Le mythe duras en chine

Le mythe duras en chine

Le Mythe Duras en Chine Par HUANG Hong* La fortune de l’? uvre de Marguerite Duras dans l’empire du Milieu a commence avant L’Amant. La petite dame francaise s’est inscrite d’abord dans le paysage general de l’introduction du Nouveau Roman francais en Chine, a la suite de la reforme politique post-maoiste abrogeant, a partir de 1978, l’interdiction du « vent de l’Occident ».

A cote des ouvrages d’Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute, Michel Butor, Claude Simon, le premier roman de Duras traduit en chinois par Wang Daoqian en 1980 a ete Moderato Cantabile, paru en France en 1958 aux Editions de Minuit autour desquelles s’etait federe le concept de Nouveau Roman. Peu apres, deux autres livres ont ete traduits par le meme traducteur : L’Apres-midi de Monsieur Andesmas (1981) et Le Square (1984). La critique chinoise s’est montree perplexe devant ce courant litteraire qui « n’est pas une theorie » mais plutot « une recherche ».

L’enchantement cotoyait le soupcon : d’un cote, le Nouveau Roman ouvrait au genre romanesque de nouvelles voies et des perspectives esthetiques differentes, de l’autre, les histoires depourvues de personnages et d’intrigues avaient du mal a susciter un certain plaisir du texte chez le lecteur chinois habitue a la narration classique. Mais au-dela du Nouveau Roman, Marguerite Duras

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
a ete bientot reconnue comme un ecrivain autobiographique et intimiste. Le prix Goncourt a beaucoup contribue a la conquete litteraire de la Chine par L’Amant, avec six traductions chinoises en deux ans (3 en 1985, 3 en 1986).

Le fait que l’amant soit un Chinois de Saigon des annees 30 et que l’auteur ait revendique une nouvelle fois cette origine en intitulant son roman paru en France en 1991 L’Amant de la Chine du Nord a pique la curiosite d’un public chinois se sentant plus ou moins flatte et concerne. Si l’histoire de la mere du Barrage a bouleverse les lecteurs par son courage contre le Pacifique, celle de l’amant chinois les a troubles par la force de l’aveu et emus par son evocation poetique de l’amour.

Mais il faut la sortie en Chine du film de Jean-Jacques Annaud, L’Amant, et la revelation dans les journaux chinois de sa liaison avec Yann Andrea, plus jeune qu’elle de presque quarante ans, pour que Marguerite Duras devienne une des vedettes de la presse chinoise ! Bien que l’ecrivain n’ait pas reconnu son livre dans la mise en scene Jean-Jacques Annaud, ce film annonce par une publicite tapageuse, interdit aux enfants et aux adolescents, coupe par la ensure pour sa projection en salles mais avec de nombreuses copies du film integral circulant sous le manteau, lui a permis de connaitre un succes mediatique demesure en Chine pendant les annees 1990 et a fait d’elle un des ecrivains francais contemporains les plus traduits, les plus lus et les plus etudies du pays. 1999 et 2000 peuvent apparaitre sans exageration comme deux « annees Duras », tellement les livres de Duras ou sur Duras traduits et publies en Chine ont ete abondants : les Editions Lijiang ont publie quatre volumes en 1999 dans la « Petite Collection de Duras »; les « ? vres choisies de Duras » des Editions des ecrivains, ont compte egalement quatre volumes en 1999 et les « ? uvres de Duras » aux Editions litteraires et artistiques Chunfeng, quinze volumes en 2000.

Moderato cantabile fiche de lecture

La biographie de Laure Adler a ete traduite ainsi que Cet amour-la et M. D. de Yann Andrea parus sous les titres tres mediatiques : Moi, esclave et amant : l’aveu du dernier amant de Duras et Mon amante Duras. Traduit a nouveau par deux fois en 2000, L’Amant, avec ses huit traductions, est devenu un vrai phenomene litteraire en Chine, l’? uvre la plus connue de son auteur par le grand public et l’? vre etrangere la plus copiee et imitee du pays. Marguerite Duras est devenue une legende, un ecrivain contemporain deja considere comme classique avant meme que le temps ait fait son travail de decantation. Les feministes l’invoquent comme une figure incontournable de la cause de l’emancipation des femmes. Pour les sociologues et les moralistes elle est un embleme des changements de m? urs et coutumes du pays. Les ecrivains, surtout les « Belles femmes ecrivains chinoises » l’ont prise pour modele de leur « ecriture du corps », sensuelle et (semi-)autobiographique.

Depuis 1990, la mode de l’autobiographie a gagne en effet du terrain en Chine, avec un petit decalage par rapport a l’Occident. La verite et la fiction s’entremelent, des ecrivains comme Zhang Xianliang, Wang Xiaobo, Chen Ran, Lin Bai, Gu Yan, Hong Ying, Zhao Mei, Weihui, Mian Mian ont tous connu du succes et des scandales aussi pour certains, surtout pour certaines. Marguerite Duras influence, d’une facon plus ou moins impressionniste, les ecrivains chinois portes par cette vague d’ecriture sensuelle et intimiste.

Dans un dialogue qui s’est deroule sur l’Internet en 2003 entre Hong Ying et Ding Tian, l’auteur d’Une fille de la faim et de L’Ete de trahison a raconte une petite anecdote lors de son voyage dans le pays natal de Duras : « Toutes les femmes ecrivains chinoises ont subi l’influence de Duras. Je fais la collection des traductions en anglais de son ? uvre. Pour moi, L’Amant est un ouvrage formidable. Je suis allee une fois a son pays natal, une fondation d’etudes durassiennes m’a demande alors d’ecrire quelque chose sur Duras. J’ai fait un discours dans ce village, je leur ai dit : « Je suis tres contente que Duras soit morte. Beaucoup d’auditeurs ont voulu monter sur l’estrade pour me battre, mais lorsque j’ai continue en ajoutant : « puisqu’ainsi les Chinois ne peuvent plus la copier », ils ont ete soulages et m’ont approuvee ! » Si Duras est un veritable maitre litteraire aux yeux de Wang Xiaobo, l’auteur de L’Age d’or qui considere L’Amant traduit par Wang Daoqian comme son ideal, comme la perfection du roman court contemporain, les « Belles femmes ecrivains » et le grand public chinois la prennent plutot pour une reference ou un symbole occidental, comme un parfum bien francais ou une eau petillante venue d’une source etrangere.

On commente « La poetique du desir, Duras et L’Amant »[1], ou « L’amour au bord du Mekong de Marguerite Duras »[2]. Ses adeptes l’adorent tellement qu’ils veulent non seulement ecrire comme Duras, mais aussi « etre femme comme Duras »[3], « vivre comme Duras »[4]. L’auteur de L’Amant est omnipresente : Annie Baby[5] commence a relire l’? uvre durassienne, Jie Chen s’amuse a etablir une liste des « citations de Duras »[6].

Yi Nengjing, vedette de television taiwanaise, confie a la une des journaux son ambition de vouloir « devenir la Duras de l’Orient » avec son recueil de nouvelles intitule Sodome… Marguerite Duras est donc devenue en Chine un veritable mythe. A l’occasion du 10e anniversaire de la mort de l’auteur, les Editions de traductions de Shanghai lancent une nouvelle collection d’« ? uvres de Duras » en dix volumes, et le programme des manifestations culturelles s’annonce exceptionnel pour rendre hommage a la petite dame francaise et a son ? vre qui entraine ses lecteurs dans un univers marque par une enfance et d’une adolescence indochinoises, une Inde imaginaire et Calcutta desert, un Hiroshima stylise et un Nevers infiniment code. * professeur de francais a l’Universite de Nanjing en Chine, traductrice et critique litteraire, HUANG Hong a traduit Le Monde exterieur. Elle est l’auteur d’une these sur Duras a Paris III (2005) et est responsable du projet de recherche « Etudes durassiennes » de la province de Jiangsu en Chine. Magazine litteraire, avril 2006, n° 452 ———————– 1] Cf. Zhao Dongmei [sous la direction de], Les Debris du papillon, Tianjin, ed. du Peuple de Tianjin, 2003. [2] Cf. Li Yanfang [textes reunis et rediges par], La Vie de la nouvelle vogue des femmes, Beijing, ed. des ressortissants chinois, 2003. [3] Cf. Wu Liuqi, Wang Nini [et al. ], Je suis la femme a la mode mais pauvre, Beijing, ed. de cultures et d’arts, 2002. [4] Cf. le poeme de An Qi intitule « Vivre comme Duras » (2003) : visage encore plus ride, dents encore plus perdues, allure encore plus lente, ca fait rien ma Duras, ma chere, chere Duras !

Je veux vivre comme toi, comme toi avec un visage encore plus ride, dents encore plus perdues, allure encore plus lente, mais plus vite le cerveau, plus vite les mains, plus vite l’amour, plus vite le sexe, plus vite, plus vite, encore plus vite, vite ! Ma Duras, ma chere Duras, chere, chere, chere, chere, chere… Ouffff, je suis fatiguee, chere Duras, je ne peux pas, vivre comme toi. http://www. sjycn. com/list. asp? unid=1163 [5] Cf. Annie Baby, « Relire Duras », http://www. moon-soft. com/art/annbaby/dls. htm. [6] Cf. , Jie Chen, « Citations de Duras », http://www. haopeng. com/sites/duras/jiedu2. htm.