Le communisme

Le communisme

À toutes les époques, en passant par toutes les sortes de modes de production, aucune société n’a été à l’abri des inégalités sociales et économiques. Certes, la condition des classes les plus défavorisées s’est quelque peu améliorée lorsque l’on considère les violences de l’histoire. Les traitements illégitimes persistent toujours et prennent de nouvelles formes à chaque jour. Le communisme est une idéologie qui prétend pouvoir éliminer toutes les injustices liées à l’économie et au statut social.

Ce texte présente une observation de ce courant de pensée et tente de émontrer comment il est apparu, en réaction au capitalisme. Les valeurs de Pidéologie et les penseurs qui l’ont initié seront présentés. Finaleme réel et les résultats hl les limites de cette id los • *ftp next page -La sociale, 5 juillet 1896 Copposition au capitalisme l’application dans le e mettre en lumière Pour débuter, toute idéologie adopte une position par rapport aux autres idéologies.

Qu’elle soit en accord avec les idées et les valeurs d’un autre système, ou encore, qu’elle s’y oppose complètement nous permet souvent de mieux en comprendre la portée. Dans le cas du communisme, il faut tenir compte de son pposition au capitalisme car cette idéologie découle directement de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
celle-ci, ou plutôt, a pris forme en réponse à celle-ci. Nikolai à la conclusion que le capitalisme est dans sa nature un système basé sur l’inégalité et qui contraint les hommes à vendre leur liberté et se battre entre eux-mêmes.

Pour ces raisons, selon lui, un tel système devrait être aboli. Le communisme théorique jette donc ses bases sur un système qui n’est pas divisé en classes sociales qui doivent mener un incessant combat. Il prétend pouvoir réparer l’injustice causée par l’écart entre la classe ourgeoise et le prolétariat. 2. Les valeurs du communisme Ensuite, en réponse à l’observation du système capitaliste naît un idéal sociétaire où le bien être de certains n’est pas accessible aux dépens de tous les autres.

Une société exempte de classes sociales où jouissent les membres d’une totale liberté. La société communiste doit être entièrement organisée, en évitant toutes les contradictions principales du système capitaliste. Il ne doit pas y avoir d’anarchie au niveau de la production et il faut une absence de concurrence des entreprises privées. Tout cela dans e but d’éviter les crises économiques et les guerres impérialistes qui y sont liées. La vision Marxiste de la société communiste entendait que l’humain qui est libéré de l’aliénation sera en mesure de s’accomplir individuellement.

La propriété privée devient une coopération entre travailleurs libres, disposant en commun des ressources naturelles et des moyens de production. I définit cette société à l’aide de l’adage bien connu Les grands penseurs Le concept de communisme comme idée de mise en commun des biens matériels et d’une organisation sociale sans propriété privée remonte à très loin. Platon dans La République imagine une cité idéale 2 sociale sans propriété privée remonte à très loin. Platon dans La République imagine une cité idéale où la classe dirigeante remet leurs biens en commun.

Sparte serait aussi un autre exemple de communisme antique avec un régime de communauté des biens. Ces exemples concernent toutefois seulement la classe dirigeante et ne représente pas une société égalitaire. Karl Marx et Friedrich Engels publieront en 1848 leur Manifeste du parti communiste. Cet œuvre rattache le communisme au vocabulaire du socialisme et est important dans la littérature de ce courant e pensée. Plusieurs courants ont été dérivés du communisme et sont liés à des régimes pour la plupart. En Russie impériale, Lénine, le chef des bolcheviks forma un parti de et de son nom restera le concept de Léninisme.

Un fonctionnement politique de centralisme démocratique. À Lénine succède Staline et laisse un héritage critiqué et peu revendiqué. Le stalinisme est souvent péjoratif et attribué aux régimes communistes dictatoriaux ou totalitaires. Léon Trotsky s’associera au Léninisme mais s’opposera au Stalinisme et à l’aspect bureaucratique de son idée. Trotsky Prône la démocratie et la liberté de débat au sein du parti. Le trotskysme influence aussi un grand nombre d’autres tendances après la deuxième guerre mondiale.

Mao Zedong en Chine inscrit de nouveaux concepts au courant de pensée, en adaptant le Marxisme-l_éninisme aux réalités de son pays. Il voit une contradiction entre les campagnes et les villes, qu’il compare aux pays sous-développés et leur relation avec les pays capitalistes. Il présente les concepts de Nouvelle-Démocratie et de guerre populaire. Son discours anti-impérialisme inspira beaucoup 3 concepts de Nouvelle-Démocratie et de guerre populaire. Son discours anti-impérialisme inspira beaucoup de pays du tiers monde vers des mouvements insurgés.

Etapes de réalisation 4 Cest cet aspect du marxisme qui confère l’aspect socialiste au communisme. Contrairement à l’anarchisme, la révolution ne commence pas par l’abolition de l’état mais par une dissolution progressive de celui-ci quand le prolétariat en prends le contrôle. 5. En remettant tous les moyens de travail au producteur, les conditions existantes d’oppression seront détruites. Il faudra toutefois obliger tous les individus en mesure de travailler ? le faire pour subvenir à ses propres besoin. De cette façon, la domination et l’oppression justifiée par les classes seront supprimés.

Afin de rendre cette possible, il faut tout d’abord avoir une armée prolétarienne. La lutte des classes engendrée par le système capitaliste mène évidemment, selon la théorie Marxiste, à cette dictature par le prolétariat. Cette dictature devient donc seulement transitoire vers l’abolition complète de toutes les classes pour atteindre une société sans classes. Applications réelles du communisme Il existe aujourd’hui quelques états communistes dont la Corée du Nord, la Chine, le Viêt-Nam, le Laos et Cuba. Ily eut plus d’une trentaine d’états communistes avant la chute des régimes communistes en Europe vers 1989.

En chine, toujours dirigée par le parti communiste chinois, la réalité est assez éloignée du communisme théorique. La seule ressemblance reste au niveau de l’aspect autoritaire de l’idéologie. La recherche de société sans- classes est absente dans le régime et l’économe est convertie en économe 4 société sans-classes est absente dans le régime et l’économie est convertie en économie de marché. L’absence de démocratie a mené à des mouvements de contestations qui se sont terminés e façon violente. Toutefois le régime a réussi à propulser la chine au rang de superpuissance mondiale.

En Corée du Nord le régime est plutôt de type autoritaire et décrit comme Stalinien. Alliés de la Chine, ils ont toutefois très reclus et très fortement militarisés. La situation du régime communiste de Cuba est particulière dû à l’embargo économique des États-Unis et la fin de l’aide soviétique. Ce pays se dirige vers une libéralisation de son économie qui est contrôlée à près de 90% par l’état. Ces démarches de redynamisation consistent entre autres à la coupe ’emploi dans le secteur public et de privatisation de terres pour l’agriculture. our ce qui en est du Viêt-Nam, ils ont connu des réformes économiques importantes et bénéfiques qui autorisent l’économie de marché. Ils se déclarent toujours marxistes- léninistes mais le démontrent peu à l’application. Ils sont aussi en bourse et entreprennent l’entrée de capitaux étrangers destinés à l’investissement. Il est notable que le peu de pays se déclarant officiellement comme communistes n’appliquent pas les bases de cette Idéologie et ont tout de même un pied dans le capitalisme.

Les limites du communisme Certains auront blâmé Marx d’avoir une vision utopiste avec sa société de liberté et d’égalité et il est évidemment difficile de prévoir le contrepoids d’une vision idéaliste d’un monde qui se contredit lui-même. C’est à l’application que ces observations ont eu lieu et que les limites de l’idéologie se démontrent de f S l’application que ces observations ont eu lieu et que les limites de l’idéologie se démontrent de façon concrète. L’U. R. S. S. (Union des Républiques Socialiste Soviétiques) est l’exemple de communisme qui a connu le plus grand nombre de critiques.

Le philosophe Alexandre Zinoviev a bien décrit la situation : « Le stalinisme historique (ou simplement stalinisme) est la forme sous laquelle la société communiste s’est créé en Union Soviétique sous l’impulsion de Staline, de ces lieutenants et de tous ceux qui exécutaient leurs volontés et agissaient conformément à leurs idées et directives (ces derniers peuvent- être qualifiés de « staliniens historiques La société communiste n’est pas le produit de la volonté d’un homme.

Elle surgi en obéissant à des lois sociales objectives, qui se sont révélées ? travers l’activité de certains individus, de sorte qu’elles ont prise porte la marque de Staline et des staliniens »6. Bien que le régime Stalinien soit reconnu pour les crimes et ratteinte aux droits de l’homme sous celui-ci, il en va de même pour la plupart des régimes communistes. La transition du capitalisme vers le nouveau régime doit être faite de façon unanime afin de s’inscrire dans les limites de l’idéologie.

Les mouvements révolutionnaires n’ont évidemment jamais été unanimes et se terminent en régime oppressif et parfois totalitaires à l’égard de ceux qui ne ‘inscrivent pas dans les mêmes idées. Aucun des régimes se réclamant communistes n’ont accompli cette dont parlait Marx de façon complète. Le pouvoir se retrouve entre quelques mains qui oublient l’idéalisme qui a fait naître ce courant de pensée sous forme théorique. En conclusion, le naître ce courant de pensée sous forme théorique.

En conclusion, le communisme est un des courants de pensée qui beaucoup influencé le monde. L’idéal Marxiste n’a jamais vraiment été atteint et le sens de ce mot varie beaucoup aujourd’hui par toutes les applications qui en ont été fait. Cette déologie a entraîné beaucoup de propagande négative et la vision occidentale en reste très négative suite à la guerre froide. Le plus grand obstacle au développement d’un vrai communisme reste la dominance du capitalisme dans le monde et en faire abstraction est pratiquement impossible.

Dans cette perspective il reste à voir si le communisme a déjà vraiment eu lieu ou si, pour la plupart, ces régimes se proclamant communistes n’ont pas eu le nom plus que les idées qui vont avec. -K. Marx et F . Engels Bibliographie : -Barrot, Jean, Le mouvement communiste, éditions champ libre, paris 1972 Boukharine, Nikolaï, L’ABC du communisme, écrit avec E Préobrajenski 1919. Trad. Paris, Maspero, 1971. (2 vol. ). Réédition (Tome l), avec une nouvelle présentation et postface d’A.

Hasard. Paris, Les Nuits rouges, 2008. -Courtois, Stéphane, Communisme et totalitarisme, éditions perrin, 2009 -Marx, Karl et Friedrich Engels, Le manifeste du parti communiste, éditions Flammarion, paris 2010 -Critique des programmes de Gotha et D’Erfurt, (document consulté en ligne le 25 novembre 2014) Université du Québec à Chicoutimi, [En critique … gotha/programme otha. df – Zinoviev, Alexandre, Les c ‘un homme en trop,