production d’energie et d’electricite dans le monde, mais ils sont aussi a l’origine des gaz a effet de serre juges principaux responsables du rechauffement climatique. Parallelement, la progression rapide de la demande d’energie prevue dans les cinquante prochaines annees constituera un veritable defi pour les societes du monde entier qui devront trouver comment produire l’energie necessaire a la croissance economique et au developpement social sans degrader l’environnement.

Les recentes flambees des cours du petrole, les coupures de courant en Amerique du Nord et en Europe et les dereglements climatiques ont aussi attire l’attention sur des questions telles que la stabilite des prix a long terme, la securite d’approvisionnement en energie et le developpement durable. C’est pourquoi, il serait interessant de definir, dans un dossier objectif, les grands axes du debat qui s’anime autour du nucleaire, afin d’en degager les perspectives pour l’avenir et les principaux enjeux pour les gouvernements, qu’ils soient de nature politique, economique, environnementale ou ethique.

A) Breve historique 26 fevrier 1896 : Henri Becquerel (physicien francais, 1852-1908) decouvre la radioactivite naturelle, alors qu’il etudie les rayons X et la fluorescence des sels d’uranium. C’est une decouverte fondamentale pour la physique contemporaine. ? 26 decembre 1898 : Pierre et Marie Curie (physiciens francais) decouvrent le polonium et le radium. Les epoux Curie recevront le Prix Nobel de physique avec Henri Becquerel en 1903 pour leurs etudes sur les rayonnements mis spontanement par les sels d’uranium et pour la decouverte des mineraux actifs. 1939 : Frederic Joliot-Curie (physicien francais, 1900-1958), gendre de Pierre et Marie Curie, decouvre avec son equipe la fission secondaire des neutrons, autrement dit la reaction en chaine que peut provoquer une fission nucleaire. C’est la maitrise de ces reactions qui permettra la creation de centrales nucleaires et autres bombes atomiques.

A l’approche de la guerre, la maitrise de l’energie atomique s’averera cruciale, ce qui incitera Albert Einstein (physicien allemand, 1879-1955) a envoyer sa celebre lettre a Roosevelt, le 2 aout, dans laquelle il explique les risques que presenterait l’Allemagne nazie si elle detenait l’arme atomique. Septembre 1942 : la Maison Blanche lance le « Manhattan Project » qui a pour objectif la creation d’au moins trois bombes atomiques. 2 decembre 1942 : Enrico Fermi (physicien italien, 1901-1954) cree avec son equipe la premiere pile atomique. 6 juillet 1945 : l’experience « Trinity », dans le desert du Nouveau Mexique voit exploser la premiere bombe atomique de l’histoire. Le sable alentour est vitrifie et un champignon de 300 metres de diametre s’eleve. 6 aout 1945 : le president americain Harry Truman decide de lacher la premiere bombe atomique, « Little Boy », sur la ville d’Hiroshima, siege du commandement du Japon imperial, afin de mettre fin a la Seconde Guerre mondiale. L’explosion provoquera la mort d’environ 100 000 personnes et aneantira completement la ville dans un rayon de 2 kilometres. Les adiations continueront a faire de nombreuses autres victimes pendant des annees. ? 9 aout 1945 : la bombe « Fat Man » est lachee sur la ville de Nagasaki, faisant plus de 70 000 victimes. 18 mars 1950 : lance par le communiste Frederic Joliot-Curie et le Mouvement mondial pour la paix, l’appel de Stockholm contre la bombe atomique recueille 3 millions de signatures en France et plus de 150 millions dans le monde entier. 1er novembre 1952 : les Etats-Unis testent pour la premiere fois la bombe thermonucleaire ou bombe H, baptisee « Mike », qui est 1000 fois plus puissante que celle lancee sur Hiroshima. 1 janvier 1954 : lancement du « Nautilus », premier sous-marin americain a propulsion nucleaire, capable de rester plusieurs semaines immerge et de parcourir ainsi 140 000 kilometres. Il naviguera sous le Pole Nord en aout 1958. 29 juillet 1957 : l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique) entre en fonction. Cette organisation, qui depend du Conseil de securite de l’ONU, cherche a promouvoir les usages pacifiques de l’energie nucleaire et a limiter le developpement de ses applications militaires. 13 fevrier 1960 : la premiere bombe atomique francaise est testee dans le desert algerien. 963 : EDF produit pour la premiere fois de l’electricite nucleaire. 29 mars 1967 : la France lance le « Redoutable », premier sous-marin nucleaire francais. 24 aout 1968 : la France devient la 5eme puissance nucleaire mondiale, derriere les Etats-Unis (1952), l’URSS (1953), la Grande-Bretagne (1957) et la Chine (1967). En 1998, l’Inde et le Pakistan deviendront les sixieme et septieme puissances nucleaires. Signature du Traite de non-proliferation nucleaire (TNP). 28 mars 1979 : accident a Three Mile Island aux Etats-Unis, classe au niveau 5 sur l’echelle INES. 26 avril 1986 : une explosion detruit l’un des 4 reacteurs de la centrale nucleaire de Tchernobyl en Ukraine. 15 000 personnes mourront dans les mois qui suivront et les retombees radioactives affecteront la majeure partie de l’Europe. Cet accident atteindra l’echelon le plus eleve de l’echelle INES (International Nuclear Event Scale). 24 septembre 1997 : 71 pays du monde, dont cinq puissances nucleaires, signent a New York le Traite d’interdiction complete de tout essai atomique. 12 aout 2000 : le sous-marin nucleaire russe « Koursk » coule en mer avec 118 hommes d’equipage.

Le gouvernement russe finira par accepter l’aide etrangere et, le 21 aout, des scaphandriers norvegiens descendront inspecter le Koursk, gisant a 108 metres de fond, mais il n’y aura pas de survivants. 9 octobre 2006 : apres son retrait du traite de non-proliferation nucleaire (TNP), la Coree du Nord realise un essai nucleaire condamne par la communaute internationale, devenant la 9eme puissance nucleaire. 23 decembre 2006 : le Conseil de securite de l’ONU a vote une resolution imposant des sanctions a l’Iran.

La France, le Royaume-Uni et l’Allemagne prevoient la mise en place d’un embargo sur les materiaux et les technologies qui pourraient aider l’Iran a se procurer l’arme nucleaire. B) A quoi sert le nucleaire ? L’adjectif nucleaire, provenant du latin nucleus qui signifie noyau, a deux significations : ce qui concerne un noyau (fruit, cellule, atome…) ou ce qui se rapporte a l’energie nucleaire, a sa production et a son utilisation. Le nucleaire designe l’ensemble des industries du nucleaire civil et militaire : nucleaire civil : exploitation des mines d’uranium, fabrication de combustible nucleaire dont enrichissement de l’uranium, exploitation des centrales nucleaires, traitement du combustible irradie (= retraitement nucleaire), gestion des dechets radioactifs, demantelement des installations nucleaires, production de radio-isotopes (medecine nucleaire notamment). – nucleaire militaire : armes atomiques, utilisant principalement du plutonium, reacteurs militaires pour la propulsion de navires militaires ou de sous-marins nucleaires. Schema simplifie de la filiere nucleaire

Des ses premieres applications, l’energie nucleaire fut marquee par la dualite : nouvelle source d’energie abondante, elle etait aussi le symbole d’un immense pouvoir de destruction. Les applications civiles ne virent le jour que quelques annees apres l’explosion de la premiere bombe. Son incroyable capacite en terme de production electrique semblait alors redorer son blason, surtout lors des crises petrolieres des annees 1970. Mais l’incident de Tchernobyl attisa les convictions des anti-nucleaires et sema le doute sur le bien fonde de son utilisation. Le nucleaire peut etre utilise a differentes fins : – l’armement :

Les armes nucleaires sont de deux types : les armes a fission ou « bombes A » et les armes a fusion ou bombes thermonucleaires ou « bombes H ». La bombe a neutrons est une variante de la bombe thermonucleaire, supposee detruire les plus grandes formes de vie dans le voisinage de sa cible, tout en limitant les degats materiels. Dans la doctrine d’emploi de la plupart des puissances nucleaires, on distingue : l’arme nucleaire strategique, instrument de dissuasion nucleaire destinee a prevenir un conflit, et l’arme nucleaire tactique ou de bataille, susceptible d’etre employee sur des objectifs militaires au cours d’un conflit.

Des utilisations civiles des armes nucleaires ont ete envisagees pour creuser, par exemple, des cavites souterraines pour le stockage de gaz. L’Union sovietique a utilise des explosifs atomiques pour le percement de canaux. – l’energie : Les applications de l’energie nucleaire concernent la production d’electricite dans les centrales nucleaires et la propulsion navale et spatiale. Le premier parc mondial de centrales nucleaires est celui des Etats-Unis (104 reacteurs nucleaires), puis de la France (59 reacteurs nucleaires).

La Lituanie est le pays le plus dependant de l’energie nucleaire, avec 81% de son electricite produite a partir du nucleaire selon l’AIEA, la France venant en deuxieme position avec 78% de son electricite produite a partir du nucleaire. Les batiments a propulsion nucleaires sont au nombre de 400 dans le monde, tres majoritairement militaires, et comptent des sous-marins, des porte-avions, des croiseurs (navires de guerre) et quelques navires civils (brise-glaces). Les couts ’investissement et d’exploitation de la propulsion nucleaire ne la rendent veritablement interessante que pour un usage militaire et particulierement pour les sous-marins. Cette energie apporte une tres grande autonomie permettant d’eviter en operations la contrainte du ravitaillement en combustible et une propulsion totalement independante de l’atmosphere. Certains engins spatiaux comme Voyager ont deja emporte des generateurs nucleaires pour alimenter leur electronique.

En revanche la propulsion nucleaire, au cas ou elle serait possible, n’est encore qu’envisagee, car ses avantages sont loin d’etre evidents, tandis que si un accident survient, la pollution spatiale entrainee serait desastreuse, voire meme dangereuse. – autres usages : Le nucleaire est egalement utilise dans l’industrie (radiographie de soudure : realisation de cliches a l’aide de rayons X des structures internes d’un patient ou d’un composant mecanique) et la medecine (medecine nucleaire : specialite medicale qui a pour objet le diagnostic des maladies par l’utilisation de sources radio-actives utiles. La medecine nucleaire permet aujourd’hui d’etudier pratiquement tous les systemes du corps humain et trouve par ce fait des applications dans toutes les specialites medicales (neurologie, cardiologie, oncologie, endocrinologie, nephrologie, gastro-enterologie, pneumologie, infectiologie, disciplines chirurgicales… ). Au-dela des scanners qui exposent l’individu a la radioactivite, il existe aussi des injections de substances radioactives qui ont pour but de se fixer sur ertains organes ou de detruire certaines bacteries, de meme qu’il existe des medicaments qui ont ete soumis a la radioactivite. Dans le domaine de l’agroalimentaire, le nucleaire est le plus souvent utilise pour permettre une meilleure conservation des aliments qui sont irradies. Cette utilisation a pour but un profit economique car les produits peuvent tenir plus longtemps lors des transports et cela enleve certaines contraintes aux entreprises. Sigle observable sur les emballages d’aliments irradies

Il y a aussi la radioactivite naturelle, emise par l’environnement (sol, arbres, soleil…). Cette radioactivite est cependant tres faible et donc ne presente aucun danger pour l’homme. D’autres utilisations ont ete imaginees, voire experimentees, comme la production de chaleur pour alimenter un reseau de chauffage, le dessalement de l’eau de mer ou la production d’hydrogene. A) La rarefaction des energies non renouvelables et les dangers que cela implique L’energie nucleaire mise a part, il reste les combustibles fossiles et les energies propres.

Les combustibles fossiles, tels que le charbon et le petrole, sont sales (polluants) et synonymes de rarefaction et de conditions de travail inhumaines. Seul l’avenement de technologies palliant ces inconvenients majeurs permettraient a l’homme de continuer a puiser l’energie dans ces materiaux. Les energies propres ou energies vertes, dites non-conventionnelles, ne produisent pas de polluants et puisent leur source d’elements naturels : – l’energie eolienne : elle n’est qu’une forme secondaire de l’energie solaire, transformee en mouvements atmospheriques.

Certaines techniques elaborees permettent de fournir des puissances notables et utilisables. Il n’en reste pas moins que l’energie eolienne est propice a une utilisation parcellisee, necessitant des puissances controlees faibles, et, de toute facon, relativement limitees. – l’energie geothermique : fournie par la chaleur de la Terre, son utilisation, encore experimentale, comporte certains risques du point de vue de l’ecologie. – l’energie solaire : non polluante, elle peut etre utilisee sous forme thermique, ou sous forme d’electricite (technologie des piles photovoltaiques).

Son utilisation est adaptee aux zones temperees et subtropicales, et aux procedes techniques necessitant de faibles concentrations d’energie (par exemple, les petites industries de pays « sous-developpes »). – l’energie hydroelectrique : obtenue par conversion de l’energie hydraulique des differents flux d’eau (fleuves, rivieres, chutes d’eau, courants marins…). Toutes ces formes d’energie necessitent la mise en ? uvre de technologies dont la plupart sont simples et fiables. Le « savoir » a considerablement moins d’importance ici qu’en ce qui concerne l’energie nucleaire.

Elles sont considerees comme les energies les plus respectueuses de l’environnement, cependant, elles demandent des couts d’installation et d’entretien et des investissements enormes. C’est pourquoi la plupart des entreprises et des foyers refusent ce genre d’approvisionnement energetique. L’energie nucleaire semble se developper comme etant l’energie du futur. B) Les promesses du futur… Quatre problemes montrent que le nucleaire, en tant qu’energie douce et renouvelable, represente une alternative credible : – on produit trop de gaz a effet de serre et on ne respecte pas la courbe descendante prevue dans le protocole de Kyoto les couts des energies fossiles s’envolent et ils ne seront plus qu’a la hausse – ces energies fossiles sont produites dans des pays qui ne sont pas des plus stables – la valeur ajoutee a l’egard de ces energies est tres faible. Les gouvernements, a l’avenir, ne pourront se passer de l’energie nucleaire, dans son utilisation strictement civile. Cependant, il s’agit d’une ouverture certaine aux pays en difficulte de se doter de l’arme nucleaire, remettant en cause les rapports de force preexistants entre les differents pays du globe.

C’est pourquoi le besoin d’une norme mondiale devient de plus en plus pressant avec l’ouverture et l’internationalisation du marche de l’energie nucleaire. De plus, il faudra imperativement reduire notre consommation d’energie, mais egalement diversifier et investir dans les energies renouvelables : la biomasse, les biocarburants, les eoliennes, l’energie solaire… Le nucleaire doit etre un maillon de nos sources energetiques futures. Le programme de reduction des emissions de gaz a effet de serre favorise l’energie nucleaire.

Elle peut notamment participer au developpement durable, mais pour qu’elle contribue de maniere evidente a la lutte contre le rechauffement climatique, il faudra developper la puissance nucleaire installee dans de fortes proportions. Pour que l’energie nucleaire demeure une option efficiente et acceptable par la societe, la technologie de reacteurs avances et le recyclage du combustible, susceptibles de limiter l’accroissement de la production de dechets nucleaires et d’offrir des avantages en matiere d’economie, de surete et de non-proliferation, pourraient etre tres utiles.

Enfin, l’avenir du nucleaire se joue dans la conquete de marches, il devrait ainsi s’ouvrir a d’autres applications tel que le dessalement d’eau de mer. A) Un theme au c? ur des debats actuels La question du nucleaire, et plus particulierement de l’armement nucleaire, revient sur le devant de la scene internationale avec la violation ouverte du TNP par la Coree du Nord, qui a annonce le 9 decembre 2006 avoir realise un essai souterrain. A l’heure actuelle, les negociations entre les grandes puissances mondiales et la Coree du Nord ont echoue.

La proliferation nucleaire est l’augmentation du nombre des pays detenteurs de l’arme nucleaire ou qui ont des programmes permettant de l’obtenir. La question de la proliferation nucleaire, qui designe la propagation de l’utilisation de l’energie nucleaire dans les pays voulant fabriquer des armes nucleaires, revient a l’ordre du jour dans ce contexte. L’arme nucleaire est devenue d’une importance considerable pour les Etats, car elle est symbole de puissance et de maitrise dans le domaine de la science.

Mais les grandes puissances ont realise, lors de la Guerre froide, le danger lie a l’utilisation militaire du nucleaire. C’est pourquoi une dizaine de traites furent signe dans le but de reduire la proliferation nucleaire dans certaines regions du globe qualifiees de « dangereuses » et « instables » (Pacifique Sud, Caraibes, Amerique latine, Afrique du Sud, qui est la seule nation africaine a s’etre dotee de l’arme nucleaire), et ainsi d’eviter le pire : une guerre nucleaire.

Le traite le plus celebre etant le TNP (Traite de non-proliferation), conclu en 1968 par 43 Etats (contre 188/191 aujourd’hui), qui vise a reduire le risque que l’arme nucleaire se repande a travers le monde et permet l’utilisation pacifique de l’explosion nucleaire en engageant les Etats dotes de l’arme nucleaire (EDAN, le « club nucleaire ») a rendre accessibles, sur une base non discriminatoire aux Etats non-dotes de l’arme nucleaire (ENDAN) des dispositifs explosifs dont ils n’auraient pas a payer la recherche et la mise au point.

Son controle est cependant rendu difficile par les differences d’interets des pays signataires. Certains pays ont possede des programmes « clandestins » (Iraq, Iran, Libye), d’autres sont soupconnes de n’avoir pas respecte le traite (Algerie), d’autres encore ont volontairement arrete leurs programmes d’acquisition de l’arme nucleaire (Afrique du Sud, Argentine, Bielorussie, Bresil, Kazakhstan, Suede, Ukraine). Seulement 3 pays, dits « du seuil », non signataires du traite ont developpe l’arme nucleaire, a savoir l’Inde, l’Israel et le Pakistan.

Le probleme majeur est que l’incertitude demeure quant aux intentions de certains de ces differents Etats. Il existe aussi des frictions entre les pays du Nord, responsables historiques de la pollution mais peu desireux de remettre en cause leurs habitudes, et les pays du Sud, inquiets des consequences de la lutte contre le changement climatique sur leur developpement economique. Le debat autour du nucleaire, qui decoule du probleme energetique, concerne la prevision a long terme de la consommation energetique.

Suite aux chocs petroliers dans les annees 1970, et grace au lobbying pro-nucleaire de l’AIEA, plusieurs pays envisagent d’utiliser massivement l’energie nucleaire, au detriment du petrole, pour leurs besoins energetiques. Elle serait donc un moyen d’eviter la dependance aux pays petroliers et notamment au cartel de l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Petrole). A l’heure ou la production industrielle ne fait que s’accroitre, il devient primordial de trouver une solution afin que l’exploitation energetique suive le rythme effrene des consommateurs de la planete, tout en preservant l’environnement.

La croissance energetique actuelle impose, avec une certaine logique et de maniere evidente, l’utilisation « pacifique » de l’energie nucleaire. La France, par exemple, fait partie des deux premiers producteurs d’electricite nucleaire au monde et a permit, en choisissant le nucleaire, d’accroitre son independance energetique, sans pour autant delaisser l’approvisionnement petrolier. L’environnement est egalement au c? ur du debat. L’energie nucleaire, bien que non-polluante, pose probleme quant au stockage des dechets radioactifs. Le statut de l’energie nucleaire comme  energie propre » reste sujet a debat. En effet, si celle-ci presente l’un des plus bas taux d’emission de gaz a effet de serre, elle est generatrice de dechets nucleaires et de rayons radioactifs dont l’elimination n’est pas resolue. L’energie nucleaire resterait ainsi trop marginale pour agir de facon significative contre le rechauffement climatique. Les principales interrogations portent sur la quantite de ces dechets, la possibilite technique et economique de les gerer sur le tres long terme et les fondements ethiques sous-jacents a une reflexion affectant plusieurs generations. [

Les avantages de cette energie sont reconnus : la puissance degagee, le cout competitif de l’electricite produite, la capacite a produire de l’electricite sans rejets de gaz a effet de serre… Mais le nucleaire fait peur et la gestion des dechets radioactifs inquiete. Ainsi, deux visions s’affrontent au sujet du nucleaire : – certains pretendent que l’arme nucleaire est un outil de dissuasion, et a donc un effet stabilisateur. L’exemple classique est le cas du Pakistan et de l’Inde, qui possedent tout deux l’arme nucleaire et qui ont vu les conflits territoriaux diminuer en intensite. pour d’autres, en revanche, l’arme nucleaire est un element dangereux et destabilisateur. En particulier, il permet aux Etats de moindre importance de faire du chantage en mettant toutes les puissances sur pied d’egalite. La Coree du Nord est l’illustration de ce chantage, puisqu’elle menace regulierement les Etats-Unis de poursuivre son programme nucleaire, dont personne ne connait l’evolution exacte. Les applications civiles de l’energie nucleaire sont controversees en raison : des risques d’accident nucleaire grave sur un reacteur nucleaire ou au cours du cycle du combustible ; – de problemes non resolus lies a la gestion a long terme des dechets radioactifs ; – du risque de proliferation nucleaire ; – du risque de terrorisme nucleaire par le detournement de matiere radioactive pour l’utiliser comme toxique ou pour fabriquer une «bombe radiologique», ou par l’attaque directe d’un reacteur ; – du cout economique de la filiere de production de l’electricite nucleaire.

Les risques et les couts ne sont pas evalues de la meme facon par les pro- et les antinucleaires, qui se divisent aussi au sujet de l’utilite des applications nucleaires civiles et militaires, en particulier de la production d’electricite nucleaire et de l’opportunite d’une sortie du nucleaire civil. Les thematiques du debat sont donc nombreuses : proliferation nucleaire, gestion des dechets radioactifs, impact de l’energie nucleaire sur le rechauffement climatique, risques d’un accident, detournement de l’industrie nucleaire