Le colisée

Le colisée

Hitoire Le colisée, amphiteatre flavien est situé au cœur de la ville de Rome, entre « l’Esquilin » et « le Celius c est le plus grand amphithéâtre jamais construit dans PEmpire romain. Il est l’une des plus grandes œuvres de l’architecture et de l’ingénierie romaines . Le colisée a été construit en 72, sous l’empereur « Vespasien »qui ordonna sa construction pour gagner la sympathie et le soutien du peuple romain . Les prisoniers juifs furent employées a sa construction.

Le Colisée fut achevée en 80 sous « Titus« son fils . D’autres modifications ont ensuite ?té apportées au cours du règne de « Domitien » (81 -96)ll est le premier lieu des premiers chrétiens martyrisés . De nombreux tremblem le coliséeaujourd’hui maintenant une attra milliers de touristes l’arène de l’intérieur. OF4 Swipe pa or : die ont délabrés e aujourd’hui est , aj e de Rome, avec des nt voir seulement e de cérémonies catholiques depuis le XXe siècle.

Par exemple, le pape Jean-Paul Il y a inauguré une nouvelle forme de processions du chemin de croix qui ont lieu chaque Vendredi Saint. JEUX On donna des jeux spectaculaires lors de son inauguration : ils durèrent pas moins de cent jours

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
! 000 fauves et 2000 Swige to next page 2000 gladiateurs y trouvèrent la mort. Durant près de 500 ans, les romains vinrent au Colisée pour assister à des combats de gladiateurs, mais aussi à des batailles navales, des exécutions publiques, des chasses d’animaux sauvages, des reconstitutions de batailles célèbres… es derniers jeux se prolongèrent jusqu au VI siecle Plusieurs genres de spectacles étaient donnés au Colisée : Les munera : A l’origine, les célèbres combats entre gladiateurs constituaient uniquement un rite funéraire visant à apaiser l’esprit du défunt en versant du sang humain. Pourtant, les munera ont rapidement évolué en spectacle, se déroulant sous forme de duels uniquement destinés à distraire la foule.

Les combats étaient surveillés par des garçons de piste déguisés en Charon, prêts ? emporter les cadavres et jeter un peu de sable sur les taches de sang. Gravement blessé, un gladiateur pouvait remettre son sort entre les mains du public et espérer la grâce d’un pouce levé… Cependant, les décès étaient moins fréquents qu’on ne le pense, et l’état de gladiateur pouvait être le moyen de gagner de l’argent ou même, pour les esclaves, de regagner la liberté ! En général, quatre grandes catégories de gladiateurs s’affrontaient deux par deux.

D’un côté, le rétiaire (filet, trident, brassard) contre le mirmillon (casque lourd, bouclier allongé, glaive) : c’était le combat de la vitesse contr 2 mirmillon (casque lourd, bouclier allongé, glaive) : c’était le combat de la vitesse contre la puissance. L’autre paire classique opposait le thrace (petit bouclier, casque à visière, sabre à double tranchant, brassard, jambières) au sécutor (grand bouclier, glaive, casque). Les venationes : Pour ces chasses ou ces combats avec des animaux sauvages, rès appréciées des spectateurs, la scène du cirque était parsemée de broussailles, taillis, arbres et collines.

Les belluaires (souvent condamnés à mort ou prisonniers de guerre), spécialement entraînés pour affronter des fauves, étaient armé d’un glaive court et d’un bouclier. Des combats entre espèces d’animaux différentes étaient également organisés. Les naumachies : Ce sont des reconstitutions de batailles navales, rares car hors de prix, nécessitaient d’inonder l’arène : Titus fit organiser une reconstitution de la bataille entre Corinthiens et Corcyréens, ui exigea la participation de 3. 000 hommes.

Les naumachies furent rapidement transférées dans des édifices plus adaptés en raison des complications qu’engendrait l’inondation de l’arène, en particulier à partir du moment où furent construits les souterrains du Colisée. Au Ve siècle, un moine venu d’Orient, Télémaque, descendit un jour dans l’arène pour s’interposer entre les gladiateurs et conjurer le peuple de renoncer à ce divertissement sanglant. Il fut couvert d 3 entre les gladiateurs et conjurer le peuple de renoncer à ce divertissement sanglant. Il fut couvert d’injures et de moqueries, t comme il persistait, mourut lapidé par la foule.

Cependant, depuis ce jour, les spectacles cessèrent pour toujours… À l’époque, les jeux au Colisée sont présentés sous forme de programmes. Le matin, se déroulait la chasse d’animaux sauvages (lions, tigres, panthères, hippopotames), où de nombreuses bêtes étaient massacrées. Les condamnés à mort étaient également lancés dans l’arène, désarmés, afin d’être dévorés par les animaux. L’après-midi, le peuple romain assistait aux combats de gladiateurs. Ces hommes sont recrutés vers l’âge de 17 ans et sont formés.

Ils sont ensuite appelés à combattre dans l’arène avec diverses armes pour distraire le public et l’empereur. Les combats sont très violents et la majorité des gladiateurs meurent durant les jeux. Les gladiateurs les plus combatifs gagnaient beaucoup d’argent. À terme, ils souhaitaient obtenir leur permission. Pendant les jeux, lorsqu’un gladiateur est sur le point de mourir ou qu’il agonise, il peut demander la grâce de l’empereur. Celui-ci peut choisir de le laisser en vie, ou donne l’ordre au gladiateur l’ayant battu de l’achever. Pour cela, l’empereur se fie à l’avis de la foule du Colisée 4