Le bohneur cours

Le bohneur cours

Le bonheur est-il à attendre ou à attendre ? Aristocrate sain idée est que, d’un côté, il y a unanimité pour dire que le bonheur est le bien suprême (Souverain Bien), et que d’un autre côté, sitôt qu’on essaie de le définir, l’unanimité s’annule. Chacun va donner une définition différente. Pourtant, une définition doit être universelle. Tout le monde recherche le bonheur, mais personne n’est capable de lui donner une définition universelle. D’abord distinguer. Pourquoi faut-il distinguer ce que le sens commun confond ? Le plaisir et le bonheur.

ces quelque chose de globale. On peut éprouver du plaisir sans être heureux. Le bonheur touche le sens e l’existence. Une suite de plaisir ne constitue pas le bonheur. Le plaisir est une sensation physiologique qui suppose la présence de l’objet, cause de plaisir. C’est quelque chose de ponctuel, momentané. Le plaisir peut avoir des désagréments s’il est mal compris. Là où le plaisir est une sensation, le bonheur est une valeur. Pourquoi ne peut-on pas considérer que l’honneur serait la finalité ? Il tient plus à l’opinion des hommes.

Il peut être mal fondé et il est volatil, on peut le perdre. On est dépendant de quelque chose d’extérieur et

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de superficiel, c’est-à-dire, l’opinion des êtres. AI faut s’en tenir à notre propre opinion. ces Vidée de la conscience. La richesse est factice, elle donne certains pouvoirs mais pas tous (matière). Le sens du mot « client » Pour les riches, il est important d’en avoir. Le client est un parasite qui vient aux crochets des riches pour montrer leur richesse. Parfois, les riches se disputaient pour la clientèle. C’est quelque chose d’extérieur, donc de fragile.

On peut préférer la richesse intérieure parce qu’on ne peut pas la perdre. Texte de essence, De la vie bien heureuse. Le Bien Souverain est un bien définitif et stable. Qu’est ce qui le rend définitif et stable ? Le Souverain B 12 bien définitif et stable. Le Souverain Bien correspond à une âme droite. ces une métaphore de la vertu. Il n’ a pas de regrets, pas de haine, pas de satiété. Le bonheur (état 0 Durée) est une valeur en soi qui ne peut pas être affectée. Le plaisir est une sensation qui est appelée à disparaître.

AI dépend de l’existence de l’objet du plaisir. Le plaisir ne peut pas constituer le bonheur. « Mais » Changement de ton et d’idée. Caractéristique du plaisir Il s’évanouit lorsqu’ arrive à son plus haut point. Il a un terme. Lorsqu’ est atteint, il disparaît. C’est l’excitation de nos sens et de nos nerfs. Il tient peu de place car il est varié et divers, donc il est petit, tandis que le bonheur rempli toute l’existence, et l’on tombe dans l’ennui. C’est une nature paradoxale du plaisir. Il conduit à l’ennui. Quand il disparaît, il y a un vide.

La multiplication des plaisirs engendre Définition de l’ennui ces la recherche de la diversité et de la multiplication qui conduit à l’ennui. La répétition lasse. On cherche mais on recherche surtout l’étonnement qu’on ne trouve pas. On ne sait plus quel allais nouveau peut nous combler. Le plaisir est toujours indéterminé, car c’est un mouvement permanent et il n’ rien de substantiel. Le bonheur ne reconnaît pas tout ces travers. Pourquoi ? Il se construit donc il est indestructible. 2 Pourquoi ? Akan Problème de la définition du bonheur Il est un idéal, non pas de la raison, mais de participation.

La raison est universelle et repose sur des concepts tandis que l’imagination, c’est quelque chose d’empirique donc de particulier. Elle s’alimente à partir du vécu de l’individu, mais ils ont un vécu différent des autres donc il y a différents bonheurs. Différence entre impératif catégorique et impératif hypothétique L’impératif catégorique fait partir du domaine de la morale et l’impératif hypothétique, du domaine du conseil. Le bonheur est un bien être absolu. Différence entre bonheur, plaisir et joie Le bonheur est un état qui dure contrairement au plaisir.

Le plaisir est une sensation et la joie est un embrasement de la conscience. On dit que les enfants sont joyeux. C’est bref et lié une situation extérieure. Définition de la raison Elle est universelle mais pourtant, elle doit avoir ce caractère. Pourquoi ? Ces principes sont à priori, c’est-à-dire qu’ils ne dépendent pas de réexpédièrent mais qu’ils la précèdent. 1- La définition du carré précède l’existence du carré c’est une définition purement logique. C’est une définition à priori. 2- Les expériences dérivent le plus souvent des lois de la nature. Celle-ci sont à priori universelles.

A priori = Seuls ressources logiques de l’esprit Le bonheur est un concept indéterminé, il d 2 = Seuls ressources logiques de l’esprit Le bonheur est un concept indéterminé, il comporte toujours quelque chose d’empirique. Si le bonheur était une idée de la oison (l’esprit donne ses propres règles ses propres lois, faculté libre, qui ne dépend pas de l’expérience), se serait un concept déterminé (on serait capable de la définir). Comment peut-on dire que c’est une faculté libre alors qu’il y a des impériaux ? D’un côté il y a des règles strictes, mais c’est une faculté libre car la raison se les donne à elle-même.

Le bonheur est indéterminé car l’idée du bonheur serait à priori, c’est-à-dire qu’il dépend des expériences et la précède. Chaque personne peut avoir une conception du bonheur différente contrairement à l’idée d’universalité et d’ priori. Mais un homme peut ignorer ce qui peut le rendre heureux et cet homme est dans l’ennui. Il a des hommes qui découvrent ce qui peut les rendre heureux alors qu’il ne la jamais vu. La connaissance, c’est découvrir la vérité, mais elle ne conduit pas nécessairement au bonheur. Cette vérité est sur soi, elle peut être cruelle.

Elle peut être aussi sur les hommes, et donc peut conduire au pessimisme ou au nihilisme. Cela peut donc mener tout, sauf au bonheur. Conséquence Le bonheur est un impératif hypothétique (le conseil). Il y a deux impératifs : l’hypothétique, sait la règle de l’habileté pour la cynique (c’est facultatif), les conseils de la prudence touche le bonheur, mais il y a de s 2 pour la technique (c’est facultatif), les conseils de la prudence touche le bonheur, mais il y a deux conditions : la lire est de savoir le « alors » le Si tu veux être heureux, alors , et la eu est de savoir les moyens.

Mais vu que c’est un concept indéterminé, on ne les connaît pas toujours. La mise en cause des moyens ne dépend pas que de nous (il y a des conditions extérieures qui nous en empêchent). Pourquoi n’est-ce pas un commandement ? Il suffit de le vouloir. C’est pourquoi c’est un conseil et non un amendement. Le succès ou l’échec ne dépend pas toujours de nous. Pour l’impératif moral, il faut le vouloir. Si on échoue, on ne doit pas avoir de remords (catégorique). Le bonheur peut être définie comme un idéal de féminisation et non pas de la raison.

Opposition entre idéal et idée L’idéal est un absolu dont on se rapproche peu ou beaucoup sans l’atteindre pleinement. Cela repose sur des conditions empiriques que nous ne maîtrisons pas. L’absolu est nécessaire à l’homme. La seule chose accessible, comme l’accomplissement du devoir. Le bonheur ne sera possible que dans l’au-delà. L’idée, elle, doit être définie entièrement. Il faut pourtant le cherche ici bas. Se rendre heureux est un devoir. Quand on est heureux, il est plus facile ‘accomplir son devoir. Faire le mal gratuitement veut dire que nous sommes mauvais.

L’accomplissement du devoir est une condition du bonheur, tout comme l’estime de soi, qui est naturel et normal et nous 6 2 devoir est une condition du bonheur, tout comme restitué de soi, qui est naturel et normal et nous n’avons pas de reproches nous faire. Cela épargne le regret et le remords. La paix peut être alors intérieure et extérieure. Pourquoi le méchant n’aime-t-il pas les autres ? Il ne s’aime pas lui-même, il est déjà en guerre avec lui-même. Cette guerre intestine, c’est-à-dire sur les autres. Étant en paix avec soi même, nous pouvons être en paix avec les autres.

C’est une condition du bonheur. Akan, texte page 319, n?36 Le bonheur ne peut pas dériver de la physiologie mais de la valeur que l’on donne à l’existence. Quand les besoins de l’être humain ne sont pas satisfaits, rien n’est en paix à l’intérieur de l’homme. Le bonheur est une idée purement subjective qui est irréductible. ces pourquoi certains ne peuvent pas trouver dans la nature ou a société ce qui peut les rendre heureux. Faute de pouvoir atteindre le bonheur, nous devons au moins nous rendre digne d’être heureux. L’estime de soi prépare le bonheur.

Le but final, c’est le développement de toute la disposition naturelle qui suppose l’idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitisme. La nature de l’homme se propose des buts. La nature nous donne les moyens d’ parvenir. L’être raisonnable est celui qui est capable d’agir conformément ses propres règles, ses propres lois. Il atteint l’autonomie. Cela ne signifie pas que nous soyons dans nos comportements des gens 2 Il atteint l’autonomie. Cela ne signifie pas que nous soyons dans nos comportements des gens raisonnables. La nature de l’homme, c’est la culture. – allant, Propos d’allant, 1908, Le roi s’ennui « Il est bon d’avoir un peu de mal à vivre et de ne pas suivre une route tout unie. Je plains les rois s’ils n’ont qua désirer ; et les Dieux, s’il y en a quelque part, doit être un peu neurasthénique. On dit que dans les temps passés, ils prenaient formes de voyageurs et venaient frapper aux portes ; sans doute ils trouvaient un peu de bonheur à éprouver la faim, la soif et les passions de l’amour… Eu bonheur suppose sans doute toujours quelque inquiétude, quelque passion, une pointe de douleur qui nous éveille à nous même.

Il est ordinaire que l’on est plus de bonheur par l’imagination que par les biens réels. Cela vient de ce que, lorsqu’ a les biens réels, on croit que tout est dit, et l’on s’assied au lieu de courir… » Remarque : « un peu de mal à vivre » Cl La difficulté doit être mesurée. C’est un ingrédient du bonheur. Il est indispensable. Le contraste est indispensable à la conscience du bonheur. Pourquoi ? La difficulté est à surmonter et à vaincre. Cela donne de la valeur. Le bonheur est à conquérir. « Les rois » 0 Tout le monde leur obéit.

Ils n’ont aucun effort faire par eux même. Donc ils ne savent pas ce qu’est vraiment un désir et le satisfaire. « Les Dieux » D Ils sont neurasthénique (dépression). Qu’est vraiment un désir et le satisfaire. « Les Dieux » 0 Ils sont neurasthénique (dépression). Ils sont absolus, ils ont tout en eux. Le désir est contradictoire avec leur nature. « Quelque inquiétude » Mobiliser toutes les ressources. Les bergers d’arcade ces le symbole du paradis sur terre. Aucune querelle, aucune douleur. C’est le bonheur absolu. Il est émollient et aurait des effets anesthésiant.

Le bonheur suppose d’être éveillé. Dans la passion amoureuse, la jalousie se manifeste par la peur de perdre. La crainte de la perte du bonheur nous incite à nous éveiller. La douleur nous éveille à tout point de vue. Bu- La doctrine esthéticien Le stoïcisme est une philosophie de l’antiquité grecque. Stop = Le portique. Il faut accepter ce sur quoi nous n’avons pas pouvoir. On se torture si on ne pacte pas. Se révolter, c’est augmenter la difficulté. Nous avons pouvoir sur les choses a nous, en nous. Or se ne sont pas les choses qui nous tourmentent mais l’idée que nous en avons.

Ce ‘est pas la phrase qui nous touche, mais la personne qui nous la dit. Nous valorisons la chose dite. Or, puisque se sont les idées qu’on se fait des choses qui nous touche, il ne tient qua nous de chasser ses sentiments qui nous tourmentent d’après les stations, puisque nous avons pouvoir sur ces choses. Certes, ce n’est pas facile, mais cela vient progressivement. L’idée qu’il n’ a pas de passivité. Il faut pratiquer l’amour fait (stockions), qui (stoïcisme), qui est le fait d’aimer son destin et non pas pratiquer le fatalisme, c’est-à-dire la résignation. Ce sont les Dieux qui ont choisis notre destin.

Ce qui nous arrive un sens. Mais nous ne percevons pas toujours ce sens. Il faut faire confiance aux Dieux. Cosmos = Univers ordonné, chaque existence à un sens. Notre existence a un sens donc nous devons l’accepter et non pas passivement, mais y contribuer. Amour fait = Participer à notre existence même si ce n’est pas un rôle que nous avons choisis. Le bonheur est toujours possible. Il tient à nous. Al tient à nous. Exemple de l’esclave Il peut être libre. Le maître n’ pas de pouvoir sur l’âme, l’esprit de l’esclave. Le maître peut se trouver désarmé face à l’âme libre de l’esclave.