Le dernier jour d’un condamne

Le dernier jour d’un condamne

CHAPITRE1Depuis cinq semaines, un jeune prisonnier vit constamment avec l’idee de la mort. Il est doublement enferme. Physiquement, il est captif dans une cellule a Bicetre. Moralement, il est prisonnier d’une seule idee : condamne a mort. Il se trouve dans l’impossibilite de penser a autre chose. CHAPITRE2De sa cellule, le narrateur se souvient de son proces et de sa condamnation a mort. Il relate les circonstances de son proces et sa reaction au verdict fatal. CHAPITRE3Le condamne semble accepter ce verdict. Il ne regrette pas trop de choses dan,s cette vie ou tous les hommes sont des condamnes en sursis.

Peu importe ce qui lui arrive. CHAPITRE4Le condamne est transfere a Bicetre. Il decrit brievement cette hideuse prison. CHAPITRE5Le narrateur nous parle de son arrivee a la prison. Il a reussi a ameliorer ses conditions de prisonnier grace a sa docilite et a quelques mots de latin. Il nous parle ensuite de l’argot pratique en prison. CHAPITRE6Dans un monologue interieur, le prisonnier nous devoile sa decision de se mettre a ecrire. D’abord, pour lui-meme pour se distraire et oublier ses angoisses. Ensuite pour ceux qui jugent pour que leurs mains soient moins legeres quand il s’agit de condamner quelqu’un a mort.

C’est

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
sa contribution a lui pour abolir la peine capitale. CHAPITRE7Le narrateur se demande quel interet peut-il tirer en sauvant d’autre tetes alors qu’il ne peut sauver la sienne. CHAPITRE8Le jeune condamne compte le temps qui lui reste a vivre. Six semaines dont il a deja passe cinq ou meme six. Il ne lui reste presque rien. CHAPITRE9Notre prisonnier vient de faire son testament. Il pense aux personnes qu’il laisse derriere lui : sa mere, se femme et sa petite fille. C’est pour cette derniere qu’il s’inquiete le plus.

CHAPITRE10Le condamne nous decrit son cachot qui n’a meme pas de fenetres. Il decrit aussi le long corridor longe par des cachots reserves aux forcats alors que les trois premiers cabanons sont reserves aux condamne a la peine capitale. CHAPITRE11Pour passer sa longue nuit, il se leve pour nous decrire les murs de sa cellule pleins d’inscriptions, traces laissees par d’autres prisonniers. L’image de l’echafaud crayonnee sur le mur le perturbe. CHAPITRE12Le prisonnier reprend sa lecture des inscriptions murales. Il decouvre les noms de criminels qui ont deja sejourne dans cette triste cellule.

CHAPITRE13Le narrateur- personnage se rappelle d’un evenement particulier qui a eu lieu il y a quelques jours dans le cour de la prison : le depart des forcats au bagne de Toulon. Il nous rapporte cet evenement comme un vrai spectacle en trois actes : la visite medicale, le visite des geoliers et le ferrage. Il nous parle du traitement inhumain reserve a ces condamnes. A la fin du spectacle, il tombe evanoui. CHAPITRE14Quand il revient a lui, il se trouve dans l’infirmerie. D’une fenetre , il peut observer les forcats partir tristement sous la pluie au bagne de Toulon. Il prefere plutot la mort que les travaux forces.

CHAPITRE15Le prisonnier est dans sa cellule. Il avait senti un peu de liberte dans l’infirmerie mais voila qu’il est repris par l’idee de la mort qu’il pense a s’evader. CHAPITRE16Le narrateur se rappelle de ces quelques heures de liberte a l’infirmerie. Il se souvient de cette jeune fille qu’il a entendu chanter de sa vois pure, veloutee une chanson en argot. CHAPITRE17Il pense encore a s’evader. Il s’imagine deja en dehors de la prison dans le port pour s’embarquer vers l’Angleterre mais voila qu’un gendarme vient demander son passeport : le reve est briseCHAPITRE18Il est six heures du matin.

Le guichetier entre dans le cachot. Il demande a notre condamne ce qu’il desire a manger. CHAPITRE19Le directeur de la prison vient en personne voir le condamne. Il se montre doux et gentil. Le jeune comprend que son heure est arrivee. CHAPITRE20Le narrateur pense a son geolier, a la prison qu’il trouve partout autour de lui, dans les murs, dans les guichetiers…CHAPITRE21Le condamne recoit deux visites. D’abord celle du pretre et puis celle de l’huissier. Ce dernier vient lui annoncer que le pourvoi est rejete et que son execution aura lieu le jour meme place de Greve.

Il reviendra le chercher dans une heure. CHAPITRE22Le prisonnier est transfere a la Conciergerie. Il nous conte le voyage et sa discussion avec le pretre et l’huissier pendant le trajet. Il se montre peu bavard et parait plutot pensif. A huit heures trente, la carriole est deja devant la Cour. CHAPITRE23L’huissier remet le condamne aux mains du directeur. Dans un cabinet voisin, il fait une rencontre curieuse avec un condamne a mort qui sejournera dans la meme cellule a Bicetre. Ce dernier, fils d’un ancien condamne a mort lui raconte son histoire et s’empare de sa redingote .

CHAPITRE24Le narrateur est enrage parce que l’autre condamne lui a pris sa redingote. CHAPITRE25Le condamne est transfere dans une autre cellule. On lui rapporte, sur sa demande une chaise, une table, ce qu’il faut pour ecrire et un lit. CHAPITRE26Il est dix heures. Le condamne plaint sa petite fille qui restera sans pere. Elle sera peut etre repoussee, haie a cause de lui. CHAPITRE27Le narrateur se demande comment on pouvait mourir sur l’echafaud. CHAPITRE28Il se rappelle avoir deja vu une fois monter une guillotine sur la place de Greve. CHAPITRE29Le jeune detenu pense a cette grace qui ne vient toujours pas.

Il estime maintenant que les galeres seraient meilleure solution en attendant qu’un jour arrive la grace. CHAPITRE30Le pretre revient voir le condamne. Celui-ci est loin d’apprecier sa presence. Ce pretre parle machinalement et semble peu touche par la souffrance du prisonnier. Ensuite, et bien que la table soit delicate et bien garnie, il ne peut manger. CHAPITRE31Le narrateur est surpris de voir un homme prendre les mesures de la cellule. Ironie du sort : la prison va etre renovee dans six mois. CHAPITRE32Un autre gendarme vient prendre la releve.

Il est un peu brusque. Il demande au prisonnier de venir chez lui apres son execution pour lui reveler les trois bons numeros gagnants a la loterie . Le condamne veut profiter de cette demande bizarre : il lui propose de changer ses vetements avec lui. Le gendarme refuse ; il a compris que le prisonnier veut s’evader. CHAPITRE33Pour oublier son present, le narrateur passe en revue ses souvenirs d’enfance et de jeunesse. Il s’arrete longuement sur le souvenir de Pepa, cette jeune andalouse dont il etait amoureux et avec qui il a passe une belle soiree d’ete.

CHAPITRE34Au milieu de ses souvenirs de jeunesse, le condamne pense a son crime. Entre son passe et son present, il y a une riviere de sang : le sang de l’autre ( sa victime) et le sien( le coupable)CHAPITRE35Le narrateur pense a toutes ces personnes qui continuent toujours a vivre le plus normalement au monde. CHAPITRE36Il se rappelle ensuite du jour ou il est alle voir la grande cloche (le bourdon) de Notre-Dame (cathedrale a Paris)CHAPITRE37Le narrateur decrit brievement l’hotel de ville. CHAPITRE38Il est une heure le quart. Le condamne eprouve une violente douleur.

Il a mal partout. Il lui reste deux heures quarante cinq a vivre. CHAPITRE39On dit que sous la guillotine, on ne souffre pas, que cela passe vite. Le narrateur se demande comment on peut savoir une telle chose puisque aucun condamne deja execute ne peut l’affirmer. CHAPITRE40Le jeune detenu pense au roi. C’est de lui que viendrait la grace tant attendue. Sa vie depend d’une signature. Il espere toujours. CHAPITRE41Le condamne se met dans la tete l’idee qu’il va bientot mourir. Il demande un pretre pour se confesser, un crucifix a baiserCHAPITRE42Il se laisse dormir un moment.

C’est son dernier sommeil. Il fait un cauchemar et se reveille fremissant, baigne d’une sueur froide. CHAPITRE43La petite Marie vient rendre visite a son pere. Ce dernier est choque devant la fraiche et la belle petite fille qui ne le reconnait pas. Elle croit que son pere est mort. Le jeune condamne perd tout espoir. CHAPITRE44Le detenu a une heure devant lui pour s’habituer a la mort. La visite de sa fille l’a pousse dans le desespoir. CHAPITRE45Il pense au peuple qui viendra assister au « spectacle » de son execution.

Il se dit que parmi ce public enthousiaste, il y a peut-etre des tetes qui le suivront , sans le savoir, dans sa fatale destination. CHAPITRE46La petite Marie vient de partir. Le pere se demande s’il a le temps de lui ecrire quelques pages. Il cherche a se justifier aux les yeux de sa fille. CHAPITRE47Ce chapitre comporte une note de l’editeur : les feuillets qui se rattachent a celui-ci sont perdus ou peut etre que le condamne n’a pas eu le temps de les ecrireCHAPITRE48Le condamne est dans une chambre de l’hotel de ville. A trois heures, on vient l’avertir qu’il est temps.

Le bourreau et ses deux valets, lui coupent les cheveux et le collet avant de lier ses mains. Le convoi se dirige ensuite vers la place de Greve devant une foule de curieux qui attendent l’execution. CHAPITRE49Le condamne demande sa grace a cette personne qu’il croyait juge, commissaire ou magistrat. Il demande, par pitie, qu’on lui donne cinq minutes pour attendre la grace. Mais le juge et le bourreau sortent de la cellule. Il reste seul avec le gendarme. Il espere encore mais voila qu’on vient le chercher…Le schema narratif du recit:Le schema actanciel du recit

Le schema actanciel du recit Situation initiale: Le personnage-narrateur menait une vie heureuse avec sa famille, sa fille Marie, sa femme et sa mere jusqu’au jour du crime qui a bouleverse sa vie. NB: Le recit commence in medias res c’est-a-dire le moment ou l’action est deja engagee. Puisque le plus important est la contestation de la peine de mort, l’auteur fait ellipse de cette situation initiale et passe directement aux faits. Toutefois il nous est facile de deduire cette situation initiale a travers les flashes back. Analepses, retour en arriere). Element perturbateur: Le meurtre commis par le narrateur-personnage. Peripeties: Le jugement, l’emprisonnement, la condamnation a la peine de mort, recherche du condamne d’une solution pour preserver sa vie. Denouement: Il n’y a pas de denouement. Le condamne garde l’espoir jusqu’a quelques moments avant l’execution, mais a ce moment-la les bourreaux preparent l’execution. C’est une clausule ouverte, aux lecteurs d’imaginer la fin puisque pour l’auteur ce qui compte c’est la denonciation de l’horrible peine de mort.

Situation finale: L’auteur a fait l’ellipse de la situation finale pour amener le lecteur a reflechir. Resume general :Dans la prison de Bicetre, un condamne a mort ( le narrateur) attend le jour de son execution. Jour apres jour, il note ses angoisses, ses espoirs fous et ses pensees. Le narrateur nous rappelle les circonstances de son proces ( chapitres 1/9 ). Puis il nous decrit sa cellule ( chapitre 10/12 ). Il evoque ensuite le depart des forcats au bagne de Toulon ( chap. 13/15 ). Il nous rapporte la complainte en argot d’une jeune femme a l’infirmerie ( chapitre 16 ) .

Desespere, il decide alors de s’evader ( chapitre17). on vient lui apprendre que son execution aura lieu le jour meme. ( chapitre 18/19 ). Le narrateur sera transfere ensuite a la conciergerie ( chap. 22) , il y rencontre un autre condamne a mort ( chap. 23/24). Son sejour en prison devient de plus en plus suffocant . il sombre dans les hallucinations et les cauchemars . Il se demande comment on meurt sous la guillotine. ( chap. 27). Il recoit apres la visite d’un pretre qu’il trouve placide et sans compassion devant son etat. ( chap30)La visite de sa petite fille Marie sera evoquee au chapitre 43.

Elle ne le reconnaitra pas, ce qui l’attriste profondement. Puis vient l’ultime ligne droite avant la mort; son dernier jour de condamne. Sur son passage de la conciergerie a la place de Greve ou se dresse l’echafaud, la foule rit et applaudit: le condamne etait donne en spectacles a cette foule qu’il n ‘a jamais aime d’ailleurs. Devant le spectre de la mort, le narrateur tremble et implore la pitie mais il sait deja que son sort est scelle. Le bourreau accomplit alors sa tache pour decapiter le condamne. Oujda Portail: Le dernier jour d’un condamne (Victor hugo) Analyse Complet