Le metier poetique

Le metier poetique

Sans inspiration on ne peut etre un grand poete. Mais cette « felicite de nature » ne suffit pas, et il serait meme « contemptible » (meprisable) de passer sans effort a l’immortalite que confere la poesie. Necessite du travail : Le vrai poete ajoute le travail a la « fureur divine » ; il cherche l’inspiration dans ses lectures ; il medite dans le silence ; il controle et corrige ce qu’il a cree ; il ecoute meme les conseils de ses amis. Qu’on ne m’allegue point que les poetes naissent…Qui veut voler par les mains et bouches des hommes doit longuement demeurer en sa chambre ; et qui desire vivre en la memoire de la posterite, doit, comme mort en soi-meme, suer et trembler mainte fois, et, autant que nos poetes courtisans boivent, mangent et dorment a leur aise, endurer de faim, de soif et de longues vigiles (veilles). Ce sont les ailes dont les ecrits des hommes volent au ciel. » (Defense, II, 3). La versification : C’est un metier : elle exige la connaissance de lois et une laborieuse initiation a l’art des vers.

Sur cet art, Ronsard et Du Bellay ont formule de nombreux conseils de detail

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
; ils ont fait eux-memes toutes sortes de tentatives. La rime doit etre riche et d’autant plus riche que le vers est plus long ; mais on ne doit pas sacrifier le sens du vers a une rime riche. Il faut rimer pour l’oreille et non pour les yeux. On doit eviter les rimes equivoquees, la rime du simple et du compose, la rime d’une syllabe longue et d’une syllabe breve. L’alternance des rimes masculines et feminines, que Du Bellay admet sans en faire une obligation, s’est imposee peu a peu comme la plus harmonieuse.

Le vers est avant tout « une bien amoureuse musique tombante en un bon et parfait accord » (Defense II, 7). Comment realiser cette harmonie ? Ronsard a multiplie les conseils. Par exemple, il invite a « oter la derniere e feminine » des mots en ee, ees, a l’interieur du vers. Il destinait d’ailleurs sa poesie a etre mise en musique, car la poesie sans les instruments ou sans la grace d’une seule ou plusieurs voix n’est nullement agreable ». Ronsard a eu le merite de mettre en honneur l’alexandrin coupe a l’hemistiche et de montrer qu’il est fait pour la grande poesie lyrique ou philosophique.