Le mythe d’er

Le mythe d’er

Le mythe d’Er « … Et c’est ainsi, Glaucon, que le mythe a ete sauve de l’oubli et ne s’est point perdu. Il peut, si nous y ajoutons foi, nous sauver nous-memes. » La Republique, X. Dans quel dialogue ce mythe est-il raconte ? Le mythe d’Er figure dans le livre X de La Republique de Platon. Il constitue la derniere partie de cette ouvrage. « La Republique » C’est un dialogue en dix livres de Platon, dont le but est de definir la justice chez l’homme. Pour ce faire, Socrate est amene a decrire la cite modele et le gouvernement ideal. Platon fait preuve d’originalite car il concoit l’equilibre social a l’image de l’equilibre individuel.

L’ame se compose de trois elements : le desir sensuel, le coeur (vouloir) et la raison. La sagesse resulte d’un equilibre entre ces trois fonctions. De la meme maniere la societe est exemplaire et equilibree lorsque l’armee, le commerce et la direction politique sont hierarchises. La justice est l’ordre et l’equilibre hierarchiques regnant dans l’ame comme dans la cite. « … il y a dans l’ame de l’individu les memes parties et en meme nombre que dans l’Etat » (La Republique, IV, 441 c). La cite doit egalement comporter trois classes

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de citoyens (artisans, guerriers, magistrats) correspondant aux trois parties de l’ame.

On peut donc dire que l’Etat juste correspond a l’homme en plus grand. La republique ideale necessite la separation et l’equilibre de ces trois elements. Il faut separer pour mieux discerner. A la tete de cette cite modele, Platon met des philosophes, les « philosophes-rois », car, ayant le pouvoir et la sagesse entre leurs mains, ils sont capables de gouverner justement. L’aristocratie est le meilleur gouvernement pour Platon. Le philosophe doit reformer la politique afin que regne la justice dans la cite. De plus, comme nous le verrons plus tard, les hommes ne sont en general pas capables de faire un bon choix par eux-memes.

Ils doivent s’adresser au philosophe qui, en morale comme en politique, est seul capable de diriger la foule. Le mythe d’Er le Pamphylien A la fin du livre X de La Republique, Platon nous expose un mythe sur le voyage de l’ame apres la mort et le choix des genres de vie. Ce mythe temoigne des croyances mystiques de l’enseignement de Socrate. Le temoignage d’Er est un mythe eschatologique, il traite du jugement dernier. C’est un mythe qui, par le biais d’un temoignage d’experience aux frontieres de la mort1, traite du devenir de l’ame par-dela la mort et avant la vie.

On assiste a la vie de l’ame immortelle lorsqu’elle est depourvue d’un corps. Resume Tue sur un champ de bataille, Er revient a la vie douze jours apres sa mort et raconte a ses compagnons le voyage de son ame dans l’au-dela apres qu’elle a ete separee de son corps. Apres la mort, les juges dirigent les ames des justes vers une route qui conduit au ciel, et les ames des criminels vers une route qui descend vers la terre. Chaque ame passe mille ans en haut ou en bas, puis revient dans une prairie d’ou on peut voir les ouvertures en direction du ciel et de la terre.

Du sol surgissent des ames plaintives et poussiereuses, du ciel descendent des ames claires et ravies de leur sejour. Les ames peuvent communiquer. Elles sejournent sept jours dans cette prairie puis se rendent a l’endroit ou s’opere le choix de vie. Chacune d’elles a le choix entre un tres grand nombre de vies. Malheureusement, la plupart des ames ne sont guidees dans leur choix que par les habitudes de leur vie anterieure. Ceux qui viennent du ciel se precipitent sans discernement et ceux qui viennent de la terre, ceux qui ont souffert et vu souffrir, mettent plus de temps a faire leur choix et choisissent mieux.

Le premier qui choisit se precipite sans reflechir sur une vie de tyran mais il se lamente d’avoir opte pour celle-ci car son chemin sera parseme d’horreurs. Les ames sont ensuite conduites vers la plaine du Lethe, obligees de boire l’eau du fleuve, elles oublient ainsi leur vie passee et retournent a la surface de la Terre ou elles entrent dans leur vie nouvelle. C’est a ce moment qu’Er reintegre son corps. Remarques Le mythe d’Er est destine a entretenir chez les citoyens la foi en l’immortalite de l’ame, afin de les sauver de la decheance en les faisant adherer a la philosophie.

L’ame est la part immortelle de soi-meme. Elle est unique et indestructible. Les ames, qui sont en nombre limite, vont et viennent selon un rythme cyclique. C’est inhabituel. Dans le christianisme, l’homme meurt mais son ame reste au Paradis ou en Enfer. Deux problemes importants sont abordes dans ce mythe : la liberte et le destin. Chacun de nous choisit librement la vie qu’il se donne. Le destin n’est plus une force ecrasante qui decide pour nous. Chacun est donc responsable du choix de sa destinee et il convient d’assumer son choix et non d’accuser les dieux.

L’essentiel, mais aussi le plus difficile, c’est de reflechir avant le choix et non apres, c’est-a-dire trop tard, lorsque l’on est mis en face de consequences que l’on avait pas prevues. Platon respecte-t-il la tradition ? Il semble que le recit, loin d’etre une pure invention de Platon, emprunte des elements appartenant aux traditions orphiques et pythagoriciennes et les combine de facon tres libre. Le mythe chez Platon Les mythes de Platon sont des recits fictifs. Le mythe interrompt le discours et presente les choses sous un angle moins abstrait, plus image. Il fait appel a l’imagination plutot qu’au raisonnement.

Lorsque l’interlocuteur est gene dans sa comprehension, le discours mythique s’avere ideal pour parler de certaines choses, comme les questions de la metaphysique. Le mythe n’est pas une methode avec laquelle on cherche le vrai, il a un sens cache. Il faut l’interpreter pour acceder a ces messages et a son enseignement. Selon Platon, le mythe doit avoir son utilite. Il doit instruire les citoyens et servir a leur education. Le mythe chez Platon ont donc une double intention pedagogique : d’abord parce qu’il eclaire l’interlocuteur et le lecteur et ensuite parce qu’il aspire a rendre l’homme meilleur.

Le mythe d’Er dans La Republique Platon utilise ce mythe pour frapper les imaginations. Il sert a eclairer les citoyens, mais plutot sous la forme de la menace. Si on ne previent pas les hommes qu’ils paieront leurs fautes dans le futur, alors on ne peut pas avoir une cite ideale. Ce mythe s’adresse a la communaute civique dans dans le but d’obtenir une republique exemplaire. Les peregrinations de l’ame entre la mort et la naissance sont un sujet recurent des mythes platoniciens. Il est a la fois inaccessible a la connaissance rationnelle mais egalement une condition de l’excellence humaine.

A travers le temoignage d’Er, Platon nous expose sa vision de la philosophie : il faut philosopher, rechercher la sagesse, si l’on veut bien vivre sans refaire toujours les memes erreurs. Ce n’est pas pour rien que le mythe d’Er cloture La Republique. On y retrouve l’essentiel du dialogue de Platon : que ce soit dans la cite ou les ames, la pensee reflechie doit regner en souveraine. Nous ne serons sauves qu’a ce prix. Ce mythe eclaire-t-il toujours un aspect de notre realite ? Ce mythe releve d’un grand questionnement metaphysique : qu’est ce qu’il y a apres la mort et faut-il en avoir peur ?

Il est interessant de rappeler que actuellement, la science s’interesse beaucoup a l’etude des experiences aux frontieres de la mort, malgre qu’elle n’ait pas les outils pour etudier ces phenomenes qu’elle qualifie de surnaturels. Apres un accident, un arret cardiaque ou un coma, il y aurait des millions de personnes qui auraient entrevu ce qu’il y a apres la mort. Tous les temoignages ne sont pas identiques, mais les personnes passaient par certaines etapes que l’on retrouve dans le mythe d’Er, comme l’immersion dans une lumiere ou la rencontre et la communication entre entites.